Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Usine de batteries Stellantis/Total : jusqu'à 2000 emplois espérés

Usine de batteries Stellantis/Total : jusqu'à 2000 emplois espérés

La coentreprise créée par Stellantis et Total commencera à assembler des batteries dans le Pas-de-Calais fin 2023. Le site pourrait générer de 1 400 à 2 000 emplois.

La coentreprise ACC (Automotive Cells Company) a donné des détails sur son projet d'usine géante de batteries pour véhicules électriques qui sera implantée à Douvrin (Pas-de-Calais). Pour rappel, ACC est né d'un partenariat 50/50 entre Saft, filiale de Total, et PSA, devenu désormais Stellantis avec Fiat.

L'usine prendra en partie la place de l'actuelle usine de la Française de mécanique, qui produit des moteurs thermiques pour les marques de PSA. On ne peut pas faire mieux comme symbole des changements qui bousculent l'industrie automobile !

La construction d'un premier bloc de cette usine doit commencer en 2022. Le début de la production est espéré avant la fin de 2023. Yann Vincent, directeur général d'ACC, a indiqué que 350 à 500 personnes travailleront dans ce premier bloc en 2024 : "les procédés de fabrication que l’on va utiliser sont très automatisés et très pointus dans leur conduite. Nous allons avoir besoin de conducteurs de lignes automatisées compétents, de professionnels de maintenance, de quelques experts en chimie, de techniciens qualité".

Un deuxième bloc sera ensuite construit à Douvrin. Un troisième le sera à l’usine Opel de Kaiserslautern, en Allemagne. L'objectif est d'avoir au début une capacité annuelle de 8 GWh et d'atteindre en 2030 un total de 48 GWh. ACC pense être en mesure de fournir un million de voitures. Yann Vincent a déclaré à ce propos : "Nous avons vocation à servir Stellantis, mais pas uniquement. Nous discutons d’ores et déjà avec tous les constructeurs. Notre ambition est d’être le leader européen des cellules et modules de batteries pour véhicules électriques".

En 2030, le site de Douvrin devrait compter de 1400 à 2000 salariés.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (67)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Excellente nouvelle :bien:

Reste plus qu'à proposer des bornes rapides à la manière des superchargers Tesla, et se sera parfait.

Par

Ouais , je sais pas , j' ai quand même de gros doutes sur la finalité et la viabilité à long terme de cette usine ! :bah:

Par

les matières premières viendront de ou , ce serait intéressant d'avoir des pistes

Par

Et ils ont touché combien en subvention de l'état et de l'Europe ?

L'électrique par batterie est une erreur pour moi !!!

Par

En réponse à binot44

Et ils ont touché combien en subvention de l'état et de l'Europe ?

L'électrique par batterie est une erreur pour moi !!!

Encore un benêt qui croit a l'hydrogène !

Si Total investit la dedans... c'est quand même tout un symbole.

Par

En réponse à pxidr

Encore un benêt qui croit a l'hydrogène !

Si Total investit la dedans... c'est quand même tout un symbole.

En même temps, il n'a pas tort...

Ce n'est pas un futur viable, la batterie. Pour 20-30 ans ça fera certainement l'affaire, mais pour ensuite, ce sera toujours trop polluant (même si déjà bien moins que l'actuel thermique).

Il est encore trop tôt pour dire si l'hydrogène sera l'avenir plus lointain, mais une chose est sûre, la technologie est déjà connue, n'est pas si compliquée à réaliser et est encore moins polluante dès lors que cet hydrogène est produit à l'aide d'une énergie décarbonnée. Or là est notre problème actuel, l'électrolyse nécessaire à sa fabrication est faite en majeure partie à l'aide du pétrole, car au rendement plus élevé qu'une source électrique issue d'une énergie renouvelable par exemple.

Mais on sait faire avec ces dernières, ce sera sur ce point qu'il faudra travailler dans les prochaines décennies afin de décupler le rendement...

Par

Une production de 48 GWh par an, cela représente une fabrication de 480 000 batteries de 100 KWh en 2030. En tout cas, ce sera une production de poids, compte-tenu d’une densité énergétique de 250, 400 voire 500 WH par kilo, emballage non compris. Cela nous fait entre 100 et 200 000 tonnes de produit fini.

Il va y avoir pas mal de tonnes de matières à gratter dans les mines. Cela fera travailler du monde. Espérons que cela sera le plus écologique possible, et surtout le plus humainement respectable possible ! Même chose d’ailleurs pour le cuivre, omniprésent autour d’une batterie de VE.

Bon pourquoi pas ! Ainsi, pour l’année 2024, avec une production de 8 GWh, il devrait être possible d’équiper entre 100 et 140 000 voitures, vu les capacités des voitures à piles actuelles.

Par

En réponse à motalo

les matières premières viendront de ou , ce serait intéressant d'avoir des pistes

De partout où ils pourront polluer en toute impunité pour le bon plaisir des adorateur du " ça ne fume pas donc ça ne pollue pas".

Par

En réponse à pxidr

Encore un benêt qui croit a l'hydrogène !

Si Total investit la dedans... c'est quand même tout un symbole.

Total, VAG, Texaco, Toyota, EDF-GDF et tous les grands groupes liés à l'énergie investissent dans l'hydrogène... il serait temps de remettre les pieds sur terre.

Comme je le dis toujours et comme tous les économistes le savent comme une évidence, les vraies guerres technologiques se livrent dans l'ombre. Le VE batteries c'est de la guignolerie passagère sur base de sur-communication, ça va dans tous les sens, les marques produisent à la va vite des VE batteries qu'ils modifient tous les ans, un coup ceci, un coup cela. Plus personne ne comprends rien... pourquoi? parce que les batteries n'ont jamais été l'avenir donc peu importe.

C'est juste du bon sens.

Au poker tu ne poses pas tes cartes au fur et à mesure sur la table comme les marques avec les VE batteries. On cache tout et on trompe parce qu'il y a un enjeu réel.

Allez bye t'es toujours à la ramasse et t'as même plus aucun sens de la logique à force d’être fanatique.

Par

En réponse à Ajneda

En même temps, il n'a pas tort...

Ce n'est pas un futur viable, la batterie. Pour 20-30 ans ça fera certainement l'affaire, mais pour ensuite, ce sera toujours trop polluant (même si déjà bien moins que l'actuel thermique).

Il est encore trop tôt pour dire si l'hydrogène sera l'avenir plus lointain, mais une chose est sûre, la technologie est déjà connue, n'est pas si compliquée à réaliser et est encore moins polluante dès lors que cet hydrogène est produit à l'aide d'une énergie décarbonnée. Or là est notre problème actuel, l'électrolyse nécessaire à sa fabrication est faite en majeure partie à l'aide du pétrole, car au rendement plus élevé qu'une source électrique issue d'une énergie renouvelable par exemple.

Mais on sait faire avec ces dernières, ce sera sur ce point qu'il faudra travailler dans les prochaines décennies afin de décupler le rendement...

" Pour 20-30 ans ça fera certainement l'affaire, mais pour ensuite, ce sera toujours trop polluant "

Une batterie polluante, c'est a dire ? C'est sur que le petrole, ca ne pollue pas - ni a l'extraction, ni en transport, ni en combustion...

"l'électrolyse nécessaire à sa fabrication est faite en majeure partie à l'aide du pétrole, car au rendement plus élevé qu'une source électrique issue d'une énergie renouvelable par exemple."

Vous avez des chiffres ?

Et comment comparer le rendement d'un panneau solaire (20%) qui utilise de l'energie primaire gratuite, au rendement d'une centrale au petrole (30 a 40%) qui utilise un energie fossile, payante et polluante ?

Ca n'a aucun sens.

Vous ne savez pas de quoi vous parlez.

Le lithium-ion existe et fonctionne depuis les années 90 et son rendement est 3 fois meilleur que celui de l'hydrogène, si vous voulez aller par la.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire