Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Chine : le plan de la dernière chance pour sauver le soldat PSA ?

Dans Economie / Politique / Marché

Chine : le plan de la dernière chance pour sauver le soldat PSA ?

PSA visait un million de ventes annuelles en Chine à partir de 2018 avec son allié Dongfeng. Au premier semestre, le groupe n'a écoulé que 64 000 véhicules... dans toute l'Asie du Sud Est. PSA et Dongfeng ont donc présenté un plan de relance, pour sauver le soldat français de la noyade dans les eaux chinoises.

Le groupe PSA est un paradoxe à lui seul. Il affiche une santé financière insolente avec une rentabilité supérieure à certains constructeurs premium, mais se retrouve aujourd'hui tout proche de la catastrophe sur le premier marché automobile mondial : la Chine. Arriver à afficher un tel bilan financier en faisant une "impasse" totale sur la Chine est donc un peu une réussite pour Carlos Tavares et ses équipes, mais c'est aussi une épine dans le pied : comment parvenir à progresser en Chine ?

DPCA (Dongfeng Peugeot Citroën Automobile) a donc décidé de prendre le taureau par les cornes. Rappelons tout de même que PSA est un des premiers groupes européens à s'implanter en Chine, avec Volkswagen. A l'époque, au milieu des années 80, Citroën fournit plusieurs milliers de CX à destination du marché chinois, notamment pour certains officiels. Les débuts d'une aventure. Prémices d'une réussite françaises en extrême Orient ? Pas vraiment.

Si l'on remonte quelques années en arrière, PSA visait une progression des ventes pour atteindre un million d'unités par an en Chine en 2018. Le groupe français, avec Dongfeng, a écoulé 64 000 voitures sur le premier semestre dans toute l'Asie du Sud Est, Chine comprise. La dégringolade s'est amorcée à coup de - 30 % en 2014.

Stabiliser, puis repartir

PSA compte dans un premier temps colmater les fuites du navire pour stabiliser la situation à environ 150 000 ventes par an, qui serait le seuil de rentabilité. La seconde phase serait de repasser à 400 000 ventes annuelles dès 2025.

Une vision à six ans plutôt rationnelle pour PSA Dongfeng qui prévoit le lancement d'au moins 14 nouveautés rien que pour la Chine d'ici trois ans. Dans le même temps, DPCA entend se débarrasser de "ses actifs non utilisés", mais aussi d'une partie des effectifs. Du ménage devrait notamment être fait dans les départements marketing, pas à la hauteur du défi chinois, totalement différent du marché européen. 

Finalement, le plus gros challenge de PSA ne sera pas de redécoller, mais bien de trouver un second souffle dans un marché qui se contracte de façon constante ces dernières années. Après le rachat d'Opel et son intégration chez PSA, voilà une nouvelle mission dangereuse pour le soldat PSA, et son général Carlos Tavares.

    Mots clés :

  • PSA

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (61)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Peut-être pas assez de pub pour faire connaître les produits ?

Par

Généralement les pays asiatiques préfèrent acheter local, il suffit de regarder les ventes des marques étrangères en Corée, Japon etc

Par

Mais qu'est ce qui changera au juste ? Parce que lancer plein de nouveaux modèles bien nés ils l'ont déjà fait et leurs ventes ont continué à s'effondrer...

Par

Stabiliser :) ? Il n'y a plus rien à stabiliser quand on est à 0 ! Heureusement qu'on ne peut pas faire de ventes négatives !

Par

1/ La Chine est un pays ultra-nationaliste mais où la "face" compte beaucoup. Donc, sauf à porter une image de réussite (Porsche, Ferrari, etc.) : il faut avoir une marque locale pour vendre ou une marque reconnue internationalement. Autant dire, que c'est pas avec une marque premium comme DS qu'ils vont vendre ...

2/ Les goûts chinois se rapprochent des goûts américains : il faut vendre des tanks si on veut faire du premium, pas des voitures européennes. Donc, si on veut vendre des petites voitures, il faut une marque locale.

Par

En réponse à Willie

Généralement les pays asiatiques préfèrent acheter local, il suffit de regarder les ventes des marques étrangères en Corée, Japon etc

dans le top 10 des ventes autos en Chine 3 sont des VW.

Par

Après avoir renouvelé à 3 reprises leurs équipes locales, et que les chiffres, pires que jamais, montrent qu'il va falloir encore le faire, reste plus qu'à envoyer là bas ETO.

Y'a que son salaire à 6 chiffres qui coince...

Par

En réponse à JohnLocke

1/ La Chine est un pays ultra-nationaliste mais où la "face" compte beaucoup. Donc, sauf à porter une image de réussite (Porsche, Ferrari, etc.) : il faut avoir une marque locale pour vendre ou une marque reconnue internationalement. Autant dire, que c'est pas avec une marque premium comme DS qu'ils vont vendre ...

2/ Les goûts chinois se rapprochent des goûts américains : il faut vendre des tanks si on veut faire du premium, pas des voitures européennes. Donc, si on veut vendre des petites voitures, il faut une marque locale.

Audi BMW et Mercedes sont l'incarnation meme de la voiture européenne et les 3 cartonnent là bas au point d'occulter complètement leurs rivaux américains... Je te rejoins sur le premier point en revanche :bien:

Par

En réponse à roc et gravillon

Après avoir renouvelé à 3 reprises leurs équipes locales, et que les chiffres, pires que jamais, montrent qu'il va falloir encore le faire, reste plus qu'à envoyer là bas ETO.

Y'a que son salaire à 6 chiffres qui coince...

Salaire à 6 chiffres en yuan, ça ne devrait pas poser problème.

Par

Le marché chinois est particulier, il est jeune et fonctionne beaucoup à la réputation. Il y a pour les marques françaises un discrédit qui a été introduit depuis 4 ou 5 ans par les importateurs de produits allemands ( mieux organisés niveau communication)...un peu comme en Europe, les voitures françaises sont réputées fragiles et en retard niveau technologie. Les marques chinoises avec le soutien des autorités ont joués sur cette tendance. Si psa veut redresser la tête ils doivent communiquer sur la qualité de leurs produits et se créer une image de marque ... probablement via le sport.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire