Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai - Dacia Sandero Stepway TCe 90 CVT (2021) : que vaut la version haut de gamme ?

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

La voiture la plus vendue aux particuliers en France se renouvelle. Cette troisième génération bascule dans la modernité en s’offrant les dernières technologies du groupe Renault. La roumaine n’a désormais plus rien de low-cost, sauf ses prix. Essai de la version TCe 90 CVT.

Essai - Dacia Sandero Stepway TCe 90 CVT (2021) : que vaut la version haut de gamme ?

 En bref

Citadine polyvalente

Troisième génération

Prix : 15 290 €

89%, c’est le pourcentage de ventes réalisées par la Sandero à destination des particuliers en 2020. Un score qui place la citadine polyvalente de Dacia comme la voiture la plus vendue en France, hors loueurs et professionnels, avec 47 609 exemplaires écoulés en 2020 sur un marché plombé par la pandémie de Covid-19.

Le modèle du groupe Renault a bâti son succès sur ses prix bas, rendus possibles grâce à un recyclage de pièces d’anciens modèles Renault, des coûts de fabrication réduits et un cahier des charges étudié au centime près. Au fil des générations et des restylages, Dacia a fait évoluer la qualité de ses modèles tout en conservant des prix minis. C’est une nouvelle fois le cas avec cette troisième et nouvelle génération, qui coute certes 400 € de plus que sa devancière, mais entre de plain-pied dans l’ère moderne.

Une plateforme de Clio V.
Une plateforme de Clio V.

En effet, la citadine franchit une nouvelle marche en s’offrant les services de la toute dernière plateforme modulaire du groupe Renault, appelée CMF-B, qui équipe notamment la Renault Clio 5. La conception a été simplifiée mais cette structure plus légère et plus résistante permet à la roumaine d’abaisser ses émissions polluantes tout en améliorant son niveau de sécurité passive.

Visuellement aussi, la Sandero gagne en modernité avec des lignes étirées et toujours deux versions proposées aux clients : la version « normale » qui sert également de ticket d’entrée, à partir de 8 690 €, et notre version d’essai au look baroudeur qui remporte la majorité des suffrages (65% des ventes) appelée Stepway (à partir de 12 590 €). A noter que cette dernière est commercialisée avec les moteurs les plus puissants et les finitions les plus hautes.

Essai - Dacia Sandero Stepway TCe 90 CVT (2021) : que vaut la version haut de gamme ?
Essai - Dacia Sandero Stepway TCe 90 CVT (2021) : que vaut la version haut de gamme ?

Elle se distingue par une garde au sol surélevée, un logo Stepway sur la calandre et des protections de carrosserie disposées sur les passages de roues, les bas de caisse et les boucliers avant et arrière complètement repensés qui intègrent désormais des skis de couleur gris argent. Les barres de toit ne sont plus qu’esthétiques, puisqu’elles se transforment désormais en galerie d’un simple tour de clé (Torx).

Essai - Dacia Sandero Stepway TCe 90 CVT (2021) : que vaut la version haut de gamme ?

À bord, c’est la révolution. Dacia a redessiné l’intérieur de son modèle au profit de la qualité et de l’ergonomie. Les plastiques durs sont toujours présents mais le dessin et l’assemblage sont ô combien plus modernes que la génération précédente. Ainsi, les finitions hautes s’agrémentent de tissu à reliefs le long de la planche de bord, d’inserts colorés et de surpiqûres sur les sièges. L’atmosphère est chaleureuse et presque techno avec ces commandes de climatisation empruntées à la Clio 5 et cet écran multimédia de 8’’ (MediaNav) offrant la compatibilité Android et Carplay sans fil facturé seulement 200 € en option. Le système présente des graphismes simples mais l’interface est fluide et bien plus intuitive que le Easy Link de Renault. Dacia propose également de série un support de smartphone équipé d’une prise USB. Malin.

L’ergonomie qui faisait défaut à la précédente génération progresse aussi. Cela commence par la position de conduite plus agréable et mieux adaptée aux grands gabarits grâce à une plus grande amplitude de réglages et un accoudoir à partager avec le passager avant. On regrette toutefois que l’assise du siège conducteur soit légèrement inclinée vers l’avant ce qui pénalise le maintien des cuisses. Le volant est aussi réglable en hauteur et en profondeur. Mieux, les commandes de lève-vitres électriques (avant et arrière) sont désormais toutes regroupées sur les portières et la gestion du régulateur de vitesse s’effectue dorénavant depuis le volant. Cerise sur le gâteau, l’écran multimédia a été remonté d’une dizaine de centimètres, ce qui n’oblige plus le conducteur à quitter la route des yeux.

Il y a de la place à l'arrière !
Il y a de la place à l'arrière !
328 litres de volume de coffre.
328 litres de volume de coffre.

A vivre, la Sandero évolue peu. Elle était déjà réputée pour son sens de l’accueil, c’est toujours le cas. Les places arrière gagnent quelques millimètres aux jambes et aux coudes pour accueillir dans de très bonnes conditions deux adultes de grande taille. Le coffre culmine à 328 litres (soit 8 litres de mieux), ce qui le place dans la moyenne haute du marché, avec la possibilité de profiter en option d’un plancher amovible (100 €) qui forme une aire de chargement plane une fois les dossiers arrière rabattus mais également d’une roue de secours (150 €). Les rangements à bord sont nombreux et bien pensés, à l’image du vaste vide-poche placé au pied de la console centrale, des grands bacs de portières, des aumônières de sièges et du logement placé sous l’accoudoir central. L’offre de motorisations de la nouvelle Sandero évolue également. Sous le capot vous ne trouverez plus de moteur diesel et plus de 4 cylindres non plus.

L’offre se concentre sur un trois cylindres essence de 1.0 développé par Renault et décliné en versions 65 ch (atmosphérique), 90 ch (suralimenté) et 100 ch avec la bicarburation essence/GPL. La Sandero Stepway ne propose que ces deux dernières. La motorisation GPL « Eco-G » impose la boîte mécanique alors que le TCe 90 ch laisse le choix entre une boîte mécanique à 6 rapports, testée récemment par nos soins, et une boîte automatique qui équipe notre modèle d’essai.

Une « nouvelle » boîte automatique

La boîte est une CVT d'origine Nissan.
La boîte est une CVT d'origine Nissan.

Malgré quelques carences à bas régime et un niveau sonore trop élevé, dû à une piètre insonorisation, le moteur essence TCe 90 se révèle assez souple et vif l’utilisation. ll est couplé pour la première fois chez Dacia à une transmission CVT à variation continue, empruntée à son partenaire de l’alliance, Nissan. Ce fut pour Dacia la solution la plus efficace et la plus fiable pour à la fois contenir le poids, les taux de CO2 (vitaux dans les montants du malus écologique) et surtout le prix de vente. Il vous sera toutefois réclamé 1 400 € de plus pour en profiter. Malgré notre désamour pour ce type de transmission qui génère un effet « moulinette » dans les grosses montées en régime, il faut bien reconnaître que le groupe Renault s’est efforcé de la rendre aussi douce que possible à l’usage. Le résultat est convaincant. Ainsi gréée, la Sandero est agréable et disponible en ville et même sur route. Notez toutefois que le Stop & Start est particulièrement long à la détente. Les relances sur voie rapide ou autoroute réclament également de l’anticipation. Un mode « L » permet d’apporter davantage de frein moteur. Les niveaux de consommation, déjà élevés durant notre essai avec la boîte mécanique, sont également supérieurs. Nous avons relevé une moyenne de 7,9 l/100 km sur un parcours mixte, sans pratiquer l’éco-conduite. On se console par l’absence de malus écologique dans la majorité des configurations. La version la plus impactée (selon les options choisies) devra s’acquitter d’un montant de seulement 210 € avec des rejets de 140 g de CO2/km.

Des prestations routières en net progrès

Avec le châssis de la nouvelle Clio comme base, les prestations routières de la Sandero ne pouvaient que progresser. Le confort est toujours au rendez-vous, bien aidé sur notre version d’essai par des pneumatiques à flanc large, mais avec cette fois-ci une souplesse moins marquée qu’auparavant dans l’amortissement. Ceci profite à la tenue de route et notamment aux transferts de masse dans les virages, où la roumaine se vautre moins qu’auparavant. La Sandero Steway devient plus agile et notamment en ville où sa nouvelle direction à assistance électrique (auparavant hydraulique) ne nécessite plus des bras de camionneur pour braquer. Cette dernière se durcit en fonction de la vitesse. Quelques défauts persistent comme l’insonorisation de piètre qualité. Les bruits du moteur se font entendre dans l’habitacle alors qu’à haute vitesse les bruits de route (sous le châssis) et d’air pénalisent le confort auditif. D’autres défauts apparaissent comme la visibilité. Le nouveau pare-brise très incliné et les énormes montants diminuent la visibilité.

Sans atteindre le niveau d’une citadine du rang supérieur comme la Renault Clio, la Ford Fiesta ou la Peugeot 208, les prestations progressent tout comme le niveau de sécurité active. Pourvue de 6 airbags, du freinage d’urgence autonome, de l’ABS, de l’ESP et même d’un bouton d’appel d’urgence, la Sandero n’a désormais plus rien de comparable avec ses devancières. Le freinage est assuré par des disques à l’avant et des tambours à l’arrière. Il est efficace et permet aussi de recevoir un inédit frein de parking électrique, comme sur le nouveau Captur.

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 (WLTP) :

NC

Début de commercialisation du modèle :

Décembre 2020

A titre d'exemple pour la version STEPWAY 1.0 TCE 90 CVT CONFORT.

NCNC
4,09 m
  •  5 places
  •  328 l / NC

  •  Auto. à 1 rapport
  •  NC

Portfolio (27 photos)

En savoir plus sur : Dacia Sandero 3 Stepway

SPONSORISE

Essais Citadine

Fiches fiabilité Citadine

Toute l'actualité

Commentaires (113)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

"plus rien de low-cost" ? Vraiment ?

Avec 14s au 0-100 ?

Avec 8l/100 pour un moteur anémique dans une caisse légère ?

Et ça y est, Dacia arrive enfin à obtenir plus de 3 étoiles aux crash-tests ?

...

:chut:

Ah mais oui c'est vrai y'a du plastique moussé, alors c'est plus du low-cost ! :lol:

Par

Finalement, meme si l'agrement est sans doute superieure,

il est dommage de ne pas avoir repris l'ancienne boite semi auto quite à l'ameliorer un peut .

Elle coutait pas cher du tout (600 € au lieux de 1400) avec une surconsommation quasi nulle.

.

Parceque là 1400 € de plus... c'est pas donné

et on peut meme se demander pourquoi Renault est pas directement passé à une boite à double embrayage.

Par

Bof ma Civic de 2008 1.4 i-DSI 84cv fait du 5.7L/100. 12 ans et toujours en avance ..

Par

En réponse à PLexus sol-air

"plus rien de low-cost" ? Vraiment ?

Avec 14s au 0-100 ?

Avec 8l/100 pour un moteur anémique dans une caisse légère ?

Et ça y est, Dacia arrive enfin à obtenir plus de 3 étoiles aux crash-tests ?

...

:chut:

Ah mais oui c'est vrai y'a du plastique moussé, alors c'est plus du low-cost ! :lol:

8l au cent facon Caradisiac...

Je te rappelle que meme avec un Prius ils y arrivent.

Par

Sinon fait vraiement avoir besoin d'une boite auto pour prendre cette version TCE90.

.

Au meme prix on a une version 100 ch GPL... et meme moins cher si on prend en compte la carte grise gratuite

Par

"Cette version « haut de gamme » facturée 15 290 € peut toutefois être comparée à la Ford Fiesta Active, le dérivé baroudeur de la Ford Fiesta. Mais l’écart atteint tout de même près de 5 000 € en prix facial. Une fois les options ajoutées à la Sandero pour se mettre à niveau et les grosses remises effectuées par Ford, cet écart se réduit à 2 000 €."

Il doit y avoir un problème de calcul, car la Fiesta est facilement remisée de 3000€ (même 4000€ actuellement !). A équipement égal, l'écart devient donc très réduit et la question se pose franchement.

En fait, la Sandero vraiment pertinente n'est pas cette déclinaison inutilement surélevée, mais la Sandero "normale" en version GPL. Ce modèle là est vraiment sans concurrence.

Par

En réponse à nous75again

8l au cent facon Caradisiac...

Je te rappelle que meme avec un Prius ils y arrivent.

J'avoue qu'à chaque fois les consommations annoncées par les journalistes m'étonnent. 8 litres aux 100 km sur un parcours mixte avec 90 chevaux, c'est à se demander s'ils étaient pas 5 dans la voiture avec une galerie sur le toit.

Par

Tonton Seboun est le bienvenu pour nous expliquer par le menu pourquoi il a délaissé la marque qui ici fit sa gloire et sa renommée....passé à la concurrence notre ami.

Alors que le produit n'a jamais été si bon.....allez comprendre :voyons:

Par

En réponse à Quadrifoglio

J'avoue qu'à chaque fois les consommations annoncées par les journalistes m'étonnent. 8 litres aux 100 km sur un parcours mixte avec 90 chevaux, c'est à se demander s'ils étaient pas 5 dans la voiture avec une galerie sur le toit.

C'est Grands Pieds au volant.... pas le plus excité de la tatane droite de la bande....

T'espères quoi d'une caisse essence bardés de tous les inutiles gri-gri d'une version de frime et d'une transmission auto basique ? Sinon l'assurance d'une consommation plus élevée que le déclaratif...

Par

En réponse à nous75again

8l au cent facon Caradisiac...

Je te rappelle que meme avec un Prius ils y arrivent.

Sur Spritmonitor les Stepway 90cv sont à un peu plus de 7l de moyenne, avec des maxi à 10l, donc les 8l affichés par Caradisiac surtout en titillant les performances époustouflantes de l'engin :cyp: ne me semblent pas fantaisistes. :biggrin:

En comparaison la Prius c'est 5l toutes générations confondues, et avec un 0-100 "un poil" meilleur que 14s... :bien:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire