Caradisiac® utilise des traceurs (cookies et autres) pour assurer votre confort de navigation, pour réaliser des statistiques de visites ainsi que pour vous proposer des services et des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. Pour plus d’informations et paramétrer vos traceurs : En savoir plus

Publi info
 

Voitures électriques: vers un Airbus de la batterie

Pour qui en douterait encore, la voiture électrique est bel et bien sur les rails d’un développement durable. Le 11 octobre, les autorités européennes recevront de grands acteurs de l’industrie en vue de la création d’un « Airbus de la batterie ».

Voitures électriques: vers un Airbus de la batterie

Bien malin qui saurait prédire la part que prendront les voitures électrifiées dans le marché automobile mondial. Selon le dernier rapport de l’Agence Internationale de l’Energie, celle-ci s’établit à plus de 2 millions aujourd’hui dans le monde et passerait entre 9 et… 20 millions de véhicules en 2020, puis entre 40 et 70 millions cinq ans plus tard. Des estimations qui varient donc du simple au double, et qui dépendront à la fois des progrès réalisés par les batteries et des politiques publiques mises en œuvre pour le développement de ces technologies.

C’est dans ce contexte que l’Union Européenne a invité, le mercredi 11 octobre prochain à Bruxelles, de grands acteurs de la filière automobile européenne, à la fois côté constructeurs et équipementiers, pour évoquer la place que pourrait prendre l’Europe sur le marché des batteries pour moteurs électriques et hybrides. Un marché aujourd’hui dominé par des entreprises asiatiques (Panasonic et Nec au Japon, LG et Samsung en Corée, BYD et CATL en Chine), qui assurent à elles seules 80% de l’offre, et dont les batteries lithium-ion restent moins onéreuses malgré les coûts d’importation.

« Maros Sefcovic [vice-président de la Commission européenne, NDLR] a invité des représentants de l'industrie automobile pour évoquer ce que doit faire l'Europe pour assurer une présence industrielle sur cette dernière étape de la valeur ajoutée. […] J'espère que la question d'un Airbus de la batterie viendra sur la table », a indiqué à Reuters un dirigeant de l’équipementier Umicore, spécialiste des matériaux pour la dépollution des véhicules et des composants pour batteries. Dans une interview accordée au quotidien allemand Suddeuteche Zeitung en septembre, Maros Sefcovic avait déclaré au sujet de la voiture électrique que les Etats-Unis et la Chine étaient en avance sur l’Europe, et avait déjà évoqué lui-même le besoin d’un Airbus des batteries : «Nous avons des moyens disponibles pour soutenir la recherche, l’infrastructure et le marché de manière général». Quelques jours plus tard, le même déclarait que « l’ambition de l’UE  est de créer une chaîne de valeur complète en Europe, qui inclut le recyclage » D’après Suddeuteche Zeitung , 2 milliards d’euros pourraient être utilisés  pour développer les batteries et les motorisations alternatives en Europe.

On ignore encore quels constructeurs seront présents à Bruxelles le 11 octobre, mais outre Umicore, Reuters évoque la présence de Volkswagen, Saft (qui appartient à Total) et Continental AG. En septembre, un porte-parole de Volkswagen avait résumé les choses ainsi : « c’est la bonne initiative au bon moment. »

Commentaires (34)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

le réveil top tard :bah:

pourtant Dieter et Carlos les avaient prévenus :oui:

Par

En septembre, un porte-parole de Volkswagen avait résumé les choses ainsi : « c’est la bonne initiative au bon moment. »

.

.

Pour lui peut etre, mais pour l'Europe c'est partir avec des années de retard.

Et je remarque qu'il faut que la commission européenne s'occupe du sujet pour que ca bouge.

Aucun des grand groupes automobiles européens ne peut faire ce que Tesla à fait seul ?

Par

En réponse à nous75

En septembre, un porte-parole de Volkswagen avait résumé les choses ainsi : « c’est la bonne initiative au bon moment. »

.

.

Pour lui peut etre, mais pour l'Europe c'est partir avec des années de retard.

Et je remarque qu'il faut que la commission européenne s'occupe du sujet pour que ca bouge.

Aucun des grand groupes automobiles européens ne peut faire ce que Tesla à fait seul ?

A la différence de Tesla, les autres constructeurs gagnent de l'argent et ne sont pas en mode levée de fonds continue.

Forcément ca impacte le rythme d'innovation ...

Par

En réponse à nous75

En septembre, un porte-parole de Volkswagen avait résumé les choses ainsi : « c’est la bonne initiative au bon moment. »

.

.

Pour lui peut etre, mais pour l'Europe c'est partir avec des années de retard.

Et je remarque qu'il faut que la commission européenne s'occupe du sujet pour que ca bouge.

Aucun des grand groupes automobiles européens ne peut faire ce que Tesla à fait seul ?

Parce que Tesla est dans une logique économique et que la commission est dans une logique de société. On verra bien qui va gagner :)

Par

En réponse à roc et gravillon

Commentaire supprimé.

moi j'aime bien celui là :oui:

Par

En réponse à nous75

En septembre, un porte-parole de Volkswagen avait résumé les choses ainsi : « c’est la bonne initiative au bon moment. »

.

.

Pour lui peut etre, mais pour l'Europe c'est partir avec des années de retard.

Et je remarque qu'il faut que la commission européenne s'occupe du sujet pour que ca bouge.

Aucun des grand groupes automobiles européens ne peut faire ce que Tesla à fait seul ?

Tesla n'est toujours pas rentable et aujourd'hui n'arrive pas a produire ses modèles 3.

Par

Si l'Europe ne s'accorde pas sur la naissance d' un consortium europeen pour fabriquer des batteries, alors qu'elle oublie son rôle.

Je crois que c'est quand même le rôle des politiques que d'anticiper les problèmes économiques et sociaux en aval afin d'inscrire un projet porteur sur le domaine d'activité traité.

Le stockage de l'électricité c'est un sujet actuel mais qui est déjà traité individuellement par les sociétés concernées depuis belle lurette. La réponse européenne c'est faire en sorte que les sociétés européennes ne travaillent pas toute dans leur coin en optant chacune pour une solution de stockage en Asie.

Si les entreprises européennes s'unissent elles trouveront de vraies solution en Europe . aujourd'hui pour de telles quantité de stockage électrique , il n'y a qu'en Chine que les constructeurs auto peuvent obtenir une réponse à leur commandes.

L'Europe doit créer des fabriques pour que les constructeurs européens puissent demander des devis en Europe prioritairement.

Par

Ils pourraient au moins inviter les sociétés européenne qui travaillent déjà dans le domaine... Enfin, on espère déjà qu'il n'y aura TOUS les constructeurs européen et pas uniquement VAG.

Dans tous les cas, l'Europe ne possède pas les matières première, donc même si les connaissances sont là, il suffirait de couper la source pour mettre l'EU dans l’embarras. Sans oublier que les US et l'Asie mettent toujours les moyens de leur ambitions. Donc si des ingénieurs Européen arrive développer une techno révolutionnaire, le gros chèque arrivera bien assez vite pour l’appâter hors Europe. Tout se répète ad vitam eternam, à voir si cette fois-ci l'Europe saura retenir ses ingénieurs.

Par

Elles auront beaux créer quoi que ce soit il faut pas oublié que les matières premières en masses ce sont les asiatiques qui les ont......donc bon un irbis européen de l'électrique sans matières premières lol

Par

En réponse à Lucifer93

Elles auront beaux créer quoi que ce soit il faut pas oublié que les matières premières en masses ce sont les asiatiques qui les ont......donc bon un irbis européen de l'électrique sans matières premières lol

oui effectivement , mais jusqu'à présent , les hydrocarbures consommés chez nous, ils viennent d'où ?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire