Publi info

Mortalité routière : pas d'amélioration au premier semestre 2019

Mortalité routière : pas d'amélioration au premier semestre 2019

Au cours de la première moitié de l'année, le nombre de morts n'a baissé que de 0,6 %, à 1 515 décès. Il y a eu un peu plus d'accidents.

Le semestre s'est terminé avec une parfaite stabilité. 290 personnes ont perdu la vie sur les routes le mois dernier, le même nombre qu'en juin 2018. Au total, pendant la première moitié de l'année, 1 515 décès ont été comptabilisés, un résultat en baisse de 0,6 % seulement.

Pour le Ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, cela aurait pu être mieux si une bonne partie du parc de radars n'avait pas été mise HS. Le gouvernement est d'ailleurs conforté dans cette idée par la forte progression au premier trimestre (+ 8,6 %) puis l'amélioration au second trimestre (- 8,07 %), période où des radars ont été remis en service.

Un raisonnement que l'on peut trouver bien simpliste, d'autant que l'état réel du parc de radars reste assez flou, beaucoup de cabines étant encore endommagées sur le réseau secondaire. Pour convaincre, le gouvernement mettra en avant que la courbe des accidents suit la même logique : forte progression au premier trimestre, belle amélioration au second. Dans l'ensemble, il y a eu 26 706 accidents, en légère hausse de 0,7 %.

Sur une année glissante, soit depuis le 1er juillet 2018 et la mise en place des 80 km/h, la mortalité a baissé de 3,1 %, mais le nombre d'accidents est stable. Selon Christophe Castaner, la mesure a permis de sauver 206 personnes en un an.

Le premier semestre a été marqué par une progression de la mortalité des usagers vulnérables sur la route : + 4,7 % pour les piétons à 211 morts et + 15,5 % pour les cyclistes à 82 morts. Il y a eu une amélioration pour les automobilistes (- 4,2 %, 799 morts).

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (13)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

On dira que c'est pas la faute du 80 mais des GJ

Par

Le truc des radars c'est pipeau, car les gens conduisent de la même manière que s'ils étaient là, tout simplement pour ne pas prendre une prune à la remise en service...

On est vraiment dans le délire complet avec la SR française.

Par

Castaner le mytho-pipo....

La courbe de la mortalité routière continue sa "décroissance" lente....pas d'inflection particulière depuis la mise en place des 80km/h.

D'ailleurs l'immense pipoterie serait de prétendre que de baisser la vitesse limite de 10km/h permet de sauver des vies.

A ce compte là autant prôner le 00km/h pour en sauver des milliers....

Par

En réponse à Marv.

On dira que c'est pas la faute du 80 mais des GJ

80% des accidents sont la cause des PL alcoolisé et à moitié entrain de dormir, déboîtant pour doubler alors qu'ils ont un VL qui arrive à 130 derrière, et essayant de draguer sa sœur au téléphone.

C'est les statistiques.

Par

Ce qui est consternant, c'est surtout la complicité des grands médias, incapables de dénoncer clairement les supercheries et les chiffres arrangés.

Au 2ème semestre 2018 (mise en place du 80), la sécurité routière dénombre -88 morts par rapport à 2017 sur la même période. Le gouvernement annonce du -116, puis remonte à du -127, et enfin "estime" que la mesure du 80 donnerait du -137.

Le tout à base d'estimation (pas un décompte réel) et refuse de donner la formule magique employée pour arriver à ce chiffre.

Et les journalistes refusent de le souligner quand ils balancent les chiffres...

Par

En réponse à ZBanGBanG

80% des accidents sont la cause des PL alcoolisé et à moitié entrain de dormir, déboîtant pour doubler alors qu'ils ont un VL qui arrive à 130 derrière, et essayant de draguer sa sœur au téléphone.

C'est les statistiques.

C'est la sélection naturelle

Par

Pourquoi mentent-ils comme ça ? Quelle satisfaction on peut en tirer.

Par

En réponse à Fb74

Ce qui est consternant, c'est surtout la complicité des grands médias, incapables de dénoncer clairement les supercheries et les chiffres arrangés.

Au 2ème semestre 2018 (mise en place du 80), la sécurité routière dénombre -88 morts par rapport à 2017 sur la même période. Le gouvernement annonce du -116, puis remonte à du -127, et enfin "estime" que la mesure du 80 donnerait du -137.

Le tout à base d'estimation (pas un décompte réel) et refuse de donner la formule magique employée pour arriver à ce chiffre.

Et les journalistes refusent de le souligner quand ils balancent les chiffres...

Au-delà de ça et de tous ces trafics de chiffres, le nombre de tués ne fait que baisser "naturellement" depuis les années 70 grâce à l'amélioration des sécurités actives et passives des véhicules. (ceinture, ABS, freinage, airbags etc etc....)

Tout ça en prenant en compte que le trafic a augmenté et avec lui l'apparition de véhicules plus sécurisés qui remplacent petit à petit les vieux véhicules en fin de vie et moins sécurisés.

Par

Plus 4.7% de piétons et 15.5% de cyclistes, c'est sur c'est a cause des radars neutralisés sur les autoroutes, les voies rapides et les nationales, on nous prends vraiment pour des cons...

Par

Je reviens d'un voyage d'un mois dans les pays scandinaves.

A part l'Allemagne où une bonne partie des autoroutes n'a pas de vitesse limite, mais où il est impossible de savoir quel est l'impact sur la mortalité, sur tous les autres (Danemark, Suède, Norvège) on circule la majeure partie du temps en dessous de 90. On s'endort sur des routes désertes limitées à 80, toutes droites et pratiquement sans routes transversales.

Je continue de m'interroger sur le réel impact de ces mesures, qui n’empêcheront jamais les alcooliques de prendre la route et les inconscients de textoter au volant.

Je crois que je vais racheter une mobylette pour circuler… ça ira plus vite…

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire