Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Nouveau contrôle technique : +23% de contre-visites

Le nouveau contrôle technique, nettement plus sévère que le précédent, entraîne logiquement une hausse du taux de contre-visites. Chez Dekra, l'un des leaders du secteur en France, ce chiffre a grimpé de 23 % depuis le 20 mai dernier.

Nouveau contrôle technique : +23% de contre-visites

133 points de contrôle contre 123 précédemment, et 610 défaillances potentielles contre 410 : le durcissement du contrôle technique, entré en vigueur le 20 mai dernier et dont Caradisiac vous a déjà beaucoup parlé, aboutit logiquement à dresser des bilans plus sévères et augmenter le taux de contre-visite.

Le groupe Dekra (plus de 1 500 centres avec les enseignes Dekra, Norisko et Autocontrol), qui officialise en cette fin juillet un premier bilan après plus de 171 000 véhicules légers contrôlés, fait état d’un taux de contre-visites de 23,1% contre 18,7% précédemment, soit une hausse de 23% sur la période.

« Après bientôt deux mois de mise en service de la nouvelle directive, un premier bilan permet de constater que le taux des contre-visites est de 21,3% pour les défaillances majeures et de 1,8% pour les défaillances critiques », détaille Karine Bonnet, Présidente du Réseau Contrôle Technique France Dekra.

Même si ces chiffres se montrent, aux dires de l’entreprise, « plus rassurants » que les prévisions, ils confirment que les automobilistes ont tout intérêt à bien  « soigner » leur voiture avant de la présenter au contrôle technique. Surtout, ils sont encore trompeurs car nombre d’entre nous ont devancé l’appel au printemps pour bénéficier du contrôle technique ancienne formule, créant de véritables embouteillages dans des centres alors surchargés.

Il faudra donc attendre la fin de l’année pour dresser un bilan plus pertinent et, d’ici là, traquer sur nos voitures les principales causes d'invalidation: pneus usés à la corde (12% des défaillances critiques) ou aux sculptures manquant de profondeur (10% des cas), efficacité du frein à main inférieure à 50% de la valeur limite (10% des cas), feux stops inopérants (8% des cas), fuites diverses (4% des cas), rotules de suspensions à changer (4% des cas), garnitures ou plaquettes de freins usées (4% des cas), ou pare-chocs mal fixés (4% des cas).

Mots clés :

SPONSORISE

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire