Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Hydrogène : 10 stations vont voir le jour en IDF. Un carburant qui décolle ?

Dans Ecologie / Electrique / Autres énergies

La société HysetCo, plus connue sous le nom d'un de ses clients, Hype, qui gère une flotte de taxi à hydrogènes en région parisienne, vient de recevoir une subvention de 12,7 millions d'euros pour installer 10 stations de distribution de ce carburant en Île-de-France. Le début d'un décollage ? Pas si sûr.

Hydrogène : 10 stations vont voir le jour en IDF. Un carburant qui décolle ?

Les parisiens et les habitants d'Île-de-France les ont certainement déjà vu passer sous leur nez. Des taxis avec un gros logo "Hype", des modèles Hyundai iX35 ou Toyota Mirai, à carrosserie "bleue et nuages" et qui ne rejettent par leur pot d'échappement que de la vapeur d'eau.

Comment ? Tout simplement en carburant à l'hydrogène, qui est utilisé par une pile à combustible pour fournir en énergie un moteur électrique. Mais jusqu'ici, il n'y avait que quatre stations pour faire le plein. Une toute nouvelle à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, trois autres à Orly, Pont de l'Alma et Les-Loges-en-Josas. Les deux premières sont déjà gérées par HysetCo.

La société, dont les actionnaires principaux sont à parité Air Liquide, Toyota (un constructeur qui s'investit beaucoup dans l'hydrogène), la STEP (Société du taxi électrique parisien, qui exploite Hype), Idex et Kouros, a donc décidé d'investir dans des stations de ravitaillement supplémentaires en Île-de-France. En l'occurrence 10, et à l'horizon 2024.

Pour deux raisons. La première est de souscrire à l'objectif 2024 de la ville de Paris et de la région IDF, qui souhaite "zéro émission pour les taxis et VTC en 2024". La seconde est de répondre à une demande croissante.

En effet, si la flotte estimée de véhicules à hydrogène (taxis Hype et VTC) est un peu supérieure à une centaine d'autos aujourd'hui, Hype compte grimper à 600 taxis fin 2021, grâce à la livraison de 500 Toyota Mirai, et à l'acquisition de la société Slota, qui détient 600 licences.

Et HysetCo estime qu'en 2024, ce sera un total de 1 000 voitures qui rouleront à l'hydrogène, entre les taxis et VTC.

Il faudra donc bien ravitailler. Et c'est un peu plus d'un million d'euros par station que HysetCo met sur la table. Un projet qui a été retenu par la commission européenne pour être subventionné. Ainsi, la société va recevoir de la part de l'Europe 6,7 millions d'euros d'aide. Un coup de pouce qui sera complété par 6 millions d'euros issus de la Caisse des Dépôts, via la banque des territoires. Donc 12,7 millions d'euros en tout.

Les deux premières stations à ouvrir seront situées à Porte de la Chapelle et Porte de Saint-Cloud, à court terme, les terrains ayant déjà été sélectionnés et loués.

Un carburant qui décolle ?

Cela signifie-t-il pour autant que l'hydrogène soit en phase de décollage ? Ce n'est pas si sûr. Car si les taxis peuvent souscrire à ce type de véhicule et de carburant. Ce n'est pas le cas de tout le monde. Il faut pouvoir rentabiliser des prix à l'achat ou à la location très élevés (autour de 80 000 € pour une Toyota Mirai ou entre 72 000 et 80 000 € pour un Hyundai Nexo), en effectuant beaucoup de kilomètres.

Et même en ajoutant 10 pompes pour porter le maillage de stations-service à 14 points de vente, on est à des années-lumière de pouvoir répondre à une demande de clients particuliers, d'autant que pour le reste de la France, c'est le désert.

Cela dit, cela démontre un certain intérêt, surtout de la part d'un public professionnel, pour ce carburant. Et prouve que cela fonctionne dans certaines situations. Dans le cas contraire, l'expérience Hype n'aurait pas perduré au-delà d'une première génération de véhicules.

À suivre donc.

 

Source : avec Autoactu.com

SPONSORISE

Actualité Toyota

Toute l'actualité

Forum Toyota

Commentaires (127)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Déjà, le machin est pas nouveau : ça fait trente ans que ça existe, trente ans que tous les trois-quatre ans, un constructeur s'allie a un pétrolier, présente un véhicule a l'état de semi-proto qui coûte cent mille balles, en vends dix a des organismes publics tandis que le pétrolier plante deux stations auxquelles le plein coûte plus cher au km que le SP98 excellium sur station d'autoroute.

Trente ans que deux ans plus tard, les véhicules rouillent sur cale tandis que les stations sont désaffectées, et quelques années après, le sketch se répète

Trente ans que les constructeurs/pétroliers nous disent "naannnn le VE c'est pas bon, LA solution c'est l'H2, et en attendant, continuez bien de nous acheter des diesel"

Trente ans qu'absolument rien n'a évolué, ni la pile a combustible qui coûte une blinde et a un rendement de merde, ni surtout LE souci un peu principal de ce délire : de l'H2, ben y'en a pas sur terre, donc faut le produire, soit par vapocraquage du pétrole (top niveau co2...) soit avec de l'électricité par synthèse de l'eau, avec un rendement de merde genre 20% a la louche.

Rajoutez a ça la perte pour le comprimer a 700 bars, le coût de transport sécurisé parce que si ça pète ben ça fait mal, la perte due a la pile, et vous comprendrez facilement pourquoi il est bien plus cohérent de faire prise>batterie>moteur avec a tout casser 15% de perte, que prise>synthèse>compression>transport>réservoir>pile>moteur électrique avec un rendement qui doit être de 5-10% pas plus.

Vu que rien n'a évolué depuis trente ans, si ce machin devait exister, si il était viable, il existerait déjà, hors il existe pas, parce que c'est une solution mirage, vouée a l'échec depuis le départ, qui n'a pour but que de freiner le switch VE et qui, s'il devait par hasard/erreur/miracle, fonctionner, maintiendrait bien comme il faut le modèle automobile actuel, avec un carburant cher, et des utilisateurs dépendants d'un réseau de distribution de carburant, et d'une maintenance constructeur de chaque instant.

L'hydrogène, c'est un aspirateur a subventions dont le sac est percé. Et hop, encore 13 millions dans la poche des pétroliers et qui manqueront ailleurs.

Par

Production toujours en grande partie polluante... Espérons que cela change rapidement.

Par

Info utile avant de tirer de rapides conclusions : la Nouvelle Mirai 2021 est annoncée avec une forte baisse de prix à 67 900 € soit 15% de moins que la génération précédente. et des performances en forte hausse entre autre une autonomie de 650kms. Allez-voir le dynamisme et les les écosystèmes H2 verts que les région déploient sans oublier l'accélération phénoménale en Allemagne.

Par

Info utile avant de tirer de rapides conclusions : la Nouvelle Mirai 2021 est annoncée avec une forte baisse de prix à 67 900 € soit 15% de moins que la génération précédente. et des performances en forte hausse entre autre une autonomie de 650kms. Allez-voir le dynamisme et les les écosystèmes H2 verts que les régions déploient sans oublier l'accélération phénoménale en Allemagne.

Par

Pas sûr de l'intérêt financier même pour les taxis compte tenu de l'offre actuelle (bagnole comme H2), mais rien que voir les pro-VE attirés comme des mouches pâlir, suer et s'exciter rend jouissif chaque article sur le sujet ! :biggrin:

Par

En réponse à Lebreton22240

Déjà, le machin est pas nouveau : ça fait trente ans que ça existe, trente ans que tous les trois-quatre ans, un constructeur s'allie a un pétrolier, présente un véhicule a l'état de semi-proto qui coûte cent mille balles, en vends dix a des organismes publics tandis que le pétrolier plante deux stations auxquelles le plein coûte plus cher au km que le SP98 excellium sur station d'autoroute.

Trente ans que deux ans plus tard, les véhicules rouillent sur cale tandis que les stations sont désaffectées, et quelques années après, le sketch se répète

Trente ans que les constructeurs/pétroliers nous disent "naannnn le VE c'est pas bon, LA solution c'est l'H2, et en attendant, continuez bien de nous acheter des diesel"

Trente ans qu'absolument rien n'a évolué, ni la pile a combustible qui coûte une blinde et a un rendement de merde, ni surtout LE souci un peu principal de ce délire : de l'H2, ben y'en a pas sur terre, donc faut le produire, soit par vapocraquage du pétrole (top niveau co2...) soit avec de l'électricité par synthèse de l'eau, avec un rendement de merde genre 20% a la louche.

Rajoutez a ça la perte pour le comprimer a 700 bars, le coût de transport sécurisé parce que si ça pète ben ça fait mal, la perte due a la pile, et vous comprendrez facilement pourquoi il est bien plus cohérent de faire prise>batterie>moteur avec a tout casser 15% de perte, que prise>synthèse>compression>transport>réservoir>pile>moteur électrique avec un rendement qui doit être de 5-10% pas plus.

Vu que rien n'a évolué depuis trente ans, si ce machin devait exister, si il était viable, il existerait déjà, hors il existe pas, parce que c'est une solution mirage, vouée a l'échec depuis le départ, qui n'a pour but que de freiner le switch VE et qui, s'il devait par hasard/erreur/miracle, fonctionner, maintiendrait bien comme il faut le modèle automobile actuel, avec un carburant cher, et des utilisateurs dépendants d'un réseau de distribution de carburant, et d'une maintenance constructeur de chaque instant.

L'hydrogène, c'est un aspirateur a subventions dont le sac est percé. Et hop, encore 13 millions dans la poche des pétroliers et qui manqueront ailleurs.

Je crains que l'avenir ne soit pas le switch VE mais de rouler moins qu'on le veuille ou non. Mais c'est presque un autre sujet.

Sur le problèmes des technos porteuses mais qu'i n'aboutissent jamais, c'est un problème récurrent à plus ou moins grande échelle (l'abandon du papier et on n'a jamais reçu autant de papier dans sa voite, les smartgrids et on connecte toujours les bâtiments pareils, la conduite autonome depuis 10-15 ans maintenant et toujours pas de voiture qui conduisent toutes seules.

Concernant la conduite autonome, ça a permis aux sociétés de service d'entretennir un volume conséquent d'intercontrats sous prétexte de R&D

Bref rien ne change....

Par

C'est pour rendre l'air de Paris plus pur ou tout au moins plus respirable...ça on l'a compris ....A coups de millions "Un coup de pouce qui sera complété par 6 millions d'euros issus de la Caisse des Dépôts, via la banque des territoires. Donc 12,7 millions d'euros en tout."

Cette "écologie" part dans tous les sens et pas les meilleurs.En fait on déplace la pollution ailleurs ...Actuellement 90% de la fabrication de l'hydrogène est basée sur une succession de réactions chimiques à haute température, souvent en présence de catalyseurs.Le reformage consiste à faire réagir du méthane avec de l’eau pour obtenir un gaz de synthèse contenant de l’hydrogène. C’est la technologie majoritairement utilisée dans la production industrielle d’hydrogène. Les sources sont le gaz naturel ou le biogaz.

Evidemment ça demande une grande quantité d'énergie et c'est producteur de CO2.....ailleurs....:voyons:

Au Quebec l'Air Liquide vient d'inaugurer une usine de production d'hydrogène par électrolyse à partir d'électricité verte.....Bon, malheureusement produire de l'électricité pour l'hydrogène et reproduire de l'électricité au bilan?????

Par

Cette énorme subvention pour quelques centaines de taxis équivaut à 18142 fois le bonus de 7000€ pour les électriques, et ce chiffre est supérieur au nombre de taxis en Idf. Mais bon, ça doit faire "branché" pour nos grosses têtes européennes d'encourager l'hydrogene qui comme dit dans le com plus haut est une impasse.

Par

Elle seront vite mis à sac pas des bands de la cité a côté

Par

Alimenté par quelle source d'énergie ? Le réseau EDF ?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire