Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Ford Fiesta XR2i 16v vs Opel Corsa GSI 16v : le duel des seconds couteaux, dès 2 000 €

Dans Rétro / News rétro

Les qualités dynamiques n’étaient pas les préoccupations premières de Ford et Opel au début des années 90, ce qui ne les a pas empêchés de proposer des petites sportives : les Fiesta XR2i et Corsa GSI 16v.

Ford Fiesta XR2i 16v vs Opel Corsa GSI 16v : le duel des seconds couteaux, dès 2 000 €

Les forces en présence

  • Ford Fiesta XR2i 16v (1992-1995) : citadine 3 portes, 4-cylindres en ligne 1,8 l essence, 130 ch, 955 kg, 200 km/h, à partir de 3 000 €.
  • Opel Corsa GSI 16v (1993-1995) : citadine 3 portes, 4-cylindres en ligne 1,6 l essence, 109 ch, 945 kg, 192 km/h, à partir de 2 000 €.
À sa sortie en 1990, la Ford Fiesta rappelait nettement par sa ligne la Peugeot 205.
À sa sortie en 1990, la Ford Fiesta rappelait nettement par sa ligne la Peugeot 205.
Look biodesign assumé pour l’Opel Corsa B, sortie début 1993. Elle conserve un charme étonnant.
Look biodesign assumé pour l’Opel Corsa B, sortie début 1993. Elle conserve un charme étonnant.

Dans l’ombre des stars que sont les Peugeot 205 GTI et 106 XSI, Renault Clio 16S, voire la Fiat Punto GT, les Ford Fiesta XR2i et Opel Corsa B GSI 16v jouent les seconds rôles. Décriées pour leur châssis sans sportivité aucune, les deux allemandes répliquent par un prix attractif, une jolie présentation, une finition de qualité et un équipement convenable. Elles proposent également des performances fort convenables, s’offrent aujourd’hui à des tarifs demeurés très bas. Alors, pourquoi ne pas craquer pour l’une de ces charmantes bombinettes au look vintage ?

Présentation : look et moteur sympas

La Ford Fiesta XR2i 16v, ici en 1992, conserve les clignotants oranges qu’elle perdra peu après.
La Ford Fiesta XR2i 16v, ici en 1992, conserve les clignotants oranges qu’elle perdra peu après.

Ford, réticent initialement, a commercialisé avec succès la Fiesta dès 1976. Restylée à grands frais en 1982, elle durera jusqu’en 1989 où une remplaçante toute nouvelle mais du même nom apparaît. Fait intéressant, avec ses dimensions en nette hausse, elle annonce la croissance que vont connaître les citadines, et se dote de 5 portes. Le succès est là, même si les trains roulants au demeurant simples (jambes McPherson à l’avant, essieu de torsion à l’arrière) ne procurent qu’un comportement routier juste correct.

Peu après le lancement, une XR2i animée par un 1,6 l de 110 ch apparaît, mais ses performances modestes pour une sportive la desservent. Elle se voit donc suppléée en 1990 par une RS Turbo de 130 ch, ultra-performante mais vite retirée du marché car la virulence de son moteur la rendait dangereuse. Lui succède en 1992 une XR2i 16v dont le 1,8 l atmo fournit, lui aussi,130 ch. Heureusement, dotée de barres antiroulis épaissies, cette évolution améliore nettement son homogénéité dynamique.

Elle frôle les 200 km/h en pointe tout en atteignant officiellement les 100 km/h en 8,5 s. À 96 700 F (21 300 €), elle fournit de série les sièges sport, les vitres électriques, l’autoradio, les antibrouillards, les longue-portées et les jantes alliage, mais pas la direction assistée, qui arrivera en 1994. Peu estimée, donc peu vendue, elle est retirée du catalogue en 1995, quand la Fiesta bénéficie d’une profonde et judicieuse mue.

En finition GSI, l’Opel Corsa B se signale par ses boucliers spécifiques, ses bas de caisse et ses passages de roue élargis, ainsi que sa peinture intégrale.
En finition GSI, l’Opel Corsa B se signale par ses boucliers spécifiques, ses bas de caisse et ses passages de roue élargis, ainsi que sa peinture intégrale.

Après le succès de la Corsa A de 1982, Opel rempile chez les citadines en lançant une nouvelle génération codée B début 1993. Techniquement, celle-ci doit beaucoup à sa devancière dont elle reprend dans ses grandes lignes la plateforme (tout en améliorant la rigidité de la coque de 40 %), train avant sans vrais triangles inférieurs compris.

Celui-ci comporte deux bras transversaux simples et une barre antiroulis. À l’arrière, on retrouve un essieu de torsion. En revanche, les moteurs sont largement renouvelés et une version sportive revient au programme, la GSI. Celle-ci ajoute une barre antiroulis arrière, affermit la suspension et se dote de disques avant ventilés. Elle s’équipe d’un 1,6 l Ecotec doté d’une culasse à 16 soupapes qui en porte la puissance après filtration catalytique à 109 ch, contre 100 ch au bloc de la Corsa A GSI. Cela permet à cette bombinette de flirter avec les 195 km/h, une vitesse très estimable, le 0 à 100 km/h étant annoncé en 10,2 s, ce qui est très banal.

Le tout s’emballe heureusement dans une très jolie carrosserie au style nettement bio-design qui fera énormément pour le succès de la petite Opel, à l’instar de son habitacle moderne, rafraîchissant et bien fini. Dans la GSI, on a droit à des sièges sport, des vitres électriques et une direction assistée, le tout pour un prix de 93 400 F (20 600 € actuels selon l’Insee). Même l’ABS est de série, ce qui reste rare à l’époque. Seulement, la Corsa GSI pâtira de son manque de puissance, et face à son manque de succès, elle est retirée du catalogue français dès 1995.

Fiabilité/entretien : Deutsche qualität ? Où ça ?

Le bloc de la Ford Fiesta XR2 16v se montre fiable, mais la rouille menace les ailes arrière ainsi que le bac à batterie.
Le bloc de la Ford Fiesta XR2 16v se montre fiable, mais la rouille menace les ailes arrière ainsi que le bac à batterie.

Si les voitures allemandes bénéficient encore d’une forte image de qualité, ce n’est pas grâce à ces deux sportives tièdes. La Fiesta a au moins pour elle un moteur solide. Dérivant de la génération CVH et retravaillé par Yamaha, son bloc Zetec demande simplement des vidanges régulières à l’huile de synthèse, ainsi qu’un changement de courroie de distribution avant 100 000 km. Rien de grave donc.

On note toutefois des problèmes de soupapes en début de carrière, mais ils ont normalement été résolus. Attention également à l’état du circuit de refroidissement. Côté carrosserie, ces Fiesta rouillent très bien, merci, surtout du côté des ailes arrière. Heureusement, l’habitacle vieillit correctement, même si les revêtements de siège manquent de résistance.

Le bloc de l’Opel Corsa GSI 16v manque vraiment de fiabilité, alors que la protection anticorrosion reste insuffisante.
Le bloc de l’Opel Corsa GSI 16v manque vraiment de fiabilité, alors que la protection anticorrosion reste insuffisante.

Le cockpit constitue aussi un point fort pour la Corsa B. Les plastiques tiennent bien, tout comme la sellerie. Heureusement, car sous le capot, ce n’est pas la joie. Le bloc Ecotec est par conception gourmand en huile, ce qui impose de surveiller régulièrement le niveau sous peine de casse.

La courroie de distribution, et surtout ses galets tendeurs, fragiles, sont à changer avant 60 000 km, alors qu’on dénombre aussi des soucis de culasse fendue. L’Opel souffre aussi de la corrosion, là encore principalement à l’arrière, et son train avant demande des changements réguliers de silentblocs. Pas la joie…

Avantage : Ford. Pas mieux fabriquée que la Corsa, la Fiesta profite tout de même d’un moteur nettement plus robuste.

Vie à bord : pimpantes et séductrices

Présentation et finition de très bon aloi pour la Ford Fiesta XR2i 16V. Cet exemplaire allemand n’a pas les vitres électriques des modèles vendus en France.
Présentation et finition de très bon aloi pour la Ford Fiesta XR2i 16V. Cet exemplaire allemand n’a pas les vitres électriques des modèles vendus en France.

Dans la Ford, on apprécie d’abord la largeur habitable, importante pour une auto de son temps. Le tableau de bord, joliment présenté et bien fini, s’avère judicieusement agencé tandis que les passagers arrière disposent d’un espace tout à fait convenable.

De plus, comme les voitures de cette époque, les montants plutôt fins garantissent une bonne luminosité. L’équipement est relativement riche pour une citadine de cette époque (il y a même un toit en verre qui s’entrebâille), dont la présentation chic avait étonné à son lancement.

Jolie présentation également pour l’Opel Corsa B GSI, alors que la finition atteint un bon niveau. Mais comme dans la Ford, l’instrumentation demeure chiche.
Jolie présentation également pour l’Opel Corsa B GSI, alors que la finition atteint un bon niveau. Mais comme dans la Ford, l’instrumentation demeure chiche.

La Corsa présente également très bien, et son design supporte mieux encore le passage des années. Cela dit, la largeur habitable apparaît plus comptée qu’à bord de la Ford. Elle n’a cependant rien à lui envier côté finition, et profite d’un équipement complet.

L’espace aux jambes à l’arrière se montre également convenable, alors que la sellerie vaut bien celle de la Ford, disposant comme elle de jolis baquets à l’avant. L’Opel peut aussi, contrairement à la Ford initialement, bénéficier de la clim en option, voire des rétros électriques.

Avantage : Ford. Grâce à son toit ouvrant et sa meilleure largeur habitable, la Fiesta procure une ambiance plus lumineuse et vaste que l’Opel.

Sur la route : l’efficacité aux abonnés absents

La rigueur comportementale ne fait pas partie des priorités de la Ford Fiesta XR2i 16v, mais le châssis demeure relativement sain.
La rigueur comportementale ne fait pas partie des priorités de la Ford Fiesta XR2i 16v, mais le châssis demeure relativement sain.

À bord de la Ford, les excellents baquets contribuent à l’obtention d’une bonne position de conduite, même si le volant ne se règle pas. Dès les premiers tours de roue, toutefois, la lourdeur de la direction déçoit, à l’instar de la commande de boîte, dont la grille en biais ne facilite pas le maniement.

Souple, le moteur sonne bien mais sur cet exemplaire du moins, manque d’allant. Les performances mesurées à l’époque sont néanmoins flatteuses, notre exemplaire devant pâtir d’une apathie qui lui est spécifique. Le châssis ? Il n’est pas malsain en soi, mais manque totalement de précision et de rigueur.

L’auto se désunit si on attaque franchement, l’avant, vite sous-vireur, n’aime pas tourner, et l’arrière louvoie si on freine un peu fort, la faute aux tambours arrière. En clair, il s’agit ici plus d’une mini-GT que d’une sportive, surtout que la suspension préserve un confort convenable. Les dernières XR2i 16V disposent de la direction assistée donc se révèlent plus agréables.

L’Opel Corsa B GSI n’est pas plus rigoureuse dynamiquement que la Fiesta, mais au moins sa direction, assistée ici, est-elle douce.
L’Opel Corsa B GSI n’est pas plus rigoureuse dynamiquement que la Fiesta, mais au moins sa direction, assistée ici, est-elle douce.

On est un peu moins bien installé dans la Corsa, à cause du volant légèrement de biais. Mais le siège offre un maintien de qualité. Assistée, la direction se montre très agréable en ville, mais déjà, on est déçu par le maniement façon chewing-gum de la boîte.

Sur route, le petit 1,6 l démontre un punch qui n’a rien à envier à celui de la Ford, sans manquer de souplesse : un bloc très plaisant. Dommage que le châssis ne permette pas de l’exploiter. Opel a en effet assoupli les suspensions face à la Corsa A GSI, ce qui se traduit par un comportement pas mal équilibré mais bondissant, peu rigoureux et flou.

Et au freinage, on se méfiera, là aussi, de l’instabilité de l’arrière, même si l’ABS rassure. Bref, comme la Fiesta, la Corsa est une petite GT n’aimant pas être brusquée.

Cela dit, et c’est un plaisir un peu pervers, on s’amuse des défauts de ces deux autos, manquant de motricité et de précision : aller vite à leur volant est possible mais demande beaucoup de doigté.

Avantage : Opel. Grâce à sa direction assistée, la Corsa se plus douce en conduite tranquille que la Fiesta, aucune des deux n’admettant d’être menées sportivement…

Budget : Heureusement, elles sont peu chères !

Le toit entrebâillant était livré de série sur la Ford Fiesta XR2i 16V.
Le toit entrebâillant était livré de série sur la Ford Fiesta XR2i 16V.

Très peu diffusées, surtout la Corsa, ces deux petites autos puissantes ne sont pas chères, malgré l’engouement dont bénéficient les youngtimers. L’Opel se déniche en bon état dès 2 000 €, les meilleures étant à 4 000 €, quand on les trouve ! La consommation ? Elle s’établit à environ 8 l/100 km.

Joli volet aérodynamique intégral autour de la lunette de la Corsa B GSI 16v, mais le Cx de 0.35 n’a rien d’exceptionnel.
Joli volet aérodynamique intégral autour de la lunette de la Corsa B GSI 16v, mais le Cx de 0.35 n’a rien d’exceptionnel.

La Fiesta, moins rare que l’Opel, réclame un minimum de 3 000 € en bon état mais à plus de 150 000 km. Les exemplaires vraiment beaux s’en tenant aux environs de 100 000 km sont déjà à 5 000 €, les plus attirants atteignant 6 000 €. La Ford consomme un peu plus que sa rivale : 8,5 l/100 km.

Avantage : Opel. Moins chère et légèrement plus frugale, la Corsa prend ici un dessus logique.

Verdict : Égalité aux points, mais avantage Ford pour sa fiabilité

Les magnifiques baquets renforcent l’attrait de l’habitacle de la Ford Fiesta XR2i 16v. Notez les attaches de ceinture réglables en hauteur.
Les magnifiques baquets renforcent l’attrait de l’habitacle de la Ford Fiesta XR2i 16v. Notez les attaches de ceinture réglables en hauteur.

Plus fiable, offrant davantage d’espace à ses passagers et plus performante quand tout va bien, la Ford a notre préférence même si ça ne se voit pas dans le tableau récapitulatif. L’Opel profite d’un moteur convaincant eu égard à sa fiche technique et d’une conduite plus douce grâce à sa direction assistée, mais son manque de fiabilité mécanique rend son achat hasardeux.

Reste que ces deux citadines puissantes déçoivent nettement en conduite sportive. Mais pour flâner agréablement dans une ambiance nineties, en profitant de bonnes performances, pourquoi pas ?

Moins spectaculaires que ceux de la Ford, les sièges de l’Opel Corsa GSI n’en procurent pas moins un excellent maintien.
Moins spectaculaires que ceux de la Ford, les sièges de l’Opel Corsa GSI n’en procurent pas moins un excellent maintien.

Au final

Thème Avantage
Fiabilité/entretien Ford
Vie à bord Ford
Sur la route Opel
Budget Opel
VERDICT Égalité

Pour trouver des annonces de ces modèles, rendez-vous sur le site de La Centrale : Ford Fiesta 2, Opel Corsa 2.

 

En savoir plus sur : Ford Fiesta 2

SPONSORISE

Actualité Ford

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire