Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

2021, année de la mesure dans l'automobile

Dans Economie / Politique / Industrie

Florent Ferrière

2021, année de la mesure dans l'automobile

De la mesure des consommations et des masses, à la mesure des paroles et des attentes.

Il fut une époque où les vendeurs de voitures entendaient d'abord « elle monte à combien ? ». De nos jours, le concessionnaire va plutôt entendre « elle consomme combien ? ». Si les critères d'achat ont évolué au fil des décennies, une chose ne change pas : l'automobile, c'est d'abord une question de chiffres. Des données qui permettent de la résumer, la comparer.

Il n'a d'ailleurs jamais autant été question de mesures dans l'automobile, avec des réglementations qui surveillent toujours de plus près les chiffres des constructeurs. Après la norme WLTP, avec un test RDE en conditions réelles pour traquer les tricheurs, l'Europe a mis en place la réglementation CAFE. Avec elle, les marques doivent respecter un quota de CO2 sur les voitures vendues en Europe. La règle de base est 95 g/km, mais chaque groupe a un objectif spécifique, prenant notamment en compte le poids des véhicules. Les dépassements sont sanctionnés dès cette année, à partir des ventes 2020. Et cela peut coûter cher. Volkswagen pense ainsi avoir raté son objectif pour 0,5 g/km… et cela pourrait être sanctionné d'une amende de 140 millions d'euros !

Autant dire qu'en 2021, le débitmètre est aussi important que le crayon du designer lors de la conception d'un véhicule. Les marques vont aussi se rapprocher d'un autre outil de mesure, la balance. La France s'apprête en effet à taxer les véhicules trop lourds. Le 1er janvier 2022 sera instauré le malus au poids, 10 € par kilo en trop, au-dessus de 1,8 tonne, avec toutefois des exceptions pour les hybrides rechargeables et électriques.

C'est une des mesures issues de la Convention Citoyenne pour le Climat (CCC). Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, qui répète pourtant à qui veut l'entendre que les impôts n'augmenteront pas, y était opposé, mais le Premier Ministre a donné son feu vert, histoire de montrer qu'on écoute la CCC. Jean Castex a toutefois assoupli le projet, relevant le seuil de déclenchement de 1,4 à 1,8 tonne.

De quoi irriter des membres de la CCC. Mais eux aussi devraient avoir le sens de la mesure. Ils devraient déjà se satisfaire d'avoir imposé un nouvel impôt aux automobilistes ! Ce n'est tout de même pas rien dans un pays qui taxe déjà énormément les conducteurs. Le gouvernement semblait d'ailleurs avoir pris la mesure de cela, puisqu'il a commandé un rapport sur la fiscalité automobile, reconnaissant qu'elle « est bien moins punitive chez nos voisins, ce qui entraîne effets de bord et contournements ». Le rapport doit être rendu dans le courant de l'année 2021.

La mesure serait aussi de se poser la question de voir une taxe « pollution » qui découle de 150 personnes. Bien que tirées au sort et issues d'une initiative du président après la crise des gilets jaunes, elles ont pris une importance qui dépasse des millions d'automobilistes et une industrie qui emploie des centaines de milliers de personnes. Leur poids à elles devrait aussi interroger. On rappelle d'ailleurs que le mouvement gilets jaunes a pris fondement sur un ras-le-bol des taxes automobiles !

Le but n'est pas de jouer le bagnolard opposé à la taxation sur la pollution automobile. Face aux discours peu mesurés, on plaide le bon équilibre et on rappelle qu'il existe déjà un outil, le malus CO2, qui ne va pas être arrêté (sans compter la taxe carbone sur les carburants). On imagine d'ailleurs que ce malus au poids ne va pas vraiment concerner les membres de la CCC qui le défendent autant. Initier une double taxation, la CCC devrait donc simplement s'en féliciter, d'autant qu'on se doute que c'est un aller sans retour, avec une taxe qui va durer et se durcir au fil des années. On en viendra vite à 1,4 tonne.

Dans son showroom, le vendeur va commencer à entendre une nouvelle question : « elle pèse combien ? ».

SPONSORISE

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire