Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Marché des camions : du diesel, sinon rien

Dans Economie / Politique / Marché

Marché des camions : du diesel, sinon rien

Si l'électrique a toujours du mal à percer véritablement au sein du marché automobile des véhicules neufs, que dire de celui des camions... En 2019, plus de 97 % des immatriculations se faisaient en diesel, et 0,2 % en électrique. Il faut aussi dire que l'offre est restreinte.

Le marché du camion s'est bien porté en Europe en 2019, avec une progression de 3,5 % des venets, à 361 135 unités. La plupart des marchés ont été à la hausse, en dehors de l'Italie. Mais ce qui frappe le plus, c'est la part toujours énorme du diesel dans les motorisations.

L'ACEA (Association des constructeurs européens d'automobiles) annonce que le diesel a compté pour 97,9 % des immatriculations de véhicules de plus de 3,5 tonnes. Fait amusant : 227 camions à moteur essence ont été vendus sur toute l'année, quasiment exclusivement en Finlande et en Allemagne.

Comme le souligne l'ACEA par les chiffres, la propulsion électrique sur les véhicules professionnels et commerciaux est faiblement représentée : 0,2 % pour l'électrique, 0,1 % pour l'hybride. Il faut cependant dire que les contraintes sont énormes : une offre très limitée, une après-vente à réaliser exclusivement chez le constructeur (les mécaniciens camions électriques ne courent pas les rues), des autonomies forcément plus faibles, et des batteries très longues à recharger, dans une Europe encore faiblarde en bornes de recharge rapide.

Une lueur d'espoir toutefois pour les camions électriques : la croissance (109 % en 2019) et, petit à petit, la démocratisation de certaines offres. Le marché est toutefois particulier : La quasi totalité des ventes de camions (3,5 tonnes, ou plus) électriques en Europe s'est faite en Allemagne...

 

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (77)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Et si l'on ajoute les avions et les bateaux… :blague:

Et là les écolobobos se taisent et se font discrets :chut:

Par

C’est le GNV la vraie Energie alternative sur le camion. Comment voulez vous faire rouler des 44t avec des batteries électriques... il n’y a aucune autonomie. À moins que Nikola, qui doit arriver sur le marché dans les années à venir, tout d’abord en électrique puis en hydrogène, ne vienne révolutionner tout ça.

Par

En réponse à TDPeugeot

Et si l'on ajoute les avions et les bateaux… :blague:

Et là les écolobobos se taisent et se font discrets :chut:

Les "écolos" ne vous ont pas attendu pour fustiger le transport routier, vous avez peut-être par exemple entendu parler d'un mode alternatif : le train ?

Par ailleurs les semi-remorques de Tesla seront bientôt là...

Quant au transport maritime, la solution est simple, et là encore prôner depuis longtemps : consommer local !

Par

En réponse à TDPeugeot

Et si l'on ajoute les avions et les bateaux… :blague:

Et là les écolobobos se taisent et se font discrets :chut:

Et vous trouvez vraiment que les "écolos" se font discrets quant aux émissions des avions ? Depuis les gens qui refusent à présent de voler tant pour les loisirs que pour le travail, et les actions de XR contre les aéroports ? Qu'est-ce qui serait nécessaire pour que vous ne les trouviez pas "discrets" ? Des bombes ? Désolé je préfère la non violence.

Par

ça n'a aucun sens, mais l'UE va s'en charger. Si seulement les gens comprenaient les enjeux au lieu de pleurer sur la pollution

Comment faire rouler un camion de X tonnes avec des pauvres batteries qui ne permettent même pas a une voiture de faire 1000 km ?

Par

En réponse à wappa

C’est le GNV la vraie Energie alternative sur le camion. Comment voulez vous faire rouler des 44t avec des batteries électriques... il n’y a aucune autonomie. À moins que Nikola, qui doit arriver sur le marché dans les années à venir, tout d’abord en électrique puis en hydrogène, ne vienne révolutionner tout ça.

Le GNV c'est encore et toujours des émissions. Les solutions c'est : moins de fret, privilégier le fret par le rail (électrique), du routier (électrique) pour les "derniers kilomètres", et lorsque le rail n'est pas la solution des camions électriques. Le temps de charge n'a aucune raison d'être plus important que sur une voiture puisque le nombre de cellule est d'autant plus important que la capacité de la batterie est élevée. Donc moins de temps pour charger la batterie que la soute !

Par

Le principal frein à l'électrique en Europe n'est pas technologique, c'est le gasoil détaxé.

Par

En même temps normal y'a rien de mieux qu'un diesel sur un camion c'est pas demain qu'un camion électrique pourra tenir la cadence d'un camion diesel déjà que ceux au gaz n'y arrivent pas

Par

En réponse à Hélène 2 3

Les "écolos" ne vous ont pas attendu pour fustiger le transport routier, vous avez peut-être par exemple entendu parler d'un mode alternatif : le train ?

Par ailleurs les semi-remorques de Tesla seront bientôt là...

Quant au transport maritime, la solution est simple, et là encore prôner depuis longtemps : consommer local !

Je veut pas faire le matcho mais dans ton cas précis tu devrais plutôt aller discuter sur un site de cuisine que sur un site automobile.

Par

En réponse à wappa

C’est le GNV la vraie Energie alternative sur le camion. Comment voulez vous faire rouler des 44t avec des batteries électriques... il n’y a aucune autonomie. À moins que Nikola, qui doit arriver sur le marché dans les années à venir, tout d’abord en électrique puis en hydrogène, ne vienne révolutionner tout ça.

L'hydrogène n'est pas la solution. Si elle est produite avec du pétrole le bilan carbone est au mieux le même qu'avec un diesel, donc aucun intérêt face à la crise climatique. Et si elle est produite par électrolyse (le fameux "hydrogène vert") le rendement est très mauvais. Un mauvais rendement ça implique plus d'énergie primaire nécessaire, que ce soit de l'énergie fossile ou de l'énergie renouvelable. Le seul scénario dans lequel l'hydrogène serait viable pour la mobilité électrique c'est si on avait une abondance d'énergie électrique décarbonée, une abondance telle que les rendements n'ont plus d'importance, et pour ça il n'y a que la fusion nucléaire contrôlée, hélas il est probable que notre civilisation se sera effondrée avant.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire