Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info
Vidéo - Alcoolémie : jouer avec les erreurs maximales tolérées, c'est possible ?Dans notre rubrique En direct des tribunaux, nous recueillons les témoignages de conducteurs, venus au tribunal se défendre seuls ou avec leur avocat, à la sortie des audiences. Notre cas du jour : Un conducteur verbalisé pour une « petite » alcoolémie, condamné en première instance à 350€ d'amende et une semaine de suspension du permis, est relaxé en appel. Son avocate, Me Caroline Tichit, nous expose l'un de ses arguments. Quand il s'agit d'un taux d'alcool juste au-dessus de la limite légale, « il peut valoir le coup de demander à prendre en compte la marge d'erreur tolérée des éthylomètres, en particulier si d'autres doutes sur la fiabilité de cette alcoolémie sont soulevés »...

Lire l'article»

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Ah la bande d'ivrognes !!

La loie devrait être 0 gramme d'alcool quand on conduit, et pas besoin de teriverser !

Par ric25nw

:hum:

Sans être dans l'excès (la tolérance zéro est difficile), il y a quand même des choses à rappeler;

D'abord l'appareil visible dans le petit film n'est pas un éthylomètre mais un éthylotest...un peu différent quand même pour la suite.

Ensuite, la procédure habituelle qui est applicable à la majorité des appareils en dotation Police est de contrôler le conducteur (je ne reviens pas sur les modalités de contrôle qui peuvent faire l'objet d'un post complet^^) et ensuite d'attendre 30 minutes pour procéder à la vérification par l'appareil adapté.(en général au commissariat)

Cette vérification fait l'objet d'une première puis d'une seconde mesure (à l'initiative des agents ou de l'automobiliste) et seule la plus basse mesure des deux est prise en compte pour l'établissement du procès verbal...

Si la première mesure est inférieure au seuil légal, il n'y a pas de seconde mesure et la procédure est automatiquement arrêtée.

Alors oui, tant qu'il y aura des avocats ou des avoués pour se faire du fric avec des automobilistes fortunés qui ne demandent qu'à en perdre en usant(abusant?) de toutes les voies et manoeuvre de recours possible; et tant qu'une certaine "publicité" sera répercutée par les magazines, alors l'idée continuera de courir que l'on peut passer à travers....au lieu de penser à respecter les lois établies.

Cela fait sans doute parti du "jeux" que certains préfèrent au fait qu'ils admettent avoir pu commettre une faute...

ps/ Je ne pense pas que l'aide juridictionnelle intéresse beaucoup d'avocats dans ce genre de dossier-mais je peux me tromper-:chut:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire