Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

2022: vers la pire année automobile de l'histoire?

Vous avez aimé le triste bilan du marché automobile 2021 en France et en Europe ? Vous adorerez l’exercice 2022, qui démarre sur les chapeaux de roue…mais en marche arrière !

2022: vers la pire année automobile de l'histoire?

Selon le bilan de l’Association européenne des constructeurs automobiles publié ce matin, le marché européen des voitures neuves accuse une baisse de 6,4% sur les deux premiers mois de l’année, avec notamment un marché hexagonal en baisse de 15,7%.

Seules 719 465 voitures ont été écoulées en février sur le Vieux continent, chiffre le plus bas depuis le mois de février 1990.

Les raisons de cette dégringolade sont connues, à savoir la crise des semi-conducteurs résultant de l’épidémie de Covid-19, laquelle accroît fortement les délais de livraison. A cela s’ajoutent les incertitudes liées à la guerre en Ukraine, ainsi que la hausse du prix de l’essence qui plombe un peu plus le pouvoir d’achat.

A ce sujet, le dernier bilan mensuel de l’UFIP Energies et mobilités, organisme qui représente les acteurs de la distribution de carburant en France, montre que les livraisons de carburants routiers ont connu une hausse de 10,1 % en février, ce qui montre que nous continuons de rouler « quoi qu’il en coûte. »

Il faut aussi tenir compte des interrogations des consommateurs à qui l’on veut vendre à tout prix des voitures électrifiées dont les tarifs sont encore aujourd’hui bien trop élevés…et ceci sans que les constructeurs soient en mesure de fournir rapidement lesdits véhicules en raison de la crise des semi-conducteurs évoquée plus haut! Le serpent se mord la queue, et le marché automobile tourne donc au ralenti.

La seule bonne nouvelle, dans tout cela est que le ministre de l’économie Bruno Le Maire a confirmé en début de semaine que les aides à l’achat sur les voitures dites « propres » seraient pérennisées, par souci de cohérence pour des pouvoirs publics qui cherchent à verdir le parc automobile français.

En parallèle, l’AVERE-France, association de promotion de la mobilité électrifiée, indique dans son dernier baromètre mensuel que la part de marché des véhicules électriques et hybrides rechargeables a approché les 17 % en février 2022, avec des immatriculations de modèles 100 % électriques sont qui ont compté pour 60 % du total.

De plus, le nombre de points de charge ouverts au public s’élevait à 55 515 au 28 février, chiffre qui marque une progression de 53% en un an.

Les choses progressent, mais peut-être encore trop lentement aux yeux de la filière automobile, qui organise une table ronde mercredi prochain sur le thème de la rapidité de déploiement du réseau de recharge en France et sa compatibilité avec la fin annoncée des véhicules thermiques en 2035.

Le processus de transformation dans lequel est engagé l’automobile s’inscrit dans le temps long, et le plus difficile est maintenant de composer avec les diverses impatiences.

SPONSORISE

Toute l'actualité

Dernières vidéos

Commentaires ()

Déposer un commentaire