Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Voitures connectées: les utilisateurs sont déjà dépassés!

Les voitures connectées peuvent rendre d'immense services à qui sait véritablement s'en servir. Seulement voilà, une étude montre que 4 conducteurs sur 10 ignorent encore tout des fonctionnalités de leur véhicule...

En matière de connectivité, les voitures en offrent bien plus que ce que leurs acheteurs semblent à même d'utiliser réellement. Or, les technologies et possibilités offertes vont évoluer encore très vite dans les années à venir. Trop vite?
En matière de connectivité, les voitures en offrent bien plus que ce que leurs acheteurs semblent à même d'utiliser réellement. Or, les technologies et possibilités offertes vont évoluer encore très vite dans les années à venir. Trop vite?

Trop compliquées, nos chères voitures ? Les résultats d’une étude réalisée à l’échelle européenne en partenariat par TNS Sofres et Bearing Point semblent accréditer l’hypothèse qu’en matière de technologie embarquée, le mieux est souvent l’ennemi du bien.

Ainsi, les instituts observent que « 4 conducteurs de voitures connectées sur 10 ignorent encore tout des fonctionnalités de leur véhicule ». Paradoxalement, l’étude révèle que dans le même temps, 59% des conducteurs interrogés ont été influencés par la présence desdits équipements high-tech. Mais par la suite, une forme de « black out » semble s’installer dans les habitacles, la faute en incombant généralement à une absence d’explications suffisamment claires fournies par les vendeurs. L’étude fait ainsi valoir « que lors des passages des acheteurs en concession ou de leurs rencontres avec un vendeur  dans 38% des cas, (33% en France) il n’y a eu aucune démonstration des fonctionnalités connectées. De plus,  dans 25 % des cas (20 % en France), les acheteurs ont manqué d’explications et d’informations sur ces fonctionnalités ». Le fait est que ce sont souvent des conducteurs assez âgés - 55 ans en moyenne en France - qui achètent des voitures neuves : il est donc probable qu’une forte proportion de ces clients ne soient pas toujours très à l’aise avec les accessoires high-tech qui leur sont proposés (voire imposés).

Certaines fonctionnalités apparaissent toutefois plus importantes que d’autres : alors que celles qui concernent sécurité et navigation recueillent 62% des suffrages, « l’accès aux services multimédia n’est jugé comme un avantage que par 40% des conducteurs ».

Face à la complexité de certains appareils, les automobilistes préfèrent se tenir aux fonctionnalités de base, en l’occurrence l’infotainment (55% des automobilistes interrogés), à quasi-égalité avec la navigation (53%). Des résultats qui tombent à 20% pour les équipements de confort (ordinateur de bord, commandes au volant…), 19% pour les assistances à la conduite et même 11% pour ce qui concerne l’entretien du véhicule ou l’assistance en cas de panne.

Karen Tartour, Directrice du pôle Automobile TNS Sofres, résume les choses ainsi : « L’avenir de la voiture connectée n’est pas qu’une question d’innovation technologique entre les mains des ingénieurs. Les équipes marketing et les forces de ventes ont un rôle clé à jouer dès à présent. (…) La méconnaissance de ces équipements par les conducteurs représente déjà un manque à gagner certain pour les constructeurs. »

En attendant que les « digital natives » soient plus en mesure d’acheter des voitures neuves, et donc d'en mieux apprécier toutes les subtilités technologiques on verra encore prospérer dans les habitacles de ces boutons qui ne servent à rien. Et, hélas pour les constructeurs, même pas à gagner de l’argent…

 

 

SPONSORISE

Toute l'actualité

Dernières vidéos

Commentaires ()

Déposer un commentaire