Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Alpine A110 R – Les premières images de l’essai (+ impressions de conduite)

Dans Nouveautés / Haut de gamme

Alan Froli , mis à jour

Plus que quelques jours à attendre avant les premiers tests de la nouvelle A110 R. Au menu : toujours 300 ch mais un régime draconien grâce à l'emploi de nombreux éléments en carbone, dont les jantes, une aérodynamique peaufinée et un châssis encore plus efficace.

Alpine A110 R – Les premières images de l’essai (+ impressions de conduite)

L'A110 R est la version la plus radicale de la gamme, si l'on excepte la très exclusive et quasi inaccessible version Alonso à 148 000 €. Certes, le moteur 1.8 turbo n'évolue pas par rapport aux versions S et GT puisqu'il développe toujours 300 ch, mais la Française a bénéficié de nombreuses améliorations, tant en termes de réduction des masses que d'aérodynamique ou de trains roulants. Et avec un gain annoncé de 34 kg sur la balance, elle laisse augurer une efficacité en net progrès. Pour nous permettre de le constater, la marque nous a donné rendez-vous ce dimanche 22 janvier en Espagne.

Alpine A110 R – Les premières images de l’essai (+ impressions de conduite)

Alpine A110 R – Les premières images de l’essai (+ impressions de conduite)

 

 

Alpine A110 R – Les premières images de l’essai (+ impressions de conduite)

Techniquement, l'A110 R s'allège grâce à la greffe de nombreux éléments en carbone, dont le toit (initialement en option sur l'A110 S), le capot, la lunette arrière, et même les jantes ! À elles seules, ces dernières permettent de glaner 12,5 kg. Une bonne nouvelle, d'autant que cela concerne les masses non suspendues, mais attention : en cas de pépins, les réparations coûtent cher, même si elles sont en deux parties.

À bord, la plus radicale des Alpine emploie également du carbone pour les sièges baquets (-5 kg). Et pour se différencier encore plus de ses frangines, elle reçoit des harnais Sabelt six points homologués (ils peuvent donc remplacer les lourdes ceintures), ainsi qu'un revêtement microfibres sur les portes et la planche de bord. De quoi améliorer la qualité perçue et conférer une ambiance course attachante. 

Microfibres sur la planche de bord et les portes, sangles en guise de poignée : l'ambiance course est de mise.
Microfibres sur la planche de bord et les portes, sangles en guise de poignée : l'ambiance course est de mise.
Les baquets ne se règlent ni en hauteur ni en inclinaison mais permettent de gagner 5 kg et du maintien.
Les baquets ne se règlent ni en hauteur ni en inclinaison mais permettent de gagner 5 kg et du maintien.

Malgré tout ce travail, le rapport poids/puissance s'améliore peu en passant de 3,70 kg/ch sur l'A110 S d'origine à 3,60 kg/ch ici. Mais cela permettrait, selon la marque, de passer de 0 à 100 km/h en 3s9 (au lieu de 4s2) puis de franchir la ligne des 1 000 m en 21s9. En outre, grâce à une aéro retravaillée, l'A110 R améliorerait sa vitesse de pointe de 10 km/h par rapport à une A110 S dotée du kit aéro, soit 285 km/h, tout en gagnant de l'appui.

Les trains roulants, bien sûr, ne sont pas oubliés : déjà, l'A110 R chausse d'office des pneus Michelin Pilot Sport Cup 2 bien collants. Ensuite, elle reçoit des amortisseurs réglables via une bague crantée pour intervenir aisément à chaque changement de circuit. Notez que la caisse a été abaissée de 10 mm par la même occasion, tandis que les barres antiroulis ont été raidies.

Alpine A110 R – Les premières images de l’essai (+ impressions de conduite)

Reste à accepter le tarif : 105 000 € contre 72 500 € pour une A110 S. Une seule solution pour savoir si le jeu en vaut la chandelle : la tester, sur route mais aussi sur circuit.

Premières impressions de conduite...

Sur route, la 110 R étonne d'emblée par la rigueur de sa suspension. Alors que la S a tendance a copier les irrégularités et à sautiller sur départementales bosselées, la R travaille beaucoup mieux à chaque instant. Le poids réduit des jantes participe évidemment à cette bonne qualité de filtration. Non seulement la voiture reste "confortable" en balade, mais elle rassure en conduite soutenue : la motricité est constante, l'ABS se déclenche peu, et l'auto reste fidèle à sa trajectoire en appui. Précisons que le système hydraulique était réglé sur le mode intermédiaire (dixième niveau sur vingt), avec un léger roulis, loin d'être désagréable. On profite alors pleinement du potentiel mécanique et notamment des relances énergiques. Reste à savoir ce que cela donne sur circuit. Retrouvez-nous donc mercredi à 14 h pour l'essai complet...

Photos (6)

En savoir plus sur : Alpine A110 (2e Generation)

SPONSORISE

Actualité Alpine

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire