Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac 20 ans    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

2. Sur route : à l'aise partout

Essai - Subaru XV (2018) : le SUV différent

C’est surtout à la conduite que le XV se démarque de la concurrence. Contrairement à ses concurrents traditionnels que sont le Nissan Qashqaï ou le Volkswagen Tiguan, le japonais propose de vraies aptitudes en tout-terrain. Principalement grâce à son excellente et performante transmission intégrale qui l’emmène absolument partout. Neige, glace, ornière, croisement de pont, passage de gué, il s’acquitte des contraintes extrêmes à la manière d’un vrai baroudeur de type Wrangler ou Defender. Sa seule limite ? Ses angles d’attaque, ventraux et de fuite, moins importants que ceux d’un 4x4 pur et dur.

Le système de contrôle de la transmission dose parfaitement le couple sur les roues qui ont le plus de grip pour apporter davantage de motricité. Ainsi, le XV, s’il est chaussé des pneumatiques adéquates, s’adapte à toutes les conditions telles que la boue bien grasse, la neige ou les routes gelées. L’aide à la conduite X-Mode est opérationnelle sous les 40 km/h. Elle cible son action sur les freins, la gestion de la boîte et celle du moteur. Lorsqu’une embûche se présente, il suffit d’enclencher ce mode et le XV s’occupe de tout. 

Essai - Subaru XV (2018) : le SUV différent

Sur route, le japonais progresse également. Le châssis inédit plus rigide de 70%, améliore le comportement routier et notamment la maîtrise du roulis grâce à un nouvel emplacement des barres stabilisatrices. Le XV n’en devient pas pour autant une référence sur l’asphalte, notamment avec cette direction qui manque de précision et de ressenti, mais son amortissement nous a particulièrement convaincus. Le calibrage plutôt souple permet au XV d’encaisser les gros chocs sans que jamais le conducteur ne se doute de quelque chose et garantir ainsi un excellent niveau de confort. Un confort aussi physique qu’auditif puisque l’insonorisation aussi a subi quelques améliorations. En prime d’être polyvalent, le XV est un excellent voyageur. 

Notre test sur les routes enneigées de Lettonie nous a permis d’apprécier l’expérience de conduite aux manettes d’un « Boxer ». Le 4 cylindres à plat, essayé ici dans sa version 2.0 156 ch, présente un agrément et un punch certains pour fournir au XV toutes les ressources nécessaires. Malheureusement, pour exploiter ces ressources, il faudra impérativement passer par une boîte CVT dénommée Lineartronic qui n’aime vraiment pas être chahutée. L’expérience « Boxer » est aussi d’ordre financier puisque cette version, en sus de subir un malus de plus de 3 000 € en France affiche un appétit à la pompe prononcé qui tourne aux environs de 9 l/100 km de moyenne.  

Portfolio (17 photos)

En savoir plus sur : Subaru Xv 2

SPONSORISE

Essais 4X4 - SUV - Crossover

Fiches fiabilité 4X4 - SUV - Crossover

Toute l'actualité

Commentaires (123)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

ils ont un ( très ) bon 2l turbo , dommage

Par

4m46 et un coffre de 380L, c'est une blague ?

Les voitures japonaises sont malheureusement souvent limite de ce coté, les japonais ne partant pas en vacances en voiture avec armes et bagage à l'autre bout du pays, les coffres sont faits pour les besoins quotidiens, pas plus.

Par

Les prix du 1.6 sont plutôt compétitifs, même avec le malus. Il y a la BVA et l'AWD de série. L'intérieur semble enfin au niveau, ça c'est bien. Bon après, le style est toujours douteux, et surtout, plus personne n'achète de 4x4 généraliste en France, particulièrement quand ils sont Essence CVT. Donc ...

Par

"La boite CVT, lente en passage de rapports"

Sans déconner, on est presque en 2018...il y a au mieux des positions de pignons simulant des rapports quand on passe la boîte en M sur les Lienartronic, surtout pour forcer du frein moteur plus que pour jouer à Vatanen, mais en D, c'est de la pure CVT sans autre chose qu'une montée linéaire...Il y a bien un jour où ça sera pigé qu'une CVT n'est pas une boîte avec des "rapports".

Nos voisins helvètes seront certainement ravis de pouvoir mettre la main sur le XV. Pour une fois qu'un SUV compact n'a pas que le plumage et n'existe même pas en version "baroudeur des parkings"...

Reste que la version hybride manque cruellement au catalogue en Europe. Subaru la joue Honda sur ce coup là et c'est vraiment dommage...

Par

En réponse à GlobalGuillaume

4m46 et un coffre de 380L, c'est une blague ?

Les voitures japonaises sont malheureusement souvent limite de ce coté, les japonais ne partant pas en vacances en voiture avec armes et bagage à l'autre bout du pays, les coffres sont faits pour les besoins quotidiens, pas plus.

Faut voir l'habitabilité à coté. Et puis dans le cas du Sub', le 4WD est peut-être encombrant car efficace.

Par

On lit souvent que les boites CVT n'ont pas de rapports. C'est à la fois vrai et faux pour certaines boîtes, peut-être même pour la plupart des boîtes CVT actuelles. Sur ces boîtes toujours appelées CVT, la transmission est théoriquement à variation continue mais... en pratique, elle ne varie pas de manière continue. Le variateur utilise une série de paliers ou de ratios de démultiplication préfixés.

C'est le cas notamment des CVT Xtronic de Nissan (un des premiers à l'utiliser) qui comportent également un mode manuel de changement de "palier". On a alors la simplicité d'une boîte CVT classique et un bien meilleur agrément qu'avec une CVT classique.

D'ailleurs, depuis que ce type de CVT existe (ça fait maintenant une dizaine d'années !), je suppose que beaucoup de CVT fonctionnent de cette manière. Mais pas toutes encore.

D'où une certaine confusion du public qui pense que toutes les CVT sont les mêmes, faisant hurler leur petit moteur à la moindre accélération. Les constructeurs devraient davantage communiquer sur ce point.

Par

En réponse à EllePe

On lit souvent que les boites CVT n'ont pas de rapports. C'est à la fois vrai et faux pour certaines boîtes, peut-être même pour la plupart des boîtes CVT actuelles. Sur ces boîtes toujours appelées CVT, la transmission est théoriquement à variation continue mais... en pratique, elle ne varie pas de manière continue. Le variateur utilise une série de paliers ou de ratios de démultiplication préfixés.

C'est le cas notamment des CVT Xtronic de Nissan (un des premiers à l'utiliser) qui comportent également un mode manuel de changement de "palier". On a alors la simplicité d'une boîte CVT classique et un bien meilleur agrément qu'avec une CVT classique.

D'ailleurs, depuis que ce type de CVT existe (ça fait maintenant une dizaine d'années !), je suppose que beaucoup de CVT fonctionnent de cette manière. Mais pas toutes encore.

D'où une certaine confusion du public qui pense que toutes les CVT sont les mêmes, faisant hurler leur petit moteur à la moindre accélération. Les constructeurs devraient davantage communiquer sur ce point.

oui, il y a des CVT à palier pour faire plaisir aux clients etl eur faire croire qu'ils ont une DSG.

mais une vraie CVT qui fait hurler le moteur est bien plus efficace qu'un moteur qui grimpe dans les tours au fur et à mesure (puisque le moteur tourne à sa Pmax et c'est la boite qui ajuste la demultiplication)

Par

Par exemple, cette Subaru a 7 "paliers" dans sa CVT. Et on dit alors qu'elle a 7 rapports, ce qui n'est pas vraiment faux.

Evidemment, il y a un peu de patinage dans certaines conditions et le passage automatique des "rapports" peut s'avérer malencontreux ou pas très judicieux, comme avec une boîte automatique traditionnelle. Mais tout cela évolue avec les années. Pour chaque type de boîte, il y a des avantages et des inconvénients selon l'utilisation ou les goûts des conducteurs.

Par

En réponse à GlobalGuillaume

oui, il y a des CVT à palier pour faire plaisir aux clients etl eur faire croire qu'ils ont une DSG.

mais une vraie CVT qui fait hurler le moteur est bien plus efficace qu'un moteur qui grimpe dans les tours au fur et à mesure (puisque le moteur tourne à sa Pmax et c'est la boite qui ajuste la demultiplication)

Le but n'est pas de faire croire aux clients qu'ils ont une boîte DSG. Aux USA et tous les marchés friands de boîtes auto, les clients ne savent pas ce qu'est une DSG. Ils veulent juste une boîte auto la meilleure et la plus simple possible. Et pas trop de bruit. Car les autos avec CVT avec "rapports" sont beaucoup plus silencieuses que les autos avec CVT dites classiques qui sont vraisemblablement en voie d'extinction.

Et les boîtes CVT "classiques" ne sont pas si efficaces que cela puisqu'il y a un fort patinage dû justement à la puissance du moteur qui s'exprime toujours trop tôt. Du coup, ces anciennes boîtes n'ont absolument aucun avantage sauf pour les petites citadines pour lesquelles le moindre coût est primordial.

Par

Waw, le mélange Opel/Ford :blague:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire