Publi info
 

Routes à 80 km/h : le rapport de l'expérimentation est enfin publié mais zappe l'essentiel

Routes à 80 km/h : le rapport de l'expérimentation est enfin publié mais zappe l'essentiel

Attendu et réclamé depuis des semaines, le bilan du test sur plusieurs portions de nationales a enfin été rendu public. Mais il se focalise sur des mesures de vitesses et n'évoque aucunement le bilan de l'accidentalité.

En juillet 2015, l'État a lancé une expérimentation de la baisse de la limitation de vitesse de 90 à 80 km/h sur trois tronçons de routes nationales. Et qui dit expérimentation, dit bilan officiel pour valider une généralisation. Mais le gouvernement a zappé cette étape et a décidé d'imposer les 80 km/h sur l'ensemble du territoire au 1er juillet 2018.

De quoi agacer les opposants à la mesure, qui estiment que sans rapport il n'y a aucun fondement scientifique, et transformer cela en affaire politique : de nombreux sénateurs ont réclamé le bilan, leur Président Gérard Larcher allant jusqu'à lancer à la télévision un appel au Premier Ministre.

Miracle, près d'un mois après l'officialisation de la mesure, le tant attendu document a été publié. Il a été rédigé par le Cerema, le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement. Après avoir rappelé les fondements de l’expérimentation et sa méthodologie pour les mesures, le Cerema détaille en longueur les résultats à propos des vitesses moyennes relevées.

Dans l'ensemble, pour les véhicules légers, la vitesse moyenne est passée de 86,0 à 80,9 km/h. Une donnée est aussi communiquée pour les véhicules légers dits libres, c’est-à-dire pour lesquels le véhicule qui précède est assez loin (4 secondes d'écart minimum), ce qui n'influence pas leur allure. Pour cette catégorie, la vitesse moyenne est passée de 88,9 à 83,5 km/h. Pour les poids lourds, pas concernés car déjà limités à 80 km/h, c'est passé de 79,5 à 76,5 (là, rien ne dit si c'est un ralentissement volontaire ou imposé par la baisse d'allure des voitures). Dans l'ensemble, la vitesse moyenne a reculé de 4,7 km/h.

Autre point positif, que l'État utilise comme argument pour justifier la baisse : la mesure semble avoir fluidifié la circulation, car la proportion de camions qui ne sont pas suivis directement par des autos a augmenté, passant de 52,1 à 56,1 %.

En revanche, le rapport montre que le taux de non-respect de la limite en vigueur a augmenté. Pour les véhicules légers libres, 35 % ont dépassé la vitesse de 0 à 10 km/h en mai 2017, contre moins de 30 % en juin 2015. Entre 10 et 20 km/h d'excès, c'est passé de 10 à près de 15 % et pour les plus de 20 km/h, de 5 à quasiment 10 % !

L'énorme problème avec ce rapport, c'est qu'il n'y a que des analyses de vitesse. On ne trouve aucune trace d'un bilan de l'accidentalité, avec un nombre de morts et de blessés. Emmanuel Barbe, délégué général à la Sécurité Routière, a d'ailleurs reconnu que l'expérimentation a été trop courte pour cela. Dommage, vu que la réduction de la mortalité est le principal objectif de la mesure, et que rien ne vient le démontrer ici.

Le rapport ressemble à une tentative d'enfumage. Sa conclusion phare est : "La vitesse limite autorisée a une incidence significative sur les vitesses pratiquées. À une baisse de la vitesse limite autorisée correspond une baisse des vitesses pratiquées." C'est évidement vrai, prouvé par des mesures... mais tellement logique que cela devient risible. C'est évident qu'en demandant aux conducteurs de rouler à 80 au lieu de 90, on va baisser la moyenne.

Mais pour l'État, la simple mesure de la vitesse moyenne suffit à tout justifier, car tout son raisonnement se base sur un postulat simple : moins de vitesse = moins de morts. Emmanuel Barbe l'a d'ailleurs dit clairement lors de son audition au Sénat fin janvier : "Ce que nous recherchions avec cette expérimentation, c'est de déterminer si elle avait un impact sur la vitesse moyenne. Or, comme vous l'a déjà annoncé le Premier ministre, c'est ce qui s'est passé, avec une baisse de 3-4 % de la vitesse moyenne sur ces tronçons. Et c'est tout ce qui nous intéresse, puisque comme déjà dit une baisse de la vitesse moyenne entraîne une baisse des accidents !". Mais il botte en touche quand on évoque les bons bilans de nos voisins allemands et anglais, qui ont pourtant des limites plus élevées que nos actuels 90 km/h.

Commentaires (54)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Quand on baisse la vitesse limite autorisée les gens roulent moins vite... conclusion de folie. Ça doit être sympa de bosser dans un bureau d'etudes.

Par

Qu'on a arrête avec tout ce cirque et qu'on affiche clairement la couleur : l'Etat recherche du pognon à tout prix, toute sa politique tourne autour du fric et de comment trouver les alibis pour nous faire les poches.

Par

La "baise" des limitations de vitesse. Ce terme est plus approprié.

Par Profil supprimé

L'expérimentation a été réalisée simplement pour donner bonne conscience à nos énarques de merde et à leurs potes PDG dans l'industrie du radar.

Par

incroyable, on impose aux français de rouler moins vite sur des zones avec radars et les français roulent moins vite.

Si c'était ça le but, y avait pas besoin de faire des zones de tests, y avait juste à dire: On va imposer le 80 et fermaient vos gueules.

Faisons un autre test, on diminue le salaire des politiques de 10% , si au bout d'un an on s'aperçoit qu'ils gagnent moins, on adopte la mesure. Ensuite on installe des radars automatiques pour détecter ceux qui tapent en douce dans les caisses.

Par

C'est une blague ? Elle a coûté combien l'étude qui démontre que quand on baisse la limitation de vitesse, la vitesse des voitures baisse ?

Quand je monte le chauffage, la température monte. Et quand je le baisse, elle baisse. Il faut faire une expérimentation pour vérifier ce phénomène extraordinaire ?

Par

En réponse à cassoulet1

C'est une blague ? Elle a coûté combien l'étude qui démontre que quand on baisse la limitation de vitesse, la vitesse des voitures baisse ?

Quand je monte le chauffage, la température monte. Et quand je le baisse, elle baisse. Il faut faire une expérimentation pour vérifier ce phénomène extraordinaire ?

:bien:.

Par Profil supprimé

En réponse à cassoulet1

C'est une blague ? Elle a coûté combien l'étude qui démontre que quand on baisse la limitation de vitesse, la vitesse des voitures baisse ?

Quand je monte le chauffage, la température monte. Et quand je le baisse, elle baisse. Il faut faire une expérimentation pour vérifier ce phénomène extraordinaire ?

Le coût n'a aucune importance pour ces ordures puisque "l'étude" a été financée grâce à nos impôts.

Jte foutrais toutes ces merdes au goulag.

Par

La France s'endette de 2665 euros de plus chaque seconde.! :beuh:

N'attendez donc pas une amélioration de vos finances avant très très longtemps !!!

Pour parvenir à taxer plus l'automobile et les petits plaisirs de la vie,ils utilisent un "vieil adage", un problème = une taxe, c'était la méthode Sarkozy ! mais macron et son gouvernement l'utilisent encore plus, voire beaucoup trop pour un début quinquennat.:pfff:

Par

En réponse à sniper elite

La France s'endette de 2665 euros de plus chaque seconde.! :beuh:

N'attendez donc pas une amélioration de vos finances avant très très longtemps !!!

Pour parvenir à taxer plus l'automobile et les petits plaisirs de la vie,ils utilisent un "vieil adage", un problème = une taxe, c'était la méthode Sarkozy ! mais macron et son gouvernement l'utilisent encore plus, voire beaucoup trop pour un début quinquennat.:pfff:

Exactement, toutes les mauvaises choses au début et quelques miettes la dernière année. Comme ça les moutons avec des mémoires de poissons rouges revoteront pour lui.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire