Publi info
 

Voitures-radar privatisées : 12 questions pour tout savoir

Dans Pratique / Radars

Voitures-radar privatisées : 12 questions pour tout savoir

Le projet date de fin 2015. Après une longue période pour définir les conditions, lancer l'appel d'offres et effectuer des tests, l'État vient de confier des voitures-radar à une société privée. Caradisiac vous dit tout ce qu'il faut savoir sur cette "externalisation".

  • C'est où ?

La privatisation débute en Normandie. L'État indique qu'un deuxième marché "sera lancé prochainement pour l'équipement d'une ou plusieurs régions". L'objectif est d'externaliser la conduite pour toute la France d'ici 2020.

  • Cela commence quand ?

La circulation en Normandie avec envoi des contraventions commencera le lundi 23 avril 2018. Depuis plusieurs semaines, des tests étaient menés, sans PV à la clé. Le calendrier est bien vu, puisque la privatisation a lieu à l'occasion des vacances de printemps et juste avant les week-ends prolongés de mai. La Normandie est une destination très prisée à cette époque. Cela se fait aussi quelques semaines avant l'abaissement de la limitation de vitesse sur les routes départementales…

  • Quelles sont les voitures ?

Ce matin, Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, a remis symboliquement les clés de cinq Peugeot 308. Au total, en Normandie, 26 voitures seront externalisées. Celles-ci restent toutefois la propriété de l'État. Ainsi, lorsqu'elles ne seront pas en service, elles seront stationnées sur des sites de police ou de gendarmerie. Les véhicules sont banalisés, rien ne permet de les distinguer.

  • Qui est au volant ?

C'est un employé de la société Mobiom, qui a été choisie en Normandie à l'issue d'un appel d'offres régional. Ce n'est donc pas un fonctionnaire. Et il sera seul dans le véhicule, alors que les forces de l'ordre fonctionnaient par équipe de deux.

  • Qui décide des routes surveillées ?

Ce ne sont pas les sociétés privées. C'est la délégation à la sécurité routière qui choisit les itinéraires que les véhicules doivent emprunter chaque jour. Il y a un nombre précis de kilomètres à faire.

Voitures-radar privatisées : 12 questions pour tout savoir
  • Qui règle la vitesse de contrôle en marche ?

Avant, un policier ou gendarme conduisait, l'autre gérait le réglage de la vitesse maxi autorisée dans la zone concernée. Cette fois, tout est automatique. La vitesse maxi autorisée est communiquée par le positionnement GPS, le conducteur ne peut y toucher. De plus, pour une information au plus juste, des caméras de lecture des panneaux de signalisation sont placées à l'avant et à l'arrière de l'auto.

Voitures-radar privatisées : 12 questions pour tout savoir
  • Quelle est la marge d'erreur ?

Le radar embarqué contrôle la vitesse des véhicules qui doublent et croisent la voiture-radar. Comme c'était déjà le cas, les marges techniques pour les appareils en déplacement sont doublées par rapport aux radars fixes. Sous 100 km/h, la marge est de 10 km/h. Par exemple, pour un conducteur contrôlé à 95 km/h, la vitesse retenue sera 85 km/h. Au-dessus de 100 km/h, elle est de 10 %. Un conducteur flashé à 124 km/h aura une vitesse retenue de 111 km/h.

  • Qui envoie les PV ?

Là encore, les sociétés privées ne sont pas concernées. Les avis de contravention sont traités comme ceux constatés par les radars fixes, c’est-à-dire par le centre national de traitement (CNT) de Rennes. Les infractions constatées par la voiture-radar sont envoyées directement à Rennes, le conducteur et ses supérieurs hiérarchiques ne peuvent intervenir dans l'opération.

Voitures-radar privatisées : 12 questions pour tout savoir
  • Y'a-t-il des quotas ?

Non, l'État le rappelle à plusieurs reprises dans le dossier de présentation : les sociétés privées ne sont pas rémunérées en fonction du nombre de flashs. Elles le sont au nombre de kilomètres parcourus. Aucune personne de la société privée, des conducteurs aux dirigeants, ne connaîtra le nombre de flashs. Celui-ci est d'ailleurs infrarouge, et n'est donc pas visible à l'œil nu.

  • Quel effet sur le nombre de PV ?

Forcément, ils vont exploser ! Pour l'instant, les véhicules avec radar embarqué circulaient en moyenne 1h30 par jour. Avec cette externalisation, cela passera de 6 à 8 heures par jour ! Selon certaines estimations, le nombre de PV dressés par ces voitures va passer de 2 à 12 millions par an !

  • Quels sont les garde-fous ?

Les couacs de la privatisation du contrôle du stationnement à Paris peuvent laisser craindre le pire. Mais l'État l'assure, tout est fait pour éviter les dérives. Déjà, le conducteur doit pour démarrer souffler dans un éthylotest. Ensuite, il a un parcours précis à suivre, notifié par le GPS. Avec celui-ci, le trajet est surveillé : heure, position, arrêts… Si le conducteur s'écarte de la route prévue, il est alerté et son supérieur est immédiatement prévenu. Le conducteur a l'obligation d'être dans le flot de circulation, évitant ainsi les stationnements prolongés. Des pénalités sont prévues si les consignes ne sont pas respectées. Si la voiture roule moins que prévu, la rémunération de l'État sera baissée. Si plus de kilomètres sont faits, la rémunération ne sera pas augmentée et une pénalité sera appliquée.

  • Qu'est ce que cela change pour les automobilistes ?

Concrètement, rien. Les voitures vont certes beaucoup plus rouler, ce qui multiplie la possibilité d'en croiser une. Mais elles existaient déjà, vous pouviez donc déjà les croiser à n'importe quel endroit et n'importe quel moment. Le principe de contrôle permanent reste le même. Et côté PV, pareil, puisque c'est le CNT qui gère. Pour le payer ou le contester, les démarches sont inchangées.

Au final, le rôle de la société privée est de recruter et rémunérer les conducteurs. Le patron va gérer leur emploi du temps pour répondre aux exigences de contrôle formulées par l'État. L'avantage pour ce dernier est de libérer des policiers et gendarmes, qui seront affectés à d'autres missions où il faut intercepter les automobilistes (alcool par exemple). Même si l'État se défend de vouloir faire de l'argent, la mesure va forcément remplir les caisses, le nombre de PV devant s'envoler.

Commentaires (59)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Rappel, si vous respectez la limitation de vitesse (et encore, la marge est généreuse), vous ne devriez en rien être impactés.

Bref, c'est un impôt volontaire. Merci à ceux qui vont se sacrifier pour financer ! :coucou:

Par

En réponse à beniot9888

Rappel, si vous respectez la limitation de vitesse (et encore, la marge est généreuse), vous ne devriez en rien être impactés.

Bref, c'est un impôt volontaire. Merci à ceux qui vont se sacrifier pour financer ! :coucou:

De rien :jap:

Par

4 ans que je n'ai pas eté impacter par cet impot. je pris pour ne pas l'être pour l'eternité. Mon dieu je respecte toutes les limitations.

Par

Si le conducteur est un peu joueur il roule à 65-70km/h, les gens vont le dépasser et ce faire flasher

Par

Fausse plaque et hop ! Sérieux, on paye des gens pour qu'ils nous mettent une amende si on balance à 100 au lieu de 90. Tu m'étonnes qu'il y a des attentats après..

Par

En réponse à Pauvre1

Fausse plaque et hop ! Sérieux, on paye des gens pour qu'ils nous mettent une amende si on balance à 100 au lieu de 90. Tu m'étonnes qu'il y a des attentats après..

C'est quoi le rapport?

Par

J'avais entendu dire qu'il n'y avait pas de verbalisation X00m après un changement de limitation. Genre pas de flash à 50 au niveau du paneau d'entrée de village, mais seulement 100 ou 200m après, le temps de ralentir raisonnablement.

Autre point délicat, si les 2 voies ne sont pas limitées à la même vitesse.

Par

En réponse à Pauvre1

Fausse plaque et hop ! Sérieux, on paye des gens pour qu'ils nous mettent une amende si on balance à 100 au lieu de 90. Tu m'étonnes qu'il y a des attentats après..

trop de pastis ?

Par

Ben c'est pas difficile, il sufftit de s'adapter en diminuant au maximum l'usage de la voiture, ce que j'ai commencé à faire d'ailleurs. Ma prochaine auto sera probablement une dacia, la moins chère possible, pour rouler à 80 km/h ca suffira largement.

Ca suffit pour moi, hors de question que je continue à balancer des dizaines de milliers d'euros dans des bagnole pour rouler le nez sur compteur en permanence...Dorénavant, l'Etat ira chercher sa TIPP et sa TVA ailleurs que sur mes bagnoles....:nanana:

Par

En réponse à beniot9888

Rappel, si vous respectez la limitation de vitesse (et encore, la marge est généreuse), vous ne devriez en rien être impactés.

Bref, c'est un impôt volontaire. Merci à ceux qui vont se sacrifier pour financer ! :coucou:

Vous parlez comme un livre.

Le 20 Mars, je reviens d’espagne et passe la frontière au Perthus.

Grande descente d’autoroute après l’ancien poste de frontière et le Boulou, limitée à 90km/h .

Limiteur de vitesse calée à 92km/h mais , léger emballement du à la pente et mon limiteur de vitesse n’agit pas sur les freins, ce que je fais après quelques secondes.....durant lesquelles j’ai été radarisé à 97km/h, 92 retenus, donc 1 point et 45€.

C’est à dire que j’avis du pendant quelques secondes êtr a un peu plus de 100 compteur sur une autoroute à 3 voies totalement dégagée.

Si on s’en tient aux grandes théories « y’ a qu’a....y’avaIt qu’a pas ! », je suis un chauffard en puissance.

Moi je dis que là, le radar , plus qu’un impôt supplémentaire, n’est qu’une pompe à fric.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire