Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Présentation vidéo - Nissan Ariya: un crossover électrique au long cours

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

En 2021, Nissan veut revenir sur le devant de la scène. Cela passera notamment par le lancement de l’Ariya, un crossover électrique taillé pour les longs déplacements en famille. Nous avons pu le découvrir en avant-première.

Long de 4,60 m, l'Ariya rend 4 cm au X-Trail. (Photos Cyril de Plater)
Long de 4,60 m, l'Ariya rend 4 cm au X-Trail. (Photos Cyril de Plater)

Quoi de neuf en ce début d’année 2021 ? Nissan ! Après une passe difficile, qui l’a conduit à engager  au printemps 2020 un vaste plan de restructuration, le Japonais lance en parallèle une grande offensive en termes de produit. La première étape sera l’arrivée du Qashqai 3, qui devrait être commercialisé avant l’été, et la seconde sera la mise sur orbite de l’Ariya qui nous intéresse aujourd’hui.

Ce crossover à motorisation électrique est attendu au cours du second semestre sur le continent européen, vraisemblablement à la rentrée. Au programme : un design particulièrement soigné tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, un habitacle à 5 places, une connectivité poussée, et une autonomie qui peut aller jusqu’à 500 km.

Présentation vidéo - Nissan Ariya: un crossover électrique au long cours

Présentation vidéo - Nissan Ariya: un crossover électrique au long cours

 

Présentation vidéo - Nissan Ariya: un crossover électrique au long cours

Pour bien marquer cette entrée dans une nouvelle ère, l’Ariya a le privilège d’inaugurer le nouveau logo Nissan. Celui-ci présente la particularité d’être rétroéclairé (uniquement quand le véhicule est à l’arrêt, pour des raisons légales), et prend place au milieu d’une calandre élargie qu’enserrent deux barres lumineuses qui peuvent aussi évoquer des bras levés.

En termes de design, l’Ariya s’apparente à un SUV coupé, dont le profil se voit dynamisé par un porte-à-faux avant particulièrement court. C’est là un des avantages des motorisations électriques.
En termes de design, l’Ariya s’apparente à un SUV coupé, dont le profil se voit dynamisé par un porte-à-faux avant particulièrement court. C’est là un des avantages des motorisations électriques.

Le profil se veut élancé, et la prestance du véhicule se voit réhaussée par l’alliance de peintures bi-ton (6 combinaisons possibles) et d’une ligne de chrome qui court de l’aile avant au hayon. Le hayon se montre très incliné, ce qui allège visuellement une partie arrière plus massive, mais aussi très « construite ». Il y a des arêtes, des surfaces convexes et d’autres concaves, et il y a aussi ce bandeau lumineux sur lequel prennent place les lettres de Nissan, qui bénéficient d’une nouvelle typographie.

Le hayon s’ouvre sur un coffre de 468 litres, valeur correcte pour la catégorie. La plage arrière n’est pas à enrouleur, mais peut au besoin prendre place dans un compartiment sous le plancher de coffre (pas de coffre avant, en revanche). Côté modularité, rien de particulier à signaler avec simplement une banquette arrière rabattable selon un classique découpage 2/3-1/3. Un 40/20/40, qui permet de glisser un objet long entre les deux passagers arrière, aurait été à notre sens plus judicieux et plus conforme aux standing haut de gamme de l’auto.

En revanche, les passagers arrière sont choyés avec un bel espace aux jambes. L'Ariya mesure 4,60 mètres de longueur, et repose sur un empattement de 2,78 m qui favorise l’habitabilité. La première impression qui vient à l’esprit quand on prend place à bord est que cette voiture est taillée pour le grand tourisme en famille, à plus forte raison quand elle sera dotée d’un toit transparent (non disponible sur le modèle présenté aujourd’hui)

L’auto soigne également l’accueil à l’avant, où l’on trouve un plancher entièrement dégagé. Le design est épuré, avec deux grands écrans de 12,3 pouces que complètent des commandes haptiques pour les principales fonctionnalités. Très réussi. Le volant à deux branches et les petits aérateurs participent de l’ambiance zen de l’habitacle, où règnent des lignes horizontales qui se superposent. L’Ariya dispose également d’un système d’affichage tête haute.
L’auto soigne également l’accueil à l’avant, où l’on trouve un plancher entièrement dégagé. Le design est épuré, avec deux grands écrans de 12,3 pouces que complètent des commandes haptiques pour les principales fonctionnalités. Très réussi. Le volant à deux branches et les petits aérateurs participent de l’ambiance zen de l’habitacle, où règnent des lignes horizontales qui se superposent. L’Ariya dispose également d’un système d’affichage tête haute.

L’auto repose sur l’inédite plate-forme CMF-EV, une base modulaire spécifiquement conçue pour les modèles électriques, qui sera également utilisée par Renault. Côté motorisation, cinq déclinaisons de l’Ariya sont d’ores et déjà annoncées par Nissan. Les versions 2 roues motrices, avec un seul moteur à l’avant, disposent de batteries de 63 et 87 kWh pour des puissances de 217 et 242 ch et des autonomies qui s’établiraient à 360 et 500 km.

Les versions 4 roues motrices, avec un moteur par essieu, seront dotées de la technologie e-4RCE (prononcer « iforce»), qui assure une gestion de la puissance et du freinage roue par roue, pour plus d’efficacité même sur chaussée glissante.
Les versions 4 roues motrices, avec un moteur par essieu, seront dotées de la technologie e-4RCE (prononcer « iforce»), qui assure une gestion de la puissance et du freinage roue par roue, pour plus d’efficacité même sur chaussée glissante.

La gamme se compose d’un modèle de 279 ch avec la batterie 63 kWh, pour une autonomie de 340 km. La version 306 ch, avec la batterie 87 kWh, peut parcourir jusqu’à 460 km.

Equipé de cette même batterie 87 kWh, le modèle Performance, spécifique à l’Europe,  développe 394 ch et passe de 0 à 100 km/h en 5,1 secondes, valeur digne d’une sportive. Par contre, son autonomie plafonne à 400 km.

Pour alimenter le tout en électrons, on relève que Nissan met de côté la prise CHAdeMO au profit de la Combo CCS, standard en passe de s’imposer sur les bornes de recharge rapide qui se développent le long des grands axes autoroutiers d’Europe.

En matière de technologies embarquées, retenez que l’auto dispose de la dernière version du système de conduite semi-autonome ProPilot, relié au GPS pour plus d’efficience et de sécurité. Celui-ci se complète d’un dispositif de parking semi-automatique.

Fabriqué au Japon, l’Ariya arrivera en Europe avant la rentrée 2021. Il retrouvera alors des concurrentes de marque, telles que les Tesla Model Y, Ford Mustang Mach E et autres Volkswagen ID.4. Les tarifs et composition de gamme seront communiqués ultérieurement.

La gamme Nissan Ariya

     

 Spécifications européennes

63 kWh

(2 roues motrices)

87 kWh

(2 roues motrices)

63 kWh

(4 roues motrices)

87 kWh

(4 roues motrices)

87 kWh Performance

(4 RM)

     

Capacité de la batterie *Capacité estimée de la batterie, sous réserve d'homologation

65 kWh (nominale) 63 kWh (utilisable)

90 kWh (nominale) 87 kWh (utilisable)

65 kWh (nominale) 63 kWh (utilisable)

90 kWh (nominale) 87 kWh (utilisable)

90 kWh (nominale) 87 kWh (utilisable)

Puissance

160 kW

(217 ch)

178 kW

(242 ch)

205 kW

(278 ch)

225 kW

(305 ch)

290 kW

(395 ch)

Couple

300 Nm

300 Nm

560 Nm

600 Nm

600 Nm

Accélération (0-100 km/h)

7,5 s

7,6 s

5,9 s

5,7 s

5,1 s

Vitesse de pointe

160 km/h

160 km/h

200 km/h

200 km/h

200 km/h

Autonomie estimée *Estimation basée sur le cycle de conduite combiné WLTP

Jusqu'à 360 km

Jusqu'à 500 km

Jusqu'à 340 km

Jusqu'à 460 km

Jusqu'à 400 km

Longueur

4 595 mm

Largeur

1 850 mm

Hauteur

1 660 mm

Poids (en fonction de la version et des équipements)

1,8 t - 2,3 t

Empattement

2 775 mm

Capacité du coffre

2 roues motrices : 468 L

4 roues motrices : 415 L

Type de charge

Combo CCS pour l'Europe

Taille des pneus (avant et arrière)

235/55R19 255/45R20 (option)

Présentation vidéo - Nissan Ariya: un crossover électrique au long cours

 

Portfolio (21 photos)

En savoir plus sur : Nissan Ariya

SPONSORISE

Actualité Nissan

Toute l'actualité

Commentaires (56)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

la ligne générale est pas si mal, mais ça fait un peu chars d'assaut :eek: il a l'air vraiment énorme.... du coup avec la petite batterie je pense que le 360 kms en autonomie est largement sur estimé ( les autres font pareil ) ! ça doit peser son poids tout ça ....

par contre déception coté tableau de bord, à ce qu'on voit y'a une belle tablette certes.... mais ça fait tres plastoc.... :blague:

Par

Avec la trappe de recharge à l'avant droit, la recharge sera difficile dans la plupart des garages !

Par

Jolie ligne pour une patate....et ce qui est chouette si tu pète les feux arrière est que tu pourras faire jouer la concurrence avec Lexus pour les remplacer... :bien:

Par

En réponse à CHALET

Avec la trappe de recharge à l'avant droit, la recharge sera difficile dans la plupart des garages !

Branche là dans le chalet et va dormir au garage... :bah:

Par

Cet article télescope (volontairement) deux idées : voyage au long cours et 500 kms d'aiutonomie

Sauf que les 500 kms d'autonomie sont calculés sur le cycle WLTP qui comprend une part TRES IMPORTANTE de roulage en ville

Sur autoroute on rappelle la consommation (source argus) de quelques véhicules emblématique par temps clément (donc pas en hiver)

Leaf 62 kWh : 21,6 kWh./100

e-2008 : 28 kWh

Zoe Printemps 19,9 vs hiver 24,2

Tesla 3 LR : 19,8

Tesla 2 standard 21,8

VW iD3 : 21,3

ça c'est la consommation en kWh/100 pas l'électricité de recharge qui augmente cette valeur de 20% à cause du rendement du chargeur

Bref on ne voit pas comment un SUV au SCx d'armoire normande pourrait faire moins de 22 kWh/100 donc pour faire 500 bornes au long cours, il faut embarquer 110kWh de batterie ... pas 87

Si on veut que long cours soit possible au bout de 7ans, il faut en mettre un peu plus ... donc au bas mot 120 kWH

Les promesses n'engagent que ceux qui les croient ... on y est

Par

Une voiture électrique c'est silencieux, nerveux et ne pollue pas les villes.

Par contre pour la recharger en dehors de chez soi, c'est plus que galère quand les bornes de recharge ne sont pas libres avant vingt minutes.

J'en ai fait l'expérience avec un copain possédant une Nissan Leaf récente.

Par

En réponse à ceyal

Cet article télescope (volontairement) deux idées : voyage au long cours et 500 kms d'aiutonomie

Sauf que les 500 kms d'autonomie sont calculés sur le cycle WLTP qui comprend une part TRES IMPORTANTE de roulage en ville

Sur autoroute on rappelle la consommation (source argus) de quelques véhicules emblématique par temps clément (donc pas en hiver)

Leaf 62 kWh : 21,6 kWh./100

e-2008 : 28 kWh

Zoe Printemps 19,9 vs hiver 24,2

Tesla 3 LR : 19,8

Tesla 2 standard 21,8

VW iD3 : 21,3

ça c'est la consommation en kWh/100 pas l'électricité de recharge qui augmente cette valeur de 20% à cause du rendement du chargeur

Bref on ne voit pas comment un SUV au SCx d'armoire normande pourrait faire moins de 22 kWh/100 donc pour faire 500 bornes au long cours, il faut embarquer 110kWh de batterie ... pas 87

Si on veut que long cours soit possible au bout de 7ans, il faut en mettre un peu plus ... donc au bas mot 120 kWH

Les promesses n'engagent que ceux qui les croient ... on y est

c'est bien ce que je disais (plus haut) .... dejà si le modele à petite batterie fait les 300 bornes en parcours mixte ça sera beau, car je suis comme toi, je trouve ça ENORME...... et ça doit faire son poids ...

Par

Nissan, a une gamme moins développée que fiat. En plus, j'ai remarqué que fiat dont je ne suis jamais allé par préjugés a des véhicules mieux fini que Nissan.

Et en plus, de meilleur qualité.

Par

Un suv électrique... C'est pas comme si c'était illogique de vouloir rouler en VE avec un char d'assaut au CX moisi et au poids tellement élevé que l'autonomie s'en trouve bien affaibli.

Il a pas l'air léger en plus.

Sinon la ligne, reste ce à quoi Nissan nous a habitué, c'est pas laid mais c'est pas franchement transcendant.

Je leurs souhaite de réussir à Nissan, ils sont vraiment dans une très mauvaise passe. Même si on a pas encore vraiment de retour sur la viabilité économique détaillé des électriques. Même si des synergies avec Renault et Mitsubishi devrait aider à rentabiliser ces gammes.

Par

Etonnant concept, j'espère que la version définitive sera différente ... ah pardon ! :biggrin:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire