Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

80 km/h sur les départementales : sécurité routière, dites-vous ?

Dans Pratique / Sécurité

Lionel Lucas

80 km/h sur les départementales : sécurité routière, dites-vous ?

Récemment, une ribambelle de lois autophobes ont vu le jour, sous couvert de bien-pensance écologique et sécuritaire (l’automobiliste est bien sûr l’unique responsable de la fonte de l’Antarctique et de la modification des jet-streams). Une des dernières en date, et qui fait énormément de vagues, est le passage à 90 à 80 km/h de la limitation de vitesse sur le réseau secondaire.

Selon les instances au pouvoir, baisser la vitesse de quelques pour cent permettrait de faire gagner des centaines de vies. Rien ne le prouve et surtout… Pourquoi ne pas passer les départementales à 70 dans ce cas et les autoroutes à 120 ? Où se situe la limite ? Ces annonces sont faites au jugé, sans aucune preuve scientifique. Puisque nous sommes dans l’expérimentation la plus totale, allons-y gaiement.

J’ai récemment fait le test sur une belle départementale d’Essonne limitée à 90 km/h.

Je me suis mis à cette vitesse sur quelques kilomètres… Et c’est une totale ineptie, voilà pourquoi.

1) Incohérence d’une vitesse fixe. Certaines portions ne peuvent tout simplement pas être parcourues à cette vitesse car la visibilité est médiocre, l’état de la route ne le permet pas, ou les conditions climatiques sont mauvaises. Il est clair que rouler à 90 km/h m’aurait mis en danger, ainsi que les autres automobilistes sur ces tronçons.

Et vous savez quoi ? Sur ces tronçons, personne n’y roule à 90 km/h. Preuve que l’automobiliste sait s’adapter à son environnement.

2) Problème de concentration. Sur d’autres tronçons bien plus confortables, je me suis rendu compte que ma vitesse montait légèrement. Je me suis retrouvé à 95/100 km/h, vitesse qui correspondait d’ailleurs à celle des autres usagers. À cette vitesse, notre concentration reste optimale.

Là encore, nous nous adaptons logiquement à notre environnement dans le but de garder un intérêt dans notre conduite. On fait de même en marchant, en courant ou en roulant à vélo. Notre vitesse de mouvement est directement liée à l’intérêt que nous portons à notre activité et donc à notre concentration. C’est l’unique moyen de rester connecté à notre environnement (et de rouler de manière sécurisée pour nous et les autres usagers).

Avez-vous déjà essayé de rouler à 90 km/h sur autoroute ? On s’ennuie, on cherche des gadgets pour s’occuper l’esprit. La conduite doit être stimulante.

Abaisser de manière arbitraire la vitesse à 80 km/h est totalement stupide, il n’y a aucun résultat prouvant son efficacité. Et je ne parle même pas de l’exemple danois… Sur certaines routes étrangères, il y a des panneaux à affichage variable, la vitesse est modulée en fonction des conditions. Pourquoi cette fixation sur la vitesse ? Parce que c’est facilement contrôlable ?

Oui mais alors que faire ?

Une solution radicale : responsabiliser le conducteur

Mesure n°1 : Expérimentation de la suppression des limitations de vitesse sur certains tronçons. On laisse aux conducteurs leur libre arbitre, en leur conseillant toutefois une vitesse. Le trafic sera autorégulé. On gagnera en liberté, concentration et on s’adaptera à notre environnement sans regarder le compteur. On regardera les résultats au bout d’une période d’expérimentation.

Mesure n°2 : On applique la tolérance 0 pour les « dangers de la route ». Tout accident grave provoqué par un dépassement à l’aveugle, conduite avec + 1 g dans le sang, + 40 km/h par rapport à la vitesse conseillée (oui, bien sûr que la vitesse reste un facteur de la mortalité), drogue, défaut grave du véhicule, oubli de clignotant ou refus de priorité : suppression du permis pour 10 ans et très lourde amende. Et on peut encore aller plus loin : en Belgique, en Suisse ou en Grande-Bretagne, on peut même perdre son permis à vie !

D’ailleurs, pensez-vous que celui qui roule toujours à 150 km/h sur petite route se soucie d’un changement de limitation de 90 à 80 km/h ?

Alors, chers politiciens, pourquoi ne pas essayer ? Auriez-vous peur que les résultats soient meilleurs que ceux de vos récentes expérimentations fumeuses ?

 

SPONSORISE

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire