Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Quand Springsteen et Jeep font de la politique, ça ne peut pas faire de mal à l'Amérique

Dans Economie / Politique / Culture Pub Auto

L'auteur-compositeur Bruce Springsteen est apparu, au cours de la mi-temps du Super Bowl le 7 février dernier, dans une pub pour l'une des marques américaines du groupe Stellantis, Jeep. Pendant deux minutes, il a exhorté ses concitoyens à se rassembler après les événements du Capitole. Un affichage de bons sentiments de pure façade ? Pas forcément.

Quand le boss bosse pour Jeep.
Quand le boss bosse pour Jeep.

D'accord, c'est de la pub. Ok, c'est du show, et à grosses ficelles en plus. Mais la prestation de Bruce Springsteen dans un spot télé pour Jeep est porteuse d'un message pas vraiment subtil, mais perceptible par tous, et surtout par les partisans de Donald Trump, ceux-là mêmes qui ont envahi le Capitole le 6 janvier dernier. Un message de rassemblement autour des valeurs démocratiques américaines, simple, direct et efficace qui a certainement eu plus d'impact que les discours de l'ensemble des hommes politiques états-uniens. De Joe Biden à Barack Obama, tous ont pourtant exhorté les citoyens américains en général, et les agités du Capitole en particulier, à retrouver le chemin d'un avenir commun.

Car justement, ce spot utilise leurs codes, leurs symboles, une idole et l'automobile. Il a, de plus, été diffusé dans le programme télévisé qu'ils regardent forcément : la finale du Super Bowl, qui a rassemblé 91 millions de téléspectateurs, et pas avant le JT de CNN ou dans les pages politiques du Washington Post.

Deux minutes d'extrême-centrisme

Pendant deux minutes, le boss (le petit nom que ses admirateurs ont donné au chanteur) ne vante pas seulement les mérites de Jeep, marque de la galaxie Stellantis (FCA et PSA) qui fête ses 80 ans. L'auteur-compositeur, au volant d'un modèle CJ-5 de 1980, se retrouve près d'une chapelle du Kansas, censé être le point central des États-Unis. Une localisation qui tombe à pic puisque le spot s'appelle The Middle et évoque ce juste milieu de l'échiquier politique qui doit, selon Springsteen, rassembler le pays, qu'il souhaite voir prendre tout entier la route de l'avenir, en mêlant les couleurs de l'Amérique, le rouge des Républicains, et le bleu des Démocrates.

La chapelle, le boss Bruce Springsteen et l'Amérique.
La chapelle, le boss Bruce Springsteen et l'Amérique.

On peut observer cette opération au travers du filtre du cynisme, ce filtre devenu le credo des réseaux sociaux. On peut n'y voir qu'un Springsteen avide de ramasser un paquet de dollars. Il avait déjà prêté son nom à la marque, mais a systématiquement refusé d'apparaître à nouveau dans une pub pour le constructeur depuis 10 ans. Il a donc forcément fait monter les enchères, diront les aigris. On peut aussi en conclure qu'une marque n'a pour seul but que de vendre le plus de voitures possibles et par tous les moyens possibles, en se moquant, au passage, de la démocratie comme de son premier vilebrequin. On peut y voir tout cela, et même y déceler un politiquement correct de bon aloi, qui prend soin de n'offenser personne, ni gauche, ni droite, dans un exercice extrême-centriste.

Le folklore et ses valeurs

Peut-être que the Middle est tout cela à la fois. Et alors ? Si les complotistes de QAnon et les Proud boys prêts à en découdre avec des armes et à renverser une administration corrompue, selon leurs dires, ont perçu le message, tout le monde a gagné : Springtseen, Jeep et la démocratie. Et même s'ils n'ont pas adhéré au rassemblement réclamé, au moins auront-ils vu défiler leurs propres valeurs : le drapeau - qui apparaît à plusieurs reprises dans le spot -, le patriotisme et la bagnole, en s'apercevant au passage qu'ils s'excluent eux-mêmes du folklore qui est le leur.

Parfois, la fin justifie quelques moyens, quelques paquets de dollars et quelques 4x4 vendus. Et tant pis si, une semaine après la diffusion du spot, des médias américains révélaient que le boss avait été contrôlé en état d'ébriété au volant. Et tant pis si Jeep a retiré sa campagne dans la foulée. On ne devient pas une légende du rock'n'roll sans quelques dérapages.

Arnold et l'épée de Conan : rempart démocratique ?
Arnold et l'épée de Conan : rempart démocratique ?

Ce spot publicitaire remarqué, diffusé un mois après l'invasion du Capitole, en rappelle un autre du même tonneau : celui d'Arnold Schwarzenegger. Le comédien musclé est apparu dans une vidéo qu'il a fait réaliser, quelques jours après l'attaque de Washington. L'ex-gouverneur de Californie y rappelle être né dans un pays, l'Autriche, qui, à un moment de son histoire, a oublié ce qu'était la démocratie, avant de brandir l'épée de Conan le Barbare, l'un de ses célèbres rôles. "Notre démocratie est comme l’acier de cette épée. Plus elle est frappée, plus elle devient forte", a déclaré Schwarzie.

On peut trouver la prestation ridicule, et affirmer sans risque de se tromper que Conan le barbare n'est pas un chef-d’œuvre du septième art. Mais la vidéo de Schwarzenegger du mois de janvier a été vue par des millions d'Américains, comme celle de Jeep le 7 février dernier.

Terminator et le boss ont en tout cas essayé, à leur curieuse manière, très américaine, de calmer des esprits lessivés par quatre années d'un spectacle beaucoup plus dangereux que celui auquel ils se sont livrés.

Portfolio (2 photos)

SPONSORISE

Actualité Jeep

Toute l'actualité

Forum Jeep

Par theobladus Le 06 Juillet 2021 à 19h49

Commentaires (77)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Si ça peu avoir un effet, même aussi infime qu'il soit sur ces bas du front, tant mieux, la démocratie ne s'en portera que mieux.

Par

Terrain extrêmement glissant de s'aventurer la dessus et de donner des leçons de politique à un peuple assez mature pour peser le pour et le contre.

Après, la plupart des stars sont pro-démocrates, et Springsteen ne fait pas exception.

Comme chez nous, nos acteurs et journalistes penchent en grande majorité à gauche.

Par

En réponse à pxidr

Terrain extrêmement glissant de s'aventurer la dessus et de donner des leçons de politique à un peuple assez mature pour peser le pour et le contre.

Après, la plupart des stars sont pro-démocrates, et Springsteen ne fait pas exception.

Comme chez nous, nos acteurs et journalistes penchent en grande majorité à gauche.

Comme les bobo en Tesla

Par

En réponse à pxidr

Terrain extrêmement glissant de s'aventurer la dessus et de donner des leçons de politique à un peuple assez mature pour peser le pour et le contre.

Après, la plupart des stars sont pro-démocrates, et Springsteen ne fait pas exception.

Comme chez nous, nos acteurs et journalistes penchent en grande majorité à gauche.

"Comme chez nous, nos acteurs et journalistes penchent en grande majorité à gauche."

C'est pas forcément vrai.

En plus gauche et droite, ça veut rien dire.

Aux USA c'est quoi la gauche pour toi ? Les démocrates ? Les démocrates c'est Macron et il est pas vraiment à gauche.

Le socialisme, le communisme, l'anarchisme, l'islamisme etc... bref tous les mouvements de gauche sont extrêmement minoritaire aux USA.

Le vrais clivage US, c'est : mondialiste/internationaliste/ultra-libéraux VS nationaliste/souverainiste/protecteur. Il est la le clivage. On y viendra aussi en France, faut juste attendre que le PS et LR dépose le bilan (ça devrait pas tarder).

Par

En réponse à Corvintetö

Si ça peu avoir un effet, même aussi infime qu'il soit sur ces bas du front, tant mieux, la démocratie ne s'en portera que mieux.

Centriste conservateur spotted !

Tu voulais sans doute dire "le statu quo ne s'en portera que mieux".

La démocratie ne fonctionne que si l'on s'en sert, c'est-à-dire : si les gens ont le droit et la possibilité d'exprimer des opinions divergentes et d'en débattre librement, sans censure, mais aussi et surtout que ces voix diverses soient représentées selon leur juste importance (proportionnalité, respect du vote, démocratie participative locale, etc.) et pas englouties corps et biens par des "majorités" totalisantes qui s'octroient la ridicule bannière du "camp du bien" (les gentils VS les méchants).

https://actu.orange.fr/societe/videos/dans-c-a-vous-ce-soir-gerald-darmanin-affirme-que-marine-le-pen-est-mechante-et-une-ennemie-de-la-republique-elle-n-est-pas-gentille-avec-ce-que-nous-pensons-etre-CNT000001xc6lu.html

Par

Entre temps, le boss s’est fait arreter en etat d’ebriété, Ford suspend la diffusion de cette pub et sa collaboration actuelle avec Bruce.

Par

En réponse à frank656

Comme les bobo en Tesla

Drole de bobo que je suis alors :ange:

Par

En réponse à Axel015

"Comme chez nous, nos acteurs et journalistes penchent en grande majorité à gauche."

C'est pas forcément vrai.

En plus gauche et droite, ça veut rien dire.

Aux USA c'est quoi la gauche pour toi ? Les démocrates ? Les démocrates c'est Macron et il est pas vraiment à gauche.

Le socialisme, le communisme, l'anarchisme, l'islamisme etc... bref tous les mouvements de gauche sont extrêmement minoritaire aux USA.

Le vrais clivage US, c'est : mondialiste/internationaliste/ultra-libéraux VS nationaliste/souverainiste/protecteur. Il est la le clivage. On y viendra aussi en France, faut juste attendre que le PS et LR dépose le bilan (ça devrait pas tarder).

Suffit de regarder un peu la télé ou lire la plupart des journaux pour s'apercevoir que oui, les médias en France penchent à gauche... en majorité, sauf exceptions (Le Figaro, VA, etc).

Macron serait aux USA considéré comme un démocrate...

Par

En réponse à Axel015

"Comme chez nous, nos acteurs et journalistes penchent en grande majorité à gauche."

C'est pas forcément vrai.

En plus gauche et droite, ça veut rien dire.

Aux USA c'est quoi la gauche pour toi ? Les démocrates ? Les démocrates c'est Macron et il est pas vraiment à gauche.

Le socialisme, le communisme, l'anarchisme, l'islamisme etc... bref tous les mouvements de gauche sont extrêmement minoritaire aux USA.

Le vrais clivage US, c'est : mondialiste/internationaliste/ultra-libéraux VS nationaliste/souverainiste/protecteur. Il est la le clivage. On y viendra aussi en France, faut juste attendre que le PS et LR dépose le bilan (ça devrait pas tarder).

"mondialiste/internationaliste/ultra-libéraux VS nationaliste/souverainiste/protecteur. Il est la le clivage."

C'est aussi schématique que "gauche/droite", et aussi peu intéressant... Si on ouvre les chakras :

- on peut être internationaliste ET souverainiste (pro-droit international et humaniste et pro-souveraineté, c'est-à-dire être un peuple souverain qui se prescrit ses lois : "l'obéissance à la loi qu'on s'est prescrite est liberté." JJ Rousseau)

- on peut être libéral ET protecteur (surtout si l'on revient aux sources du libéralisme : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lib%C3%A9ralisme#:~:text=Le%20lib%C3%A9ralisme%20est%20un%20courant,coop%C3%A9ration%20volontaire%20entre%20les%20Humains.)

La pensée binaire ne mène à rien.

Par

En réponse à Gros-Chibre

Entre temps, le boss s’est fait arreter en etat d’ebriété, Ford suspend la diffusion de cette pub et sa collaboration actuelle avec Bruce.

Excellent ! :bien:

10 jours de retard par rapport à la news US !

Le Boss devait être en train de noyer son chagrin pour oublier qu'il en était arrivé à tapiner pour Jeep... on ne devrait jamais voir vieillir ses idoles.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire