Caradisiac® utilise des traceurs (cookies et autres) pour assurer votre confort de navigation, pour réaliser des statistiques de visites ainsi que pour vous proposer des services et des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. Pour plus d’informations et paramétrer vos traceurs : En savoir plus

Publi info
 

La France mise aussi sur le gaz naturel

Dans Ecologie / Electrique / GPL / GNV

La France mise aussi sur le gaz naturel

Non, il n’y a pas que l’électrique dans la vie de la mobilité. Une récente étude d’experts a fait état d’un scepticisme bien ancré parmi les décideurs du monde automobile d’une orientation vers l’électrification des véhicules qui ressemble à une marche forcée cadencée au pas. Un rythme donné par des pouvoirs publics qui, néanmoins, ne négligent pas d’autres sources d’énergie. La preuve avec L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) qui récompense huit projets développés par des collectivités et des entreprises. Ils bénéficieront d'un financement public et ils misent sur le développement des véhicules roulant au gaz naturel.

Il est identifié sous le trigramme GNV et il est bien moins polluant que le gazole. Bienvenu dans le monde du gaz naturel que l’on a l’impression de laisser en friche. Pourtant, on s’active à son expansion. Huit projets ont été retenus visant à développer le parc automobile et le nombre de stations d'approvisionnement. Cela représente plus de 381 millions d'euros d'investissements dont 30 millions d'euros d'aides de l'État, à travers le Programme d'investissements d'avenir, selon un communiqué du gouvernement. Le soutien de l'État vise à "impulser une dynamique décisive en vue d'atteindre les ambitions européennes et nationales de carburants alternatifs", précisent le gouvernement et l'Ademe.

L’ambition est d'installer en France, dans les quatre prochaines années, 100 nouvelles stations d'approvisionnement de gaz naturel véhicule (GNV). Seront également mis en service plus de 2 100 véhicules équivalents poids lourds dédiés au transport de marchandises. La loi française sur la transition énergétique votée en 2015 prévoit que 3 % des poids lourds roulent au gaz naturel en 2023, soit une multiplication par dix de la consommation de gaz carburant. La France compte actuellement 38 stations publiques et plusieurs milliers de poids lourds en circulation.

Mots clés :

Commentaires (28)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Pas un mots sur la c3 gnv sortie en 2005 avec son autonomie ridicule de 300k max...

Par

Je ne comprend pas pourquoi tous les constructeurs ne disposent pas d'une version flexfuel e85 dans leurs gammes "standards ,bien moins contraignante que celles au gaz et également beaucoup moins cher à produire (pas de double réservoir notamment) en tout cas je tente l'aventure sans eux (1er test à 40% d'E85 dans une auto de 2016)

Par

Le défaut du GNV est bien connu. Il occupe de la place, densité énergétique moindre que l'essence et le gazole. les véhicules qui ont été produit sont des "bi-carburations ", donc essence avec une bonbonne dans le coffre.

Il n'existe pas de véhicule particulier conçu exclusivement pour le GNV.

Par contre pour des flottes d'entreprises et si une faible autonomie importe peu, le GNV peut-être justifié.

Par

En réponse à boris d

Le défaut du GNV est bien connu. Il occupe de la place, densité énergétique moindre que l'essence et le gazole. les véhicules qui ont été produit sont des "bi-carburations ", donc essence avec une bonbonne dans le coffre.

Il n'existe pas de véhicule particulier conçu exclusivement pour le GNV.

Par contre pour des flottes d'entreprises et si une faible autonomie importe peu, le GNV peut-être justifié.

Le seul "défaut" c'est les 300/400 km d'autonomie pour le tout GNL,qu'on peut pallier facilement par la bi-carburation.Sinon il n'y a que des avantages.Pour le réservoir les Panda,VW..etc,il est mis sous la carrosserie pour l'export (Perou).Avantage non négligeable,sur toute voiture à essence on peut adapter le GNL.En tous cas c'est quand même plus réaliste que l'électrique.

Par

Le GNV a des avantages evidents dont certains ne sont meme pas exploites.

D abord, et encore plus que le GPL, il peut remplacer non seulement le SP95

mais aussi et surtout le gazole dans les moteur diesel , y compris des poid lourd... voir tres lourd ( navires)

.

Sa combustion genere moins de polluants dangereux que le petrol et permetrait de reduire les systeme de depolutions actuels voir d utiliser des mecaniques poluantes pour le petrol (deux temps, turbines a gaz...) .

Son taux d octane est plus eleve que pour l essence.

.

Par

Il est incompréhensible par exemple que toutes les flottes de taxis et de bus ne fonctionne pas au GNV....

.

Mais heureusement elle passeront toutes bientot a l electrique....

... vendue par des chinois...

Par

Si je ne dis pas de bêtise, l’essentiel de la production du GNV devrait/pourrait être tiré de la biomasse...et donc du recyclage de déchets alimentaires par exemple.

J’ai eu l’occasion d’échanger avec un politique qui pointait du doigt une limite à cela : malheureusement, il semblerait que le développement de la filière GNV puisse avoir des répercussions sur...la chaîne de solidarité et en premier lieu les dons de repas que fait le monde de la GMS aux restos du cœur et autres...

Par ailleurs l’essentiel du gaz dont nous disposons vient de l’extérieur de l’UE non ?

Comme nous le lisions sur Cara, par lesquels j’apprenais que l’hydrogène nécessite de l’énergie fossile pour être fabriquée, je veux bien qu’un connaisseur se manifeste et nous détaille les enjeux de la filière GNV/GNL.

Mon propos : décidément rien n’est jamais simple

Par

En réponse à Fmor75

Si je ne dis pas de bêtise, l’essentiel de la production du GNV devrait/pourrait être tiré de la biomasse...et donc du recyclage de déchets alimentaires par exemple.

J’ai eu l’occasion d’échanger avec un politique qui pointait du doigt une limite à cela : malheureusement, il semblerait que le développement de la filière GNV puisse avoir des répercussions sur...la chaîne de solidarité et en premier lieu les dons de repas que fait le monde de la GMS aux restos du cœur et autres...

Par ailleurs l’essentiel du gaz dont nous disposons vient de l’extérieur de l’UE non ?

Comme nous le lisions sur Cara, par lesquels j’apprenais que l’hydrogène nécessite de l’énergie fossile pour être fabriquée, je veux bien qu’un connaisseur se manifeste et nous détaille les enjeux de la filière GNV/GNL.

Mon propos : décidément rien n’est jamais simple

Le problème du GNV en France, c'est justement la politique et les lobbys GDF + constructeurs + pétroliers. La comparaison par rapport à l'Allemagne et l'Italie est assez équivoque malheureusement à l'échelle européenne.

Petit exemple: Il y a quelques temps, à Lille une station servant à recycler les déchets en GNV, au stockage et remplissage, a été installée face au centre de bus (roulant au GNV). L'idée était donc plutôt bien pensée.

Le soucis ? =>Il y avait la route entre les 2 => obligation de balancer le gaz produit par le recyclage sur réseau GDF et d'installer une station de remplissage GDF quelques metres plus loin de l'autre côté de la route....

Je peux vous dire que tous les investissements et projets GNV sont confidentiels en France. Les quelques annonces par-ci par-là font repartir l'activité, il y a pas mal de villes équipées de bus GNV (Nantes, Clermont-Ferrand, Lille...).

Techniquement parlant, le GNV est une solution immédiate et peu coûteuse permettant une réduction non-négligeable des emissions. Malheureusement, les politiques et les décideurs eux n'ont pas la technique.

Chaque constructeur a une gamme GNV désormais mais du fait du réseau de distribution faible, cela reste relativement confidentiel (gamme g-tron Audi, Volvo, Fiat, etc.)

Par

Un des soucis en France aussi c'est qu'il y a 40ans le pays avait fait le choix du GPL et que dans la tête des gents comme des politiques c'est une techno GAZ... du coup il est assez difficile de bouger les pouvoirs publiques pour une autre techno gaz en parallèle...

Par

En réponse à boris d

Le défaut du GNV est bien connu. Il occupe de la place, densité énergétique moindre que l'essence et le gazole. les véhicules qui ont été produit sont des "bi-carburations ", donc essence avec une bonbonne dans le coffre.

Il n'existe pas de véhicule particulier conçu exclusivement pour le GNV.

Par contre pour des flottes d'entreprises et si une faible autonomie importe peu, le GNV peut-être justifié.

Oui le gaz fourni 30 % de moins d'énergie à volume égal que le petrole

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire