Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    
Publi info

Reportage - La Californie sous couvre-feu de recharge électrique

Pour tenter d'empècher un possible black-out électrique, l'État de Californie a demandé à ses concitoyens de ne plus recharger leurs voitures électriques entre 16h et 21h et de ne pas climatiser les habitations et les commerces au-delà de 25 degrés. Des consignes bien suivies ? À l'occasion d'un voyage sur la côte Ouest, nous avons vérifié.

Le supercharger, et le Tesla store de Santa Barbara, où les consignes sont respectées entre 16h et 21h.
Le supercharger, et le Tesla store de Santa Barbara, où les consignes sont respectées entre 16h et 21h.

Il est 16h30 et Il fait chaud, très chaud, à Santa Monica, dans la banlieue chic de Los Angeles. Le thermomètre affiche 36 degrés. "Et encore, il y a deux jours, on dépassait les 109". Tom parle en Fahrenheit, évidemment, ce qui équivaut à nos 43 degrés Celsius. En cet après-midi du 9 septembre, voilà plus d'une semaine que la recommandation du gouverneur de Californie est en vigueur. Et au volant de sa Tesla Model 3, Tom la respecte scrupuleusement. "Ce n’est pas très compliqué je vais au Supercharger le matin et pas tous les jours, au moins il fait frais. Mais c'est vrai qu'il y a beaucoup plus de monde qu'avant. Ça veut dire que les gens respectent la consigne".

Reportage - La Californie sous couvre-feu de recharge électrique

Reportage - La Californie sous couvre-feu de recharge électrique

 

La recommandation du gouverneur est loin d'avoir semé le chaos dans l'État le plus riche des États-Unis, le plus pourvu en voitures électriques aussi, et le fief de Tesla. Mais ceux qui s'imaginent que les rues de San Francisco ou de LA sont silencieuses à cause de la multitude de VE en seront pour leurs frais et ceux de leurs oreilles : ils ne représentent que 5 % d'un parc estimé à 14 millions d'autos. Pour autant, à Santa Monica, comme à Santa Barbara ou dans le centre de Los Angeles, les Tesla Model 3 ou S sont nombreuses, et elles sont en train d'être concurrencées par des Kia EV 6, de plus en plus visibles dans l'épaisse circulation de la cité des Anges. Une circulation qui, jusqu'il y a quelques années, laissais dans son sillage une épaisse couche de pollution. William s'en souvient. "C'était un épais nuage rose qui recouvrait la ville".

L'essence trop chère et la pollution à LA pousse les Californiens vers l'électrique

La situation c'est un peu améliorée. Mais il n'en démord pas. S'il conduit actuellement un énorme SUV Lincoln Navigator, Bill sait déjà que sa prochaine auto sera électrique. En raison de cette pollution ? "Pas seulement, à cause du prix de l'essence aussi". Le gallon, l'équivalent de 3,8 litres, a atteint 7 dollars au printemps, et même s'il est redescendu à 5,50 dollars, il juge le coût excessif. Une somme qui atteint 1,50 euro au litre et qu'en France, on juge aujourd'hui raisonnable.

Pas ici, car les voitures américaines ne sont pas, dans leur majorité, des 3 cylindres downsizés. Les pick-up V6 et V8 prolifèrent. Et même si la Lincoln de William possède un V6 Ford Ecoboost, "elle consomme près de 4 gallons aux 50 milles", soit près de 15 l / 100 km. De quoi réfléchir et envisager un passage à l'électrique, d'autant que l'État de l'Ouest va interdire la vente de thermiques (sauf les hybrides rechargeables) dès 2035, pas très éloignée de la politique européenne.

Santa Monica, ses villas colorées et ses voitures pas du tout downsizées.
Santa Monica, ses villas colorées et ses voitures pas du tout downsizées.

Lui, comme tous les Californiens reçoivent chaque jour sur leur téléphone une notification gouvernementale leur recommandant, sans les y obliger, à ne pas charger leur auto à watts entre 16h et 21h, pour éviter la surcharge du réseau, et une éventuelle coupure, comme ce fut le cas en 2020. Des problèmes qui ne sont pas seulement liés à l'utilisation des bornes de recharge, mais aussi aux climatiseurs domestiques, qui tournent à plein régime en cette période de canicule. Et Gavin Newsom, le gouverneur démocrate de l'État recommande de ne pas régler les clims, généralisées dans toutes les maisons et tous les lieux publics, au-deçà de 77 degrés Fahrenheit, soit 25 de nos degrés.

Abonnez-vous à la newsletter de Caradisiac

Recevez toute l’actualité automobile

L’adresse email, renseignée dans ce formulaire, est traitée par GROUPE LA CENTRALE en qualité de responsable de traitement.

Cette donnée est utilisée pour vous adresser des informations sur nos offres, actualités et évènements (newsletters, alertes, invitations et autres publications).

Si vous l’avez accepté, cette donnée sera transmise à nos partenaires, en tant que responsables de traitement, pour vous permettre de recevoir leur communication par voie électronique.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement de ces données, d’un droit de limitation du traitement, d’un droit d’opposition, du droit à la portabilité de vos données et du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle (en France, la CNIL). Vous pouvez également retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données : www.caradisiac.com/general/confidentialite/

Un conseil qui ne semble pas du tout suivi par les Californiens, du moins dans les restaurants, magasins et hôtels ou nous avons pu nous rendre. Il y fait froid, très froid. Une sensation évidemment exagérée lorsque l'on vient de l'extérieur surchauffé. Pour autant, aucune commande de clim n'affichait moins de 68 degrés. Les automobilistes de la West Coast seraient-ils plus raisonnables que les commerçants ?

SPONSORISE

Actualité Tesla

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire