Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Route de nuit (nouvelle rubrique) - Aston peut attendre

Dans Loisirs / Cinéma

Serge Bellu

Les fans de James Bond n’en peuvent plus d’attendre. Prévue initialement en novembre 2020, la sortie de No Time To Die (Mourir peut attendre) n’en finit pas d’être reportée. Et Netflix n’y pourra rien : pas de réouverture des salles, pas de Daniel Craig.

Route de nuit (nouvelle rubrique) - Aston peut attendre

A nos lecteurs. Tous les soirs du jeudi au dimanche, la Route de Nuit de Caradisiac va passer par la case culture, au sens le plus large du terme. Attendez ! Ne fermez pas votre tablette ! Ne piétinez pas votre smartphone ! Ne cliquez pas sur un autre site qui forcément vous décevra ! Ne fuyez pas. La culture n’est pas synonyme d’ennui et d’élitisme. Nous allons vous montrer qu’elle est intimement liée à la passion - ou au simple intérêt - que vous portez à l’automobile.

Qu’on le veuille ou non, qu’on la vénère ou qu’on la vilipende, l’automobile est omniprésente depuis cent trente ans dans nos sociétés, dans notre vie quotidienne et donc dans la vie culturelle.

Tous les créateurs s’en emparent un jour ou l’autre que ce soit pour l’encenser ou pour la conspuer. On rencontre l’automobile à tous les carrefours : dans la littérature, le cinéma, la mode, la musique, l’architecture, la publicité, la photographie…

Ce sont ces confluences et ces connivences que nous allons évoquer ensemble.

Nous sommes sûrs qu’avec le concours d’une nuée d’artistes iconoclastes, Route de nuit ne rimera pas avec ennui.

La rédaction.

 

 

 

Les plates-formes regorgent de films dans lesquels l’automobile joue les premiers rôles, mais aucune marque n’est aussi étroitement associée à une saga que l’est Aston Martin.

Pour le 25ème opus des aventures de 007, la firme anglaise a glissé pas moins de quatre modèles dans le casting, chacun étant censé illustrer une époque : DB5 de 1965, V8 Saloon de 1987, DBS Superleggera d’aujourd’hui et Valhalla de demain. 

Depuis Goldfinger, la DB5 est indissociable de l’agent secret. Elle a même éclipsé la DB4 qui en 1962 était au cœur de l’intrigue du Phaedra de Jules Dassin.

La V8 Saloon reprend elle aussi du service dans No Time To Die, quatre décennies après son tournage dans The Living Dayligts (Tuer n’est pas jouer). Mais sur ce coup-là, Lord Brett Sinclair qui déboulait dans une DBS V8 jaune dans la série The Persuaders (Amicalement vôtre) était plus convaincant que son compatriote.

La spectaculaire Valhalla figure au casting de la 25ème aventure de James Bond.
La spectaculaire Valhalla figure au casting de la 25ème aventure de James Bond.

Comme de coutume, Aston Martin fait la promotion de sa gamme actuelle en plaçant une DBS Superleggerera, la plus désirable du catalogue, et la fulgurante Valhalla à moteur central qui n’est pas encore commercialisée dans la vraie vie.

Il ne faudrait pas que la sortie du film traîne encore trop longtemps car les supercars vieillissent vite. Beaucoup plus vite que les James Bond girls éternellement irrésistibles. Le futur ne peut pas attendre. Il a déjà fallu remplacer les scènes où apparaissait le dernier smartphone de Nokia. Inédit en octobre, il avait déjà pris un coup de vieux !

Route de nuit (nouvelle rubrique) - Aston peut attendre

Mots clés :

SPONSORISE

Actualité Aston Martin

Toute l'actualité

Forum Aston Martin

Commentaires ()

Déposer un commentaire