Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Covid-19 : les taxis et les VTC tirent la langue avec le couvre-feu

Dans Economie / Politique / Social

En Île-de-France et dans plusieurs grandes métropoles, le couvre-feu instauré de 21h à 6h du matin va faire du mal à certaines professions. Les chauffeurs de taxis et les VTC sont une nouvelle fois concernés.

Covid-19 : les taxis et les VTC tirent la langue avec le couvre-feu

Avec la mise en place de couvre-feux dans plusieurs grandes villes de France, les taxis redoutent les conséquences de la limitation des déplacements entre 21 heures et 6 heures. Pour eux, cela sera très probablement synonyme d'une importante baisse d'activité.

Cette crainte atteint même les plus gros acteurs du secteur, comme la compagnie de taxi G7, qui anticipe une baisse d'activité quotidienne de 10 % en semaine et de 20% par jour les week-ends. "Nous avions retrouvé 75% de l'activité. Mais avec ce couvre-feu, il y a un nouveau frein au retour à l'activité normale, en particulier pour les chauffeurs qui ont l'habitude de travailler la nuit", explique à notre confrère d’Europe 1, Yann Ricordel, le directeur général délégué de l'entreprise. "Cela représente un chauffeur sur cinq."

"il ne faut pas compter faire le moindre euro de chiffre d'affaires"

Durant le couvre-feu, la compagnie va donc scruter de très près les évolutions des comportements des client pour pouvoir recommander aux chauffeurs des zones et des horaires plus attractifs. Mais cela ne va pas résoudre les problèmes, selon Sayah Baaroun, secrétaire général du syndicat SCP-VTC. "Déjà qu'on était en surnombre de chauffeurs, on va avoir les chauffeurs de la nuit qui vont venir vivre le jour, et vont encore plus faire diminuer les miettes du gâteau qui restaient", a-t-il confié à nos confrère d'Europe 1.

Beaucoup de taxis privilégient de rouler le soir et la nuit plutôt que la journée car le trafic y est plus fluide, moins embouteillé. « La journée vous allez passer 30 minutes sur une course qui de nuit vous aurait pris 5 à 10 minutes, pour le même prix», explique Ben Ali Brahim, secrétaire général de l'intersyndicale nationale VTC (INV). Travailler la journée peut donc représenter un manque à gagner. D'autant que le nombre de chauffeurs disponibles risque d'augmenter, ceux ne pouvant plus travailler la nuit se reportant sur des horaires de journée. «Il va y avoir trop de chauffeurs pour pas assez de clients», confirme Ben Ali Brahim.

Depuis le confinement, l'activité des taxis et VTC a drastiquement chuté et peine à se relever. « Aujourd'hui, pour une journée de 15 heures, un chauffeur réalise entre 40 et 60 euros de chiffre d'affaires contre 200 à 250 euros avant la crise sanitaire», explique le secrétaire général.

Si le coup est dur pour les chauffeurs de taxis et VTC, il faut que les clients pensent également à s'organiser. Des exceptions au couvre-feu sont autorisées pour des raisons de santé, des motifs professionnels, voir un proche en situation de dépendance ou encore pour prendre un train ou un avion. Si dans ces cas-là, les Franciliens souhaitent prendre un taxi ou VTC, ils ont intérêt à anticiper.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (41)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Au moins eux peuvent encore bosser la nuit contrairement aux restaurateurs qui eux créent bcp d emplois ... bref , je vais pas pleurer pour eux ....

Par

C'est mal poli de tirer la langue !

Par

taxi ,une profession appelé a disparaitre et c'est normal

Par

Les Khmers verts diront que le taxi ou le VTC ça détruit la planète et qu'il faut marcher à pied ou prendre les transports en commun

il faut écouter les écolos pour forcer les taxis & VTC en état de bloquer Paris et de faire tomber les Khmers Verts

Par

En réponse à ceyal

Les Khmers verts diront que le taxi ou le VTC ça détruit la planète et qu'il faut marcher à pied ou prendre les transports en commun

il faut écouter les écolos pour forcer les taxis & VTC en état de bloquer Paris et de faire tomber les Khmers Verts

ce champ lexical PMUesque :areuh:

Poses ton jaune...

Par

« Beaucoup de taxis privilégient de rouler le soir et la nuit plutôt que la journée car le trafic y est plus fluide, moins embouteillé. « La journée vous allez passer 30 minutes sur une course qui de nuit vous aurait pris 5 à 10 minutes, pour le même prix», explique Ben Ali Brahim, secrétaire général de l'intersyndicale nationale VTC (INV). Travailler la journée peut donc représenter un manque à gagner« 

Sans compter les tarifs de nuit , hein ? :)

Par

En réponse à nicotdi

Au moins eux peuvent encore bosser la nuit contrairement aux restaurateurs qui eux créent bcp d emplois ... bref , je vais pas pleurer pour eux ....

Je ne sais pas quel est votre métier mais vu votre réflexion, je ne viendrai pas pleurer pour vous, si à cause d'une décision politique débile vous ne pouvez plus exercer votre travail correctement avec la perte de revenus qui s'accompagne.

Là, je ne comprends vraiment pas votre manière de penser

Par

En réponse à gignac31

Commentaire supprimé.

Tu prêtes au foutu masque des pouvoirs littéralement magiques...

Par

En réponse à marlboro55

taxi ,une profession appelé a disparaitre et c'est normal

Pourquoi ? En quoi est-ce normal ?

Par

En réponse à Caraphael

Je ne sais pas quel est votre métier mais vu votre réflexion, je ne viendrai pas pleurer pour vous, si à cause d'une décision politique débile vous ne pouvez plus exercer votre travail correctement avec la perte de revenus qui s'accompagne.

Là, je ne comprends vraiment pas votre manière de penser

Le commerce , tu sais le métier où l on bosse 6/7 voir 7/7j sans se plaindre malgré les décisions politiques débiles :)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire