Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Les start-up automobiles mettent le turbo… électrique

Les automobiles électriques sont autrement plus simples à construire que des modèles conventionnels, et elles deviennent de véritables objets connectés, high-tech et capables de fonctionnalités autonomes. De quoi attirer les investisseurs en start-up technologiques alors que le marché est en pleine mutation. Voici une photo du paysage automobile de 2021 et ses nouveaux acteurs.

Les start-up automobiles mettent le turbo… électrique

Combien de fois avons-nous entendu parler d’un « nouveau Tesla » ? La start-up californienne a montré la voie, elle est devenue un poids lourd, véritable symbole du renouveau d’une industrie. Mais de la même manière que la marque d’Elon Musk atteint des chiffres de ventes très conséquents (presque 500 000 véhicules en 2020) et qu’elle devient (enfin) rentable, de nouveaux acteurs commencent à prendre du poids, notamment sur le marché chinois, premier au monde.

Dans ce pays où les acheteurs sont plus jeunes et ultra-connectés, très demandeurs en véhicules électriques, l’offre croît et se démultiplie, poussée par un intérêt croissant des fabricants des produits high-tech. L’automobile reste un objet particulièrement complexe mais la voici à portée de nouveaux acteurs, prêts à « disrupter » le marché et ses mastodontes centenaires, avec une constante : ces voitures 2.0 sont électriques, (semi) autonomes et connectées.

À coups de milliards d’investissements, ils sont nombreux à tenter leur chance, certains sont déjà restés sur le pavé et d’autres se lancent à peine. Une chose est sûre, le paysage automobile de demain va beaucoup changer et il faudra s’habituer à de nouveaux logos sur les voitures évoluant sur nos routes.

Les nouveaux venus : francs-tireurs et futurs mastodontes

Aiways : un vrai premier pas

Aiways U5, à partir de 39 300 €.
Aiways U5, à partir de 39 300 €.

Après MG (qui n’est pas une start-up mais fait partie d’un grand groupe automobile), Aiways est le deuxième constructeur chinois à rejoindre le marché français. La start-up de Shanghai propose ici un premier modèle, le U5 (SUV électrique familial, 4,68 m), repéré sur les routes corses l’été dernier, alors que 500 exemplaires avaient été rendus disponibles à la location. Derrière un look plutôt futuriste, il aligne une bonne fiche technique avec 204 ch, 410 km d’autonomie WLTP et une recharge rapide, le tout pour 39 300 €. Vendu en ligne, le U5 est entretenu chez Feu Vert.

  • Atout : produit mûr et distribution originale
  • Note de potentiel de croissance Caradisiac* : 7/10

Canoo : concept à part

Canoo lifestyle vehicle (prix non communiqué).
Canoo lifestyle vehicle (prix non communiqué).

La start-up américaine a connu des hauts et des bas mais elle semble développer ses projets autour de son minivan 7 places et ses dérivés (utilitaire, pick-up, véhicule de loisirs pour l’évasion en camping…), tous sur la même plateforme exclusive. Un design simple, un intérieur très clair et sans écrans (une rareté !) et une grande modularité d’usage sont les attributs de Canoo. Premières livraisons : 2022.

  • Atout : conception et design originaux, nombreux experts d’autres marques dans le projet
  • Note de potentiel de croissance Caradisiac* : 6/10

Li Auto : objectif premium

Li One, env. 400 000 ¥ (51 400 euros).
Li One, env. 400 000 ¥ (51 400 euros).

Li Auto développe et produit ses propres véhicules et déjà plus de 30 000 Li One ont trouvé preneur depuis le lancement de sa production fin 2019. Le gros (plus de 5 m) SUV électrique avec prolongateur d’autonomie (avec une technologie maison) se veut haut de gamme derrière ses lignes très conventionnelles. Il a une transmission intégrale et développe 326 chevaux. Il est destiné au seul marché chinois pour le moment.

  • Atout : introduction en bourse
  • Note de potentiel de croissance Caradisiac* : 5/10

Lightyear : coup de pouce solaire

Lightyear One, 150 000 €.
Lightyear One, 150 000 €.

La One est une longue berline très aérodynamique et équipée d’un toit regorgeant de cellules solaires, capable de rouler des mois entiers sans recharger, affirme la start-up néerlandaise Lightyear fondée en 2016, qui compte 128 employés et vient de lever 45 millions de dollars supplémentaires. Elle revendique une autonomie de 725 km et 7 000 à 20 000 km gagnés chaque année grâce aux rayons solaires. Les premiers modèles de cette très chère auto sont programmés pour 2021.

  • Atout : originalité du projet
  • Note de potentiel de croissance Caradisiac* : 4/10

Rimac : savoir-faire reconnu

Rimac C_Two, env. 2,1 millions $ (env. 1,85 million €).
Rimac C_Two, env. 2,1 millions $ (env. 1,85 million €).

C’est en Croatie que cette petite marque est née, remportant un succès étonnant, avec une hypercar électrique en étendard, la Rimac C_Two forte de… 1 914 ch et 412 km/h ! Mais aussi avec ses capacités d’ingénierie, qui ont séduit : Porsche détient presque un quart de la société désormais.

  • Atout : haute technologie européenne
  • Note de potentiel de croissance Caradisiac* : 9/10

Rivian : le Tesla des pick-up

Rivian R1T, 67 500 $ (57 000 €).
Rivian R1T, 67 500 $ (57 000 €).

Carrosserie incontournable aux USA, le pick-up est le cœur de cible de la start-up nord-américaine Rivian (pour Indian River). Face aux Tesla Cybertruck et autres GMC Hummer EV, les premières livraisons du R1T sont prévues cette année. Rivian propose aussi un SUV sur la même base, le R1S. Au programme : 4 moteurs, de hautes performances de franchissement et 600 km d’autonomie. Mais surtout, la start-up a vu des investisseurs comme Amazon (100 000 véhicules de livraison commandés) et Ford entrer dans son capital, de quoi rassurer sur son avenir !

  • Atout : partenariats très solides
  • Note de potentiel de croissance Caradisiac* : 9/10

Sono Motors : énergie solaire low-cost

Sono Motors Sion, à partir de 25 500 €.
Sono Motors Sion, à partir de 25 500 €.

Plus dans une optique low-cost que Lightyear, la start-up munichoise Sono Motors a pour ambition de gagner (un peu : 35 km) en autonomie grâce aux quelque 248 cellules solaires qui recouvrent toute la carrosserie de son modèle Sion. Ce petit monospace électrique rustique de 4,29 m, 163 ch et 255 km d’autonomie n’a pas d’autre ambition que de remplir un rôle basique dans des transports quotidiens familiaux, ou en auto-partage. Après des difficultés financières graves, un financement participatif réussi a relancé les espoirs et la fabrication devrait se faire dans une ancienne usine Saab en Suède.

  • Atout : une offre commerciale qui semble très raisonnée
  • Note de potentiel de croissance Caradisiac* : 7/10

Weltmeister : grosse machine industrielle

Weltmeister EX5-Z, à partir de 185 000 ¥ env. (23 700 € env.).
Weltmeister EX5-Z, à partir de 185 000 ¥ env. (23 700 € env.).

Curieux nom (« champion du monde » en allemand) pour cet acteur récent dans le monde des SUV électriques chinois. Deux modèles au design très conventionnel composent la gamme actuelle, le EX5-Z à partir de 20 000 € après aides d’état et le plus grand EX6 Plus (6 places). Weltmeister bénéficie d’un grand réseau de distribution en Chine et elle a été la première startup électrique à dépasser les 30 000 unités avec un de ses modèles.

  • Atout : société établie
  • Note de potentiel de croissance Caradisiac* : 7/10

Xiaomi : un poids lourd de la tech se tourne vers l’auto

Lei Jun, patron de Xiaomi, annonçant ses projets automobiles.
Lei Jun, patron de Xiaomi, annonçant ses projets automobiles.

Sur le podium des fabricants de smartphones, le patron du géant high-tech chinois Xiaomi, Lei Jun, vient d’annoncer vouloir investir 10 milliards de dollars (8,42 milliards d’euros) sur 10 ans pour développer sa voiture électrique dans une filiale à part. SUV ou berline, sous sa propre marque ou avec un constructeur : rien n’est encore précisé mais on peut supposer que si le projet est annoncé officiellement, il est plus avancé que ce que révèle son patron. Les rumeurs évoquent des tarifs à partir d’environ 20 000 €.

  • Atout : puissance d’un géant de la high-tech
  • Note de potentiel de croissance Caradisiac* : 8/10

Xpeng : sérieux prétendant

Xpeng G3, 33 700 €.
Xpeng G3, 33 700 €.

C’est par la Norvège, premier marché électrique en Europe, que la start-up chinoise Xpeng attaque le Vieux Continent. Le SUV à batterie nommé G3 y est vendu pour un peu plus de 33 000 €, offrant une généreuse autonomie WLTP de 451 km. Il soigne aussi ses aides à la conduite. La grande berline routière sportive électrique P7 le rejoindra sur notre continent.

  • Atout : développement international, jusqu’en Europe
  • Note de potentiel de croissance Caradisiac* : 7/10

Les renaissances : décadence et grandeur

Apple : l’Arlésienne

Tim Cook, patron d’Apple, n’a toujours pas présenté officiellement le projet Titan.
Tim Cook, patron d’Apple, n’a toujours pas présenté officiellement le projet Titan.

Le fameux projet Titan de la marque à la pomme, initié dès 2014 et maintes fois remis en question, semble enfin devenir plus concret et il est même évoqué à demi-mot par le patron d'Apple, Tim Cook. Personne ne sait s’il s’agit d’un véhicule à proprement parler ou d’une technologie autonome uniquement mais une chose est sûre, on a hâte de voir le résultat d’ici 2024 : Apple est le roi des interfaces ultra-faciles à l’usage et il ne se lancera qu’avec des solutions disruptives.

  • Atout : immense puissance financière et créatrice
  • Note de potentiel de croissance Caradisiac* : 9/10

Fisker : un SUV en route

Fisker Ocean, à partir de 37 499 $ (31 345 €).
Fisker Ocean, à partir de 37 499 $ (31 345 €).

Henrik Fisker est le designer d’une grande berline hybride réinterprétée par la marque Karma (voir ci-dessous). Il s’apprête à sortir sous son nom un SUV électrique, l’Ocean, construit par Magna (spécialiste des petites séries automobiles) à partir de 2022. Un deuxième projet nommé PEAR est déjà envisagé avec le grand spécialiste de l’électronique taiwanais Foxconn (qui devrait produire des autos aussi pour Byton et Geely), connu comme un des grands fournisseurs des iPhone d’Apple. De belles perspectives pour la start-up californienne.

  • Atout : contrats de production établis
  • Note de potentiel de croissance Caradisiac* : 8/10

Karma : la renaissance

Karma GS-6, à partir de 79 900 $, soit près de 66 900 €.
Karma GS-6, à partir de 79 900 $, soit près de 66 900 €.

L’ancienne création de H. Fisker, après un imbroglio juridique, est désormais une entreprise à part, ambitieuse et californienne. Karma construit une évolution du modèle d’origine, la Revero GT, une grande berline électrique avec prolongateur d’autonomie forte de plus de 400 ch et capable de parcourir 90 km en tout électrique. Son dérivé 100 % électrique GS-6 est presque moitié moins cher. Un concept de coupé signé Pininfarina, la Karma GT, a également été présenté au Salon de Shanghai 2019 et tout récemment, un nouveau patron du design (D. Hilton, ex-Nio, Bentley, Ford) a été embauché pour de futurs projets qu’on espère ambitieux.

  • Atout : équipe dynamique
  • Note de potentiel de croissance Caradisiac* : 7/10

Lucid Motors : design fluide et lancement chaotique

Lucid Air, à partir de 69 900 $ (env. 59 000 €).
Lucid Air, à partir de 69 900 $ (env. 59 000 €).

La start-up californienne Lucid Motors devait lancer la production de sa très belle berline haut de gamme Air cette année, mais un souci lors de son introduction en bourse repousse l’échéance à la dernière minute… Une histoire compliquée de plus dans le monde impitoyable des start-up électriques. Pourtant, avec plus de 1 000 ch et 800 km d’autonomie en haut de gamme, voilà un modèle très attendu, ses nombreuses pré-commandes en témoignent : le constructeur a dû les interrompre devant le succès rencontré.

  • Atout : image très haut de gamme bien construite
  • Note de potentiel de croissance Caradisiac* : 7/10

Nio : sur des rails

La gamme Nio commence à plus de 50 000 €.
La gamme Nio commence à plus de 50 000 €.

Après un coup d’éclat avec son hypercar électrique, l’EP9, et certaines difficultés, Nio a désormais une gamme de 4 modèles 100 % électriques (SUV et bientôt, berline) commercialisés en Chine pour le moment, avec des ambitions internationales. Un service haut de gamme, une bonne qualité et une image premium lui ont permis de vendre plus de 40 000 voitures l’an dernier.

  • Atout : une stratégie haut de gamme éprouvée
  • Note de potentiel de croissance Caradisiac* : 9/10

Les (quasi) disparus : renoncements et faillites

Faraday Future : le phénix

Le FF91 est commercialisé finalement à env. 200 000 $ (env. 168 000 €).
Le FF91 est commercialisé finalement à env. 200 000 $ (env. 168 000 €).

Après de nombreuses vicissitudes, celui qui devait être le nouveau Tesla semble avoir droit à une seconde chance, grâce à de généreux investisseurs (1 milliard de dollars, soit 840 000 euros ont été apportés !) et des ambitions revues à la baisse. Le très gros crossover Faraday Future FF91, ultra-performant (2,39 s de 0 à 100 km/h), pourrait finalement voir le jour en 2022.

  • Atout : de nombreux experts au départ du projet
  • Note de potentiel de croissance Caradisiac* : 4/10

Byton : renaissance avec Foxconn

Le SUV Byton M-Byte devrait être vendu à un prix d’environ 45 000 $ (env. 39 500 €).
Le SUV Byton M-Byte devrait être vendu à un prix d’environ 45 000 $ (env. 39 500 €).

Le beau projet chinois Byton a connu des heures sombres : le SUV M-Byte dessiné par le Français Benoît Jacob, avec un écran géant de 48 pouces qui remplace littéralement la planche de bord, a bien failli ne jamais sortir. Mais un accord en début d’année avec Foxconn (voir Fisker) relance les espoirs d’une production désormais annoncée pour début 2022.

  • Atout : haut contenu technologique et lancement par des experts allemands (ex-BMW i, gamme électrique du constructeur)
  • Note de potentiel de croissance Caradisiac* : 6/10

Dyson : le projet automobile aspiré

James Dyson et un prototype de design pour son projet abandonné.
James Dyson et un prototype de design pour son projet abandonné.

Le milliardaire anglais James Dyson, spécialiste des objets innovants haut de gamme (et connu pour ses aspirateurs et ventilateurs), expliquait que l’automobile était le prolongement naturel de ses produits en termes de R&D. Mais malgré des débuts très ambitieux (400 ingénieurs recrutés) et un projet avancé de SUV à la technologie 100 % Dyson, le projet a été réduit en poussière et aspiré dans les limbes des rêves automobiles inachevés, faute de rentabilité.

  • Atout : haute capacité d’innovation, mais projet abandonné…
  • Note de potentiel de croissance Caradisiac* : 0/10

Bilan : un monde automobile en pleine mutation

Les start-up automobiles mettent le turbo… électrique

L’automobile n’aura jamais pris un aussi grand virage depuis ses débuts il y a plus d’un siècle. Propulsion électrique, connectivité, conduite autonome, modes de consommation : la rupture qui s’annonce est forte et laisse la place à de nouveaux arrivants. Les premiers, en provenance de Chine, débarquent déjà sur nos routes. Certains ne passeront pas les frontières, d’autres ne réussiront pas leur pari. Mais une chose est sûre, le paysage automobile va évoluer, reboosté par des start-up dont la créativité est l’atout maître.

* La note de potentiel de croissance Caradisiac reflète notre optimisme (ou pas) quant à l’avenir de chaque start-up. 

Aiways

Poursuivez votre lecture :

SPONSORISE

Actualité

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire