Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

BMW 318i Touring vs Lancia Lybra SW 2.0 : des breaks de charme à bon marché

Dans Rétro / News rétro

C’est le moment de partir un mois en vacances, et plutôt que de perdre sèchement 3 000 € en louant un banal SUV, pourquoi ne pas opter pour un break sympa, performant et charmeur au même prix ? Les BMW 318i Touring et Lancia Lybra 2.0 SW s’offrent à vous, et à la rentrée, vous pourrez récupérer votre mise, au moins en partie.

BMW 318i Touring vs Lancia Lybra SW 2.0 : des breaks de charme à bon marché

Les forces en présence

  • BMW 318i Touring (2001-2005) : break 5 places, 4 cylindres, 2,0 l atmo, 143 ch, 1 390 kg, à partir de 3 000 €
  • Lancia Lybra 2.0 SW (1999-2005) : break 5 places, 5 cylindres, 2,0 l atmo, 154 ch, 1 390 kg, à partir de 2 500 €
À partir de 2001, la BMW Série 3 E46 reçoit ces projecteurs plus agressifs et la 318i un nouveau moteur 2.0 de 143 ch.
À partir de 2001, la BMW Série 3 E46 reçoit ces projecteurs plus agressifs et la 318i un nouveau moteur 2.0 de 143 ch.
Lancia a doté la Lybra d’un look étrangement vintage, pas très réussi à l’avant. Mais sous le capot, le 5-cylindres 2.0 de 154 ch procure bien du plaisir. Ici en 2000.
Lancia a doté la Lybra d’un look étrangement vintage, pas très réussi à l’avant. Mais sous le capot, le 5-cylindres 2.0 de 154 ch procure bien du plaisir. Ici en 2000.

Au début de ce siècle, si on voulait un break chic et de gabarit raisonnable, on n’était pas obligé de se fournir en Allemagne. On traversait les Alpes et on trouvait par exemple la très particulière Lancia Lybra SW, agréablement présentée et dotée d’un onctueux 5-cylindres essence. Un vrai choix d’esthète. On pouvait aussi se rendre outre-Rhin et opter pour une dynamique BMW 318i Touring, moins excentrique que l’italienne mais au moins aussi attirante grâce à ses sensations de conduite, typiques d’une propulsion. Toutes deux passent les 200 km/h et effectuent le 0 à 100 km/h en moins de 10 s : des performances toujours à la page.

Présentation : deux breaks forts en caractère, dans des registres différents

Les jantes en alliage et les projecteurs au xénon de cette 318i de 2001 sont en option.
Les jantes en alliage et les projecteurs au xénon de cette 318i de 2001 sont en option.

Après une Série 3 E36 qui a habilement modernisé son design, BMW joue la sécurité en la remplaçant par une E46, très similaire par son concept, son langage stylistique et ses choix technologiques, mais infiniment mieux réalisée.

Présentée en décembre 1997 en berline, puis en 1999 en break Touring, elle séduit d’emblée par sa finition remarquable et ses qualités routières, sans oublier ses moteurs. Mais ceux-ci se bonifient encore fin 2001, lors du restylage. La 318i passe de 117 ch à 143 ch en adoptant un bloc N42 inédit et ultramoderne.

Réalisé en alliage, il bénéficie d’une culasse 16 soupapes dont les arbres à cames s’équipent non seulement d’un calage variable Vanos mais aussi d’une gestion électrique des soupapes Valvetronic, système qu’il inaugure chez BMW. Le prix est élevé : 28 150 €, soit 36 600 € actuels selon l’Insee. À ce prix on n’a droit qu’à une radio k7 et une clim manuelle. Mieux vaut prendre la Pack, qui, à 29 700 €, ajoute la régulation électronique de la clim ou encore la banquette en deux parties.

Pour le régulateur de vitesse ou les vitres électriques, il faut recourir aux options. Néanmoins, la Série 3 E46 se vend très bien, et quand l’E90 la remplace en 2005, sa finition affiche une étonnante baisse.

Jantes alu et antibrouillards de série pour cette Lancia Lybra SW de 2001.
Jantes alu et antibrouillards de série pour cette Lancia Lybra SW de 2001.

Remplaçant en 1999 une Dedra qui s’est correctement vendue mais accuse déjà 10 ans, la Lybra en conserve des éléments de plate-forme. Elle étire tout de même son empattement et bénéficie d’une toute nouvelle suspension arrière multibras.

Mais c’est par sa carrosserie que la Lancia surprend réellement. En effet, le constructeur s’est dit que pour séduire une riche clientèle quinquagénaire, il fallait conférer à l’auto un look néo-rétro. Du coup, la Lybra se voit affublée d’une face avant dotée de deux gros feux rappelant ceux de l’Appia de 1953, dont l’inspiration se retrouve aussi sur les portières de la Lybra.

Un choix étrange qui tranche avec l’habitacle splendide et les moteurs séduisants. Notamment, en essence, le musical 5-cylindres 2,0 l de 154 ch, doté d’un déphaseur d’arbre à cames. Pour 2002, année que nous retenons pour la comparaison avec la BMW, la Lancia existe en trois finitions : LX (27 100 € - 34 300 € actuels selon l’Insee), Intensa (28 100 €) et Executive (31 600 €).

Toutes sont très bien équipées : clim bizone, hifi Bose, phares et essuie-glaces automatiques, rétroviseur photosensible, jantes alu, 4 vitres électriques. L’Intensa ajoute la sellerie cuir-Alcantara, les chromes brunis et les xénons, alors que l’Executive a carrément droit aux sièges en cuir à réglages électriques, au GPS, au régulateur de vitesse voire au téléphone. Le top de l’époque ! Néanmoins, et malgré ses qualités, la Lybra sera un échec commercial et n’aura pas de remplaçante lors de sa disparition en 2005.

Fiabilité/entretien : Deux autos robustes, mais aux tares spécifiques

Fondamentalement robuste, le bloc N42B20 de la 318i Touring souffre de quelques défaillances du Vanos.
Fondamentalement robuste, le bloc N42B20 de la 318i Touring souffre de quelques défaillances du Vanos.

Contrairement aux diesels, les moteurs à essence BMW se révèlent très fiables, sans tare particulière. Simplement, ils apprécient qu’on réduise les intervalles de vidange indiqués par l’ordinateur de bord.

Passé les 100 000 km, on écoutera la distribution, les tendeurs de chaîne pouvant devenir bruyants, alors qu’on relève des défaillances du Vanos. Plus régulièrement, les bobines sont à changer à ce kilométrage, de même que les silentblocs de train avant. On vérifiera aussi les attaches de train arrière, qui s’arrachent sur les autos maltraitées (cas très rare sur la 318i). Dans l’habitacle, le témoin d’airbag passager s’allume car la nappe électronique située dans le siège est défaillante. Mais grâce à la qualité des matériaux, le cockpit vieillit remarquablement bien.

Pas de souci sur le 5-cylindres de la Lybra, mais comme on le voit ici, il reste peu de place entre le bloc et vase d’expansion pour changer la courroie de distribution…
Pas de souci sur le 5-cylindres de la Lybra, mais comme on le voit ici, il reste peu de place entre le bloc et vase d’expansion pour changer la courroie de distribution…

Pour sa part, la Lancia profite aussi d’un moteur très endurant, mais nécessitant un changement de courroie de distribution tous les 5-6 ans (100 000 km maxi). Une opération à 1 000 € au bas mot, le bloc n’étant pas très accessible. Les bobines d’allumage rendent parfois l’âme à ce kilométrage, tout comme les silentblocs de train avant.

L’habitacle vieillit globalement bien mais moins que celui de la BMW, à cause de boutons de commande fragiles. Surtout, l’électronique peut causer plus de soucis que celle de la BMW, souvent par la faute d’une connectique défaillante, principalement avant 2002. En cause, un assemblage variant parfois beaucoup d’un exemplaire à l’autre : une Lybra peut durer très longtemps sans connaitre aucun pépin ou vous pourrir la vie dès sa mise en circulation. En principe, celles qui restent sont les bonnes.

Avantage : BMW, de peu. L’allemande profite d’une qualité de montage supérieure et bien plus constante, ce qui limite les pépins. Mais mécaniquement, elle n’est pas meilleure.

Vie à bord : plaisir des sens à l’italienne

Beau design pour la BMW, mais ici, les sièges sport en cuir, les parements en bois et la radio-CD sont en option, tout comme le régulateur de vitesse.
Beau design pour la BMW, mais ici, les sièges sport en cuir, les parements en bois et la radio-CD sont en option, tout comme le régulateur de vitesse.

BMW a particulièrement soigné la finition de sa Série 3 E46, on l’a dit, mais l’habitabilité arrière reste fort moyenne. Si la position de conduite est parfaite, tout comme l’ergonomie (ah, ce splendide tableau de bord à la console centrale orientée vers le conducteur), les sièges ne procurent qu’un confort médiocre, tandis que l’équipement, à moins de recourir aux nombreuses options, reste étonnamment chiche. Les vitres arrière sont manuelles par exemple. De son côté, le coffre se montre pratique à charger, mais son volume demeure à peine convenable : de 410 l à 1 345 l banquette rabattue.

Dessin très agréable pour la Lancia Lybra, ici en finition Executive où tout est de série, GPS, téléphone et cuir compris.
Dessin très agréable pour la Lancia Lybra, ici en finition Executive où tout est de série, GPS, téléphone et cuir compris.

Pour sa part, la Lancia se targue d’une présentation très flatteuse. Ce n’est pas que du tape-à-l’œil car la qualité des matériaux atteint un niveau fort respectable. Tout est doux au toucher (sellerie en Alcantara ou en cuir), et les sièges procurent un confort enviable. Pour sa part, la position de conduite est bien étudiée, mais l’ergonomie un peu plus fouillis que dans l’allemande.

L’habitabilité arrière surpasse nettement celle de la BMW, tout comme l’équipement, comme nous l’avons décrit plus haut. En somme, la Lancia propose un espace de vie autrement agréable ! Mais le coffre déçoit : moins pratique que celui de la BMW à cause de son seuil, il n’est par ailleurs pas plus spacieux : de 420 l à 1 300 l banquette rabattue.

Avantage : Lancia. Beaucoup mieux équipée, plus spacieuse et chatoyante que la BMW, la Lybra prend ici l’avantage malgré sa finition moins léchée et son coffre un peu juste.

Sur la route : un salon roulant appelé Lancia

Moteur punchy et comportement ludique à la limite pour la BMW 318i Touring.
Moteur punchy et comportement ludique à la limite pour la BMW 318i Touring.

Régalant par sa position de conduite et son ergonomie impeccables, la BMW met tout de suite à l’aise. Le moteur n’émet pas un son très plaisant, mais il se montre souple, à l’aise à mi-régime et plutôt enclin à flirter avec la zone rouge. Il procure des performances très suffisantes, même si les reprises pâtissent du manque de couple. Il suffit de jouer de la commande de boîte, assez agréable à manier, pour bien relancer ce bloc volontaire. L’embrayage est typiquement BMW, donc peu progressif, dommage.

Côté châssis, c’est précis, sain et très équilibré. L’amortissement réalise un bon compromis entre confort et maintien de caisse, et l’auto se laisse volontiers brusquer. En la provoquant, on peut la faire survirer à l’accélérateur, brièvement sur le sec, et bien plus amplement sur le mouillé : attention. Les freins sont efficaces, mais l’endurance n’a rien d’exceptionnel.

Très sûre, la Lancia Lybra 2.0 se signale par son confort et la belle sonorité de son 5-cylindres.
Très sûre, la Lancia Lybra 2.0 se signale par son confort et la belle sonorité de son 5-cylindres.

La Lancia, c’est une ambiance. Outre la beauté de la présentation, la mélodie du moteur donne le sourire dès la mise en route. Confortablement installé, on a envie de sentir la puissance du 5-cylindres, mais pour ça, il ne faut pas hésiter à le solliciter car il est un peu creux à bas régime. Ensuite, passé 4 000 tr/min, il chante merveilleusement, mais on reste un peu sur sa faim côté punch, l’étagement assez long de la transmission n’arrangeant pas les choses. Heureusement, la commande de boîte est très agréable : tant mieux, car pour bien avancer, on va s’en servir !

Les liaisons au sol soignées préservent à la fois le confort, excellent, et la tenue de route, parfaitement sûre, alors que la précision ne fait jamais défaut. La direction se montre consistante et informative, mais à la limite, la Lancia sera moins joueuse que la BMW. En revanche, sur le mouillé, sa stabilité est supérieure. Enfin, la sono Bose offre une qualité d’écoute autrement supérieure à celle de l’installation basique de la BMW !

Avantage : Lancia. Dans le cadre d’un usage familial, le confort et la sécurité de la Lancia valent mieux que le dynamisme et les performances un poil supérieurs de la BMW.

Budget : frugalité allemande

Si on cherche des autos affichant environ 150 000 km, on devra dépenser 3 000 € pour la BMW et 2 500 € pour la Lancia. Et si abaisse le kilométrage, l’écart se creuse : on peut encore trouver une Lybra de 100 000 km pour 3 000 €, alors que la 318i passera les 5 000 €.

Coffre moyennement spacieux mais pratique pour la BMW 318i Touring.
Coffre moyennement spacieux mais pratique pour la BMW 318i Touring.

D’un autre côté, l’Allemande consomme environ 7,5 – 8 l/100 km sur route, la Lancia réclamant un bon litre de plus. Par ailleurs, du fait de son assemblage plus rigoureux, elle pâtit de moins de petits pépins, donc se montre un peu moins chère en entretien, et se revendra à coup sûr plus aisément que la Lancia.

Les parois droites du coffre de la Lybra SW facilitent plus le chargement que le seuil créant une marche, alors que l’assise repliée empiète sur la longueur utile.
Les parois droites du coffre de la Lybra SW facilitent plus le chargement que le seuil créant une marche, alors que l’assise repliée empiète sur la longueur utile.

Avantage : BMW. Certes plus chère à l’achat, la 318i prend le dessus grâce à son prix de revient kilométrique inférieur.

Verdict : cœur italien, raison allemande

Peu gourmande, peu onéreuse à entretenir et facile à revendre, la BMW 318i ne coûte pas très cher à l’usage.
Peu gourmande, peu onéreuse à entretenir et facile à revendre, la BMW 318i ne coûte pas très cher à l’usage.

Aux points, il sera difficile de départager nos deux protagonistes, ce qui, en soi, constitue une petite victoire pour la Lancia, dont l’image de marque est très inférieure à celle de la BMW. L’italienne la surpasse par son agrément moteur, son équipement, son habitabilité et son confort, voire la sécurité de son comportement routier sur le mouillé. Sans oublier l’originalité !

Mais cette caractéristique pourra aussi en rebuter certains, qui iront apprécier la finition, le dynamisme, les performances et la relative frugalité de la 318i, par ailleurs plus facile à revendre. Si on reste purement raisonnable, on choisit la BMW, si on laisse parler le cœur, on prend l’italienne, qui n’oublie pas une certaine rationalité.

Plus abordable à l’achat que la BMW 318i, la Lancia Lybra 2.0 SW revient un peu plus cher à l’usage.
Plus abordable à l’achat que la BMW 318i, la Lancia Lybra 2.0 SW revient un peu plus cher à l’usage.

Le classement final

Thème Avantage
Fiabilité/entretien BMW
Vie à bord Lancia
Sur la route Lancia
Budget BMW
Verdict Égalité

> Pour trouver des annonces, rendez-vous sur le site de La Centrale : BMW Série 3 E46 Touring, Lancia Lybra

En savoir plus sur : Bmw Serie 3 E46 Touring

SPONSORISE

Actualité Bmw

Toute l'actualité

Commentaires (51)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

La e46 est plus homogène , sinon en 330d 204ch c'est parfait pour les ecolos

Par

En réponse à franck8315

La e46 est plus homogène , sinon en 330d 204ch c'est parfait pour les ecolos

Qu'est ce qu'ils viennent faire là, les "zécolos" ?

Par

J'aime beaucoup l'introduction : il y a vraiment des gens qui pensent qu'ils vont acheter une voiture, rouler 3 mois avec et la revendre sans problème ? Une voiture que le précédent propriétaire a gardé 3 mois seulement, moi, je me poserais des questions avant d'acheter. Beaucoup de questions.

Par

Le design de la Lancia est rédhibitoire. Peut importe le passé de cette marque, quand on voit cette carrosserie, la déchéance des années 2000 est totalement mérité.

Et faut pas venir avec des arguments du genre '' la beauté ses subjectif'' car justement non, c'est culturel et la clairement le design ne correspond à aucun critère de beauté.

Par

En réponse à beniot9888

J'aime beaucoup l'introduction : il y a vraiment des gens qui pensent qu'ils vont acheter une voiture, rouler 3 mois avec et la revendre sans problème ? Une voiture que le précédent propriétaire a gardé 3 mois seulement, moi, je me poserais des questions avant d'acheter. Beaucoup de questions.

Ben continues a te poser des questions alors...''chaqun fait ce qui lui plaît plaît plaît''

Moi j'ai fait ça sur un an et j'ai récupéré mes sous sous ;)

(j'aurais même pu me faire un bénef) alors que si j'avais du louer un modèle équivalent je serais die die die...

Par

Après avoir eu les2 la Lancia lybra est plus pratique plus homogène plus silencieuse plus qualitative en 2.4 jtdm avec le 5 cylindres 150 cv c'est le top un équipement au top pour l'époque gps, son Bose, alcantara, Clim bi zone, freinage de dingue digne d'une delta hf la référence de l'époque

La bm est larguée

Par

En réponse à beniot9888

J'aime beaucoup l'introduction : il y a vraiment des gens qui pensent qu'ils vont acheter une voiture, rouler 3 mois avec et la revendre sans problème ? Une voiture que le précédent propriétaire a gardé 3 mois seulement, moi, je me poserais des questions avant d'acheter. Beaucoup de questions.

En 2002 un de mes voisins avait acheté une Renault espace de 1984 4000 Euros en Juin et revendu en septembre 4500 Euros

Par

En réponse à integralhf

Après avoir eu les2 la Lancia lybra est plus pratique plus homogène plus silencieuse plus qualitative en 2.4 jtdm avec le 5 cylindres 150 cv c'est le top un équipement au top pour l'époque gps, son Bose, alcantara, Clim bi zone, freinage de dingue digne d'une delta hf la référence de l'époque

La bm est larguée

Oui on sait le pro Italien

Par

En réponse à franck8315

Oui on sait le pro Italien

Sans ça, rouler en BM vielle de 20ans ça fait plouc, alors qu'on trouve de belle Lancia peu kilométré qui font voitures de passionnés. Bref l'image positive de ces voitures s'inverse avec le temps (il suffit de voir où se concentre ces e46)

Par

En réponse à franck8315

Oui on sait le pro Italien

La lybra c'est le sosie de la xsara break non?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire