Publi info
 
Conseils
Sponsorisé par  

Comment assurer un jeune en conduite accompagnée ? Quels avantages ?

Dans Conseils / Assurance Auto

, mis à jour

La conduite accompagnée doit être déclarée à l’assureur du véhicule utilisé mais n’occasionne aucun surcoût. Mieux, elle permet de réduire le coût de la prime d’assurance pour le jeune conducteur.

Comment assurer un jeune en conduite accompagnée ? Quels avantages ?

Généralisée dans les années 1990, la conduite accompagnée (ou apprentissage anticipé de la conduite, AAC) offre de nombreux avantages. Plus sûre et moins onéreuse qu’un permis classique, elle permet aussi d’accroître les chances de réussite au moment de l’examen. Mais quelles sont les implications au niveau de l’assurance du véhicule pendant et après la conduite accompagnée ?

Une extension de garantie sans surprime

Pour pouvoir pratiquer la conduite accompagnée, il est indispensable de solliciter une extension de garantie pour le ou les véhicules utilisés. Cette extension doit faire apparaître le nom du ou des accompagnateurs et ne représente aucun surcoût pour l’assuré. Seule condition, il est nécessaire de produire l’attestation de fin de formation initiale. Ce document est obtenu après la réussite examens du Code de la Route et la prise de 20h de cours de conduite avec un moniteur d’auto-école, au minimum.

A noter que cette attestation est délivrée par l’auto-école en trois exemplaires : un exemplaire qu’elle conserve pour ses archives, un exemplaire à envoyer à la compagnie d’assurance du véhicule destiné à être conduit par l’élève et un exemplaire destiné à être conservé dans le livret d’apprentissage. C’est cet exemplaire que vous devrez présenter aux forces de l’ordre en cas de contrôle.

Les cas dans lesquels l’assurance auto ne s’applique pas toujours

L’assureur peut refuser d’accorder l’extension de garantie dans certains cas particuliers, notamment :

  • Si l’accompagnateur a déjà été condamné pour certains délits routiers (homicide ou blessures involontaires, conduite sous l’emprise de l’alcool…)
  • Si l’accompagnateur ne détient pas le permis B ou l’a obtenu depuis moins de 5 ans sans interruption. 

En cas d’accident pendant la phase d’apprentissage, l’assuré doit prendre à sa charge une partie des dommages au titre de la franchise « conducteur novice », très répandue dans les contrats d’assurance. Cette franchise peut s’appliquer à la garantie des dommages causés à autrui, mais aussi aux dommages causés au véhicule de l’assuré.


Conduite accompagnée : des avantages en termes d’assurance auto

Une fois le permis décroché, le jeune conducteur bénéficie d’avantages supplémentaires. Il doit, pour en profiter, se munir de son attestation de fin de conduite accompagnée et de son permis au moment de l’établissement du premier devis d’assurance auto.

La surprime qui s’applique aux conducteurs novices est réduite de moitié. Cela signifie que le tarif qui s’applique au jeune conducteur ayant opté pour l’AAC est majoré au maximum de 50% par rapport au tarif de base. La surprime diminue à 25% la deuxième année avant de disparaître en intégralité dès la troisième année.

Vous êtes conducteur novice et avez pratiqué la conduite accompagné ? Pour simuler votre tarif d’assurance auto, rendez-vous sur le site de notre partenaire sans attendre.

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire