Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Route de nuit - Mémoires de cascadeur

Dans Loisirs / Cinéma

Dans « Doublure », le cascadeur Jean-Claude Lagniez retrace un parcours mené à fond la caisse, aussi bien sur les circuits automobiles que sur les plateaux de tournage. Une vie de roman, aux côtés des plus grands nom du cinéma mondial.

De Matt Damon, à Dany Boon en passant par Jackie Chan ou Michael Schumacher: de belles rencontres au fil de 1800 tournages.
De Matt Damon, à Dany Boon en passant par Jackie Chan ou Michael Schumacher: de belles rencontres au fil de 1800 tournages.

La fête des pères approche, et avec elle la recherche de bonnes idées cadeaux. En voici une que nous vous recommandons chaudement. Au fil des 240 pages de « Doublure », autobiographie tout récemment publiée, le cascadeur Jean-Claude Lagniez retrace une carrière durant laquelle il aura participé à 1 800 films, cassé environ 3 000 voitures, provoqué plus de 2 500 accidents, réalisé une cinquantaine de sauts, dont le plus haut à 20 mètres et le plus long de 50 mètres, et lui aura fait côtoyer tous les grands noms du cinéma mondial.

Son CV comprend des participations à des films aussi variés que Dangereusement vôtre, La mémoire dans la peau, Ronin, Les petits mouchoirs (pour lequel il a notamment réglé l’accident de scooter de Jean Dujardin) Joyeuses Pâques (avec le grand Jean-Paul Belmondo), Espions amateurs (avec Jackie Chan) ou bien encore Astérix aux Jeux Olympiques (la course de chars, avec Michael Schumacher). Liste non exhaustive, loin s’en faut.

En 2003, Ciné Cascade, la société de Jean-Claude Lagniez, se verra remettre par les Américains un Taurus World Stunt Award (l’équivalent d’un Oscar dans sa profession) pour la performance de ses équipes dans La mémoire dans la peau, avec notamment cette course folle en Mini dans Paris. Lagniez pose ici avec Matt Damon, le héros du film, à l'occasion de retrouvailles quelques années plus tard.
En 2003, Ciné Cascade, la société de Jean-Claude Lagniez, se verra remettre par les Américains un Taurus World Stunt Award (l’équivalent d’un Oscar dans sa profession) pour la performance de ses équipes dans La mémoire dans la peau, avec notamment cette course folle en Mini dans Paris. Lagniez pose ici avec Matt Damon, le héros du film, à l'occasion de retrouvailles quelques années plus tard.

Impossible ici de retracer tous les exploits (pour cela, nous vous renvoyons à la lecture du livre), mais nous évoquerons simplement l’une de ses cascades les plus connues, réalisées en 1985 pour Dangereusement vôtre, le James Bond sorti en 1985.

Dans la peau de Roger Moore sur le tournage de Dangereusement vôtre, avec la Renault11 qui finit coupée en deux.
Dans la peau de Roger Moore sur le tournage de Dangereusement vôtre, avec la Renault11 qui finit coupée en deux.

C’est lui qui effectue la plus grande partie des cascades de la fameuse Renault 11 bleue, et il nous détaille la façon dont a été préparée la scène, glissant çà et là quelques « trucs », notamment quand il s’agit de rouler en sens inverse du trafic : « nous demandons à tous les autres pilotes, au volant des autres voitures, de ne pas bouger de leur trajectoire, de respecter un certain rythme, sans jamais s’occuper de moi. C’est moi qui dois les éviter, c’est moi qui m’adapte à eux, pas le contraire sinon c’est ingérable. C’est mon métier que de savoir passer entre les voitures. »

L’homme, qui a longtemps cultivé une ressemblance avec Gérard Depardieu, est aussi et surtout un pilote émérite qui a notamment remporté les 24 heures du Mans en 1997 en catégorie GT2. « Cette victoire aura un impact inattendu sur ma carrière de cascadeur », déclare-t-il
L’homme, qui a longtemps cultivé une ressemblance avec Gérard Depardieu, est aussi et surtout un pilote émérite qui a notamment remporté les 24 heures du Mans en 1997 en catégorie GT2. « Cette victoire aura un impact inattendu sur ma carrière de cascadeur », déclare-t-il

Evoquant Ronin, le film de John Frankenheimer sorti en 1998, Lagniez détaille notamment comment il a réglé la poursuite sur les quais de Seine, qu’il considère en quelque sorte comme son chef d’œuvre. 200 voitures impliquées, une allure de 80 km/h pour les « figurantes », et 120 km/h pour les deux voitures lancées à contre-sens.

En tout, 15 minutes de grand spectacle réalisé sans effets spéciaux. « Tout ce que vous avez vu dans Ronin est réel : la course-poursuite à contre-sens sur l’autoroute à vitesse élevée, les tonneaux dans le tunnel du Châtelet, le gymkhana sur le pont du Garigliano, la voltige sur la corniche de Nice, les explosions… tout est tourné dans les conditions du réel. Sans effets spéciaux, sans images montées ou accélérées. », explique le cascadeur.

En somme, tout l’inverse de ce que peut proposer la saga Fast&Furious au sujet de laquelle Lagniez se montre tranchant : « ça ne m’intéresse pas, c’est bidonné », commente notre expert de la cascade « bio » et bien de chez nous, qui a su séduire les plus grands studios américains.

 

Route de nuit - Mémoires de cascadeur

Doublure, ma vie de cascadeur et de pilote de cinéma par Jean-Claude Lagniez (avec Carole Capitaine), éd. Solar, 240 pages, 17,90 €

Photos (6)

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire