Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Nouvelles mobilités : abandonner la voiture pour l’aimer plus fort ?

Dans Economie / Politique / Social

En quelques décennies, l’automobile est devenue la terreur des villes. Mais il est tout à fait possible de faire de cette tête de turc la princesse du bal. Pour cela, il faut se séparer d’elle, mais pas complètement.

Nouvelles mobilités : abandonner la voiture pour l’aimer plus fort ?

Confinement, jour 22. Les habitants de métropoles continuent de découvrir sur Twitter que ça gazouille fort un oiseau, ce qui est cocasse vu le réseau utilisé pour le mentionner. Pourtant les piafs ne braillent pas plus fort. C’est le bruit de la vie urbaine qui a disparu.

Cette pollution sonore est une conséquence. La conséquence de l’attroupement des personnes devant se rendre sur leur lieu de travail. La conséquence d’un flux dense et incessant de véhicules dont les moteurs ne cessent de résonner du petit matin au soir et même après.

Nouvelles mobilités : abandonner la voiture pour l’aimer plus fort ?

Pourtant, le futur qui se dessine peut prendre une forme différente. Un futur où la voiture aurait une autre place sur les routes et dans les cœurs.

Une monture à bout de souffle

La voiture utilisée pour aller travailler doit être compacte, facile à garer, fiable pour démarrer qu’importe la saison, consommer peu. On utilise sa bonne, vaillante (et parfois âgée) monture par souci d’économie. Elle fait le « job » et on s’en contente. Pourtant, pour la majorité des parcours travail-maison, ces nobles titines souffrent.

Car selon une étude de Statista (un important fournisseur de données de marché) de janvier 2019, ce trajet représente moins de 30 kilomètres aller ET retour pour 72 % des personnes et 83 % si on pousse à 50 km.

  • Distance moyenne du trajet du domicile au travail (aller et retour)
Nouvelles mobilités : abandonner la voiture pour l’aimer plus fort ?

Quant à la part de la voiture, dès que les salariés doivent quitter leur commune de résidence pour aller travailler, elle atteint 47 % pour les Franciliens et 89 % sur le reste du territoire. Bref, on aime prendre son carrosse pour aller charbonner.

Source : Insee 2020
Source : Insee 2020

Sauf que ce confort, relatif compte tenu de la quantité de bouchons à affronter, épuise les conducteurs et les véhicules thermiques. En effet, cette moyenne de 50 km parcourus est à croiser avec des vitesses moyennes très faibles, frôlant les 35 km/h.

Illustration d’un bouchon typique au cœur de Manhattan, une ville dont les routes sont pourtant plus larges qu’en France.
Illustration d’un bouchon typique au cœur de Manhattan, une ville dont les routes sont pourtant plus larges qu’en France.

C’est à force de micro-trajets, de bouchons, de démarrages à froid, d’usages intensifs de la boîte qu’arrive ce moment fatidique où le fidèle destrier nécessite un tour chez le docteur. Un moment qui nous met face à un dilemme : investir dans un entretien dont le coût est nettement supérieur à la valeur du véhicule et laisse supposer d’autres frais à venir tout aussi onéreux, ou l’abandonner pour l’achat d’un nouveau véhicule, en neuf ou en occasion récente.

La double vie d’une voiture

Quitte à se faire plaisir, autant le faire vraiment, le surcoût de la petite satisfaction coupable par rapport à l’utile allant de 8 à 20 % du prix final. Puis on n’achète pas une auto tous les jours. Mais ce plaisir a une limite, autre que le compte en banque : la polyvalence. La voiture servira à aller travailler ET partir en vacances.

32 %, c’est la différence entre la version entrée de gamme sans option et la version haut de gamme toutes options du Seat Ateca, et sans tenir compte de la marge de négociation.
32 %, c’est la différence entre la version entrée de gamme sans option et la version haut de gamme toutes options du Seat Ateca, et sans tenir compte de la marge de négociation.

C’est ça le problème ! D’un côté il faut un véhicule compact, à faible appétit, pratique en ville et de l’autre, un paquebot confortable, spacieux, prêt à avaler les kilomètres dans un bien-être total. Cela revient à chercher une paire de souliers pour aller courir et pour son mariage.

Les SUV tente de joindre l’utile à l’agréable dans un look sympa mais tout est moyen, de l’habitabilité aux performances, en passant par la consommation.
Les SUV tente de joindre l’utile à l’agréable dans un look sympa mais tout est moyen, de l’habitabilité aux performances, en passant par la consommation.

On se retrouve donc avec un compromis qui ne fait rien de bien mais tout moyennement.

Maintenant, enlevons des critères d’achat ce trajet domicile-travail. Là, les choix sont plus vastes, plus rentables, et le plaisir, plus grand.

L’option d’une seconde voiture est possible, mais cela engendre deux fois plus de frais, deux fois plus de contraintes de stationnement et n’a donc que peu de sens.

Quitte à manger des kilomètres, autant le faire dans le confort absolu, par exemple dans cette Skoda Superb Combi Scout.
Quitte à manger des kilomètres, autant le faire dans le confort absolu, par exemple dans cette Skoda Superb Combi Scout.

Et si on confiait ce trajet maison-travail à autre chose qu’à la voiture ?

Pourtant, côté compacité et praticité, il existe des solutions aujourd’hui, plus intéressantes que la voiture, voire que le scooter et bien moins dangereuses qui plus est : les vélos, VAE (vélo à assistance électrique) et EDPM (engin de déplacement personnel motorisé), composés principalement de trottinettes électriques et de gyroroues.

Ce Riese and Müller Roadster GT Touring est conçu pour servir de « daily » sans jamais broncher.
Ce Riese and Müller Roadster GT Touring est conçu pour servir de « daily » sans jamais broncher.

Il existe des raisons qui œuvrent en faveur de ces moyens de transport.

Raison 1 : la fatigue et la santé

Conduire dans les bouchons fatigue. C’est un fait. D’ailleurs si le pilotage automatique des Tesla était autorisé, tout le monde dormirait. Lorsqu’on rentre, on est éreinté et c’est que l’on peut appeler de la mauvaise fatigue. Il existe toutefois des solutions qui transforment cette mauvaise fatigue en « bonne fatigue » et en plaisir.

Petit à petit, on se retrouve à jouer à la course contre la montre et on tente de battre son record. Ici, les données d’un parcours de vélotaf de 20,28 km.
Petit à petit, on se retrouve à jouer à la course contre la montre et on tente de battre son record. Ici, les données d’un parcours de vélotaf de 20,28 km.

Parmi ces trois engins, le vélo à assistance électrique (VAE) est la meilleure solution pour ce critère. Il aide à arriver propre et en forme le matin grâce à l’assistance, puis permet de se déchaîner au retour le soir sans cette dernière, avec pour résultat un meilleur cardio et de la bonne fatigue. À l’arrivée, une bonne douche et un bien-être appréciable.

La gyroroue, elle, fait travailler les abdos et les cuisses, non sans rappeler les descentes en snowboard ou en ski. Elle nécessite d’être à l’écoute de l’engin et des variations de la route en échange d’une sensation difficile à décrire avec des mots tant elle est grisante. C’est plaisant, unique et addictif. C’est un petit moment de bonheur dont on profite avant et après une grosse journée de labeur.

La trottinette enfin, permet tout simplement de respirer, d’apprécier l’air certes pollué mais vivifiant. Puis on roule ! Ces engins ne sont que très peu à l’arrêt, et cette sensation de déplacement est agréable. Ajoutez des chemins balisés et vous obtenez un trajet permettant d’être zen.

Peu importe le moyen utilisé, peu importe l’heure, le temps de trajet est toujours le même. Cela permet d’éviter une grosse part de stress liée à cette incertitude d’être à l’heure.

Rendre ludique un quotidien ennuyeux et faire d’une contrainte un plaisir, c’est l’idée des engins comme les gyroroues.
Rendre ludique un quotidien ennuyeux et faire d’une contrainte un plaisir, c’est l’idée des engins comme les gyroroues.

Raison 2 : des économies que l’on peut réinjecter ailleurs

C’est le nerf de la guerre. Combien coûte la voiture qui permet le trajet domicile-travail ? Si on compte l’assurance, l’essence, le coût du véhicule, l’entretien et l’usure prématurée liés à ces petits trajets (le filtre à particules en est un parfait exemple), cela se chiffre entre 4 000 € et 6 000 € par an facilement. Une somme qu’on retrouve même en LOA si on compte l’apport nécessaire (reprise ou versement).

Vidanges, filtres, plaquettes, les pièces d’usure habituelles doivent être changées plus souvent en usage urbain, ce qui augmente le budget voiture.
Vidanges, filtres, plaquettes, les pièces d’usure habituelles doivent être changées plus souvent en usage urbain, ce qui augmente le budget voiture.

Il existe des trottinettes de bonne qualité, capables de manger des bornes et abordables. La Ninebot G30 Max par exemple, coûte 799 €. Sa batterie offre 30 km d’autonomie, même avec des pentes et un monsieur de 100 kg dessus. À part les pneus qu’il faudra changer après 5 000 km minimum, le reste ne bronchera pas, et la batterie de 0,551 kWh, à raison d’un cycle de recharge tous les jours, tiendra 3 ans avant de devoir être remplacée, moyennant 350-400 €. Un petit bilan rapide sur 3 ans donne :

  • 800 € (coût de la trottinette)
  • 0.551 x 0,15 € (coût du kWh en heure pleine) x 365 (une recharge par jour tous les jours) x 3 (nombre d’années)
  • 100 € (coût de l’assurance à l’année) x 3
  • 400 € (coût de la batterie après 3 années de bons et loyaux services)
  • 60 € (prix de 2 pneus) x 2 (nombre de remplacements par an) x 3
  • 200 € (prix de l’équipement comprenant veste hiver, été, pluie, plusieurs paires de gants, plusieurs casques)

On arrive à un total de 2 150 € pour 3 ans d’utilisation, soit 717 € par an ou 60 € par mois.

Entretien quasi nul, batterie capable de gérer un cycle quotidien pendant 3 ans minimum, et pneus 10 pouces tubeless ultra résistants (CST V3) la Ninebot G30 Max est une sorte de « Rolls » urbaine pour moins de 800 €.
Entretien quasi nul, batterie capable de gérer un cycle quotidien pendant 3 ans minimum, et pneus 10 pouces tubeless ultra résistants (CST V3) la Ninebot G30 Max est une sorte de « Rolls » urbaine pour moins de 800 €.

Une gyroroue oscille entre 1 000 € et 2 000 € mais pourra enchaîner les bornes sans sourciller. Son autonomie est également souvent très importante (60 kilomètres), au point de ne demander qu’un cycle tous les 2 jours. À raison d’une durée de vie minimum de 1 000 cycles par batterie, cela offre une durée de vie de plus de 5 ans pour une utilisation quotidienne 365 jours/an. Comptez également un équipement de motard pour vous protéger en cas de chute. Mais le plaisir et l’économie sur le long terme rendent l’investissement intéressant.

Vue éclatée d’une gyroroue Kingsong KS-16X capable d’enchaîner 50 km et de monter des pentes de 35° à une vitesse maximum bridée de 25 km/h.
Vue éclatée d’une gyroroue Kingsong KS-16X capable d’enchaîner 50 km et de monter des pentes de 35° à une vitesse maximum bridée de 25 km/h.

Le vélo à assistance électrique est sur le plan économique le moins bien loti. Comptez 1 500 € minimum pour un VAE capable d’affronter le quotidien. Pour ce prix, la batterie aura une durée de vie proche de celle de la gyroroue et sera facile à remplacer. Le moteur ne posera pas de problème. En revanche, beaucoup de pièces seront à changer, gonflant quand même pas mal la facture annuelle (200 € environ hors main-d’œuvre). Mais là encore, nous sommes loin du coût d’une voiture.

Avec les économies réalisées, on peut se payer un beau voyage (New-York par exemple).
Avec les économies réalisées, on peut se payer un beau voyage (New-York par exemple).

Raison 3 : prendre son pied à reprendre sa voiture

L’automobile n’est pas mauvaise. Ce qui fait les bouchons, c’est avant tout la centralisation des entreprises et donc des emplois aux cœurs des métropoles (comme l’exposait le Figaro il y a tout juste un an), les horaires identiques, l’accroissement de la population, le manque d’alternatives aux énergies fossiles (même si ça change), les transports en commun saturés aux heures de pointe, bref, l’automobile n’est pas le problème. Elle est simplement devenue un outil qui n’est plus adapté à la situation.

Comme un (mini) lion en cage, la voiture particulière n’a définitivement plus sa place en métropole.
Comme un (mini) lion en cage, la voiture particulière n’a définitivement plus sa place en métropole.

S’il est une raison qui peut justifier de ne pas prendre sa voiture pour aller travailler, c’est bien ce plaisir que l’on a de s’en servir pour le reste. Elle devient ce super véhicule qui prend le relais lorsque le VAE ou l’EDPM ne peut plus assurer. Dès lors, l’odeur, la sensation du volant dans les mains, du mouvement, de la vitesse procurée, la beauté de la ligne, le plaisir de rouler prennent une tout autre mesure…

Une Fiat 500 de seconde génération, un youngtimer abordable qui serait la voiture principale.
Une Fiat 500 de seconde génération, un youngtimer abordable qui serait la voiture principale.

Nous apprécions chaque instant à son volant, nous portons attention à tous ces détails qui la rendent à notre goût, les virages sont plus sympas que d’habitude, et même si la vitesse est limitée, le plaisir reste car le moment prend un côté exclusif. L’automobile n’apparaît plus comme une contrainte, une cocotte-minute faisant bouillir notre patience au milieu des bouchons et attisant notre stress, mais comme un morceau de bonheur fonctionnant en totale complémentarité avec d’autres moyens de se déplacer, plus adaptés aux courtes distances.

C’est en l’abandonnant pour la tâche la plus ingrate que nous aimerons la voiture encore plus fort pour le reste…

S’offrir un rêve de gosse (une belle Subaru Impreza par exemple) et apprécier chaque seconde passée au volant...
S’offrir un rêve de gosse (une belle Subaru Impreza par exemple) et apprécier chaque seconde passée au volant...

 

Portfolio (1 photos)

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (50)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Je retiendrai deux choses:

Les oiseaux chantent fort en ville pour passer au dessus du bruit ambiant, a la manière d'un chanteur d'opéra. A la campagne ils sont "normaux".

Ensuite, que la voiture soit inadaptée a la ville, c'est une belle évidence mais il est nécessaire d'avoir des parkings et un réseau de transport en commun a la hauteur de l'envie d'éliminer les voitures de la ville. Je prends toujours l'exemple de Nantes avec ses parkings aux terminus de tram.

Par

Si les voitures disparaissaient des villes le vélo serait naturellement plébiscité, non pas parce qu'on n'aurait pas le choix, mais simplement parce que les seuls défauts du vélo en ville c'est le risque d'accident (avec une voiture) et le fait de respirer les gaz d'échappement en plein effort. En vélo on roule en moyenne aussi vite qu'en voiture en ville, et c'est plus agréable, et on fait de l'exercice, et on dépense BEAUCOUP moins d'argent. Vous trouvez que votre pouvoir d'achat baisse ? Si vous remplacez votre voiture par un vélo il va monter en flèche ! Quant à l'amour de l'automobile, ça n'a aucun rapport, j'aime les chevaux et je ne souhaite pas pour autant monter tous les jours pour aller au travail. Idem je trouve complètement débile en 2020 de prendre l'avion pour des vacances ou pire un WE, ou une réunion de travail, mais ça ne m’empêche pas de trouver que l'aviation est une fantastique aventure humaine. Ne pas confondre aimer et abuser...

Et pour les neuneus qui vont me demander pourquoi du coup je roule en Zoé et pas à vélo, relisez les 6 premiers mots de mon commentaire avant de vous déchaînez...

Par

Que l'on soit bien d'accord; ce raisonnement convient pour les villes, pas pour le "monde rural".

Par

En réponse à Hélène 2 3

Si les voitures disparaissaient des villes le vélo serait naturellement plébiscité, non pas parce qu'on n'aurait pas le choix, mais simplement parce que les seuls défauts du vélo en ville c'est le risque d'accident (avec une voiture) et le fait de respirer les gaz d'échappement en plein effort. En vélo on roule en moyenne aussi vite qu'en voiture en ville, et c'est plus agréable, et on fait de l'exercice, et on dépense BEAUCOUP moins d'argent. Vous trouvez que votre pouvoir d'achat baisse ? Si vous remplacez votre voiture par un vélo il va monter en flèche ! Quant à l'amour de l'automobile, ça n'a aucun rapport, j'aime les chevaux et je ne souhaite pas pour autant monter tous les jours pour aller au travail. Idem je trouve complètement débile en 2020 de prendre l'avion pour des vacances ou pire un WE, ou une réunion de travail, mais ça ne m’empêche pas de trouver que l'aviation est une fantastique aventure humaine. Ne pas confondre aimer et abuser...

Et pour les neuneus qui vont me demander pourquoi du coup je roule en Zoé et pas à vélo, relisez les 6 premiers mots de mon commentaire avant de vous déchaînez...

C'est quand même dingue , cette diabolisation de la voiture, Hélène. Parce que tu crois, qu'il y a des vélos qui cause pas des accidents.... certes ,ça reste quand même plus dangereux pour eux.

Par

Au propos d'Hélène 2 3 qui est plutôt sensé et réaliste, je mettrai (sur le ton de la plaisanterie) que faire du vélo en ville en costume et avec un ordi dans un sac en bandoulière ce n'est pas top tant pour la transpiration que pour le coté pratique et l'idée du petit VE urbain reste pour l'instant la solution la plus viable si on n'habite pas en immeuble en ville mais en maison avec une Box murale pour la recharge.

toutefois se passer de la voiture (avec 5 places et un coffre suffisant) pour les week end, les vacances ou certaines activités (comme le transport des équipes de sport le week end) est impossible tout comme il est impossible en l'état actuel, d'envisager de voyager sur les longues distances en train (les billets coûtent les deux bras à chacun des membres de la famille et si c'est pour des vacances, une partie du budget est mangé par des prix pas adaptés)

Tout est affaire de compromis entre de nombreux facteurs mais nous en sommes encore loin et si on ne vit pas dans une grande ville ou en périphérie mais en province, l'automobile reste le seul moyen pour se déplacer et simplement vivre puisque dans bcp de cas, il n'y a plus de gare et pas ou très peu de car pour faire ne serait ce que 15 ou 25 km (bien souvent infaisable en vélo) .

les pb de circulation et de pollution en ville sont une chose, la vie et les déplacements en provinces et notamment en zone rurale ou semi rurale en sont une autre

et ce n'est pas demain que les lignes ferroviaires de type CFD seront réouvertes

Par

Le deux roues c'est bien gentil mais ... pour choisir le vélo sans mettre sa vie en péril à chaque tour de roue, il faut habiter dans une région et une ville qui le permettent: quand j'habitais Lyon les infrastructures étaient là pour rouler en vélo de façon sécurisée et les automobilistes plutôt disciplinés. Depuis que je me suis installé en Occitanie c'est tout l'inverse et mon vélo est sous sa housse depuis plus de 3 ans ! J'ai opté pour un scooter 3 roues pour aller au boulot ( le reste du temps c'est en voiture): c'est plus rapide que la voiture car on arrive à remonter les files de voitures à l'arrêt, plus sûr que le vélo car suffisamment performant pour ne jamais devoir se faire doubler par les véhicules et cela permet de ne pas risquer de se casser la gueule en cas de passage dans un nid de poule ( nombreux ici) car la seconde roue avant rattrape la situation. Par contre ce n'est pas confortable (vertèbres fragiles s'abstenir) , c'est volable et ça ne protège pas en cas de choc ou chute ... De plus quand il pleut, si l'on ne veut pas être trempé ou risquer de glisser sur les passages piétons et bandes blanches ( l'abs ne peut pas tout) il faut ressortir la voiture ! Vous me direz que je n'ai qu'à prendre les transports en commun dans ces cas là mais il ne faut pas rêver : hors des grandes villes ce n'est pas fiable et pas bien organisé ( par exemple il faut attendre sous la pluie car il n'y a quasiment pas d'abris bus !).

En fait tout dépend donc de la situation personnelle de chacun : il n'y a pas de solution unique et universelle !

Je n'ai pas de voiture électrique, mais j'avoue que la formule Ami de Citroën pourrait me tenter pour les courses et me rendre " proprement " au boulot sans craindre la pluie : cependant il faut se résoudre à subir les embouteillages comme avec les grosses voitures... :bah:

Par

j'utilise un VAE en semaine pour aller bosser mais je pense que la voiture reste importante en ville. Il y a des tas d'occasions où le VAE ne remplace pas la voiture, en particulier quand on a des enfants. Il y a aussi ces moments où l'on n'est pas en forme et où l'on ne se sent juste pas aller pédaler.

Je crois aussi que beaucoup au moment de "fuir Paris" ces dernières semaines se sont rendus compte qu'il n'est pas bon de dépendre totalement des autres pour se déplacer.

Par

Pourquoi vouloir imposer le vélo a tout le monde ? je vais rester poli mais ça me démange de répondre aux donneurs de leçon, vous êtes criant de médiocrité

On s'en tape de vous, chacun voit midi à sa porte mais vous ne comprenez rien. Ma voiture ne bougera pas

Par

Pour ma part je fais mes 13km AR en vae, je met soit moins de temps soit autant de temps qu'en voiture. J'habite dans une petite préfecture (

Par

Pour ma part je fais mes 13km AR en vae, je met soit moins de temps soit autant de temps qu'en voiture. J'habite dans une petite préfecture (&lt80k habitants), mais je constate que même ici ça bouchonne matin et soir, qu'est-ce qui cloche? L'être humain est devenu trop fainéant pour faire ces mini trajets avec autre chose que sa bagnole (m'enfin, pour moi ceux sont des déplaçoires) qui claquent (ça résonne entre les murs), qui puent (c'est une horreur, cette odeur de souffre de gazoleuse), qui accélèrent pour me doubler puis piler au feu/stop 300m plus loin (qui la plupart du temps me permet de passer grâce aux panneaux vélo).

Même sans bouchon je préfère mille fois prendre mon vélo pour aller bosser!! Et pour info je suis un bagnolard fils de bagnolard, ma monture sort 300ch et est un vrai bonheur à utiliser.

Vraiment déprimante cette façon d'être... (attention je ne critique pas ceux qui n'ont pas d'autre choix, quelle que soit la raison)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire