Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Voiture volante : un début de législation en Europe

La voiture autonome semble vouloir aller plus vite que la législation, mais c'est encore pire pour la voiture volante, qui ne rentre dans aucun cadre. Une première étape vient toutefois d'être franchie avec les prémices d'un cadre législatif voté par l'agence européenne de sécurité aérienne.

Voiture volante : un début de législation en Europe

Il n'est pas rare que la technologie et les industriels aillent vite, trop vite pour les décisionnaires de tous bords et pour la loi, parfois inexistante. Si le cadre législatif de la voiture autonome a encore du chemin à faire avant d'être aussi complet que celui de la voiture traditionnelle, le constat est bien pire pour la voiture volante : comment la faire voler ? Quels engins autoriser ? Qui doit être responsable en cas de problème ?

Autant de questions qui n'ont pas de réponse, mais l'EASA (agence européenne de sécurité aérienne) en apporte quelques-unes. Le but est de commencer à dessiner les contours de la loi pour les appareils "hybrides ou électriques à décollage vertical". Notez bien que l'EASA a choisi de ne retenir que les appareils électrifiés ! 

Les ingénieurs et concepteurs travaillant dans des sociétés qui misent sur la voiture volante vont enfin savoir sur quel pied danser. Les véhicules en questions ne devront pas comporter plus de 9 places et peser plus de 3175 kg. Deux catégories seront ensuite déclinées : la première pour le transport personnel, et la seconde pour les "taxis volants", qui ne seront autorisés à voler qu'au-dessus des villes, pour du transport urbain. Un uniforme commun à tous les "pilotes" et le cumul des heures de vol, comme pour un avion, sont également à l'étude.

 

 

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (12)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Aucun avenir à moyen terme pour cela. Peut être le siècle prochain

Par

Ça n'existera jamais.

Quand on voit ce dont sont capables certains sur terre et des chaussées protégées, balisées... alors dans les airs, il faudrait pas 20h de cours de conduite ni un code bébête mais 3 ans d'études à l'ENAC.

Imaginez l'autre cruche qui a mis une Lambo dans une piscine à cause de ses talons, imaginez là se vautrer sur vous bien tranquille à faire des brasses dans une piscine.

On voit bien que si un modèle existe ce ne sera pas pour tout le monde.

Imaginez un gilet jaune survoler l'Élysée avec sa voiture volante pour voir si Manu n'y est pas...

Par

Pas grand chose comme info, sauf que le moteur thermique n'est pas envisagé pour éviter un foisonnement de choix farfelus. Le moteur thermique pour machine volante est quelque chose de bien réglementé et l'évolution reste lente et très coûteuse.

Ensuite, voler en électrique au dessus des villes avec un machin qui tombe en vrac dès qu'il y a une panne n'a pas grand avenir, il n'y a pas de bande d'arrêt d'urgence et le retour sur terre est obligatoire, seul le décollage est une option.

.

Par

En réponse à CruchotCars

Ça n'existera jamais.

Quand on voit ce dont sont capables certains sur terre et des chaussées protégées, balisées... alors dans les airs, il faudrait pas 20h de cours de conduite ni un code bébête mais 3 ans d'études à l'ENAC.

Imaginez l'autre cruche qui a mis une Lambo dans une piscine à cause de ses talons, imaginez là se vautrer sur vous bien tranquille à faire des brasses dans une piscine.

On voit bien que si un modèle existe ce ne sera pas pour tout le monde.

Imaginez un gilet jaune survoler l'Élysée avec sa voiture volante pour voir si Manu n'y est pas...

Ces véhicules volants seront forcément autonomes...

Ça me parait plus qu'évident. :bah:

Par

En réponse à mekinsy

Ces véhicules volants seront forcément autonomes...

Ça me parait plus qu'évident. :bah:

Cette évidence rejoins alors la maxime bien connue du «ÇA VOLERA JAMAIS».

Le coût de développement d'une chose pareille pour obtenir le droit de survoler les villes (en plus) est exorbitant et les limitations techniques en font un objet totalement inutile.

En plus, le dessin d'illustration est incapable du moindre saut de puce.

Par

En réponse à LePassionné

Aucun avenir à moyen terme pour cela. Peut être le siècle prochain

Et surtout pourquoi faire c'est déjà assez le bordel sur terre pas besoin de le mettre en l'air puis l'homme n'est pas un volatile il est fait pour garder les pieds sur terre pas pour voler

Par

En réponse à Marv.

Et surtout pourquoi faire c'est déjà assez le bordel sur terre pas besoin de le mettre en l'air puis l'homme n'est pas un volatile il est fait pour garder les pieds sur terre pas pour voler

Le rêve d'Icare Et regarder comment la campagne est bien peignée reste un régal.

Par

A l'heure où l'on commence à nous expliquer que prendre l'avion est une mauvaise chose pour la planète, comment croire que le gouvernement donnerait son aval pour des voitures volantes, qui seraient assurément utilisées essentiellement par les classes aisées ? :bah:

En plus, vu la consommation d'un Cessna, on imagine bien celle d'une voiture volante, bien plus élevée que pour rouler. :bah:

En revanche, ça pourrait avoir du sens dans le cadre d'ambulances volantes.

Par

En réponse à mynameisfedo

A l'heure où l'on commence à nous expliquer que prendre l'avion est une mauvaise chose pour la planète, comment croire que le gouvernement donnerait son aval pour des voitures volantes, qui seraient assurément utilisées essentiellement par les classes aisées ? :bah:

En plus, vu la consommation d'un Cessna, on imagine bien celle d'une voiture volante, bien plus élevée que pour rouler. :bah:

En revanche, ça pourrait avoir du sens dans le cadre d'ambulances volantes.

Batteries plus puissantes et plus legeres = drone de transport plutot que voiture volante...

Mais ça restera la meme legislation que n importe quel objet volant = licence de vol...

Par

En réponse à mdb92

Batteries plus puissantes et plus legeres = drone de transport plutot que voiture volante...

Mais ça restera la meme legislation que n importe quel objet volant = licence de vol...

et interdiction de vol de nombreuses parties du territoire, à commencer par l'île de france, interdite de survol pratiquement au niveau de la francilienne.

c'est en montant à bord d'un Cessna avec un ancien collègue pilote que je l'ai su.

il m'expliquait par ailleurs qu'il fallait presque un permis pour chaque modèle d'avion.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire