Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

171 scientifiques mondiaux écrivent à l'UE sur les bénéfices "surestimés" de la voiture électrique

171 scientifiques mondiaux écrivent à l'UE sur les bénéfices "surestimés" de la voiture électrique

Une lettre ouverte à la Commission européenne, écrite par 171 scientifiques du monde entier, démontrerait que les calculs de l'UE sur les avantages environnementaux de la voiture électrique sont erronés si l'on prend en compte la production d'électricité.

C'est un document foisonnant de calculs mathématiques poussés, qui amène à une conclusion : les calculs faits par l'UE sur les bénéfices environnementaux de la voiture électrique sont erronés, et trop optimistes. Ils ne tiendraient en effet pas compte d'une donnée essentielle, à savoir la production d'électricité, le fameux "mix", ce mélange de diverses sources (nucléaire, renouvelable, fossile...). Selon les calculs réalisés par ces scientifiques du monde entier, les "émissions de CO2 seront deux fois plus élevées en 2030 que les prévisions de Bruxelles".

L'étude se base notamment sur la part encore non négligeable de charbon et de produits fossiles dans la production d'électricité en Europe. Depuis l'accident de Fukushima, les Allemands n'ont eu de cesse de fermer des sites nucléaires : l'équivalent de près de 15 GW de production nucléaire ont été supprimés en 10 ans. Le renouvelable a certes progressé, mais la part du gaz et du charbon combinée, aussi. Contestable sur certains points, le nucléaire, s'il n'avait pas été autant boudé par l'Allemagne, aurait pu ainsi permettre d'économiser des millions de tonnes de CO2. Et améliorer le bilan de la voiture électrique sur le second marché mondial en la matière après la Chine.

Nos confrères de Focus citent par ailleurs un physicien sur la thématique : "en fait, les voitures électriques supplémentaires doivent être considérées comme de nouveaux clients d'électricité supplémentaires sur un marché dont la part d'électricité provenant des énergies renouvelables est déjà occupée, et à travers lequel la capacité supplémentaire disponible (charbon ou éventuellement gaz) doit être utilisée. Le législateur le sait et a donc décrété que de tels calculs « défavorables » ne devraient pas être effectués officiellement. Des valeurs moyennes doivent être utilisées."

Dit autrement, ce document explique qu'une voiture électrique en l'état actuel des choses, et même après un certain kilométrage, ne fait pas mieux qu'un diesel moderne en prenant en compte l'impact carbone total (production de l'auto, production de l'énergie...).

Pour autant, cette étude, aussi complexe soit-elle, doit être prise avec pincettes. Elle est en effet dirigée par Thomas Kloch, qui est le chef de recherche des moteurs à combustion à l'Institut des machines à piston et à combustion de Karlsruhe. Il n'est ainsi pas impossible que ses calculs soient en partie biaisé, conflits d'intérêts oblige.

Au delà du calcul du coût carbone total d'un véhicule électrique vis à vis d'un thermique, cette énième étude sur le sujet soulève surtout le problème de la précipitation de l'Europe et de Bruxelles à forcer les industriels et les Etats membres à passer au tout électrique. Trop vite pour certains, pas assez pour d'autres.

 

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (160)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

C'est moins une attaque contre les anti-nucleaire que contre le VE. Et il a raison. Denucléariser la production électrique en même temps qu'on augmente significativement les besoina, c'est absurde.

Bon et puis il y a ça : "Pour autant, cette étude, aussi complexe soit-elle, doit être prise avec pincettes. Elle est en effet dirigée par Thomas Kloch, qui est le chef de recherche des moteurs à combustion à l'Institut des machines à piston et à combustion de Karlsruhe"

Oh ben ça alors, une étude menée par une école subventionnée par les BAM, qui conclut que les VE c'est pas top et qu'il faut prendre le temps de la réflexion, quelle surprise :areuh:

C'est comme si PLexus disait que Lexus, c'est bien et Tesla c'est pas bien. Ça n'est pas surprenant, c'est basé sur du vent et la conclusion est au mieux incomplète.

Par

Il fallait lire "C'est moins une attaque contre le VE que contre les anti-nucléaire"

Par

Face caché de l'iceberg remonterait t'il à la surface ? ...

Par

Je ne suis pas certain que cette étude soit d'une crédibilité forte... même s'il y a une part de vérité. Les objectifs européens ne tiennent clairement pas compte de la manière dont est produite l'électricité. Le tout est surtout de savoir s'il y a un avantage à rouler en électrique plutôt qu'en thermique et ici, de nombreuses études montrent désormais que l'électrique pollue moins que le thermique au long cours.

Les chiffres que veut atteindre l'UE sont en réalité quasi utopiques, mais il est indéniable que l'on gagne à moins polluer en électrique. Et la moindre pollution enlevée est à prendre en ces temps.

En attendant une énergie encore plus propre...

Par

Ce n'est pas un peu comme si on demandait une étude à Gérard Depardieu qui expliquerait que l'alcool est bénéfique pour la santé ??

Je ne suis pas spécialement pro VE (je m'en fiche en fait, l'essentiel est que chacun puisse avoir le choix) mais leur truc a l'air un peu tiré par les cheveux.

Bon, je n'irai pas plus loin car je suis aussi scientifique que la Cicciolina est une nonne.

On va donc laisser les experts s'expliquer.

Par

" Pour autant, cette étude, aussi complexe soit-elle, doit être prise avec pincettes. Elle est en effet dirigée par Thomas Kloch, qui est le chef de recherche des moteurs à combustion à l'Institut des machines à piston et à combustion de Karlsruhe. Il n'est ainsi pas impossible que ses calculs soient en partie biaisé, conflits d'intérêts oblige."

Tout est dit. Mais merci quand même.

Par

ce qui est certain. C'est qu'aucune étude réellement sérieuse n'a été menée qui pourrait prouver que le propulsion électrique serait au global moins nocive pour l'environnement que le thermique bien depollué. Aujourd'hui on est dans l'incantation .

Par

En réponse à Gus76

Ce n'est pas un peu comme si on demandait une étude à Gérard Depardieu qui expliquerait que l'alcool est bénéfique pour la santé ??

Je ne suis pas spécialement pro VE (je m'en fiche en fait, l'essentiel est que chacun puisse avoir le choix) mais leur truc a l'air un peu tiré par les cheveux.

Bon, je n'irai pas plus loin car je suis aussi scientifique que la Cicciolina est une nonne.

On va donc laisser les experts s'expliquer.

D'un autre côté les études qui prônent l'inverse sont également mandatées par des lobbyistes de l'autre bord...

Aucune étude n'est financée sans arrières pensés.

De plus si la question du CO² était l'unique critère... Il y a d'autre chose à gérer : le recyclage des batteries, la pollution lié à leur extraction, les conséquences de véhicule de plus en plus lourds et gros pour accueillir les batteries, les conséquences sociales d'une marche forcée vers l'électrique, les conséquences sur les libertés de déplacement, etc...

Faire un focus unique sur le CO² est une erreur selon moi.

Et la où je rejoins les PRO-VE, c'est que oui l'arrêt progressif du nucléaire est terriblement stupide.

Par

En réponse à fassi51

ce qui est certain. C'est qu'aucune étude réellement sérieuse n'a été menée qui pourrait prouver que le propulsion électrique serait au global moins nocive pour l'environnement que le thermique bien depollué. Aujourd'hui on est dans l'incantation .

Comment tu "depollues bien" le thermique ?

Par

Bon, Focus, ce n'est pas franchement un magazine de 1er plan si on parle de science. Si vraiment 171 scientifiques de renom avaient écrit un papier hyper sérieux et crédible, on l'aurait vu dans "Science" ou dans une autre revue plus technique.

C'est toujours un débat : faut-il, quand on branche de nouveaux consommateurs sur le réseau, prendre en compte la "méthode marginale" plutôt qu'une méthode globale annualisée? L'avantage de la mariginale, c'est qu'elle correspond à une réalité à un instant t. On peut évaluer, si j'allume mon lave-linge maintenant, si l'énergie nécessaire en plus pour l'alimenter sera issue d'une centrale nucléaire, éolienne, ou hydro (ou autre). C'est intéressant pour le cas particulier, dans l'immédiat. Mais dans la mesure où on parle d'un changement de paradygme, avec une évolution massive et réelle de la capa de production électrique pour s'adapter à cette nouvelle demande de charge VE (je rappelle qu'on parle du 1er consommateur d'éléctricité en 2040, pas "peu de chose"), je me demande vraiment si cette méthode marginale n'est pas ici complètement à côté de la plaque.

Cela dit, à l'opposé, c'est un bullshit absolu, ce qu'affirme d9b (et consorts) : "Quand je recharge mon VE, c'est avec l'électricité à 60g/kWh". Non, parce qu'effectivement, d'autres consommateurs étaient là avant toi et sont la cause du relatif surdimensionnement du parc nucléaire. "Relatif" parce que notre capa est tout de même dépassée 20 soirées par an en hiver, "surdimensionnement" parce que personne n'est assez con pour fabriquer une centrale qui servirait quelques dizaines d'heures par an...

Plus de renseignements ici:

https://decrypterlenergie.org/decryptage-quel-est-le-contenu-en-co2-du-kwh-electrique

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire