Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Renault : une perte énorme de 8 milliards d'euros en 2020

Dans Economie / Politique / Finance

, mis à jour

Renault : une perte énorme de 8 milliards d'euros en 2020

Sans surprise, le groupe Renault a essuyé une perte record en 2020. Mais le Losange voit des signes encourageants de reprise.

Une année noire pour Renault. Déjà fragilisé suite à la chute de Carlos Ghosn, avec une perte de 141 millions d'euros en 2019, le Losange a été mis à terre par le coronavirus. Le groupe français a enregistré une perte historique de 8 milliards d'euros en 2020.

Le Covid-19 a bien sûr ralenti les ventes, avec une chute des livraisons de 21,3 % à 2,95 millions de véhicules. Le chiffre d'affaires a donc plongé dans une proportion similaire : - 21,7 %, à 43,5 milliards d'euros.

Dans le détail, l'effet volume est négatif de 19,2 points. Il y a aussi un effet négatif de la vente aux partenaires (- 5,1 points), avec notamment l'arrêt de la production d'un modèle Nissan et de la fourniture de moteurs pour Mercedes. Renault met également en avant les conséquences d'un effet de change négatif, avec la dévaluation de plusieurs monnaies, dont le peso argentin et le Real brésilien. La marge opérationnelle du groupe est à - 337 millions d'euros, soit - 0,8 % du chiffre d’affaires.

Renault trouve néanmoins des points positifs. Il souligne déjà qu'après un premier semestre catastrophique en raison des confinements, le second semestre s'est mieux déroulé. Sur la deuxième moitié de l'année, le chiffre d'affaires n'a reculé "que" de 8,9 %. La perte nette au second semestre est de 660 millions d'euros.

Luca de Meo, nouveau patron du groupe, y voit des signes de reprise encourageants. L'homme a aussi souligné un effet de sa nouvelle stratégie : la rentabilité avant la course aux volumes (une partie de la baisse des ventes s'explique d'ailleurs par moins de ventes jugées non rentables). Il y a par ailleurs le début de la réduction des dépenses de 1,2 milliard d'euros, notamment au niveau de l'ingénierie.

Autre bon point : un effet prix positif de 3,9 points, le fruit "d'une politique tarifaire plus ambitieuse". Il y a aussi un effet mix produit positif de 1,1 point, grâce au succès de la Zoé (un véhicule plus onéreux que la Clio).

Luca de Meo s'attend toutefois encore à une année 2021 difficile, à cause des incertitudes toujours liées au contexte sanitaire. À cela s'ajoute la pénurie de composants électroniques. Selon Renault, le pic de la perturbation se fera sentir au deuxième trimestre. Malgré un rattrapage espéré au second semestre, ce manque de composants pourrait empêcher la production de 100 000 véhicules sur l'année.

Le directeur n'a d'ailleurs pas fixé d'objectifs précis pour 2021, renvoyant aux objectifs à moyen terme du plan Renaulution, avec une marge opérationnelle du groupe supérieure à 3 % en 2023.

> Pas de surprise : ces résultats financiers sont mal accueillis en bourse : à l'ouverture, l'action Renault reculait de 5 %.

Le commentaire de Luca de Meo, patron de Renault

"Après un premier semestre impacté par la Covid-19, le Groupe a fortement redressé sa performance au second semestre. Ce résultat est le fruit des efforts de tous, de l’accélération réussie du plan de réduction des coûts fixes et d’une amélioration de notre politique de prix. La priorité est donnée à la profitabilité et à la génération de cash, comme annoncé lors de notre plan stratégique Renaulution. L’année 2021 sera difficile, avec des incertitudes liées aux crises sanitaires ainsi qu’à l’approvisionnement de composants électroniques. Nous traverserons ces défis collectivement, dans la dynamique de redressement qui est la nôtre depuis l’été dernier".

 

 

SPONSORISE

Actualité Renault

Toute l'actualité

Forum Renault

Par lalyrose Le 28 Février 2021 à 11h28

Commentaires (125)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Ça paraît logique... La crise covid, tout ferme, les gens n'ont plus l'envie de penser à acheter des automobiles.

Surtout que le placement pas cher de Renault vise souvent une clientèle n'ayant pas trop de ressources financières et donc quand on ferme les restaurants, les cinémas, les magasins, on retire surtout une part du salaire des serveurs, des magasiniers, des emploies comme ça dont le salaire n'est pas de 5000€ :bah:

Ça impact directement Renault du coup.

Par

Rien à ajouter mais les haters vont se laisser aller à parler de non-fiabilité, laideur, technologie dépassée, blabla.

Par

Renault en faillite ? qui va mettre la main à la poche pour aider ce constructeur qui se trouve dans une spirale descendante mais la faute à qui ? Les véhicules sont trop chers , les SUV à la mode sont hors de prix sans motif justifié d'ailleurs et j'en passe ( fiabilité douteuse , options couteuses ect ... ) Malgré tout ce n'est que 8 milliards , l'état est riche de dettes ( enfin c 'est nous ) le losange ira voir si le coffre fort Bercy quelques pépètes . Il fallait investir dans le bitcoin messieurs . Non je plaisante .

Par

Bonjour à tous

Notre intérêt à tous est que Renault aille bien et surtout qu'il arrête de vendre à perte ses modèles.

Renault devrait reprendre la route du succès bientôt !

Par

En réponse à DylanF

Ça paraît logique... La crise covid, tout ferme, les gens n'ont plus l'envie de penser à acheter des automobiles.

Surtout que le placement pas cher de Renault vise souvent une clientèle n'ayant pas trop de ressources financières et donc quand on ferme les restaurants, les cinémas, les magasins, on retire surtout une part du salaire des serveurs, des magasiniers, des emploies comme ça dont le salaire n'est pas de 5000€ :bah:

Ça impact directement Renault du coup.

Et les autres marques ???

Il faut mettre un peu l'hypocrisie dans sa poche

L'image qualitative de la marque est loin d'être en haut de l'affiche, l'Espace V en est le parfait exemple

À chaque fois ils disent que ça sera la meilleure, mais à comme d'habitude ils prennent les clients pour des billes

Il faudrait déjà que la confiance soit au rdv :bah:

J'ai un certain nombre de collaborateurs qui ne renouvelleront pas chez Renault pour des pannes à répétition et souvent des équipements électriques ou des détails fragiles ou encore des défauts mécanique

Quand je leur dis que mes voitures (japonaises) n'ont jamais vu le garagiste pour une panne ... en 11 et 7 ans et 145 000 km pour une, ils ouvrent les yeux en grand

Par

En réponse à DylanF

Ça paraît logique... La crise covid, tout ferme, les gens n'ont plus l'envie de penser à acheter des automobiles.

Surtout que le placement pas cher de Renault vise souvent une clientèle n'ayant pas trop de ressources financières et donc quand on ferme les restaurants, les cinémas, les magasins, on retire surtout une part du salaire des serveurs, des magasiniers, des emploies comme ça dont le salaire n'est pas de 5000€ :bah:

Ça impact directement Renault du coup.

Le CoViD-19 à bon dos quand même....

Renault après des années de bénéfices, plus de 10 ans consécutifs, a eu les yeux plus gros que le ventre et s'est dimensionné bien trop haut.

Du coup l'ancien PDG était dans la courses aux volumes, mais patatras....fautes de fiabilité des modèles ont raté leur carrière (Talisman, Espace), d'autres sont mal positionné (Twingo, Kadjar, Koléos) et la Clio + Captur ne suffisait plus.

Il aurait été sage de la part de Lucas De Méo de ne pas faire passer les errements de l'ancienne direction sur le dos du CoViD-19.

Force est de constaté toutefois que après 6 mois catastrophe les 6 suivants ont été moins pire.

Mais ce n'est pas demain la veille que les problème seront résolus.

Je pense surtout aux employés qui risquent de pâtir de la situation.

C'est sûr que c'est pas l'ancien PDG qui depuis son Liban va assumer les pertes....

Cela étant dit je laisse la "parole" aux crasseux qui vont se réjouir de voir des employés au chômage. Faut bien compenser son misérabilisme quotidien dans la détestation d'autre chose après tout.

Par

Chaque jour, Renault a perdu 22 millions d'euros ... qui seront épongés par la dette publique donc nos impôts donc notre pognon.

Renault devrait rebadger ses Sandero / Duster, garder la Zoe et ne vendre que ca dans la gamme VL.

Suffit de regarder la gamme pléthorique du constructeur ... 80% de modèles qui sont au bord de la mort (Espace, Koleos, Talisman, Kadjar, Scenic, ...)

Par

Finalement je préférais la vraie bonne économie libérale pas le soviétisme à la Macron

Par

En réponse à 1760363

Rien à ajouter mais les haters vont se laisser aller à parler de non-fiabilité, laideur, technologie dépassée, blabla.

Pas besoin d'être un hater pour faire ces constats. :bah:

Par

En réponse à Aznog

Chaque jour, Renault a perdu 22 millions d'euros ... qui seront épongés par la dette publique donc nos impôts donc notre pognon.

Renault devrait rebadger ses Sandero / Duster, garder la Zoe et ne vendre que ca dans la gamme VL.

Suffit de regarder la gamme pléthorique du constructeur ... 80% de modèles qui sont au bord de la mort (Espace, Koleos, Talisman, Kadjar, Scenic, ...)

Ne t'inquiète que c'est largement comblé par les taxes sur les véhicules, les impôts sur la boite et ceux des salariés/sous-traitant etc.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire