Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Commentaires - Volvo vise les 1000 km d'autonomie avec ses futures électriques

Audric Doche

Volvo vise les 1000 km d'autonomie avec ses futures électriques

Déposer un commentaire

Par

Les lois de la physique étant ce qu'elles sont, pour faire 1000 km d'autonomie au lieu de 500, il va falloir doubler la capacité de la batterie (sauf à avoir une voiture ultra aérodynamique, ce que les parpaing XC Volvo ne sont pas).

Donc pour avoir ces 1000 km, on va doubler le prix de la batterie, donc renchérir le prix du véhicule d'au moins 60%.

Tout ça pour qu'occasionnellement, on puisse faire un long trajet avec moins d'arrêt.

Belle annonce, mais irréaliste, non pas techniquement (tout le monde peut empiler des kWh de batterie, même Tesla, hein le zozozozo !) mais parce que on abouti à une configuration produit très chère avec comme seul avantage de faire 2 x plus de km. Je crois que la majorité des clients se contentera de 500 km pour payer sa voiture 40% moins chère.

Par

En réponse à E911V

Les lois de la physique étant ce qu'elles sont, pour faire 1000 km d'autonomie au lieu de 500, il va falloir doubler la capacité de la batterie (sauf à avoir une voiture ultra aérodynamique, ce que les parpaing XC Volvo ne sont pas).

Donc pour avoir ces 1000 km, on va doubler le prix de la batterie, donc renchérir le prix du véhicule d'au moins 60%.

Tout ça pour qu'occasionnellement, on puisse faire un long trajet avec moins d'arrêt.

Belle annonce, mais irréaliste, non pas techniquement (tout le monde peut empiler des kWh de batterie, même Tesla, hein le zozozozo !) mais parce que on abouti à une configuration produit très chère avec comme seul avantage de faire 2 x plus de km. Je crois que la majorité des clients se contentera de 500 km pour payer sa voiture 40% moins chère.

   

comme il me semble t avoir dit sur un autre sujet, je ne m y connais pas trop en VE

mais, de ce que j ai pu lire , et comprendre

pour une batterie identique à celle d aujourd'hui, ils arriveraient à doubler son potentiel et tripler sa capacité de recharge

après concernant le prix , bah , il fera sûrement un bond en avant :biggrin:

Par

Aujourd'hui Volvo est le plus qualitatif, fiable et séduisant face à un trio allemand en perte de vitesse :

Audi et son style lassant et fade, Bmw et son style grotesque, et Mercedes irrégulier (magnifique Classe A, horrible GLB, nouvelle Classe C pas terrible...).

A voir DS si la marque continue dans la même veine que sa nouvelle DS4, absolument sublime.

Par

...1000kms en 2050 ?

Par

Ce qui compte, c'est de pouvoir faire 400 à 500 kms sur autoroute à 130 . Pour le moment, aucune marque n'y arrive !

Par

En réponse à SaxoVTS99

Ce qui compte, c'est de pouvoir faire 400 à 500 kms sur autoroute à 130 . Pour le moment, aucune marque n'y arrive !

   

Et c'est aussi de pouvoir recharger à peu près n'importe ou sans devoir attendre plus qu' une demi-heure....Et ca c'est pas gagné non plus si les VE font plus que quelques % du parc automobile !

Remarquez que je ne parle pas de prix d'achat pour être sympa.

Par

Réaliste et faisable d'ici là, sans aucun doute. Mais le prix restera élevé, malgré la baisse du coût des batteries.

Par

En réponse à auyaja

Et c'est aussi de pouvoir recharger à peu près n'importe ou sans devoir attendre plus qu' une demi-heure....Et ca c'est pas gagné non plus si les VE font plus que quelques % du parc automobile !

Remarquez que je ne parle pas de prix d'achat pour être sympa.

   

Exact, 400km réel en toute situation , et surtout une recharge (très) rapide partout (environ le nombre de station essence divisé par 2) pour les 50% qui n'auront jamais de prise chez eux (enfin si en 2050 voir plutôt 2100)

Par §Ant435pN

En réponse à

Commentaire supprimé.

   

A la vitesse extraordinaire de 0.9mm/jour.

Par

En réponse à E911V

Les lois de la physique étant ce qu'elles sont, pour faire 1000 km d'autonomie au lieu de 500, il va falloir doubler la capacité de la batterie (sauf à avoir une voiture ultra aérodynamique, ce que les parpaing XC Volvo ne sont pas).

Donc pour avoir ces 1000 km, on va doubler le prix de la batterie, donc renchérir le prix du véhicule d'au moins 60%.

Tout ça pour qu'occasionnellement, on puisse faire un long trajet avec moins d'arrêt.

Belle annonce, mais irréaliste, non pas techniquement (tout le monde peut empiler des kWh de batterie, même Tesla, hein le zozozozo !) mais parce que on abouti à une configuration produit très chère avec comme seul avantage de faire 2 x plus de km. Je crois que la majorité des clients se contentera de 500 km pour payer sa voiture 40% moins chère.

   

Ca n'est pas parce que les lois de la physique sont restées ce qu'elles étaient qu'on n'a pas été capable de produire autant de lumière (lumens) avec moins de watts dans les ampoules; les lois de la physique n'empêchent pas nécessairement la technologie d'évoluer, elles ne sont qu'une limite...qu'on est souvent loin d'avoir atteint !

Par

Le Canard Enchaîné, sous la plume de Jean-Luc Porquet, publie un article au vitriol

sur l'absurdité de la stratégie de la voiture électrique engagée par la France.

En ligne de mire, la voiture électrique censée être la solution d'avenir pour sauver

la planète prétendument en danger.

On ne cesse de nous rabâcher que la voiture électrique, c'est la solution d'avenir et

surtout la seule voie pour sauver la planète.

La sauver de quoi ?

On ne sait pas trop, mais il faut la sauver, nous serine-t-on !

À cette fin, la France s'est engouffrée tête baissée dans le tout électrique mais

sans aucun discernement.

Partant, nos gouvernants ont enjoint les constructeurs automobiles de tout miser

sur l'électrique. Soit !

Mais qu'est-ce que cela signifie ?

D'abord, l'installation de multiples bornes de recharge le long de nos routes, car

les véhicules les plus performants à l'heure actuelle, ne peuvent prétendre à une

autonomie supérieure à 500 km.

Et encore sans faire usage des phares, du chauffage, des essuie-glaces, du

dégivrage ou de la climatisation...

Ensuite, cela implique la conception de batteries capables de stocker cette

énergie. Et là, il faut s'attarder un instant.

À l'heure actuelle, les batteries équipant les véhicules sont très lourdes, très

coûteuses et bourrées de métaux rares.

Dans celle de la Tesla Model S par exemple, la plus performante du marché, on ne

trouve pas moins de 16 kg de nickel.

Or le nickel est plutôt rare sur notre terre.

Ce qui fait dire au patron de Tesla France que « le goulet d'étranglement de la

transition énergétique se fera sur le nickel »

Extraction du nickel à Goro en Nouvelle Calédonie.

Il sait parfaitement que le nickel est très difficile à trouver.

Il faut aller le chercher en Indonésie ou en Nouvelle Calédonie et son extraction

est une vraie galère car on ne le trouve jamais à l'état pur.

Dans les minerais, il n'existe qu'en très faible proportion .Par conséquent, il faut

creuser et creuser encore, broyer, cribler, hyrocycloner pour un résultat tout juste à

la hauteur des besoins.

Or tout cela entraîne de colossales montagnes de résidus que l'on déverse la

plupart du temps dans la mer !

Mais qu'importe la biodiversité pour les Khmers verts qui ne jurent que par la «

mobilité verte », laquelle n'a pas de prix pour eux.

Extraction du lithium en Bolivie.

Il n’y a pas que le nickel en jeu, il y a aussi le lithium.

Il en faut 15 kg par batterie (toujours pour la Tesla Model S). Celui-ci provient des

hauts plateaux des Andes.

Pour l'extraire, on pompe sous les salars (lacs salés asséchés) ce qui entraîne une

migration de l'eau douce vers les profondeurs.

Une catastrophe écologique selon les autochtones qui souffrent déjà du manque

d'eau.

Et puis, il y a le cobalt : 10 kg par batterie qu'on va chercher au Congo.

Et là, on touche au travail des enfants qui creusent à mains nues dans des mines

artisanales pour seulement 2 dollars par jour (Les Échos du 23/09/2020).

Ça gêne un peu aux entournures nos constructeurs qui, néanmoins, veulent à tout

prix rattraper la Chine, déjà championne du monde dans ce secteur. Alors, le travail des enfants, ça reste un détail.

Pour couronner le tout, les batteries étant terriblement lourdes (1/4 du poids de la

Tesla Model S), il faut alléger au maximum le véhicule.

On fait donc des carrosseries en aluminium dont l'extraction génère ces terribles

boues rouges, déchets insolubles issus du traitement de l'alumine avec de la

soude et qui sont composées de plusieurs métaux lourds tels que l'arsenic, le fer,

le mercure, la silice et le titane, que l'on déverse aussi dans la mer au mépris des

questions d'environnement, comme à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône.

Voilà ce qu'est le développement « durable » selon nos écologistes. Un dogme qui

ne laisse aucune place à la raison !"

Par §Ant435pN

En réponse à Hellcat

Ca n'est pas parce que les lois de la physique sont restées ce qu'elles étaient qu'on n'a pas été capable de produire autant de lumière (lumens) avec moins de watts dans les ampoules; les lois de la physique n'empêchent pas nécessairement la technologie d'évoluer, elles ne sont qu'une limite...qu'on est souvent loin d'avoir atteint !

   

Oui, sauf que là on parle de la résistance au vent. C'est pas un truc qui change juste en choisissant une techno différente

Aujourd'hui les VE les plus efficients consomment entre 15 et 17kWh/100, avec des batteries de 75kWh max.

Un calcul rapide donne que pour faire 1000km, il faut entre 150 et 170kWh de batterie. On est pas sur une augmentation de 50% mais plutôt de 100%. Et il y a des limites physiques : La surface frontale, à moins de mettre les passagers couchés les uns derrière les autres, elle ne peut pas diminuer de beaucoup. Et le Cd il est déjà très, très bass sur les modèles les plus efficaces.

Donc oui, il y a des limites physiques. A moins de mettre des batteries partout (plancher, sièges, dans les portières ? il y a effectivement une limite physique...

Et refroidir un pack "skateboard" est relativement aisé. Si on commence à mettre des bouts de batteries dans tous les emplacements de garniture, v'là le tsouin-tsouin.

Par

En réponse à Hellcat

Ca n'est pas parce que les lois de la physique sont restées ce qu'elles étaient qu'on n'a pas été capable de produire autant de lumière (lumens) avec moins de watts dans les ampoules; les lois de la physique n'empêchent pas nécessairement la technologie d'évoluer, elles ne sont qu'une limite...qu'on est souvent loin d'avoir atteint !

   

En attendant, c'est aujourd'hui que les pouvoirs publics nous forcent a acheter des VE, avec les limites d'aujourd'hui bien connues : réseau de recharge, autonomie et prix...Je ne suis pas certain que la majorité des Français suive le mouvement ....

Par §Ant435pN

En réponse à AXC1

Le Canard Enchaîné, sous la plume de Jean-Luc Porquet, publie un article au vitriol

sur l'absurdité de la stratégie de la voiture électrique engagée par la France.

En ligne de mire, la voiture électrique censée être la solution d'avenir pour sauver

la planète prétendument en danger.

On ne cesse de nous rabâcher que la voiture électrique, c'est la solution d'avenir et

surtout la seule voie pour sauver la planète.

La sauver de quoi ?

On ne sait pas trop, mais il faut la sauver, nous serine-t-on !

À cette fin, la France s'est engouffrée tête baissée dans le tout électrique mais

sans aucun discernement.

Partant, nos gouvernants ont enjoint les constructeurs automobiles de tout miser

sur l'électrique. Soit !

Mais qu'est-ce que cela signifie ?

D'abord, l'installation de multiples bornes de recharge le long de nos routes, car

les véhicules les plus performants à l'heure actuelle, ne peuvent prétendre à une

autonomie supérieure à 500 km.

Et encore sans faire usage des phares, du chauffage, des essuie-glaces, du

dégivrage ou de la climatisation...

Ensuite, cela implique la conception de batteries capables de stocker cette

énergie. Et là, il faut s'attarder un instant.

À l'heure actuelle, les batteries équipant les véhicules sont très lourdes, très

coûteuses et bourrées de métaux rares.

Dans celle de la Tesla Model S par exemple, la plus performante du marché, on ne

trouve pas moins de 16 kg de nickel.

Or le nickel est plutôt rare sur notre terre.

Ce qui fait dire au patron de Tesla France que « le goulet d'étranglement de la

transition énergétique se fera sur le nickel »

Extraction du nickel à Goro en Nouvelle Calédonie.

Il sait parfaitement que le nickel est très difficile à trouver.

Il faut aller le chercher en Indonésie ou en Nouvelle Calédonie et son extraction

est une vraie galère car on ne le trouve jamais à l'état pur.

Dans les minerais, il n'existe qu'en très faible proportion .Par conséquent, il faut

creuser et creuser encore, broyer, cribler, hyrocycloner pour un résultat tout juste à

la hauteur des besoins.

Or tout cela entraîne de colossales montagnes de résidus que l'on déverse la

plupart du temps dans la mer !

Mais qu'importe la biodiversité pour les Khmers verts qui ne jurent que par la «

mobilité verte », laquelle n'a pas de prix pour eux.

Extraction du lithium en Bolivie.

Il n’y a pas que le nickel en jeu, il y a aussi le lithium.

Il en faut 15 kg par batterie (toujours pour la Tesla Model S). Celui-ci provient des

hauts plateaux des Andes.

Pour l'extraire, on pompe sous les salars (lacs salés asséchés) ce qui entraîne une

migration de l'eau douce vers les profondeurs.

Une catastrophe écologique selon les autochtones qui souffrent déjà du manque

d'eau.

Et puis, il y a le cobalt : 10 kg par batterie qu'on va chercher au Congo.

Et là, on touche au travail des enfants qui creusent à mains nues dans des mines

artisanales pour seulement 2 dollars par jour (Les Échos du 23/09/2020).

Ça gêne un peu aux entournures nos constructeurs qui, néanmoins, veulent à tout

prix rattraper la Chine, déjà championne du monde dans ce secteur. Alors, le travail des enfants, ça reste un détail.

Pour couronner le tout, les batteries étant terriblement lourdes (1/4 du poids de la

Tesla Model S), il faut alléger au maximum le véhicule.

On fait donc des carrosseries en aluminium dont l'extraction génère ces terribles

boues rouges, déchets insolubles issus du traitement de l'alumine avec de la

soude et qui sont composées de plusieurs métaux lourds tels que l'arsenic, le fer,

le mercure, la silice et le titane, que l'on déverse aussi dans la mer au mépris des

questions d'environnement, comme à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône.

Voilà ce qu'est le développement « durable » selon nos écologistes. Un dogme qui

ne laisse aucune place à la raison !"

   

Oui, il est important de réguler les extractions. Mais il est important aussi de modérer la critique.

Premièrement, la notion de "métaux rares" est incorrecte. Il existe des "terres rares" dans la classification périodique, et elle ne concerne ni le nickel, ni le lithium, ni le cobalt.

En fait, le nickel est le 5e élément le plus commun dans la terre... Pourquoi les pièces de monnaie étaient-elles fabriquées en nickel et en cuivre (cupro-nickel) ? Parce que c'était facile à exploiter...

Comme ça a déjà été expliqué maintes fois, le lithium est avant tout un sous-produit de l'exploitation de potassium. Et les difficultés d'approvisionnement en eau en Bolivie, personne n'est capable de dire avec certitude qu'elles sont le résultat de l'exploitation de potassium, ou une conséquence de la dérive climatique.

Le cobalt, c'est beau d'écrire de telle sorte qu'on a l'impression que tout le cobalt sort des mains de petits enfants... Ca coûte moins cher aujourd'hui aux entreprises telles que Glencore d'extraire le cobalt de manière mécanique, que de payer des enfants 2 dollars par jour. Ce n'est pas de l'humanisme qui fait que les mines artisanales ne sont pas intéressantes, c'est de l'économie.

L'aluminium, il est déjà ominprésent dans les voitures et dans plein d'autres choses. Il est où l'article du CE qui traite des boues rouges causées par les canettes de bière ?

Tout ça ne veut pas dire que des contrôles sont indispensables, et des améliorations tout aussi indispensables.

Mais un propos lapidaire comme ça, c'est juste que le mec vient de lire le bouquin de Guillaume Pitron, ou que ce dernier voit ses ventes qui s'essouflent et tente de remettre une pièce dans le bouzin.

Par §Ant435pN

En réponse à auyaja

En attendant, c'est aujourd'hui que les pouvoirs publics nous forcent a acheter des VE, avec les limites d'aujourd'hui bien connues : réseau de recharge, autonomie et prix...Je ne suis pas certain que la majorité des Français suive le mouvement ....

   

Force ? Ah bon ? Il y a plein de véhicules thermiques (hybrides notamment) qui sont tout à fait exempt de malus. Donc le gouvernement ne punit pas leur achat.

Le fait qu'il y ait des bonus est une manière de "forcer" les gens ? Quand il y a des soldes, vous vous sentez "obligé" d'acheter ? Si c'est le cas, le problème n'est pas du côté du gouvernement...

Par

En réponse à AXC1

Le Canard Enchaîné, sous la plume de Jean-Luc Porquet, publie un article au vitriol

sur l'absurdité de la stratégie de la voiture électrique engagée par la France.

En ligne de mire, la voiture électrique censée être la solution d'avenir pour sauver

la planète prétendument en danger.

On ne cesse de nous rabâcher que la voiture électrique, c'est la solution d'avenir et

surtout la seule voie pour sauver la planète.

La sauver de quoi ?

On ne sait pas trop, mais il faut la sauver, nous serine-t-on !

À cette fin, la France s'est engouffrée tête baissée dans le tout électrique mais

sans aucun discernement.

Partant, nos gouvernants ont enjoint les constructeurs automobiles de tout miser

sur l'électrique. Soit !

Mais qu'est-ce que cela signifie ?

D'abord, l'installation de multiples bornes de recharge le long de nos routes, car

les véhicules les plus performants à l'heure actuelle, ne peuvent prétendre à une

autonomie supérieure à 500 km.

Et encore sans faire usage des phares, du chauffage, des essuie-glaces, du

dégivrage ou de la climatisation...

Ensuite, cela implique la conception de batteries capables de stocker cette

énergie. Et là, il faut s'attarder un instant.

À l'heure actuelle, les batteries équipant les véhicules sont très lourdes, très

coûteuses et bourrées de métaux rares.

Dans celle de la Tesla Model S par exemple, la plus performante du marché, on ne

trouve pas moins de 16 kg de nickel.

Or le nickel est plutôt rare sur notre terre.

Ce qui fait dire au patron de Tesla France que « le goulet d'étranglement de la

transition énergétique se fera sur le nickel »

Extraction du nickel à Goro en Nouvelle Calédonie.

Il sait parfaitement que le nickel est très difficile à trouver.

Il faut aller le chercher en Indonésie ou en Nouvelle Calédonie et son extraction

est une vraie galère car on ne le trouve jamais à l'état pur.

Dans les minerais, il n'existe qu'en très faible proportion .Par conséquent, il faut

creuser et creuser encore, broyer, cribler, hyrocycloner pour un résultat tout juste à

la hauteur des besoins.

Or tout cela entraîne de colossales montagnes de résidus que l'on déverse la

plupart du temps dans la mer !

Mais qu'importe la biodiversité pour les Khmers verts qui ne jurent que par la «

mobilité verte », laquelle n'a pas de prix pour eux.

Extraction du lithium en Bolivie.

Il n’y a pas que le nickel en jeu, il y a aussi le lithium.

Il en faut 15 kg par batterie (toujours pour la Tesla Model S). Celui-ci provient des

hauts plateaux des Andes.

Pour l'extraire, on pompe sous les salars (lacs salés asséchés) ce qui entraîne une

migration de l'eau douce vers les profondeurs.

Une catastrophe écologique selon les autochtones qui souffrent déjà du manque

d'eau.

Et puis, il y a le cobalt : 10 kg par batterie qu'on va chercher au Congo.

Et là, on touche au travail des enfants qui creusent à mains nues dans des mines

artisanales pour seulement 2 dollars par jour (Les Échos du 23/09/2020).

Ça gêne un peu aux entournures nos constructeurs qui, néanmoins, veulent à tout

prix rattraper la Chine, déjà championne du monde dans ce secteur. Alors, le travail des enfants, ça reste un détail.

Pour couronner le tout, les batteries étant terriblement lourdes (1/4 du poids de la

Tesla Model S), il faut alléger au maximum le véhicule.

On fait donc des carrosseries en aluminium dont l'extraction génère ces terribles

boues rouges, déchets insolubles issus du traitement de l'alumine avec de la

soude et qui sont composées de plusieurs métaux lourds tels que l'arsenic, le fer,

le mercure, la silice et le titane, que l'on déverse aussi dans la mer au mépris des

questions d'environnement, comme à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône.

Voilà ce qu'est le développement « durable » selon nos écologistes. Un dogme qui

ne laisse aucune place à la raison !"

   

Et c'est pas certain qu'un VE avec plusieurs centaines de kgs de batterie cantonné au péri-urbain et qui n'utilise qu'une faible partie de son autonomie au quotidien soit plus efficace niveau bilan carbone qu'une hybride capable de consommer moins de 4 L aux 100 kms...A voir !

Par

Poids du véhicule 3t, temps de recharge 24h :areuh:

Par

En réponse à §Ant435pN

Force ? Ah bon ? Il y a plein de véhicules thermiques (hybrides notamment) qui sont tout à fait exempt de malus. Donc le gouvernement ne punit pas leur achat.

Le fait qu'il y ait des bonus est une manière de "forcer" les gens ? Quand il y a des soldes, vous vous sentez "obligé" d'acheter ? Si c'est le cas, le problème n'est pas du côté du gouvernement...

   

Je ne connais pas bcp de volvo electrique a moins de 50ke donc sans bonus et quand je vois le xc90 a 85ke équipé...l'acheteur enfin la cible elle s'en moque du bonus eco

Par

"""""sa future plateforme, conçue autour des batteries qui feront partie intégrante de la structure de l'auto"""""""" donc si ça tape , sans parler d'un gros crash , comment ça ce passe , poubelle?

Pour le reste le VE ne peut communiquer que sur le 0/100 et autonomie , à contrario le thermique parle surtout de la conso au 100 , et le VE n'est pas prêt d'avoir un ratio si favorable .

Car un thermique et 1000 bornes d'autonomie , restera toujours beaucoup plus légers et surtout beaucoup moins cher , car inutile d'aller dans le HDG pour avoir de l'autonomie avec un thermique , c'est le constat du moment , tu veux de l'autonomie avec une VE tu casques et encore la normes WLTP reste un attrape c.........

Par

En réponse à 47ronins

comme il me semble t avoir dit sur un autre sujet, je ne m y connais pas trop en VE

mais, de ce que j ai pu lire , et comprendre

pour une batterie identique à celle d aujourd'hui, ils arriveraient à doubler son potentiel et tripler sa capacité de recharge

après concernant le prix , bah , il fera sûrement un bond en avant :biggrin:

   

Tu as raison, les batteries vont évoluer.

Néanmoins, il faudra toujours deux fois plus de batterie pour faire 1000 km que pour en faire 500.

Donc le prix du pack de batterie sera toujours deux fois plus élevé. Même avec une division par deux du coût de la batterie, l'impact sera conséquent sur le prix de vente final.

Et donc comme je l'ai dit, si on te donne le choix entre un VE qui fait 500 km et le même qui en fait 1000 mais 50% plus cher, ben y'a toutes les chances que tu prennes le premier.

D'autant plus que quand cet hypothétique engin sortira, le réseau de chargeurs aura probablement bien évolué.

Par

En réponse à Hellcat

Ca n'est pas parce que les lois de la physique sont restées ce qu'elles étaient qu'on n'a pas été capable de produire autant de lumière (lumens) avec moins de watts dans les ampoules; les lois de la physique n'empêchent pas nécessairement la technologie d'évoluer, elles ne sont qu'une limite...qu'on est souvent loin d'avoir atteint !

   

Euh ben non en fait.

De la même manière qu'il te faut deux plus d'essence pour aller deux fois plus loin, il te faudra une batterie deux fois plus grosse pour faire 1000 km au lieu de 500.

Et ce quels que soient les progrès des techno de batteries, qui s'appliqueront dans les deux cas.

Et batterie deux fois plus grosse veut dire voiture beaucoup (beaucoup) plus chère.

Par

Hé ben je vais attendre 5 ans pour voir venir cette génération de VE, qui sera sans doute la première à offrir une proposition telle que le VT sera définitivement perçu comme has-been, quelle que soit l'utilisation envisagée.

Par

En réponse à E911V

Euh ben non en fait.

De la même manière qu'il te faut deux plus d'essence pour aller deux fois plus loin, il te faudra une batterie deux fois plus grosse pour faire 1000 km au lieu de 500.

Et ce quels que soient les progrès des techno de batteries, qui s'appliqueront dans les deux cas.

Et batterie deux fois plus grosse veut dire voiture beaucoup (beaucoup) plus chère.

   

Tu es un peu obtus sur le coup : on te dit que la densité des batteries va augmenter, ce qui signifie que pour un volume et un poids donnés, tu auras davantage d'autonomie, pour un prix égal ou inférieur.

Par

En réponse à

Commentaire supprimé.

   

Chez moi ce sont les clous qu'on enfonce, m'enfin chacun ses habitudes... :blague:

Par

En réponse à Turbo95

"""""sa future plateforme, conçue autour des batteries qui feront partie intégrante de la structure de l'auto"""""""" donc si ça tape , sans parler d'un gros crash , comment ça ce passe , poubelle?

Pour le reste le VE ne peut communiquer que sur le 0/100 et autonomie , à contrario le thermique parle surtout de la conso au 100 , et le VE n'est pas prêt d'avoir un ratio si favorable .

Car un thermique et 1000 bornes d'autonomie , restera toujours beaucoup plus légers et surtout beaucoup moins cher , car inutile d'aller dans le HDG pour avoir de l'autonomie avec un thermique , c'est le constat du moment , tu veux de l'autonomie avec une VE tu casques et encore la normes WLTP reste un attrape c.........

   

Le problème, c'est que ce supposé souci d'autonomie n'en n'est pas réellement un.

Quel motard s'est plaint que sa moto dépasse rarement les 250km sur un plein ? Pourtant ça m'a pas empêché de faire des road trips en bécane de 700 bornes sur une journée.

J'ai 500 bornes d'autonomie avec ma TM3 perf, et je fais absolument tous les trajets que je faisais avant avec ma thermique.

Donc franchement, des electriques avec 600-700 bornes d'autonomie, c'est plus que suffisant (donc environ 100kWh de capacité).

Au delà, ça implique des batteries trop grosses, trop lourdes, trop lentes a charger au domicile.

Ce qu'il faut par contre, c'est un réseau développé de chargeurs rapides disponibles partout... et c'est pas encore ça effectivement (hormis Tesla).

Par

En réponse à AXC1

Le Canard Enchaîné, sous la plume de Jean-Luc Porquet, publie un article au vitriol

sur l'absurdité de la stratégie de la voiture électrique engagée par la France.

En ligne de mire, la voiture électrique censée être la solution d'avenir pour sauver

la planète prétendument en danger.

On ne cesse de nous rabâcher que la voiture électrique, c'est la solution d'avenir et

surtout la seule voie pour sauver la planète.

La sauver de quoi ?

On ne sait pas trop, mais il faut la sauver, nous serine-t-on !

À cette fin, la France s'est engouffrée tête baissée dans le tout électrique mais

sans aucun discernement.

Partant, nos gouvernants ont enjoint les constructeurs automobiles de tout miser

sur l'électrique. Soit !

Mais qu'est-ce que cela signifie ?

D'abord, l'installation de multiples bornes de recharge le long de nos routes, car

les véhicules les plus performants à l'heure actuelle, ne peuvent prétendre à une

autonomie supérieure à 500 km.

Et encore sans faire usage des phares, du chauffage, des essuie-glaces, du

dégivrage ou de la climatisation...

Ensuite, cela implique la conception de batteries capables de stocker cette

énergie. Et là, il faut s'attarder un instant.

À l'heure actuelle, les batteries équipant les véhicules sont très lourdes, très

coûteuses et bourrées de métaux rares.

Dans celle de la Tesla Model S par exemple, la plus performante du marché, on ne

trouve pas moins de 16 kg de nickel.

Or le nickel est plutôt rare sur notre terre.

Ce qui fait dire au patron de Tesla France que « le goulet d'étranglement de la

transition énergétique se fera sur le nickel »

Extraction du nickel à Goro en Nouvelle Calédonie.

Il sait parfaitement que le nickel est très difficile à trouver.

Il faut aller le chercher en Indonésie ou en Nouvelle Calédonie et son extraction

est une vraie galère car on ne le trouve jamais à l'état pur.

Dans les minerais, il n'existe qu'en très faible proportion .Par conséquent, il faut

creuser et creuser encore, broyer, cribler, hyrocycloner pour un résultat tout juste à

la hauteur des besoins.

Or tout cela entraîne de colossales montagnes de résidus que l'on déverse la

plupart du temps dans la mer !

Mais qu'importe la biodiversité pour les Khmers verts qui ne jurent que par la «

mobilité verte », laquelle n'a pas de prix pour eux.

Extraction du lithium en Bolivie.

Il n’y a pas que le nickel en jeu, il y a aussi le lithium.

Il en faut 15 kg par batterie (toujours pour la Tesla Model S). Celui-ci provient des

hauts plateaux des Andes.

Pour l'extraire, on pompe sous les salars (lacs salés asséchés) ce qui entraîne une

migration de l'eau douce vers les profondeurs.

Une catastrophe écologique selon les autochtones qui souffrent déjà du manque

d'eau.

Et puis, il y a le cobalt : 10 kg par batterie qu'on va chercher au Congo.

Et là, on touche au travail des enfants qui creusent à mains nues dans des mines

artisanales pour seulement 2 dollars par jour (Les Échos du 23/09/2020).

Ça gêne un peu aux entournures nos constructeurs qui, néanmoins, veulent à tout

prix rattraper la Chine, déjà championne du monde dans ce secteur. Alors, le travail des enfants, ça reste un détail.

Pour couronner le tout, les batteries étant terriblement lourdes (1/4 du poids de la

Tesla Model S), il faut alléger au maximum le véhicule.

On fait donc des carrosseries en aluminium dont l'extraction génère ces terribles

boues rouges, déchets insolubles issus du traitement de l'alumine avec de la

soude et qui sont composées de plusieurs métaux lourds tels que l'arsenic, le fer,

le mercure, la silice et le titane, que l'on déverse aussi dans la mer au mépris des

questions d'environnement, comme à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône.

Voilà ce qu'est le développement « durable » selon nos écologistes. Un dogme qui

ne laisse aucune place à la raison !"

   

En même temps, qu'est-ce que les acheteurs en ont a foutre de l'écologie ? C'est bien beau les listes à la Prévert avec toutes les critiques possibles et imaginables, qu'elles soient justifiées ou foireuses. Mais tu oublies 2-3 choses :

- La voiture thermique n'est pas alimentée avec du carburant obtenu en se faisant des bisous. Les matériaux qu'on met dans les pots catalytiques ne sont pas obtenus en distillant des pets de licornes, ... Bref, la voiture thermique n'est pas réellement mieux.

- Quand Popol a acheté sa BMW 320d, il ne s'est pas demandé si c'était écolo, c'est le modèle qui lui plaisait, qu'il pouvait se permettre d'acheter et de nourrir. Et c'est pareil pour une Tesla 3 ! Tu peux l'acheter parce qu'elle est performante, bien placée en prix d'achat, très bien placée en coût d'utilisation. Rien à voir avec l'écologie.

- Si vraiment tu as des convictions écologiques, prends les transports en commun.

Par

En réponse à zzeelec

Tu es un peu obtus sur le coup : on te dit que la densité des batteries va augmenter, ce qui signifie que pour un volume et un poids donnés, tu auras davantage d'autonomie, pour un prix égal ou inférieur.

   

c est bien ce que j avais compris alors !

merci:bien:

Par

En réponse à beniot9888

En même temps, qu'est-ce que les acheteurs en ont a foutre de l'écologie ? C'est bien beau les listes à la Prévert avec toutes les critiques possibles et imaginables, qu'elles soient justifiées ou foireuses. Mais tu oublies 2-3 choses :

- La voiture thermique n'est pas alimentée avec du carburant obtenu en se faisant des bisous. Les matériaux qu'on met dans les pots catalytiques ne sont pas obtenus en distillant des pets de licornes, ... Bref, la voiture thermique n'est pas réellement mieux.

- Quand Popol a acheté sa BMW 320d, il ne s'est pas demandé si c'était écolo, c'est le modèle qui lui plaisait, qu'il pouvait se permettre d'acheter et de nourrir. Et c'est pareil pour une Tesla 3 ! Tu peux l'acheter parce qu'elle est performante, bien placée en prix d'achat, très bien placée en coût d'utilisation. Rien à voir avec l'écologie.

- Si vraiment tu as des convictions écologiques, prends les transports en commun.

   

Exact :bien:

Même si pas mal d'études prouvent que le VE est plus vertueux que le VT sur son cycle de vie complet.

Mais le VE est-il polluant ? Oui. Une production industrielle et une consommation d'énergie impliquent forcément de la pollution. L'idée, c'est de prendre la solution la moins pire.

Par

En réponse à pxidr

Exact :bien:

Même si pas mal d'études prouvent que le VE est plus vertueux que le VT sur son cycle de vie complet.

Mais le VE est-il polluant ? Oui. Une production industrielle et une consommation d'énergie impliquent forcément de la pollution. L'idée, c'est de prendre la solution la moins pire.

   

Extrait d'un article très récent du site révolution énergétique :

"Le lithium est précieux pour l’industrie des batteries, mais n’est pas rare. C’est un métal alcalin présent en abondance dans la croûte terrestre. Le défi n’est donc pas d’en trouver, mais de rendre son extraction la plus économique et écologique possible. Basée à Thiais (Val-de-Marne), la start-up Adionics affirme avoir trouvé une technique très prometteuse. Elle diviserait par 100 la consommation d’eau, par 400 l’espace nécessaire et réduirait les coûts de 40 %. Un cycle de production serait bouclé en 24 heures contre 12 à 18 mois avec les procédés d’extraction actuels.

La jeune société explique séparer le chlorure de lithium des saumures par « voie liquide-liquide » à une température ambiante, entre 10 et 20 °C. Traités sans aucun adjuvant chimique, les sels sont ensuite « régénérés » par « voie thermique » à environ 70 °C. "

Par

En réponse à AXC1

Le Canard Enchaîné, sous la plume de Jean-Luc Porquet, publie un article au vitriol

sur l'absurdité de la stratégie de la voiture électrique engagée par la France.

En ligne de mire, la voiture électrique censée être la solution d'avenir pour sauver

la planète prétendument en danger.

On ne cesse de nous rabâcher que la voiture électrique, c'est la solution d'avenir et

surtout la seule voie pour sauver la planète.

La sauver de quoi ?

On ne sait pas trop, mais il faut la sauver, nous serine-t-on !

À cette fin, la France s'est engouffrée tête baissée dans le tout électrique mais

sans aucun discernement.

Partant, nos gouvernants ont enjoint les constructeurs automobiles de tout miser

sur l'électrique. Soit !

Mais qu'est-ce que cela signifie ?

D'abord, l'installation de multiples bornes de recharge le long de nos routes, car

les véhicules les plus performants à l'heure actuelle, ne peuvent prétendre à une

autonomie supérieure à 500 km.

Et encore sans faire usage des phares, du chauffage, des essuie-glaces, du

dégivrage ou de la climatisation...

Ensuite, cela implique la conception de batteries capables de stocker cette

énergie. Et là, il faut s'attarder un instant.

À l'heure actuelle, les batteries équipant les véhicules sont très lourdes, très

coûteuses et bourrées de métaux rares.

Dans celle de la Tesla Model S par exemple, la plus performante du marché, on ne

trouve pas moins de 16 kg de nickel.

Or le nickel est plutôt rare sur notre terre.

Ce qui fait dire au patron de Tesla France que « le goulet d'étranglement de la

transition énergétique se fera sur le nickel »

Extraction du nickel à Goro en Nouvelle Calédonie.

Il sait parfaitement que le nickel est très difficile à trouver.

Il faut aller le chercher en Indonésie ou en Nouvelle Calédonie et son extraction

est une vraie galère car on ne le trouve jamais à l'état pur.

Dans les minerais, il n'existe qu'en très faible proportion .Par conséquent, il faut

creuser et creuser encore, broyer, cribler, hyrocycloner pour un résultat tout juste à

la hauteur des besoins.

Or tout cela entraîne de colossales montagnes de résidus que l'on déverse la

plupart du temps dans la mer !

Mais qu'importe la biodiversité pour les Khmers verts qui ne jurent que par la «

mobilité verte », laquelle n'a pas de prix pour eux.

Extraction du lithium en Bolivie.

Il n’y a pas que le nickel en jeu, il y a aussi le lithium.

Il en faut 15 kg par batterie (toujours pour la Tesla Model S). Celui-ci provient des

hauts plateaux des Andes.

Pour l'extraire, on pompe sous les salars (lacs salés asséchés) ce qui entraîne une

migration de l'eau douce vers les profondeurs.

Une catastrophe écologique selon les autochtones qui souffrent déjà du manque

d'eau.

Et puis, il y a le cobalt : 10 kg par batterie qu'on va chercher au Congo.

Et là, on touche au travail des enfants qui creusent à mains nues dans des mines

artisanales pour seulement 2 dollars par jour (Les Échos du 23/09/2020).

Ça gêne un peu aux entournures nos constructeurs qui, néanmoins, veulent à tout

prix rattraper la Chine, déjà championne du monde dans ce secteur. Alors, le travail des enfants, ça reste un détail.

Pour couronner le tout, les batteries étant terriblement lourdes (1/4 du poids de la

Tesla Model S), il faut alléger au maximum le véhicule.

On fait donc des carrosseries en aluminium dont l'extraction génère ces terribles

boues rouges, déchets insolubles issus du traitement de l'alumine avec de la

soude et qui sont composées de plusieurs métaux lourds tels que l'arsenic, le fer,

le mercure, la silice et le titane, que l'on déverse aussi dans la mer au mépris des

questions d'environnement, comme à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône.

Voilà ce qu'est le développement « durable » selon nos écologistes. Un dogme qui

ne laisse aucune place à la raison !"

   

" Le lithium est précieux pour l’industrie des batteries, mais n’est pas rare. C’est un métal alcalin présent en abondance dans la croûte terrestre. Le défi n’est donc pas d’en trouver, mais de rendre son extraction la plus économique et écologique possible. Basée à Thiais (Val-de-Marne), la start-up Adionics affirme avoir trouvé une technique très prometteuse. Elle diviserait par 100 la consommation d’eau, par 400 l’espace nécessaire et réduirait les coûts de 40 %. Un cycle de production serait bouclé en 24 heures contre 12 à 18 mois avec les procédés d’extraction actuels.

La jeune société explique séparer le chlorure de lithium des saumures par « voie liquide-liquide » à une température ambiante, entre 10 et 20 °C. Traités sans aucun adjuvant chimique, les sels sont ensuite « régénérés » par « voie thermique » à environ 70 °C. "

Par

En réponse à zzeelec

Tu es un peu obtus sur le coup : on te dit que la densité des batteries va augmenter, ce qui signifie que pour un volume et un poids donnés, tu auras davantage d'autonomie, pour un prix égal ou inférieur.

   

Il faudrait apprendre à lire et comprendre ce que j'ai écrit.

Parce que là, le mec obtus c'est toi.

Relis ce qu j'ai écrit et tu noteras qu'à aucun moment je ne parle de volume ou de poids.

Je ne parle pas de la faisabilité technique. Mettre 170 kWh de batterie dans un véhicule on sait déjà le faire.

Je parle de la pertinence de le faire.

Je te le remets avec une formulation simple :

Pour faire 1000 km, il te faut une batterie deux fois plus grosse que pour faire 500 km.

C'est bon là ?

Et si progrès dans la batterie il y a (ce qui est relativement certain) en densité énergétique, coût etc... ces progrès s'appliqueront quelque soit la capacité installée dans le véhicule.

Comme le prix de la batterie conservera une part importante dans le prix total du véhicule, avoir une batterie deux fois plus grosse donnera un prix de vente final significativement plus élevé.

Et donc pour finir, qui payera 30-40% plus cher exactement le même véhicule juste pour faire 1000 km au lieu de 500 ?

Est-ce que c'est plus clair maintenant ?

Par

avec 120 kWh on peut déjà faire 1000 km théoriquement

Par

En réponse à JimmyNeutron

avec 120 kWh on peut déjà faire 1000 km théoriquement

   

très théoriquement oui.

En fait ça dépend énormément de ta conduite, de ton parcours, de ta vitesse...

Exemple :

Le matin pour aller au boulot à 15 km, je suis entre 6 et 7 kWh / 100 km

Le soir pour revenir je suis plutôt entre 13 et 15 kWh / 100 km

Exactement la même route prise en sens inverse.

En moyenne je suis à 12.3 kWh tout compris.

Par

En réponse à E911V

Il faudrait apprendre à lire et comprendre ce que j'ai écrit.

Parce que là, le mec obtus c'est toi.

Relis ce qu j'ai écrit et tu noteras qu'à aucun moment je ne parle de volume ou de poids.

Je ne parle pas de la faisabilité technique. Mettre 170 kWh de batterie dans un véhicule on sait déjà le faire.

Je parle de la pertinence de le faire.

Je te le remets avec une formulation simple :

Pour faire 1000 km, il te faut une batterie deux fois plus grosse que pour faire 500 km.

C'est bon là ?

Et si progrès dans la batterie il y a (ce qui est relativement certain) en densité énergétique, coût etc... ces progrès s'appliqueront quelque soit la capacité installée dans le véhicule.

Comme le prix de la batterie conservera une part importante dans le prix total du véhicule, avoir une batterie deux fois plus grosse donnera un prix de vente final significativement plus élevé.

Et donc pour finir, qui payera 30-40% plus cher exactement le même véhicule juste pour faire 1000 km au lieu de 500 ?

Est-ce que c'est plus clair maintenant ?

   

"Pour faire 1000 km, il te faut une batterie deux fois plus grosse que pour faire 500 km."

Tout dépend ce que signifie "grosse" :

- si c'est une question de capacité énergétique, tu as raison évidemment,

- mais si c'est une question de taille et de masse, alors tu as tort.

"avoir une batterie deux fois plus grosse donnera un prix de vente final significativement plus élevé"

Arrête d'utiliser l'adjectif "grosse" pour dire "de plus grande capacité" par exemple. Et donc non, précisément une meilleure densité, une autre chimie, etc. vont aller dans le sens d'une réduction du coût au kWh. Une batterie de 50 kWh d'aujourd'hui est moins chère et pas plus volumineuse qu'une de 20 kWh d'il y a 10 ans.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Renault_Zoe#Motorisations

"Rétrofit batterie 22 kWh à 41 kWh

Il a été possible pour une centaine de véhicules équipés d'une batterie de 22 kWh de procéder à un changement de batterie (41 kWh). "

Le poids de la Zoé n'a pas changé : toujours en-dessous d'1,5 t du modèle 22 kWh au dernier 52 kWh.

"qui payera 30-40% plus cher exactement le même véhicule juste pour faire 1000 km au lieu de 500 ?"

Personne, car il n'existera pas ce genre d'écart à l'avenir (pas plus qu'aujourd'hui, d'ailleurs). De plus, la batterie va représenter une proportion de moins en moins importante dans le coût d'un VE.

En ce moment, on a par exemple, sur la Ioniq 5 :

CREATIVE 58 KWH : 384 km à 46 800 €

CREATIVE 73 KWH : 460 km à 50 000 €

20% d'autonomie en plus pour 7% plus cher.

Mais on pourrait poser une autre question : "qui paiera 44% plus cher exactement le même véhicule juste pour faire 0-100 km/h en 2,1 s au lieu de 3,2 s ?" :ange:

Par

En réponse à auyaja

Et c'est aussi de pouvoir recharger à peu près n'importe ou sans devoir attendre plus qu' une demi-heure....Et ca c'est pas gagné non plus si les VE font plus que quelques % du parc automobile !

Remarquez que je ne parle pas de prix d'achat pour être sympa.

   

Avec 4 à 500 kms d'autonomie, ça laisse le choix de l'endroit où l'on veut recharger au bout de 2 à 4 heures de conduite donc de la souplesse en fonction des disponibilités des bornes .

Par

En réponse à zzeelec

"Pour faire 1000 km, il te faut une batterie deux fois plus grosse que pour faire 500 km."

Tout dépend ce que signifie "grosse" :

- si c'est une question de capacité énergétique, tu as raison évidemment,

- mais si c'est une question de taille et de masse, alors tu as tort.

"avoir une batterie deux fois plus grosse donnera un prix de vente final significativement plus élevé"

Arrête d'utiliser l'adjectif "grosse" pour dire "de plus grande capacité" par exemple. Et donc non, précisément une meilleure densité, une autre chimie, etc. vont aller dans le sens d'une réduction du coût au kWh. Une batterie de 50 kWh d'aujourd'hui est moins chère et pas plus volumineuse qu'une de 20 kWh d'il y a 10 ans.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Renault_Zoe#Motorisations

"Rétrofit batterie 22 kWh à 41 kWh

Il a été possible pour une centaine de véhicules équipés d'une batterie de 22 kWh de procéder à un changement de batterie (41 kWh). "

Le poids de la Zoé n'a pas changé : toujours en-dessous d'1,5 t du modèle 22 kWh au dernier 52 kWh.

"qui payera 30-40% plus cher exactement le même véhicule juste pour faire 1000 km au lieu de 500 ?"

Personne, car il n'existera pas ce genre d'écart à l'avenir (pas plus qu'aujourd'hui, d'ailleurs). De plus, la batterie va représenter une proportion de moins en moins importante dans le coût d'un VE.

En ce moment, on a par exemple, sur la Ioniq 5 :

CREATIVE 58 KWH : 384 km à 46 800 €

CREATIVE 73 KWH : 460 km à 50 000 €

20% d'autonomie en plus pour 7% plus cher.

Mais on pourrait poser une autre question : "qui paiera 44% plus cher exactement le même véhicule juste pour faire 0-100 km/h en 2,1 s au lieu de 3,2 s ?" :ange:

   

Au temps pour moi.

Quand je dis grosse je parle effectivement de la capacité. Pas de la taille ou du poids d'où la confusion de nos échanges.

Mais je reste convaincu que l'écart de prix entre un véhicule permettant 500 km et le même permettant 1000 km sera tel qu'il ne se vendra que de façon très marginale.

C'est surtout du marketing, un chiffre magique, de l'image.

Et ce sera d'autant moins pertinent avec le développement des réseaux de recharge.

Par

En réponse à E911V

très théoriquement oui.

En fait ça dépend énormément de ta conduite, de ton parcours, de ta vitesse...

Exemple :

Le matin pour aller au boulot à 15 km, je suis entre 6 et 7 kWh / 100 km

Le soir pour revenir je suis plutôt entre 13 et 15 kWh / 100 km

Exactement la même route prise en sens inverse.

En moyenne je suis à 12.3 kWh tout compris.

   

Oui donc avec 123 kWh tu aurais 1000km, c'est bien ce que je dis, CQFD

:bah:

Par

En réponse à E911V

Au temps pour moi.

Quand je dis grosse je parle effectivement de la capacité. Pas de la taille ou du poids d'où la confusion de nos échanges.

Mais je reste convaincu que l'écart de prix entre un véhicule permettant 500 km et le même permettant 1000 km sera tel qu'il ne se vendra que de façon très marginale.

C'est surtout du marketing, un chiffre magique, de l'image.

Et ce sera d'autant moins pertinent avec le développement des réseaux de recharge.

   

Oui en fait , il ne sert à rien d'avoir une batterie grosse capacité pour faire 1000 kilomètres plutôt qu'une batterie 500 kilomètres d'autonomie finalement plus adaptée aux besoins de plus de 90% de la population Mais cela est difficile à admettre pour 2 choses :

la 1ere , tout le monde sait très bien que ce graal des 500 kilomètres est proche , et forcément les anti VE ont du mal à l'admettre , pour eux c'est impossible et ne le sera jamais .

deuxièmement, la plupart des utilisateurs aiment à être rassurés , il faut une marge , surtout avec un parc de bornes encore faiblard .

Il reste cependant un côté intéressant à une batterie forte capacité "1000 kilomètres " , le fait que l'on a moins à la recharger et donc moins l'user pour au final une durée de vie améliorée .

Par

En réponse à E911V

Au temps pour moi.

Quand je dis grosse je parle effectivement de la capacité. Pas de la taille ou du poids d'où la confusion de nos échanges.

Mais je reste convaincu que l'écart de prix entre un véhicule permettant 500 km et le même permettant 1000 km sera tel qu'il ne se vendra que de façon très marginale.

C'est surtout du marketing, un chiffre magique, de l'image.

Et ce sera d'autant moins pertinent avec le développement des réseaux de recharge.

   

"C'est surtout du marketing, un chiffre magique, de l'image."

C'est le genre de chiffre magique qui fait des ventes en convaincant beaucoup de monde !

"ce sera d'autant moins pertinent avec le développement des réseaux de recharge."

Oui tout à fait... ces abrutis de constructeurs mettent plus de pognon dans le développement de nouvelles batteries que dans un réseau de charge rapide fiable et dense, dont la technologie est déjà maîtrisée et qui sera incontournable dans tous les cas.

Par

En réponse à Alternative

Oui en fait , il ne sert à rien d'avoir une batterie grosse capacité pour faire 1000 kilomètres plutôt qu'une batterie 500 kilomètres d'autonomie finalement plus adaptée aux besoins de plus de 90% de la population Mais cela est difficile à admettre pour 2 choses :

la 1ere , tout le monde sait très bien que ce graal des 500 kilomètres est proche , et forcément les anti VE ont du mal à l'admettre , pour eux c'est impossible et ne le sera jamais .

deuxièmement, la plupart des utilisateurs aiment à être rassurés , il faut une marge , surtout avec un parc de bornes encore faiblard .

Il reste cependant un côté intéressant à une batterie forte capacité "1000 kilomètres " , le fait que l'on a moins à la recharger et donc moins l'user pour au final une durée de vie améliorée .

   

"le fait que l'on a moins à la recharger et donc moins l'user pour au final une durée de vie améliorée ."

1 500 cycles * 1 000 km = 1 500 000 km !

C'est pas un peu overkill ??? Avec un kilométrage moyen par véhicule de 15 000 km / an, ça fait 100 ans de durée de vie théorique : ça sert à quoi ?

Par

En réponse à SaxoVTS99

Ce qui compte, c'est de pouvoir faire 400 à 500 kms sur autoroute à 130 . Pour le moment, aucune marque n'y arrive !

   

Pour faire 500 km à 25 kWh (à 130 kmh) il faut une batterie de 150 kWh pour être tranquille.

Pour faire le plein en 10 minutes de cette batterie, il faudrait une borne qui délivre 150 x 6 = 900 kW ... soit presque 1 mW

Ca va être chaud ...

Par

En réponse à zzeelec

"le fait que l'on a moins à la recharger et donc moins l'user pour au final une durée de vie améliorée ."

1 500 cycles * 1 000 km = 1 500 000 km !

C'est pas un peu overkill ??? Avec un kilométrage moyen par véhicule de 15 000 km / an, ça fait 100 ans de durée de vie théorique : ça sert à quoi ?

   

Cela sert par exemple à faire du V2G des batteries à longues durées de vie peuvent servir à équilibrer le réseau , la voiture devient un peu un fournisseur d'électricité en se chargeant et déchargeant sur le réseau .

Sinon le concept que doit certainement viser Tesla avec des batteries à longue durée de vie c'est le fait que la voiture est une batterie , les 4680 seront disséminées ds l'ensemble du châssis puisqu'increvables , sans passer par une techno plus coûteuse de batterie type solide cela permet de gagner en autonomie en gardant plus ou moins la techno actuelle sans que cela coûte un bras .

Certainement pour ça que Tesla vise le plus rapidement possible les 500 kilomètres d'autonomie à 25/30000 € hors bonnus .

Pour Volvo à voir , mais si effectivement ces 1000 kilomètres d'autonomie se traduisent par un coût supplémentaire c'est bof bof .

Par

En réponse à AXC1

Le Canard Enchaîné, sous la plume de Jean-Luc Porquet, publie un article au vitriol

sur l'absurdité de la stratégie de la voiture électrique engagée par la France.

En ligne de mire, la voiture électrique censée être la solution d'avenir pour sauver

la planète prétendument en danger.

On ne cesse de nous rabâcher que la voiture électrique, c'est la solution d'avenir et

surtout la seule voie pour sauver la planète.

La sauver de quoi ?

On ne sait pas trop, mais il faut la sauver, nous serine-t-on !

À cette fin, la France s'est engouffrée tête baissée dans le tout électrique mais

sans aucun discernement.

Partant, nos gouvernants ont enjoint les constructeurs automobiles de tout miser

sur l'électrique. Soit !

Mais qu'est-ce que cela signifie ?

D'abord, l'installation de multiples bornes de recharge le long de nos routes, car

les véhicules les plus performants à l'heure actuelle, ne peuvent prétendre à une

autonomie supérieure à 500 km.

Et encore sans faire usage des phares, du chauffage, des essuie-glaces, du

dégivrage ou de la climatisation...

Ensuite, cela implique la conception de batteries capables de stocker cette

énergie. Et là, il faut s'attarder un instant.

À l'heure actuelle, les batteries équipant les véhicules sont très lourdes, très

coûteuses et bourrées de métaux rares.

Dans celle de la Tesla Model S par exemple, la plus performante du marché, on ne

trouve pas moins de 16 kg de nickel.

Or le nickel est plutôt rare sur notre terre.

Ce qui fait dire au patron de Tesla France que « le goulet d'étranglement de la

transition énergétique se fera sur le nickel »

Extraction du nickel à Goro en Nouvelle Calédonie.

Il sait parfaitement que le nickel est très difficile à trouver.

Il faut aller le chercher en Indonésie ou en Nouvelle Calédonie et son extraction

est une vraie galère car on ne le trouve jamais à l'état pur.

Dans les minerais, il n'existe qu'en très faible proportion .Par conséquent, il faut

creuser et creuser encore, broyer, cribler, hyrocycloner pour un résultat tout juste à

la hauteur des besoins.

Or tout cela entraîne de colossales montagnes de résidus que l'on déverse la

plupart du temps dans la mer !

Mais qu'importe la biodiversité pour les Khmers verts qui ne jurent que par la «

mobilité verte », laquelle n'a pas de prix pour eux.

Extraction du lithium en Bolivie.

Il n’y a pas que le nickel en jeu, il y a aussi le lithium.

Il en faut 15 kg par batterie (toujours pour la Tesla Model S). Celui-ci provient des

hauts plateaux des Andes.

Pour l'extraire, on pompe sous les salars (lacs salés asséchés) ce qui entraîne une

migration de l'eau douce vers les profondeurs.

Une catastrophe écologique selon les autochtones qui souffrent déjà du manque

d'eau.

Et puis, il y a le cobalt : 10 kg par batterie qu'on va chercher au Congo.

Et là, on touche au travail des enfants qui creusent à mains nues dans des mines

artisanales pour seulement 2 dollars par jour (Les Échos du 23/09/2020).

Ça gêne un peu aux entournures nos constructeurs qui, néanmoins, veulent à tout

prix rattraper la Chine, déjà championne du monde dans ce secteur. Alors, le travail des enfants, ça reste un détail.

Pour couronner le tout, les batteries étant terriblement lourdes (1/4 du poids de la

Tesla Model S), il faut alléger au maximum le véhicule.

On fait donc des carrosseries en aluminium dont l'extraction génère ces terribles

boues rouges, déchets insolubles issus du traitement de l'alumine avec de la

soude et qui sont composées de plusieurs métaux lourds tels que l'arsenic, le fer,

le mercure, la silice et le titane, que l'on déverse aussi dans la mer au mépris des

questions d'environnement, comme à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône.

Voilà ce qu'est le développement « durable » selon nos écologistes. Un dogme qui

ne laisse aucune place à la raison !"

   

Ouais tandis que l'extraction, le transport, la distribution et finalement l'utilisation du pétrole a été et reste tout à fait vertueuse, c'est évident. Il suffit de demander au milliers de morts de la pollution atmosphérique ce qu'ils en pensent ou de demander à ceux qui vivent le long de certaines voies où circulent des milliers de véhicules diesel par jour dont la vallee de l'Arve où les enfants souffrent d'asthme et bronchites chroniques.

Par

En réponse à SaxoVTS99

Avec 4 à 500 kms d'autonomie, ça laisse le choix de l'endroit où l'on veut recharger au bout de 2 à 4 heures de conduite donc de la souplesse en fonction des disponibilités des bornes .

   

Ah oui...tu parles d'expérience ? Faire plus de 50 kms dans certaines régions (Corse, Queyras, Hautes-Alpes, etc) pour finalement trouver une borne qui fonctionne (il faut de la chance) et rester des heures dans la zone commerciale ou industrielle où se trouve cette borne car le débit de celle-ci est souvent ridicule tu penses que c'est une bonne expérience ?

Par

5 ans ?

Ça laisse le temps d'en mettre un peu de coté pour trouver les 100 kiloboules pour acquérir ce futur parpaing routier, enfin en phase avec les attentes des gens.

En se souvenant qu'on ne trouve pas d'exemple de produit à succès vendu plus cher que celui qu'il remplace pour proposer moins.

Par

En réponse à E911V

très théoriquement oui.

En fait ça dépend énormément de ta conduite, de ton parcours, de ta vitesse...

Exemple :

Le matin pour aller au boulot à 15 km, je suis entre 6 et 7 kWh / 100 km

Le soir pour revenir je suis plutôt entre 13 et 15 kWh / 100 km

Exactement la même route prise en sens inverse.

En moyenne je suis à 12.3 kWh tout compris.

   

T'es moins pressé d'aller au boulot que d'en revenir ? :blague:

Par

En réponse à zzeelec

"le fait que l'on a moins à la recharger et donc moins l'user pour au final une durée de vie améliorée ."

1 500 cycles * 1 000 km = 1 500 000 km !

C'est pas un peu overkill ??? Avec un kilométrage moyen par véhicule de 15 000 km / an, ça fait 100 ans de durée de vie théorique : ça sert à quoi ?

   

Une batterie ne s'use pas QUE par le nombre de cycle, mais aussi le calendaire et dans 20 ans nous verrons si les promesses sont tenues.

Et puis si la batterie sert à recharger le réseau, le client sera content de savoir que la batterie s'use pour faire marcher le frigo du voisin qui roule en thermique.

Par

En réponse à Abscons

Ouais tandis que l'extraction, le transport, la distribution et finalement l'utilisation du pétrole a été et reste tout à fait vertueuse, c'est évident. Il suffit de demander au milliers de morts de la pollution atmosphérique ce qu'ils en pensent ou de demander à ceux qui vivent le long de certaines voies où circulent des milliers de véhicules diesel par jour dont la vallee de l'Arve où les enfants souffrent d'asthme et bronchites chroniques.

   

D'ailleurs il y a une chose que personne n'a remarqué. Le covid doit avoir fait au moins 50000 morts cachés, car l'an passé avec le trafic presque à l'arrêt, nous aurions du avoir les 50 000 morts annuels en moins.

C'est bizarre, je ne les vois pas comptabilisés.

Par

En réponse à bruno3511502

Pour faire 500 km à 25 kWh (à 130 kmh) il faut une batterie de 150 kWh pour être tranquille.

Pour faire le plein en 10 minutes de cette batterie, il faudrait une borne qui délivre 150 x 6 = 900 kW ... soit presque 1 mW

Ca va être chaud ...

   

Si les progrès actuels continuent, une batterie de 120 à 150 KWh est envisageable pour un prix correct ( vers 2030 ), après, les constructeurs doivent faire des efforts dans l'efficience aérodynamique et la friction ( moteur, boîte, pneumatiques ) pour éviter les déperditions trop importantes . Quand au temps de recharge, si il faut 1/2 h ou 3/4h, cela n'est pas rédhibitoire, c'est acceptable même si c'est moins rapide qu'avec un carburant liquide.

Par

En réponse à E911V

Les lois de la physique étant ce qu'elles sont, pour faire 1000 km d'autonomie au lieu de 500, il va falloir doubler la capacité de la batterie (sauf à avoir une voiture ultra aérodynamique, ce que les parpaing XC Volvo ne sont pas).

Donc pour avoir ces 1000 km, on va doubler le prix de la batterie, donc renchérir le prix du véhicule d'au moins 60%.

Tout ça pour qu'occasionnellement, on puisse faire un long trajet avec moins d'arrêt.

Belle annonce, mais irréaliste, non pas techniquement (tout le monde peut empiler des kWh de batterie, même Tesla, hein le zozozozo !) mais parce que on abouti à une configuration produit très chère avec comme seul avantage de faire 2 x plus de km. Je crois que la majorité des clients se contentera de 500 km pour payer sa voiture 40% moins chère.

   

oui tu as raison ....et puis de toutes façons VOLVO ne peut pas faire une déclaration pareille le jour ou LDM ( boss de renault ) a affirmé tout fiers de lui que renault etait le meilleur au monde coté voiture élec..... là c'est abusé de la part de VOLVO..... limite.... indécent ! :lol:

Par

En réponse à Abscons

Ah oui...tu parles d'expérience ? Faire plus de 50 kms dans certaines régions (Corse, Queyras, Hautes-Alpes, etc) pour finalement trouver une borne qui fonctionne (il faut de la chance) et rester des heures dans la zone commerciale ou industrielle où se trouve cette borne car le débit de celle-ci est souvent ridicule tu penses que c'est une bonne expérience ?

   

Dans les régions très faiblement peuplées, même avec du carburant liquide, il faut faire attention à faire le plein au bon moment.

Par

En réponse à SaxoVTS99

Dans les régions très faiblement peuplées, même avec du carburant liquide, il faut faire attention à faire le plein au bon moment.

   

... et si vraiment tu doit traverser un territoire européen désertique ( lequel ??? ), un jerican dans le coffre et te voilà parfaitement dépiégé...

Par

En réponse à pxidr

Le problème, c'est que ce supposé souci d'autonomie n'en n'est pas réellement un.

Quel motard s'est plaint que sa moto dépasse rarement les 250km sur un plein ? Pourtant ça m'a pas empêché de faire des road trips en bécane de 700 bornes sur une journée.

J'ai 500 bornes d'autonomie avec ma TM3 perf, et je fais absolument tous les trajets que je faisais avant avec ma thermique.

Donc franchement, des electriques avec 600-700 bornes d'autonomie, c'est plus que suffisant (donc environ 100kWh de capacité).

Au delà, ça implique des batteries trop grosses, trop lourdes, trop lentes a charger au domicile.

Ce qu'il faut par contre, c'est un réseau développé de chargeurs rapides disponibles partout... et c'est pas encore ça effectivement (hormis Tesla).

   

Tu tombes bien pour le sujet motard , 5 motos à la maison , un traine couillon pour le taff , NC750X DCT , 14 litres de réservoir et 3,5 litres au 100, réserve généralement à 320 bornes , les 11 litres de rajout en 2 minutes .

Une KTM 1090R avec ses 23 litres , pour monter au Cap Nord j'ai tourné à 5 litres , de quoi taper les 350 bornes avant de chercher la station , et sur ce genre de road tripe j'ai toujours une nourrisse de 6 litres de quoi avoir une sécurité de 100 bornes , les 500 bornes sont possible , mais bon des stations jusqu'au bout du Continent il y en a , Norvège ou Suède pas de soucis .

J'ai aussi une vielle Honda CBR 1100 XX , 24 litres dans le bidon , et dans les années 2000 , tartiner pour aller au Mans , ou Castelet à 200 de croisière permettait de taper les 200 bornes , et toujours un plein en 3 minutes , avec des stations partout et si c'était possible de rouler si vite aujourd'hui , aucune VE même le top ne pourrait tenir la distance même face à une moto , je ne parle pas d'une caisse TD , oui c'est le vrai talon d'achille des VE l'autonomie en mode gaz ...

Je ne parlerai pas de ma CB 750 four de 1971qui roule peut , mais l'ancienne de 50 ans avec 19 litres il y a de quoi faire vue la vitesse , la 5 eme une F800GS pour ceux qui connaissent est un chameaux , et pour les sorties TT en France ou partir jusqu'en Islande ne pose pas de soucis non plus et sans transpirer pour trouver une station .

Le VE de nos jours pour la majorité c'est un peut pareil que mes motos niveau autonomie dans la vrai vie , sauf que les points de recharges ne sont pas aussi présent que les stations services , de plus la puissance de recharge est variable et qu'il ne faudra pas trop s'écarter de sa feuille de route , et ne me parle pas de ton cas Tesla et usage , la vrai vie d'un automobiliste est tellement variable , qu'un exemple ne peut être valeur d'étalon pour la majorité .

Le VE c'est "chouette" pour la ville et périurbain , avec des modèles compactes , mais pas pour avaler de la bornes à vitesse soutenue , ça viendra certainement un jours , mais pour l'instant trop de contraintes pour beaucoup de personnes .

Pour mes bagnoles thermiques , j'aime la liberté qui va avec au niveau rayon d'action et remplissage rapide du réservoir , tu vois je ne parle même pas du plaisir qu'elles distillent , juste du confort niveau autonomie et facilité de faire le plein partout rapidement .

Bref j'y viendrais un jour au VE , c'est prévue , mais dans l'immédiat aucunes de propositions ne rentre dans mon cahier des charges , aller bonne route .

Par

En réponse à Abscons

Ouais tandis que l'extraction, le transport, la distribution et finalement l'utilisation du pétrole a été et reste tout à fait vertueuse, c'est évident. Il suffit de demander au milliers de morts de la pollution atmosphérique ce qu'ils en pensent ou de demander à ceux qui vivent le long de certaines voies où circulent des milliers de véhicules diesel par jour dont la vallee de l'Arve où les enfants souffrent d'asthme et bronchites chroniques.

   

Tu devrais lire cet article...

https://www.lesechos.fr/pme-regions/auvergne-rhone-alpes/vallee-de-larve-une-forte-contamination-au-cadmium-retrouvee-dans-des-cheveux-denfants-1285178

Sinon... ta Tesla and co... si tu habites au delà de cette vallée, faudra bien stipuler sur le bon de commande qu'elle te soit livrée sur plateau tirée par un camion électrique hein...

Par

Quand je lis au dessus " réseau de charge rapide Tesla disponible partout ".

Oh garçon, y'a même pas un centre dont tu causes par département !

Tu te vois devoir traverser un département pour te branchouiller, glander 1/2 heure pour repartir avec 80% de charge... reviens sur terre !

Par

En réponse à Turbo95

Tu tombes bien pour le sujet motard , 5 motos à la maison , un traine couillon pour le taff , NC750X DCT , 14 litres de réservoir et 3,5 litres au 100, réserve généralement à 320 bornes , les 11 litres de rajout en 2 minutes .

Une KTM 1090R avec ses 23 litres , pour monter au Cap Nord j'ai tourné à 5 litres , de quoi taper les 350 bornes avant de chercher la station , et sur ce genre de road tripe j'ai toujours une nourrisse de 6 litres de quoi avoir une sécurité de 100 bornes , les 500 bornes sont possible , mais bon des stations jusqu'au bout du Continent il y en a , Norvège ou Suède pas de soucis .

J'ai aussi une vielle Honda CBR 1100 XX , 24 litres dans le bidon , et dans les années 2000 , tartiner pour aller au Mans , ou Castelet à 200 de croisière permettait de taper les 200 bornes , et toujours un plein en 3 minutes , avec des stations partout et si c'était possible de rouler si vite aujourd'hui , aucune VE même le top ne pourrait tenir la distance même face à une moto , je ne parle pas d'une caisse TD , oui c'est le vrai talon d'achille des VE l'autonomie en mode gaz ...

Je ne parlerai pas de ma CB 750 four de 1971qui roule peut , mais l'ancienne de 50 ans avec 19 litres il y a de quoi faire vue la vitesse , la 5 eme une F800GS pour ceux qui connaissent est un chameaux , et pour les sorties TT en France ou partir jusqu'en Islande ne pose pas de soucis non plus et sans transpirer pour trouver une station .

Le VE de nos jours pour la majorité c'est un peut pareil que mes motos niveau autonomie dans la vrai vie , sauf que les points de recharges ne sont pas aussi présent que les stations services , de plus la puissance de recharge est variable et qu'il ne faudra pas trop s'écarter de sa feuille de route , et ne me parle pas de ton cas Tesla et usage , la vrai vie d'un automobiliste est tellement variable , qu'un exemple ne peut être valeur d'étalon pour la majorité .

Le VE c'est "chouette" pour la ville et périurbain , avec des modèles compactes , mais pas pour avaler de la bornes à vitesse soutenue , ça viendra certainement un jours , mais pour l'instant trop de contraintes pour beaucoup de personnes .

Pour mes bagnoles thermiques , j'aime la liberté qui va avec au niveau rayon d'action et remplissage rapide du réservoir , tu vois je ne parle même pas du plaisir qu'elles distillent , juste du confort niveau autonomie et facilité de faire le plein partout rapidement .

Bref j'y viendrais un jour au VE , c'est prévue , mais dans l'immédiat aucunes de propositions ne rentre dans mon cahier des charges , aller bonne route .

   

Mes motos (SV650/Street triple 675/FZ1N) avaient des réservoirs ne dépassant pas les 15L et l'autonomie dépassait rarement les 280km.

Ma Model 3 peut faire facilement entre 400 et 500km, donc déjà, c'est bien plus.

Maintenant, c'était ma remarque sur mon commentaire d'au dessus : il manque cruellement de bornes de recharge rapides (>150kW) un peu partout sur le territoire.

Si il y en a autant que de stations services, l'autonomie d'un VE n'est juste plus un problème, comme sur les motos.

Par

En réponse à pxidr

Le problème, c'est que ce supposé souci d'autonomie n'en n'est pas réellement un.

Quel motard s'est plaint que sa moto dépasse rarement les 250km sur un plein ? Pourtant ça m'a pas empêché de faire des road trips en bécane de 700 bornes sur une journée.

J'ai 500 bornes d'autonomie avec ma TM3 perf, et je fais absolument tous les trajets que je faisais avant avec ma thermique.

Donc franchement, des electriques avec 600-700 bornes d'autonomie, c'est plus que suffisant (donc environ 100kWh de capacité).

Au delà, ça implique des batteries trop grosses, trop lourdes, trop lentes a charger au domicile.

Ce qu'il faut par contre, c'est un réseau développé de chargeurs rapides disponibles partout... et c'est pas encore ça effectivement (hormis Tesla).

   

Sur le fond, je suis d'accord, mais ton calcul est tout de même faux. D'apres les données tesla, le prix de gros hors taxes de 100kwh de batteries est passé sous 10k usd (100usd/kwh). Pour 150kwh, ça fait 15kusd ht, soit autant d'euros ttc.

Je ne vois pas comment tu peux prétendre que le prix final fera un bond de plusieurs dizaines de pourcent avec ça, sur des caisses hdg!..

La question, c'est le volume et l'intégration, pas le coût. Et ça va se faire. On est d'accord, ce n'est pas une bonne nouvelle pour l'écologie. Mais ça va arriver, le VE avec 1000 bornes d'autonomie. :bah:

Par

En réponse à Philippe2446

Sur le fond, je suis d'accord, mais ton calcul est tout de même faux. D'apres les données tesla, le prix de gros hors taxes de 100kwh de batteries est passé sous 10k usd (100usd/kwh). Pour 150kwh, ça fait 15kusd ht, soit autant d'euros ttc.

Je ne vois pas comment tu peux prétendre que le prix final fera un bond de plusieurs dizaines de pourcent avec ça, sur des caisses hdg!..

La question, c'est le volume et l'intégration, pas le coût. Et ça va se faire. On est d'accord, ce n'est pas une bonne nouvelle pour l'écologie. Mais ça va arriver, le VE avec 1000 bornes d'autonomie. :bah:

   

Je n'ai pas parlé de prix, mais de poids + encombrement + temps de charge à la maison.

Et même si le tarif des batteries est d'environ 100$/kWh, une batterie de 80kW sera toujours deux fois moins chère qu'une batterie de 160kWh. :bah:

Sinon on est bien d'accord, 1000km d'autonomie, ça ne sert à rien. On devrait se limiter à 600km, c'est l'autonomie d'une voiture essence typique sur un plein, et plutôt travailler sur le poids + Cx + efficience + temps de charge.

Par

En réponse à pxidr

Je n'ai pas parlé de prix, mais de poids + encombrement + temps de charge à la maison.

Et même si le tarif des batteries est d'environ 100$/kWh, une batterie de 80kW sera toujours deux fois moins chère qu'une batterie de 160kWh. :bah:

Sinon on est bien d'accord, 1000km d'autonomie, ça ne sert à rien. On devrait se limiter à 600km, c'est l'autonomie d'une voiture essence typique sur un plein, et plutôt travailler sur le poids + Cx + efficience + temps de charge.

   

*80kWh

Par

En réponse à pxidr

Mes motos (SV650/Street triple 675/FZ1N) avaient des réservoirs ne dépassant pas les 15L et l'autonomie dépassait rarement les 280km.

Ma Model 3 peut faire facilement entre 400 et 500km, donc déjà, c'est bien plus.

Maintenant, c'était ma remarque sur mon commentaire d'au dessus : il manque cruellement de bornes de recharge rapides (>150kW) un peu partout sur le territoire.

Si il y en a autant que de stations services, l'autonomie d'un VE n'est juste plus un problème, comme sur les motos.

   

Sur le fond je penses être en accord , juste que perso je généralise le sujet VE avec une approche mr tout le monde et diversités d'usages et besoins , de ton côté c'est ton cas et Tesla qui revient non stop et ne peut être le vrai visage du VE en ce moment .

Par

En réponse à pxidr

Je n'ai pas parlé de prix, mais de poids + encombrement + temps de charge à la maison.

Et même si le tarif des batteries est d'environ 100$/kWh, une batterie de 80kW sera toujours deux fois moins chère qu'une batterie de 160kWh. :bah:

Sinon on est bien d'accord, 1000km d'autonomie, ça ne sert à rien. On devrait se limiter à 600km, c'est l'autonomie d'une voiture essence typique sur un plein, et plutôt travailler sur le poids + Cx + efficience + temps de charge.

   

Les bornes, toujours les bornes, encore les bornes !

Le VT a eu besoin d'un réseau dense de 10 000 points de remplissage "rapide", je ne vois pas pourquoi il en serait autrement pour le VE.

L'analogie avec la moto est pertinente : aucun motard ne part de chez lui avec le souci de l'autonomie, bien qu'elle dépasse rarement les 250/300 km, car il sait qu'il trouvera forcément des pompes sur son trajet.

Je peine vraiment à comprendre pourquoi l'infrastructure n'est pas la priorité de tous les constructeurs : quand on voit comment Ionity rame, c'est aberrant.

Tesla sans son réseau de SuC n'aurait jamais percé.

Par

Pour compléter : Hyundai montre la voie avec une Ioniq 5 qui a 450 km d'autonomie environ mais charge à plus de 200 kW, mais où sont les bornes rapides ? Hyundai fait pourtant parti du consortium Ionity...

Par §Ant435pN

En réponse à

Commentaire supprimé.

   

Dans 14 ans, donc. Plus que la durée de vie moyenne des véhicules. Et dans 14 ans l'offre de VE sera aussi large que l'offre de VT actuelle.

Par §Ant435pN

En réponse à roc et gravillon

T'es moins pressé d'aller au boulot que d'en revenir ? :blague:

   

Tout le monde n'a pas une mégère à la maison, qui pousse à venir déverser sa frustration sur internet :areuh:

Par §Ant435pN

En réponse à roc et gravillon

Quand je lis au dessus " réseau de charge rapide Tesla disponible partout ".

Oh garçon, y'a même pas un centre dont tu causes par département !

Tu te vois devoir traverser un département pour te branchouiller, glander 1/2 heure pour repartir avec 80% de charge... reviens sur terre !

   

Trop gros, passera pas.

Par

En réponse à Turbo95

Sur le fond je penses être en accord , juste que perso je généralise le sujet VE avec une approche mr tout le monde et diversités d'usages et besoins , de ton côté c'est ton cas et Tesla qui revient non stop et ne peut être le vrai visage du VE en ce moment .

   

Tu vois qu'on peut être d'accord :bien:

Par

Ce n'est pas avec ce projet de Volvo que l'on voit la fin de la démesure en automobile.

Entre le poids et le temps de charge, où sont les avantages? Si un jour, il n'y a que des BEV sur le marché, les chinois avec des voitures tout a fait convenable autour de 30000€ ont plus de chance de convaincre. Je suis toujours dans des schéma où on essai d'aller au maximum des spécification, dans ce cas cela veut dire arriver a destination avec une batterie vide pour éviter les temps de charge en route. Sur une prise 16A, nous avons alors 60h pour recharger après 1000 km de route et si les prises 32A se généralisent dans les logements c'est encore 30h. C'est l'invention de l'autoimmobile, les déplacements longs qui sont quand même devenus la règle au moins une fois par an pour beaucoup de gens deviennent une galère que même les automobilistes moins nombreux de la décennie 1950 ne connaissaient pas.

Je suis impatient de voir le nombre de BEV devenir significatif, que tout le monde découvre ce merveilleux progré au fil des récits des heureux propriétaires (ou locataires).

Par

Il y a beaucoup d'avis sur les matières premières dans ce fil. Rien que pour le nickel, nous sommes loin de voir se pointer une pénurie, il y a a Cuba l'équivalent de la Nouvelle Calédonie en terme de réserves. Il y a partout dans le mondes des gisement connus ou inconnus pour de longs siècles mais il faut admettre que toute activité minière est polluante avec souvent une pollution de très longue durée.

Tout ça est vrai pour les VT comme pour les BEV comme pour tout autre activité industrielle.

Par

En réponse à zzeelec

Les bornes, toujours les bornes, encore les bornes !

Le VT a eu besoin d'un réseau dense de 10 000 points de remplissage "rapide", je ne vois pas pourquoi il en serait autrement pour le VE.

L'analogie avec la moto est pertinente : aucun motard ne part de chez lui avec le souci de l'autonomie, bien qu'elle dépasse rarement les 250/300 km, car il sait qu'il trouvera forcément des pompes sur son trajet.

Je peine vraiment à comprendre pourquoi l'infrastructure n'est pas la priorité de tous les constructeurs : quand on voit comment Ionity rame, c'est aberrant.

Tesla sans son réseau de SuC n'aurait jamais percé.

   

Tu ne peux pas faire le plein de ton VT chez toi. Avec un VE, si. Donc à priori, moins de bornes sera nécessaire ?

Par

En réponse à beniot9888

Tu ne peux pas faire le plein de ton VT chez toi. Avec un VE, si. Donc à priori, moins de bornes sera nécessaire ?

   

Oui, moins de 10 000 stations de recharge rapide seront nécessaires, c'est certain. Mais 100 stations rapides ouvertes à tous les VE sur le territoire, c'est vraiment insuffisant : il faudrait au moins multiplier par 10, à la louche.

Quant aux bornes lentes pour le stationnement résidentiel et professionnel, le nombre de 10 000 est déjà largement dépassé (on en est à plus de 30 000, contre certes 100 000 prévues) : on voit que le problème majeur ne vient pas de là.

Il vaudrait mieux à la limite penser à généraliser les stations de charge rapide que de s'appuyer sur des bornes lentes squattées par des VE "sangsues". Pourquoi ne pas finalement conserver une logique de ravitaillement qui est celle du VT ? (et pour ceux qui le peuvent : charger chez soi en plus)

Par

En réponse à beniot9888

Tu ne peux pas faire le plein de ton VT chez toi. Avec un VE, si. Donc à priori, moins de bornes sera nécessaire ?

   

Au moins une par appartement sans garage, ils sont nombreux. Combien sont les propriétaires de voitures sans place de stationnement privative? Le problème reste le nombre de bornes de recharge, lentes ou rapides elles seront toujours en nombre insuffisant dans un monde où la rentabilité prime.

Par

En réponse à bruno3511502

Pour faire 500 km à 25 kWh (à 130 kmh) il faut une batterie de 150 kWh pour être tranquille.

Pour faire le plein en 10 minutes de cette batterie, il faudrait une borne qui délivre 150 x 6 = 900 kW ... soit presque 1 mW

Ca va être chaud ...

   

Je ne comprends pas trop tes calculs:

A 130Km/H, pour faire 500km, il te faut un peu moins de 4H, soit 25KWH x 4 = 100KW.

Ou alors c'est moi?

Par

En réponse à chivito69

Je ne comprends pas trop tes calculs:

A 130Km/H, pour faire 500km, il te faut un peu moins de 4H, soit 25KWH x 4 = 100KW.

Ou alors c'est moi?

   

C'est seulement que toi tu prévois d'arriver avec zéro km restant en autonomie. Raisonnable?

Par §Ant435pN

En réponse à chivito69

Je ne comprends pas trop tes calculs:

A 130Km/H, pour faire 500km, il te faut un peu moins de 4H, soit 25KWH x 4 = 100KW.

Ou alors c'est moi?

   

C'est toi. Il parle de faire le "plein" en 10 minutes d'une batterie de 150kWh.

Il faut donc une puissance moyenne de 150x6 = 900kW.

Ceci dit, l'hypothèse de 25kWh/100 à 130 est exagérée. On est plus proche des 20kWh/100 pour un VE bien conçu, donc 100kWh de batterie sont suffisants pour faire 500km.

Par contre la technologie actuelles des batteries est telle qu'il est impossible d'avoir de telles puissances de charge. Au mieux on va approcher les 300kW. Il faudra à mon avis au moins 10 ans avant qu'on puisse faire un "plein" de 500km en 10 minutes. Et encore.

Par

En réponse à roc et gravillon

T'es moins pressé d'aller au boulot que d'en revenir ? :blague:

   

Je n'avais pas pensé à cette interprétation :biggrin:

Merci pour la rigolade :bien::bien:

Par

En réponse à chivito69

Je ne comprends pas trop tes calculs:

A 130Km/H, pour faire 500km, il te faut un peu moins de 4H, soit 25KWH x 4 = 100KW.

Ou alors c'est moi?

   

Comme pour une thermique, la conso est donnée aux 100 km.

25 kWh c'est en fait 25kWh / 100km.

Donc pour 500 km la conso sera de 25 x 5 = 125 kWh.

Par

En réponse à §Ant435pN

C'est toi. Il parle de faire le "plein" en 10 minutes d'une batterie de 150kWh.

Il faut donc une puissance moyenne de 150x6 = 900kW.

Ceci dit, l'hypothèse de 25kWh/100 à 130 est exagérée. On est plus proche des 20kWh/100 pour un VE bien conçu, donc 100kWh de batterie sont suffisants pour faire 500km.

Par contre la technologie actuelles des batteries est telle qu'il est impossible d'avoir de telles puissances de charge. Au mieux on va approcher les 300kW. Il faudra à mon avis au moins 10 ans avant qu'on puisse faire un "plein" de 500km en 10 minutes. Et encore.

   

Non mais sur la partie recharge, ce n'était pas le point de mon côté.

De façon simple, pour moi qui habite Lyon, si j'ai la possibilité de faire Lyon Nice en une seule traite, ca devrait suffire à tous mes besoins: je vais régulièrement en Corse pour mes congés et si je peux arriver jusqu'au port de Nice ensuite je recharge un peu à Nice ou en Corse pour arriver jusqu'au lieu de terminus Corse et ça me suffit.

Les 500Km d'autonomie autoroute sont pour moi, mais je pense pour beaucoup, la grosse étape qui va me permettre de passer un jour au full elec. Donc 100KW devrait me suffire.

Par

En réponse à zzeelec

Les bornes, toujours les bornes, encore les bornes !

Le VT a eu besoin d'un réseau dense de 10 000 points de remplissage "rapide", je ne vois pas pourquoi il en serait autrement pour le VE.

L'analogie avec la moto est pertinente : aucun motard ne part de chez lui avec le souci de l'autonomie, bien qu'elle dépasse rarement les 250/300 km, car il sait qu'il trouvera forcément des pompes sur son trajet.

Je peine vraiment à comprendre pourquoi l'infrastructure n'est pas la priorité de tous les constructeurs : quand on voit comment Ionity rame, c'est aberrant.

Tesla sans son réseau de SuC n'aurait jamais percé.

   

Tout à fait :bien:

Par

En réponse à AXC1

Le Canard Enchaîné, sous la plume de Jean-Luc Porquet, publie un article au vitriol

sur l'absurdité de la stratégie de la voiture électrique engagée par la France.

En ligne de mire, la voiture électrique censée être la solution d'avenir pour sauver

la planète prétendument en danger.

On ne cesse de nous rabâcher que la voiture électrique, c'est la solution d'avenir et

surtout la seule voie pour sauver la planète.

La sauver de quoi ?

On ne sait pas trop, mais il faut la sauver, nous serine-t-on !

À cette fin, la France s'est engouffrée tête baissée dans le tout électrique mais

sans aucun discernement.

Partant, nos gouvernants ont enjoint les constructeurs automobiles de tout miser

sur l'électrique. Soit !

Mais qu'est-ce que cela signifie ?

D'abord, l'installation de multiples bornes de recharge le long de nos routes, car

les véhicules les plus performants à l'heure actuelle, ne peuvent prétendre à une

autonomie supérieure à 500 km.

Et encore sans faire usage des phares, du chauffage, des essuie-glaces, du

dégivrage ou de la climatisation...

Ensuite, cela implique la conception de batteries capables de stocker cette

énergie. Et là, il faut s'attarder un instant.

À l'heure actuelle, les batteries équipant les véhicules sont très lourdes, très

coûteuses et bourrées de métaux rares.

Dans celle de la Tesla Model S par exemple, la plus performante du marché, on ne

trouve pas moins de 16 kg de nickel.

Or le nickel est plutôt rare sur notre terre.

Ce qui fait dire au patron de Tesla France que « le goulet d'étranglement de la

transition énergétique se fera sur le nickel »

Extraction du nickel à Goro en Nouvelle Calédonie.

Il sait parfaitement que le nickel est très difficile à trouver.

Il faut aller le chercher en Indonésie ou en Nouvelle Calédonie et son extraction

est une vraie galère car on ne le trouve jamais à l'état pur.

Dans les minerais, il n'existe qu'en très faible proportion .Par conséquent, il faut

creuser et creuser encore, broyer, cribler, hyrocycloner pour un résultat tout juste à

la hauteur des besoins.

Or tout cela entraîne de colossales montagnes de résidus que l'on déverse la

plupart du temps dans la mer !

Mais qu'importe la biodiversité pour les Khmers verts qui ne jurent que par la «

mobilité verte », laquelle n'a pas de prix pour eux.

Extraction du lithium en Bolivie.

Il n’y a pas que le nickel en jeu, il y a aussi le lithium.

Il en faut 15 kg par batterie (toujours pour la Tesla Model S). Celui-ci provient des

hauts plateaux des Andes.

Pour l'extraire, on pompe sous les salars (lacs salés asséchés) ce qui entraîne une

migration de l'eau douce vers les profondeurs.

Une catastrophe écologique selon les autochtones qui souffrent déjà du manque

d'eau.

Et puis, il y a le cobalt : 10 kg par batterie qu'on va chercher au Congo.

Et là, on touche au travail des enfants qui creusent à mains nues dans des mines

artisanales pour seulement 2 dollars par jour (Les Échos du 23/09/2020).

Ça gêne un peu aux entournures nos constructeurs qui, néanmoins, veulent à tout

prix rattraper la Chine, déjà championne du monde dans ce secteur. Alors, le travail des enfants, ça reste un détail.

Pour couronner le tout, les batteries étant terriblement lourdes (1/4 du poids de la

Tesla Model S), il faut alléger au maximum le véhicule.

On fait donc des carrosseries en aluminium dont l'extraction génère ces terribles

boues rouges, déchets insolubles issus du traitement de l'alumine avec de la

soude et qui sont composées de plusieurs métaux lourds tels que l'arsenic, le fer,

le mercure, la silice et le titane, que l'on déverse aussi dans la mer au mépris des

questions d'environnement, comme à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône.

Voilà ce qu'est le développement « durable » selon nos écologistes. Un dogme qui

ne laisse aucune place à la raison !"

   

Sympa de balancer des infos rafler a droite et a gauche.

Encore il faut etre juste.

Les metaux rares ne sont pas si rare que cela, le lithium est tres present en france mais actuellement non exploité.

Le cobalt est en voie de disparition sur les VE avec des batterie LPP.

Donc la technique est la recherche trouve des solutions.

De plus des voitures avec 1000km d'autonomie cela frise un peu le ridicule au tarif des batteries et de leur masse.

Donc mieux vaut investir dans du collectif et de la recharge rapide.

Pour info egalement les boues rouge pour l'alumine c'est fini des proces industriel on etait mis en place, même les ecolos on etait surpris du résultat.

Soyons innovent cela créera de l'emploie du bien etre, si nous le faisons pas, les autres le feront pour eux et on deviendra les dernieres de la classe.

Et les dernieres de la classe ils ont une vie de m****!!

Par

En réponse à zzeelec

Les bornes, toujours les bornes, encore les bornes !

Le VT a eu besoin d'un réseau dense de 10 000 points de remplissage "rapide", je ne vois pas pourquoi il en serait autrement pour le VE.

L'analogie avec la moto est pertinente : aucun motard ne part de chez lui avec le souci de l'autonomie, bien qu'elle dépasse rarement les 250/300 km, car il sait qu'il trouvera forcément des pompes sur son trajet.

Je peine vraiment à comprendre pourquoi l'infrastructure n'est pas la priorité de tous les constructeurs : quand on voit comment Ionity rame, c'est aberrant.

Tesla sans son réseau de SuC n'aurait jamais percé.

   

Si le motard devait glander 1/2 heure mini avec son cuir pour pouvoir aller un peu plus loin, le marché de la moto déjà fort maigre ne pèserait plus grand chose...

D'ailleurs il se vend combien de motos qu'on branche ?

Par

En réponse à roc et gravillon

Si le motard devait glander 1/2 heure mini avec son cuir pour pouvoir aller un peu plus loin, le marché de la moto déjà fort maigre ne pèserait plus grand chose...

D'ailleurs il se vend combien de motos qu'on branche ?

   

En général, le motard en balade aime bien faire des pauses assez régulières pour visiter un coin sympa, se dégourdir les pattes, se désaltérer, etc. Du mototourisme, en somme. Donc il aurait théoriquement le temps de charger sa monture sans que ce soit perçu comme une contrainte insurmontable.

Mais chevaucher une moto sans moteur thermique, quelle drôle d'idée ! :hum:

Par

PS : je parle évidemment d'un monde qui serait correctement fourni en bornes de recharge, ce qui n'est pas le cas.

Par

En réponse à zzeelec

En général, le motard en balade aime bien faire des pauses assez régulières pour visiter un coin sympa, se dégourdir les pattes, se désaltérer, etc. Du mototourisme, en somme. Donc il aurait théoriquement le temps de charger sa monture sans que ce soit perçu comme une contrainte insurmontable.

Mais chevaucher une moto sans moteur thermique, quelle drôle d'idée ! :hum:

   

Il n'est pas motard (qu'il qualifie de cercueil sur 2 roues de mémoire), alors tout ça, il ne le sait pas !

Par

En réponse à E911V

Les lois de la physique étant ce qu'elles sont, pour faire 1000 km d'autonomie au lieu de 500, il va falloir doubler la capacité de la batterie (sauf à avoir une voiture ultra aérodynamique, ce que les parpaing XC Volvo ne sont pas).

Donc pour avoir ces 1000 km, on va doubler le prix de la batterie, donc renchérir le prix du véhicule d'au moins 60%.

Tout ça pour qu'occasionnellement, on puisse faire un long trajet avec moins d'arrêt.

Belle annonce, mais irréaliste, non pas techniquement (tout le monde peut empiler des kWh de batterie, même Tesla, hein le zozozozo !) mais parce que on abouti à une configuration produit très chère avec comme seul avantage de faire 2 x plus de km. Je crois que la majorité des clients se contentera de 500 km pour payer sa voiture 40% moins chère.

   

La batterie de la Zoé est passé de 22, 41 puis 50 kWh et son prix a été divisé par deux.

Par

En réponse à AXC1

Le Canard Enchaîné, sous la plume de Jean-Luc Porquet, publie un article au vitriol

sur l'absurdité de la stratégie de la voiture électrique engagée par la France.

En ligne de mire, la voiture électrique censée être la solution d'avenir pour sauver

la planète prétendument en danger.

On ne cesse de nous rabâcher que la voiture électrique, c'est la solution d'avenir et

surtout la seule voie pour sauver la planète.

La sauver de quoi ?

On ne sait pas trop, mais il faut la sauver, nous serine-t-on !

À cette fin, la France s'est engouffrée tête baissée dans le tout électrique mais

sans aucun discernement.

Partant, nos gouvernants ont enjoint les constructeurs automobiles de tout miser

sur l'électrique. Soit !

Mais qu'est-ce que cela signifie ?

D'abord, l'installation de multiples bornes de recharge le long de nos routes, car

les véhicules les plus performants à l'heure actuelle, ne peuvent prétendre à une

autonomie supérieure à 500 km.

Et encore sans faire usage des phares, du chauffage, des essuie-glaces, du

dégivrage ou de la climatisation...

Ensuite, cela implique la conception de batteries capables de stocker cette

énergie. Et là, il faut s'attarder un instant.

À l'heure actuelle, les batteries équipant les véhicules sont très lourdes, très

coûteuses et bourrées de métaux rares.

Dans celle de la Tesla Model S par exemple, la plus performante du marché, on ne

trouve pas moins de 16 kg de nickel.

Or le nickel est plutôt rare sur notre terre.

Ce qui fait dire au patron de Tesla France que « le goulet d'étranglement de la

transition énergétique se fera sur le nickel »

Extraction du nickel à Goro en Nouvelle Calédonie.

Il sait parfaitement que le nickel est très difficile à trouver.

Il faut aller le chercher en Indonésie ou en Nouvelle Calédonie et son extraction

est une vraie galère car on ne le trouve jamais à l'état pur.

Dans les minerais, il n'existe qu'en très faible proportion .Par conséquent, il faut

creuser et creuser encore, broyer, cribler, hyrocycloner pour un résultat tout juste à

la hauteur des besoins.

Or tout cela entraîne de colossales montagnes de résidus que l'on déverse la

plupart du temps dans la mer !

Mais qu'importe la biodiversité pour les Khmers verts qui ne jurent que par la «

mobilité verte », laquelle n'a pas de prix pour eux.

Extraction du lithium en Bolivie.

Il n’y a pas que le nickel en jeu, il y a aussi le lithium.

Il en faut 15 kg par batterie (toujours pour la Tesla Model S). Celui-ci provient des

hauts plateaux des Andes.

Pour l'extraire, on pompe sous les salars (lacs salés asséchés) ce qui entraîne une

migration de l'eau douce vers les profondeurs.

Une catastrophe écologique selon les autochtones qui souffrent déjà du manque

d'eau.

Et puis, il y a le cobalt : 10 kg par batterie qu'on va chercher au Congo.

Et là, on touche au travail des enfants qui creusent à mains nues dans des mines

artisanales pour seulement 2 dollars par jour (Les Échos du 23/09/2020).

Ça gêne un peu aux entournures nos constructeurs qui, néanmoins, veulent à tout

prix rattraper la Chine, déjà championne du monde dans ce secteur. Alors, le travail des enfants, ça reste un détail.

Pour couronner le tout, les batteries étant terriblement lourdes (1/4 du poids de la

Tesla Model S), il faut alléger au maximum le véhicule.

On fait donc des carrosseries en aluminium dont l'extraction génère ces terribles

boues rouges, déchets insolubles issus du traitement de l'alumine avec de la

soude et qui sont composées de plusieurs métaux lourds tels que l'arsenic, le fer,

le mercure, la silice et le titane, que l'on déverse aussi dans la mer au mépris des

questions d'environnement, comme à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône.

Voilà ce qu'est le développement « durable » selon nos écologistes. Un dogme qui

ne laisse aucune place à la raison !"

   

L'article ce journaleux est perçu d'erreurs et de fakes news.

Exempes.

- Par les batteries LFP (lithium, fer, phosphate) des Tesla ne contiennent plus de cobalt ni de nickel

- le lithium était un déchet de l'extraction du potassium, par évaporation de saumure. Cela ne génère aucune pollution.

- les couches sup du lac sont étanches. Il n'y a aucune insertion d'eau douce.

Etc ..

Par

En réponse à E911V

Euh ben non en fait.

De la même manière qu'il te faut deux plus d'essence pour aller deux fois plus loin, il te faudra une batterie deux fois plus grosse pour faire 1000 km au lieu de 500.

Et ce quels que soient les progrès des techno de batteries, qui s'appliqueront dans les deux cas.

Et batterie deux fois plus grosse veut dire voiture beaucoup (beaucoup) plus chère.

   

La batterie de la Zoé est passé de 22 à 50 kWh, et son prix a été divisé par deux.

Par §Ant435pN

En réponse à Bug Danny

L'article ce journaleux est perçu d'erreurs et de fakes news.

Exempes.

- Par les batteries LFP (lithium, fer, phosphate) des Tesla ne contiennent plus de cobalt ni de nickel

- le lithium était un déchet de l'extraction du potassium, par évaporation de saumure. Cela ne génère aucune pollution.

- les couches sup du lac sont étanches. Il n'y a aucune insertion d'eau douce.

Etc ..

   

Il n'est prouvé ni que l'eau douce migre vers les creux créés par le pompage de la saumure, ni qu'elle ne le fait pas.

Il est aussi possible que le déficit d'eau douce qui se creuse dans la région soit "simplement" dû à la dérive climatique.

Le fait est qu'aucune étude définitive n'a été faite. En revanche les bénéfices du lithium au niveau mondial, en permettant de proposer des solutions de mobilité peu carbonée, eux, sont évidents.

Ce qui ne veut en aucun cas dire que c'est un blanc-seing pour faire n'importe quoi. Toute extraction doit être contrôlée de près.

Par

En réponse à Bug Danny

La batterie de la Zoé est passé de 22 à 50 kWh, et son prix a été divisé par deux.

   

Je ne dis pas le contraire.

Ce que je dis c'est que aujourd'hui si on met une batterie de 25kWh dans une Zoé pour reprendre ton exemple, cette batterie coûtera deux fois moins cher qu'une de 50 kWh (en gros).

Et que si tu veux aller deux fois plus loin, il te faut deux fois plus de capacité de batterie. Donc une batterie deux fois plus chère.

Par

En réponse à §Ant435pN

Il n'est prouvé ni que l'eau douce migre vers les creux créés par le pompage de la saumure, ni qu'elle ne le fait pas.

Il est aussi possible que le déficit d'eau douce qui se creuse dans la région soit "simplement" dû à la dérive climatique.

Le fait est qu'aucune étude définitive n'a été faite. En revanche les bénéfices du lithium au niveau mondial, en permettant de proposer des solutions de mobilité peu carbonée, eux, sont évidents.

Ce qui ne veut en aucun cas dire que c'est un blanc-seing pour faire n'importe quoi. Toute extraction doit être contrôlée de près.

   

Dans ces régions désertiques sans aucunes règles environnementales, ou au moins personne pour les faire respecter, le problème est que ce sont les industriels qui utilisent l'eau douce sans la retraiter, ils recrachent de l'eau salée et polluée pour économiser... c de la corruption c tout... mais pour le lobby pétrolier ça devient regardez "l'exploitation du lithium pollue"... on croit rêver, alors que l'exploitation du pétrole est l'une des plus polluante qui soit...

Par

En réponse à SaxoVTS99

Ce qui compte, c'est de pouvoir faire 400 à 500 kms sur autoroute à 130 . Pour le moment, aucune marque n'y arrive !

   

Désolé mais faux: j'ai déjà fait 400 en Kona 64kw avec régulateur à 125.

Par

En réponse à DinkyBoy

Désolé mais faux: j'ai déjà fait 400 en Kona 64kw avec régulateur à 125.

   

Désolé mais faux: j'ai déjà fait 400 en Kona 64kw avec régulateur à 125 ce n'est pas 130.

Il faut simplement savoir lire au mini c'est 4 kWh de plus de consommation, c'est ce qui manquera pour faire les 400 km

Par

En réponse à Entouteobjectivité

Aujourd'hui Volvo est le plus qualitatif, fiable et séduisant face à un trio allemand en perte de vitesse :

Audi et son style lassant et fade, Bmw et son style grotesque, et Mercedes irrégulier (magnifique Classe A, horrible GLB, nouvelle Classe C pas terrible...).

A voir DS si la marque continue dans la même veine que sa nouvelle DS4, absolument sublime.

   

C'est surtout qu'ils sont chinois et qu'ils ont le support de geely et du plus grand marché automobile électrique du monde (40% des ventes mondiales) Volvo reprensente le groupe geely en europe mais une bonne partie de la technologie fait désormais le chemin inverse (chine vers europe) et volvo bénéficie énormément de la maitrise technologique en batterie, en conduite autonome et dans le domaine éléctrique de geely (voir zeekr)

Je trouve également l'évolution stylistique des allemandes discutable, ils ont aussi été assez conservateurs et ont moins anticipé l'arrivée des auto intelligentes

Ceci étant, historiquement, les allemandes (essentiellement BMW et mercedes en ce qui concerne ma propre expérience) ont été quasi imbattable en qualité (à ne pas confondre avec fiabilité même si les deux sont très liés)

 

Par

1000km "reels"? Whaou, et ben s ils y arrivent (et ils ne seront pas les seul) ça va juste envoyer le thermique à la casse...

Ça sent la SSB quand même tout ça...

 

SPONSORISE

Actualité Volvo

Toute l'actualité