Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Mitsubishi : l'avenir en Europe sera discuté dans les prochaines semaines (maj)

Dans Economie / Politique / Marché

, mis à jour

Mitsubishi : l'avenir en Europe sera discuté dans les prochaines semaines (maj)

Le patron de Mitsubishi, Osamu Masuko, laisse planer un drôle de doute sur la présence même de la marque en Europe, qu'il juge incertaine. En plein climat de restructuration au sein de l'Alliance, Mitsubishi pourrait donc se cantonner sur d'autres marchés.

Mise à jour : Mitsubishi France a tenu à réagir en affirmant que "l'Europe est un marché important" et que plusieurs modèles hybrides rechargeables allaient voir le jour dans les mois à venir.

Alors que se discute actuellement l'avenir des gammes de Nissan et Renault pour l'Europe, c'est la présence même de Mitsubishi sur le Vieux Continent qui pourrait être remise en cause. Evidemment, à l'heure actuelle, nul besoin de trop s'avancer sur un tel dossier, mais les explications d'Osamu Masuko, le patron de Mitsubishi, laissent déjà penser que des discussions vont être organisées autour de l'avenir de Mitsubishi en Europe.

"Pour le moment, ce n'est pas très clair pour nous. Nous avons toujours besoin de temps pour régler notre future direction en Europe". La situation de la marque en Europe est, comme pour Renault et Nissan, compliquée. Mis à part l'Outlander PHEV, qui reste la meilleure vente chez les hybrides rechargeables, Mitsubishi affiche deux exercices fiscaux d'affilée avec des pertes sur le Vieux Continent.

Mitsubishi souffre de plusieurs problèmes : une offre peu concurrentielle en dehors de l'Outlander, et surtout des véhicules exclusivement produits en Asie, les volumes étant trop faibles selon la marque pour pouvoir produire sur place. Son intégration à l'Alliance et les refontes et restructuration permettront peut-être, enfin, à l'Alliance de mettre en commun ses forces en Europe, et à Mitsubishi de profiter d'une logistique plus favorable.

Mitsubishi présentera son plan de relance dans "les semaines à venir" , mais en attendant, le constructeur fait le plus gros de ses ventes en Asie du Sud-Est.

SPONSORISE

Actualité Mitsubishi

Toute l'actualité

Forum Mitsubishi

Commentaires (48)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Ce ne sera pas une grosse perte, les produits qu'ils proposent n'ont aucun atout à faire valoir face à la concurrence...

Et puis qu'est-ce que c'est sans intérêt au final :bah:

Par

Cette marque est totalement anecdotique en France voir en Europe, aucun intérêt qu'ils restent.

J'ai devant moi les chiffres pour la France : 30.000 véhicules vendus en 10 ans !!! (2008 à 2018).

Même Porsche vend plus !

Par

En réponse à Ajneda

Ce ne sera pas une grosse perte, les produits qu'ils proposent n'ont aucun atout à faire valoir face à la concurrence...

Et puis qu'est-ce que c'est sans intérêt au final :bah:

Si, la fiabilté. Et c'est pas avec Renault que cela va s'améliorer. C'est pas le 1.2 TCE qui pourra concurrencer leurs MIVEC à chaînes, c'est d'un tout autre niveau là...

Par

En réponse à Otonei

Cette marque est totalement anecdotique en France voir en Europe, aucun intérêt qu'ils restent.

J'ai devant moi les chiffres pour la France : 30.000 véhicules vendus en 10 ans !!! (2008 à 2018).

Même Porsche vend plus !

L'intérêt peux vous sembler abstrait mais il réside dans le choix du client et la concurrence. Lorsqu'il n'en restera plus qu'un (constructeur) qui n'en vendra plus qu'un (véhicule) il sera trop tard pour réclamer de la concurrence. En aviation, les clients ont compris cela et s'équipent des deux constructeurs restant sur la planète, c'est pas pour faire joli sur le tarmac, c'est juste pour essayer de survivre plus longtemps.

Par

En réponse à Otonei

Cette marque est totalement anecdotique en France voir en Europe, aucun intérêt qu'ils restent.

J'ai devant moi les chiffres pour la France : 30.000 véhicules vendus en 10 ans !!! (2008 à 2018).

Même Porsche vend plus !

Moi j'aurais été tenté de dire que même Ferrari a vendu plus de bagnole :biggrin: :cubitus:

Par

En réponse à Debian

L'intérêt peux vous sembler abstrait mais il réside dans le choix du client et la concurrence. Lorsqu'il n'en restera plus qu'un (constructeur) qui n'en vendra plus qu'un (véhicule) il sera trop tard pour réclamer de la concurrence. En aviation, les clients ont compris cela et s'équipent des deux constructeurs restant sur la planète, c'est pas pour faire joli sur le tarmac, c'est juste pour essayer de survivre plus longtemps.

et vous avez tout juste...c'est bien cela. En suisse il fut un temps où la gamme mitsubishi était consistante et large...des tout terrains aux berlines et breaks et citadines...en plus à des tarifs abordables....mais la suisse est un petit pays sans industrie automobile nationale...mitsubishi n'a pas eu le même succès en Italie et en France..donc l'offre s'est rétrecie comme peau de chagrin. Dommage, le consommateur est perdant au bout du compte

Par

ils font plus grand chose cette marque

Par

Dommage, leur proposition en PHEV sur l'Outlander a été un véritable précurseur en la matière. Et elle se vend encore très bien!

Par

En réponse à Debian

L'intérêt peux vous sembler abstrait mais il réside dans le choix du client et la concurrence. Lorsqu'il n'en restera plus qu'un (constructeur) qui n'en vendra plus qu'un (véhicule) il sera trop tard pour réclamer de la concurrence. En aviation, les clients ont compris cela et s'équipent des deux constructeurs restant sur la planète, c'est pas pour faire joli sur le tarmac, c'est juste pour essayer de survivre plus longtemps.

Il reste davantage que deux constructeurs d'avions : n'oublions pas par exemple Piaggio et ses curieux avions d'affaires mais surtout le brésilien Embraer qui a une belle offre d'avions de transport court courrier, fermement présents en Europe et un peu partout, sans oublier le suisse Pilatus, quoique surtout au niveau des appareils d'entraînement (le PC 12 en particulier).

En ce qui concerne Air France je trouve passablement dérangeant le fait que cette compagnie soit avec KLM le meilleur client de Boeing au niveau mondial (au moment d'ailleurs où ses 10 A 380 se voient poussés vers la sortie, ce qui accentue le malaise).

Par

En réponse à GigaFocus

Il reste davantage que deux constructeurs d'avions : n'oublions pas par exemple Piaggio et ses curieux avions d'affaires mais surtout le brésilien Embraer qui a une belle offre d'avions de transport court courrier, fermement présents en Europe et un peu partout, sans oublier le suisse Pilatus, quoique surtout au niveau des appareils d'entraînement (le PC 12 en particulier).

En ce qui concerne Air France je trouve passablement dérangeant le fait que cette compagnie soit avec KLM le meilleur client de Boeing au niveau mondial (au moment d'ailleurs où ses 10 A 380 se voient poussés vers la sortie, ce qui accentue le malaise).

Certes, Piaggo, Embraer (qui a bien faillit être digéré par Boeing, leur crise 737MAX et + ayant évité cela), Bombardier, Sukhoï, etc...

Mais je faisait référence aux constructeurs qui avait encore une offre conséquente d'appareils, or depuis les concentrations d'après guerre, il ne reste plus que deux géants, Boeing et Airbus, c'est tout. C'est le niveau zéro de la concurrence, faire moins c'est aller directement au monopole.

Air France / KLM en effet, mais le jour où la France aura une politique cohérente en matière industrielle, les problèmes seront tout autres. Là, on bazarde tout, énergie zéro, usines zéro, juste un peu d'agriculture et du tourisme, c'est tout ce qui doit rester. Comme vous savez sans doute, même la survie d'Airbus est en question, Boeing + le département d'état s'en occupe activement. Après Alstom, maintenant c'est le tour de Renault, or Alstom était bien plus stratégique que Renault qui n'a que la question du symbole par rapport à la question de produire de l'électricité et de faire tourner des SNLE. Au vu du passif très actif en matière de liquidation de Micron, le sort de Renault est hélas évident il me semble.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire