Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Reportage : Au volant de pick-up dans les Alpes – le plaisir de la démesure

Dans Loisirs / Autres actu loisirs

Il y a un an, Caradisiac réalisait un comparatif géant afin de déterminer le meilleur pick-up du marché. Cette année, direction les Alpes pour prendre en main ces 4x4 à benne. Poids moyen des engins : deux tonnes. Ça transpire le bonhomme, mais le défi me plaît bien.

Les quatre pick-up traversent la vallée du Ferrand, zone désertique et ventée. La route est asphaltée mais abimée par les conditions climatiques extrêmes. Le dos souffre de la dureté des amortisseurs ! (Photo Baptiste Diet)
Les quatre pick-up traversent la vallée du Ferrand, zone désertique et ventée. La route est asphaltée mais abimée par les conditions climatiques extrêmes. Le dos souffre de la dureté des amortisseurs ! (Photo Baptiste Diet)

Après une bonne heure de route depuis Grenoble, quatre mastodontes nous attendent devant un des gigantesques chalets de l’Altiport. Entendons des chalets à 3 millions d’euros, dominant l’Alpe d’Huez, station alpine où les « Gold » remplacent les moutons. Le ton est donné pour jouer la carte de l’excentricité et de la démesure. Au programme : essayer sur route et en off-road un Ford Ranger Wildtrack, un Mitsubishi L200, un Toyota Hilux Invincible et un Volkswagen Amarok Aventura. Leur point commun : une double cabine et une boîte automatique, pour s’adresser non pas à des artisans mais aussi à des familles.

La route a exceptionnellement été ouverte pour cet essai en off-road. Objectif : traverser une zone totalement minérale aux chemins escarpés et serpentins. Le L200 ne démérite pas.(Photo Baptiste Diet)
La route a exceptionnellement été ouverte pour cet essai en off-road. Objectif : traverser une zone totalement minérale aux chemins escarpés et serpentins. Le L200 ne démérite pas.(Photo Baptiste Diet)

Pour rejoindre le lac de Chambon, une étendue de montagnes grandioses et vertigineuses défile à 1 900 mètres d’altitude. La route du Col de Sarenne est sinueuse. Et parsemée de nids-de-poule… Régulièrement érodée par les dures conditions climatiques, elle est fermée les ¾ du temps pour cause d’effondrement. À 60 km/h dans la L200, en conducteur, c’est un tape-cul. En passager arrière, c’est une essoreuse. Les paysages sont aussi secs que les amortisseurs de la Mitsubishi. À l’arrière, le plafond n’est qu’à 10 cm de ma tête et je compatis pour les personnes d’1,75 mètres qui attraperont assurément une scoliose carabinée. À force de sauter, la ceinture me broie le bassin et la poitrine. Impossible de lui donner du leste. J’ai le choix entre le bip insupportable de la ceinture non bouclée ou terminer asphyxiée. Par bonheur, sur l’asphalte non détérioré, la conduite est moins épique. Mais j’ai l’impression d’avoir des pédales chewing-gum et le passage des rapports (il n’y en a que 5 !) est houleux.

Sur route, l’Amarok remporte tous les suffrages : un V6 diesel, une boîte automatique à 8 rapports et un confort indéniable. (photo Baptiste Diet)
Sur route, l’Amarok remporte tous les suffrages : un V6 diesel, une boîte automatique à 8 rapports et un confort indéniable. (photo Baptiste Diet)

Changement de véhicule au lac de Chambon, dont les eaux bleues turquoise chatouillent des montagnes pelées. Un incendie s’est déclaré il y a quelques jours dans le tunnel reliant la Grave. Pas de route linéaire donc, il faut emprunter la route de secours, étroite et serpentine pour rejoindre le village. Nous prenons le Ranger. Qui aime le souffle du vent, les pépiements des oiseaux et le murmure des ruisseaux… passez votre chemin ! Là, ça sent le muscle, la testostérone, le hot dog et les Ray-ban qui glissent du nez sous la transpiration. Avec ses 200 chevaux et ses 5 cylindres, on joue aisément les cowboys, tout de même assistés de multiples aides à la conduite et d’un marchepied qui se déploie automatiquement, mais un peu lentement, à l’ouverture des portières. Exit les élongations de la cuisse lors de la descente… Sueur froide par contre sur la route quand un duel s’engage avec un camping car : avec une largeur de près d’1,86 mètres, il faut jouer du volant.

Pour atteindre le village de la Grave enserré de montagnes toujours enneigées, le Ranger a pâti de son « embonpoint ». Il faut vraiment avoir le compas dans l’œil quand on croise un autre gros véhicule sur route étroite. En off-road en revanche, il remporte la première place.
Pour atteindre le village de la Grave enserré de montagnes toujours enneigées, le Ranger a pâti de son « embonpoint ». Il faut vraiment avoir le compas dans l’œil quand on croise un autre gros véhicule sur route étroite. En off-road en revanche, il remporte la première place.

Une heure plus tard, et des auréoles sous les bras, me voici au volant de l’Amarok. Sa réputation pour être le meilleur sur route est-elle justifiée ? Avec son V6 et sa boîte automatique à 8 rapports, la conduite est agréable et souple sur l’asphalte pour rejoindre le charmant village de Besse-en-Oissans. On se sent comme dans un SUV un peu plus lourd et large. Et l’on ne joue pas à saute-moutons sur les dos d’âne. Dans les virages à épingle en revanche, pas évident de manœuvrer le pick-up le plus large (1,9 mètres) avec le rayon de braquage le moins bon (6,5). Gros bémol également pour le siège conducteur dont l’assise, trop longue, vient appuyer sous les mollets et gêne horriblement.

Dernier round avec l’Hilux. Je regrette immédiatement l’Amarok au passage des dos d’âne. Difficile aussi de traîner l’engin de 2,1 tonnes dans les montées. Le Japonais n’affiche qu’un 150 chevaux… Espérons que l’Invincible le soit un peu plus en off-road…

Habitation totalement isolée sur la route du Col de Sarenne, situé à 1 999 m. Les 150 ch de l’Hilux ont rendu l’ascension poussive.
Habitation totalement isolée sur la route du Col de Sarenne, situé à 1 999 m. Les 150 ch de l’Hilux ont rendu l’ascension poussive.

L’Hilux se rattrape indéniablement en tout-terrain ! Ce n’est certes pas un vrai Invincible (en comparaison du Ranger), mais il affronte vaillamment les épreuves. La neige est attendue dans trois jours, mais pour le moment, nous bénéficions d’un temps sec et ensoleillé.

Pour voir ce que ces pick-up ont dans le ventre, nous empruntons un chemin étroit et cabossé dans la sombre forêt des Gorges de Sarenne, nous testons une ascension musclée sur une pente de 37° parsemée de poussière de rocaille et de pierres pointues, puis nous traversons une route (ouverte pour l’occasion) sinuant au milieu d’éboulis, au cœur d’un paysage rougeoyant, entouré de ravins et de lacs cristallins. Altitude : 2 800 mètres. Atmosphère : martienne.

Après un passage par la forêt des Gorges de Sarenne, petite pause au Gua avant d’affronter en cortège une côte caillouteuse de 37°. (photo Baptiste Diet)
Après un passage par la forêt des Gorges de Sarenne, petite pause au Gua avant d’affronter en cortège une côte caillouteuse de 37°. (photo Baptiste Diet)

Les moteurs vrombissent, les avants piquent du nez dans les trous profonds, les arrières se soulèvent au passage d’un profond dévers. Un troupeau de moutons surgit. Obligés de s’arrêter et laisser passer… en pleine pente à 37° ! Pour descendre de la voiture, un mini escabeau ne serait pas de refus ! L’ascension reprend. Devant moi, l’Amarok patine. Les pneus s’emballent ; le moteur aussi. Le pick-up allemand démérite sacrément en off-road.

Arrêt obligatoire au passage d’un troupeau de moutons en pleine côte de 37°. L’Amarok peine à affronter ce chemin de pierres et de poussière.
Arrêt obligatoire au passage d’un troupeau de moutons en pleine côte de 37°. L’Amarok peine à affronter ce chemin de pierres et de poussière.

Impossible d’apercevoir les véhicules ni même le modelé du chemin. Le paysage se transforme en un épais nuage cotonneux. Une couche de poussière s’immisce dans l’habitacle recouvrant peu à peu le tableau de bord. Le dos est droit, les cervicales tirent, le corps se transforme en un pantin balancier. Une pensée pour l’énorme émission de CO2 que nous sommes en train de libérer pollue mon plaisir. Mais elle est vite éteinte en comparaison du bonheur à affronter des routes à périples et surtout à accéder à des lieux d’une splendeur inouïe.

Jusqu’à présent, les pick-up (retrouvez ici notre comparatif géant réalisé en 2017) étaient exemptés de malus écologique et de taxe sur les véhicules de société. Mais la semaine dernière, le gouvernement a voté la fin du cadeau fiscal pour les particuliers au 31 décembre. En 2017, la barre symbolique des 20 000 véhicules vendus a été franchie (contre 17 000 en 2016 et 14 000 en 2015). Sur les cinq dernières années, la croissance a été fulgurante : + 80 % ! Jamais autant de pick-up ne se sont écoulés en France. Mais 2019 marquera peut-être la fin de l’engouement pour ce véhicule à la douce saveur de plaisir coupable.

Notre montée en off-road s’achève au Dôme des petites Rousses, 2 810 m, après avoir traversés des plateaux lunaires et des lacs cristallins par des passages escarpés.
Notre montée en off-road s’achève au Dôme des petites Rousses, 2 810 m, après avoir traversés des plateaux lunaires et des lacs cristallins par des passages escarpés.

 

Portfolio (32 photos)

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (62)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Si j'ai bien compris, le meilleur des 4 - en tout cas le meilleur compromis route/ offroad- est le Ranger??

Par

Même dans des endroits aussi beau et clean faut que ça aille y polluer avec des pickup gazout powered au rejets énormes.

King of the world !!! :pfff:

En gros mis a part une route (et encore...) une Panda 4x4 ou un Jimny les eclate ces obèses de la route.

Par

Chouette idée que d'aller pourrir les secteurs géographiques à peu prêt préservés. Et puis, ce n'est pas comme si la pollution avait une légère tendance à stagner dans les vallées.

Par Profil supprimé

Suffit d'aller en montagne et de voir ce que conduisent les autochtones pour savoir quel véhicule acheter ...

Faut du grip et de la puissance car les côtes sont ardues et quand on est obligé de les prendre quotidiennement, on évite d'acheter un poumon qui va se trainer dès que ça monte un peu.

L'Amarok sera réservé au faux baroudeur des villes qui enchainera plus de km sur un autoroute qu'en montagne.

Dans la catégorie "pick up", on croise effectivement pas mal de Ranger.

Par

Ranger, Navara, Hilux, etc... = démesure ? pourtant ce sont des enfants de coeur à côté de leurs grands frères (F-150, Titan, Tundra).

Par

Ce commentaire est pour est pour les pollueurs en gros pick-up qui se la pète dans leurs engins !

Et sinon en VTT vous avez essayé ?

Par

On retiendra que le pick up du Kube est mauvais en tout terrain, bref c'est une benne pour la ville... Avec un V6 !

Total Koherence...

Par

byzarement pas de renault alaskan; vous savez le navarra avec moteur de raffic renault!!

vous avez eu peur de le tester?

ou renault pas trés courageux n'a pas voulu vous en fournir un?

sinon c'est vrai pour la haute montagne ce sera le ranger..

pour la vallée.. l'amarock..

quoique l'amarock sait aussi bien se défendre en tt!!!

Par

et le RENAULT bien sûr vous l'ignorez encore c'est pitoyable

Par

Ces paysages... Exactement ce qu'il me faut :love:

Sinon, encore un bon article signé Eve. Des Amarok y en a un paquet par chez moi, tous comme les Ranger d'ailleurs, mais aucun ne semble quitter le bitume.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire