Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Pollution et mobilité : Paris mal classé en Europe

Pollution et mobilité : Paris mal classé en Europe

Greenpeace a dévoilé un classement des grandes villes européennes en matière de qualité de l'air et de mobilité. La capitale française n'arrive qu'en 7e position, sur 13.

Ce palmarès publié par Greenpeace a été établi par un centre de recherches allemand, qui a noté 21 critères répartis en 5 catégories : transports publics, sécurité routière, qualité de l'air, gestion des déplacements et mobilités actives. La note finale est sur 100 points.

Paris est loin de la moyenne, avec 38,75. Si la Ville Lumière fait mieux que Berlin et Londres (qui ont comme note 34,5), elle est loin du trio de tête, composé de Copenhague, Amsterdam et Oslo (avec respectivement 57, 55 et 50).

Si Paris est bien noté pour son réseau de transports en commun, notre capitale a reçu une très mauvaise note en qualité de l'air, avec 9,5/20. Seule Moscou fait pire (avec 3,5/20 !). Pour cette catégorie, les critères sont les expositions des habitants aux oxydes d'azote et aux particules fines. À Paris, les niveaux constatés sont largement supérieurs aux recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé. La France a d'ailleurs été renvoyée il y a quelques jours devant la justice européenne pour non-respect des normes de qualité de l'air. Dans le classement de Greenpeace, Paris est aussi pénalisé par ses embouteillages.

Pour Santhosh Kodukula, qui a dirigé l'étude, les résultats de Paris sont "inattendus". Le chercheur déclare dans le Monde : "Paris est souvent cité au niveau international comme un très bon exemple en matière de mobilité, et nous avions en tête les annonces audacieuses de la ville. Nous nous attendions donc à retrouver des actions aussi audacieuses sur le terrain. Or, ce que nous avons constaté avec l’étude, c’est qu’il y a des aspects qui méritent encore de gros efforts".

Voilà qui va donc motiver Anne Hidalgo à poursuivre sa politique pour réduire le nombre de voitures dans Paris. La prochaine étape importante est prévue pour 2019, avec le bannissement en semaine des autos dotées de la vignette Crit'Air numéro 4, ce qui correspond aux diesels mis en service entre 2001 et 2005.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire