Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Vol de pot catalytique : ça n'arrive pas qu'aux autres !

Caradisiac l'évoquait il y a peu, le vol de pot catalytique est une pratique en pleine recrudescence et des trafics parfois énormes sont démantelés. Mais en lisant notre article, je ne pensais pas une seconde que j'allais, deux jours plus tard, subir exactement le même sort. Et en rester abasourdi. Il paraît même que c'est parce que j'ai la "chance" de rouler en hybride...

Vol de pot catalytique : ça n'arrive pas qu'aux autres !

Le 7 juillet, mon estimé collègue Olivier Cotterel publiait un article intitulé "Un réseau de vols de pots catalytiques démantelé en Bretagne". Que j'ai ce jour-là lu avec attention, en me disant que "sérieusement, on en arrive à des extrémités qui confinent au désespoir pour les voleurs de tout poil".

J'étais à mille lieues de me douter que deux jours plus tard, le samedi 9 juillet, entre 18 heures et 20 heures, mon véhicule personnel subirait le même sort que les 400 évoqués dans l'article, et les milliers d'autres dans toute la France. Enfer et damnation. Colère et incompréhension.

Car ce n'est pas arrivé dans un obscur parking souterrain de la Courneuve (pardon, c'est sans vouloir stigmatiser personne), à 3 heures du matin ! Mais en pleine journée, dans un parking public, en surface, à 50 mètres de l'entrée du Parc Floral du bois de Vincennes. 

Pendant que je m'imprégnais de l'ambiance calme de l'écrin de verdure, que je m'instruisais des différentes espèces de dahlias, mon humble Toyota Prius 2 de 2006 voyait ses entrailles découpées à la meuleuse, et délestée de son précieux organe de dépollution : le catalyseur. Un viol de son intimité.

 

Mais pourquoi ? Comment ?

Incroyable de se dire que tout cela a eu lieu au vu et au su de tous. L'auto était stationnée sur un parking en plein air, avec du passage, et deux autres voitures garées de part et d'autre !

Pourquoi ? À cette question, la réponse est connue. Les catalyseurs coûtent cher, et ils contiennent des métaux rares : platine, palladium, et surtout rhodium. Ce dernier est devenu le métal le plus cher au monde, avec une moyenne de 700 € le... gramme ! La revente est donc aisée et lucrative pour les malfrats.

Un catalyseur contient environ 5 grammes de platine, combiné à du palladium et du rhodium, en petite quantité certes, mais ces métaux sont tellement chers qu'il attisent la convoitise des voleurs.
Un catalyseur contient environ 5 grammes de platine, combiné à du palladium et du rhodium, en petite quantité certes, mais ces métaux sont tellement chers qu'il attisent la convoitise des voleurs.

Et pourquoi ma bonne vieille Prius ? Parce qu'elle a le malheur d'être une hybride, et que dans les catalyseurs des hybrides, il y a plus encore de métaux rares que dans les autres. Eh oui, le moteur thermique ne fonctionnant pas en continu, la température dans le pot n'est pas idéale, et il faut plus de métaux rares pour fixer les polluants et les transformer, en particulier les oxydes d'azote. Ce sont donc des cibles privilégiées.

Comment ? À cette question, de nombreuses vidéos, sur le web, apportent une réponse simple également. Les voleurs sont dotés de machines portatives à découper, comme des scies à métaux, ou des meuleuses, ils se glissent sous l'auto et découpent la ligne d'échappement de part et d'autre du catalyseur, qui choit purement sur le sol. Et ils n'ont plus qu'à partir avec. Le tout en moins de 30 secondes. C'est effrayant. Même pas le temps pour les éventuels passants de réaliser ce qui arrive.

Ça coûte un bras

Pour le malheureux propriétaire, qui découvre le forfait, ou du moins, le comprend au bruit que fait son auto lorsqu'il la redémarre, ne restent souvent que les yeux pour pleurer. Ma Prius m'a laissé quelques secondes d'espoir au démarrage, en sortant de son emplacement de parking en mode électrique, avant que le thermique ne se réveille en faisant un bruit de voiture de Nascar sur la ligne de départ des 500 miles d'Indianapolis. Un V8 libéré vous dis-je. Était-elle en panne ? C'est une Prius enfin ! Impossible ! Il devait être arrivé autre chose.

Le dépanneur dépêché par mon assistance a confirmé mes soupçons, blasé : "ah bah c'est sûr qu'on vous a volé votre catalyseur, c'est la mode en ce moment, ça arrive tout le temps, surtout sur les hybrides." Merci, pas de pot, c'est le cas de le dire...

C'est avec émotion, et colère un peu, j'avoue, que j'ai regardé partir mon auto sur une dépanneuse. Même pas en panne en plus !
C'est avec émotion, et colère un peu, j'avoue, que j'ai regardé partir mon auto sur une dépanneuse. Même pas en panne en plus !

Seules les bonnes assurances prennent en charge ce type de vol de pièce. Pas la mienne. J'en serai pour ma poche. Chez Toyota, c'est dans les 2 500 €. Soit la moitié de la cote de l'auto. Je n'irai pas chez eux. Une pièce adaptable montée dans un petit garage me reviendra à moins de 1 000 €.

Ça fait déjà (très) cher la blague... J'espère que comme on le dit, la foudre ne tombe jamais deux fois au même endroit !

Pour se prémunir de ce type de vol, il n'y a pas 36 solutions : une alarme anti-soulèvement, qui fera fuir les impudents, ou la soudure d'une tôle de protection sous le catalyseur, qui en barrera l'accès. Une solution adoptée par de nombreux propriétaires, de par le monde il paraît.

Je vous le dis, on vit une époque formidable...

Mots clés :

SPONSORISE

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire