Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

L'électrique fait tomber Smart dans l'oubli

Depuis que Smart ne propose que des modèles électriques, les ventes ont plongé.

L'électrique fait tomber Smart dans l'oubli

Ces dernières semaines, plusieurs marques ont annoncé leur conversion au 100 % électrique, avec des échéances plus ou moins lointaines : d'ici 2030 pour Alpine, Ford ou Jaguar, 2040 pour Honda. Mais un constructeur né à l'ère du thermique a déjà fait la bascule : Smart.

Fin 2019, à l'occasion de leur restylage, les Fortwo et Forfour ont abandonné les moteurs essences. Depuis, il ne reste que la déclinaison 100 % électrique, nommée EQ. Un choix avant-gardiste, mais logique : ce sont des modèles urbains et la motorisation électrique colle parfaitement à ce terrain de jeu.

D'ailleurs, les petites citadines à moteur essence vont se faire de plus en plus rares. De base, ces voitures sont peu rentables, ce qui a poussé des marques comme Ford et Opel à jeter l'éponge. Et elles le sont encore moins avec des normes antipollution de plus en plus sévères, qui entraînent donc de plus en plus de coûts. C'est la raison invoquée par Luca de Meo pour justifier l'arrêt d'ici quelques années de la Twingo thermique.

Symbole de l'évolution du segment, la Twingo vient de s'offrir une variante électrique. Elle aurait toutefois pu le faire bien avant puisque les Smart EQ existent depuis fin 2016. Le rapport ? Ce sont les cousines techniques de la française. Malheureusement pour elles, cette avance ne s'est pas transformée en avantage commercial. Depuis qu'elles font l'impasse sur l'essence, les Fortwo et Forfour ont vu leurs ventes fondre.

Dans un marché certes toujours perturbé par les mesures sanitaires, Smart n'a vendu en France que 548 voitures de janvier à avril. Sur la même période de 2019, quand il proposait encore du thermique, le constructeur avait écoulé 2 577 voitures. Si on prend en compte les perturbations liées au marché (encore en recul de 20 % par rapport à 2019), les ventes ont quand même été divisées par quatre.

Les Smart se font de nouveau bien discrètes sur nos routes. Il faut dire qu'elles ne sont pas aidées par la petite batterie de 17,6 kWh qui donne une autonomie riquiqui : 135 km sur la Fortwo, 130 km sur la Forfour. Autant dire qu'en conditions réelles, on dépasse à peine les 100 km !

Pour la version 4 places, ce n'est clairement pas assez. Pour la biplace, taillée pour la ville, ce pourrait être suffisant… si les prix n'étaient pas délirants. Une Fortwo commence à 26 750 €. Il y a bien le bonus de 7 000 €, mais dans la catégorie, il y a des choix plus intéressants. Déjà la cousine Twingo, qui s'affiche dès 21 550 €, avec une plus grosse batterie de 22 kWh, avec une autonomie de 190 km. Et dans le genre chic, la nouvelle Fiat 500e propose 320 km d'autonomie à partir de 27 500 €.

La Fortwo souffre aussi de l'évolution de la mobilité en ville. Sur son terrain de jeu, elle est attaquée de toutes parts, du simple vélo à assistance électrique à la Citroën Ami, en passant par les services d'auto-partage.

Se convertir à l'électrique ne suffit pas, encore faut-il avoir les produits convaincants… Ils arriveront sûrement à partir de 2023, quand Smart prendra un nouveau départ sous la forme d'une coentreprise avec le chinois Geely.

Mots clés :

SPONSORISE

Actualité Smart

Toute l'actualité

Forum Smart

Commentaires ()

Déposer un commentaire