Publi info
 

Essai – Lexus CT200h 2018 : indéboulonnable

Dans Nouveautés / Restyling

Habituellement, un modèle de voiture connaît un restylage de milieu de carrière, qui intervient environ trois à quatre ans après son lancement. Ainsi rajeuni, il repart alors pour la même durée avant de céder enfin la place à une nouvelle génération. Mais la Lexus CT200h fait de la résistance. Sortie en 2011, la compacte hybride premium s'est faite repoudrer le nez en 2014 et, au lieu de prendre une retraite bien méritée cette année, a droit à une seconde petite cure de jouvence, avant de partir à nouveau pour un tour.

Essai – Lexus CT200h 2018 : indéboulonnable

En bref

1.8 VVT-i hybride de 136 ch

De 3,6 à 4,1 l/100 km annoncés de moyenne

À partir de 30 090 €

Le cahier des charges en 2011 était simple : installer la mécanique d'une Prius de troisième génération dans un écrin plus raffiné et à la ligne moins clivante. Et c'est exactement ce qu'était la Lexus CT200h à sa sortie, avec sa silhouette de compacte aux volumes classiques ainsi que des équipements et une finition à la hauteur de la réputation de la division premium de Toyota, aboutissant à une image plus « jeune cadre dynamique » que taxi ou familiale. Et le succès a été au rendez-vous, la plus petite des Lexus devenant la meilleure vente de la marque dans de nombreux pays européens dont la France avec une grande partie des acheteurs venant d'autres marques.

Essai – Lexus CT200h 2018 : indéboulonnable
Essai – Lexus CT200h 2018 : indéboulonnable

La finition F-Sport donne à la CT une image sportive qui n'est pas vraiment en rapport avec son caractère paisible.

En 2014, elle a droit à un premier restylage consistant à appliquer les dernières évolutions stylistiques lancées par l'IS et la NX avec les débuts de cette fameuse calandre trapézoïdale désormais typique de la marque. Des changements légers et pourtant bien plus profonds que ceux subis pour ce second rafraîchissement : sur la version F-Sport de notre modèle d'essai, on remarque des feux de jour à la nouvelle signature lumineuse, des entourages d'antibrouillards redessinés, des feux arrière entièrement rouges à l'intérieur remodelé et une teinte bleu Saphyr inédite. C’est-à-dire trois fois rien.

Essai – Lexus CT200h 2018 : indéboulonnable
Essai – Lexus CT200h 2018 : indéboulonnable
Essai – Lexus CT200h 2018 : indéboulonnable
Essai – Lexus CT200h 2018 : indéboulonnable

La CT200h offre une belle habitabilité mais la planche de bord peine à cacher son âge et le volume de coffre est restreint.

Même constat à l'intérieur où la CT200h montre pourtant le plus son âge : le maquillage craque même si la finition reste excellente puisque la nouveauté passe avant tout par une mise à jour de l'équipement, et la plus criante est l'arrivée d'un grand écran central de 10,3 pouces et de nouvelles combinaisons de couleurs pour la sellerie. La CT200h adopte aussi une panoplie complète de système de sécurité comprenant le régulateur de vitesse adaptatif, l'avertisseur de franchissement de ligne, l'aide au maintien dans la voie ou encore la lecture des panneaux. Autant de bonnes nouvelles qui tentent de compenser un mobilier qui commence à devenir bien vieillot, à l'image de cette console centrale à l'aspect suranné. Pas d'évolution au niveau de l'habitabilité qui reste dans la moyenne de la catégorie des compactes, ni du volume de coffre qui, avec 275 litres, est reste parmi les plus petits.

Essai – Lexus CT200h 2018 : indéboulonnable

Question mécanique, c'est encore plus simple : rien ne change. On retrouve le 2ZR-FXE, un 4 cylindres 1,8 l à cycle Atkinson délivrant 99 ch à 5 200 tr/min et 142 Nm entre 2 800 et 4 400 tr/min épaulé par un moteur électrique de 82 ch et 207 Nm, lui-même alimenté par une batterie Ni-Mh de 1,3 kWh, le tout associé à la traditionnelle transmission e-CVT. L'ensemble offre une puissance totale de 136 ch, permet d'abattre le 0 à 100 km/h en 10,3 s et annonce des consommations et des émissions moyennes allant de 3,6 à 4,1 l/100 km et de 82 à 94 g/km de CO2 selon que vous êtes chaussés en 15, 16 ou 17 pouces. Découverte pour la première fois avec la Toyota Prius de troisième génération sortie en 2009 puis aperçue chez l'Auris, cette combinaison a prouvé son efficacité et sa fiabilité mais le problème se situe ailleurs. En effet, en 2016, la Prius 4 a étrenné un nouveau moteur électrique de 72 ch et 163 Nm compensant ses puissance et couple moindres par une efficience largement accrue lui permettant d'annoncer un minimum 70 g/km de CO2 de moyenne et la prochaine génération d'Auris qui arrivera début 2019 y aura droit aussi. La Lexus CT200h, malgré son positionnement plus huppé que ses sœurs de chez Toyota et ses tarifs à l'avenant, sera donc la dernière à conserver cette configuration qui soufflera avec elle sa dixième bougie l'année prochaine.

Essai – Lexus CT200h 2018 : indéboulonnable

La compacte de Lexus fait payer cher ses prestations, avec un prix d'accès de 30 050 €, soit autant qu'une Prius plus moderne et plus longue de 20 cm, et 4 000 € de plus qu'une Auris actuelle mécaniquement identique. Oui mais voilà, en 2018 comme en 2014 et comme en 2011, la Lexus CT200h reste toujours la seule compacte hybride premium du marché.

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus
de la version la plus écologique de : Lexus Ct

82 g/km - bonus : 0 €

Début de commercialisation du modèle :
Lexus Ct

Novembre 2010

A titre d'exemple pour la version (3) 200H F SPORT EXECUTIVE AUTO.

1,45 m1,76 m
4,35 m
  • 5 places
  • 375 l / 985 l

  • Auto.
  • Hybride essence électrique

Portfolio (45 photos)

Mots clés :

En savoir plus sur : Lexus Ct

Commentaires (195)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Ils essayent encore cette pré-retraitée chez Cara ?

Incroyable !

Invités par Moulache à chasser le lapin et lire la biographie de Bertrand Renouvin ?

Sinon, j'vois pas... :voyons:

Par

lEXUS OU EST TU ...-)

Par

Bref, hors de prix, mécanique de seulement 136 ch, boite hurleuse quand on arsouille ( si si ! ), pas le niveau d'équipement que l'on peut trouver sur n'importe quelle compacte prolétarienne du moment...

Pour les défauts relevés, le coffre ridiculement modeste et l'habitabilité arrière ridicule, pas relevés ?

L'autonomie sur autoroute, elle aussi symbolique, pas un réel souci ?

Bref, qui ira vraiment encore claquer plus de 35 k€ là dedans.... :voyons:

Par

Ah oui....136 ch sur une compacte.... mais 180 km/h en pointe....

Quand une méchante Honda Civic 9 diesel de 120 ch pointe à 206 km/h.

L'efficience des hybrides, encore et toujours..

Par

transmission CVT... en dix ans caradisiac n'arrive toujours pas à se render compte qu'il n'ya pas de CVT sur les hybrides du groupe Toyota...

Par

En réponse à roc et gravillon

Ah oui....136 ch sur une compacte.... mais 180 km/h en pointe....

Quand une méchante Honda Civic 9 diesel de 120 ch pointe à 206 km/h.

L'efficience des hybrides, encore et toujours..

Quand on y connait rien on se tait. La voiture est bridée à 180.

Sinon pour une voiture de 10 ans pionnière dans son segment elle s'en sort plutôt bien.

Il va falloir la remplacer, mais bon la clientèle se tourne vers le NX et se tournera vers le UX

Par

Sinon, au lieu de nous cloquer toute une ribambelle de photos plus ou moins identiques.... pas idée de poser une valoche dans le coffre....histoire de donner une notion d'échelle à cette soute qui ne propose que 20 litres en sus de ce qu'offre par exemple une Kia Picanto...

Ou encore aller poser un séant avec un bonhomme en complément aux places arrière, pour matérialiser l'habitabilité somptueuse en cet endroit..

Des idées saugrenues sans doute...

Par

En réponse à charly_chine

Quand on y connait rien on se tait. La voiture est bridée à 180.

Sinon pour une voiture de 10 ans pionnière dans son segment elle s'en sort plutôt bien.

Il va falloir la remplacer, mais bon la clientèle se tourne vers le NX et se tournera vers le UX

La voiture est bridée à 180.... oui oui....un sacré avantage pour le client !

Merci d'être passé Charly...

Par

En réponse à sly74

transmission CVT... en dix ans caradisiac n'arrive toujours pas à se render compte qu'il n'ya pas de CVT sur les hybrides du groupe Toyota...

"Hybride 1.8 (136 ch) Boîte automatique e-CVT" (lu sur le site Toyota)

Faudra l'expliquer à Toyota/Lexus qu'ils n'ont pas de CVT, old n'ont pas l'air aussi bien informés que toi.

Par

Le seul véritable intérêt de cet article est de permettre à certains qui n'ont que ça à foutre de radoter une nouvelle fois en 3 exemplaires pour briser son ennui. Amusante la sénilité de l'arsouilleur de chez Avis.

Bref, c'est cher, c'est confortable et étriqué, mais c'est très en dessous de 90gr et passera toujours sous le radar fiscal de pas mal de pays. C'est son seul argument dans la gamme, ça l'a même toujours été.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire