Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Achat d'une voiture électrique : le "oui, mais" des Français

Achat d'une voiture électrique : le "oui, mais" des Français

Les conducteurs français, surtout les jeunes, sont prêts à se convertir à l'électrique. Mais sans surprise, ils attendent que les prix baissent et les autonomies augmentent.

Belle brochette de nouveautés électriques au Mondial de l'Automobile : Audi e-tron, DS3 Crossback E-Tense, Kia e-Niro, Mercedes EQC, Tesla Model 3… Preuve que cette fois, même si les ventes en France restent à un bas niveau (1,2 % des immatriculations), le marché de la voiture branchée s'apprête à décoller.

Selon un sondage réalisé par Ipsos pour l'Avere (association dédiée au développement de la mobilité électrique), 39 % des Français considèrent que le véhicule électrique répond à leur besoin quotidien de mobilité et 35 % déclarent leur intention d'achat. Preuve que c'est une solution d'avenir, 46 % des 18/24 ans interrogés ont cette intention.

Illustration que l'électrique commence à se répandre, 22 % des sondés ont déjà roulé à bord d'une éléctrique, en tant que conducteur ou passager. En 2016 , c'était 18 %, en 2014 12 %. Et comme l'essayer c'est l'adopter, la proportion d'intention d'achat grimpe à 49 % chez ceux qui ont déjà testé une électrique.

D'ailleurs, les Français semblent de mieux en mieux informés. 31 % se disent au courant de l'offre électrique (20 % en 2014) et 36 % ont une idée des prix (24 % en 2017). En revanche, et c'est curieux, 73 % des personnes questionnées estiment être mal informées sur les aides publiques à l'achat. Plus inquiétant, 61 % sont perdues quant à la manière dont on recharge un véhicule électrique, une proportion en hausse de 3 points en deux ans.

Evidemment, les freins à l'achat bien connus pour ce type de véhicule persistent. Parmi les gros inconvénients pointés par les sondés, il y a l'autonomie limitée (52 %) et le prix d'achat (41 %). La part de ceux qui s'inquiètent sur le réseau de recharge est finalement assez basse,  avec 22 %.

Sans surprise, pour l'électrique, on sent un "oui, mais". De plus en plus de Français sont prêts à franchir le pas, si les inconvénients s'estompent. 60 % des sondés passeraient à l'électrique si l'autonomie est d'au moins 500 km et 67 % si le coût d'achat est celui d'un véhicule thermique. Une première étape pour compenser l'écart de prix peut être l'occasion : près des 2/3 des sondés qui se disent prêts à acheter une électrique pourraient se tourner vers une seconde main.

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Dernières vidéos

Publicité : Ne manquez pas

Toute l'actualité

Commentaires (131)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

l'autonomie est un faut problème, le temps de charge est lui plus délicat et c'est ce point que les constructeurs devraient améliorer

Pourtant aucun des sondés s'en préoccupent ou n'en est conscient

L'autonomie de 200 à 300 km est suffisant si le temps de charge ne dépasse pas la 1/2 heure

Par

500 km à 130 kmh hein, pas à 80 !

Par

Une voiture électrique coûte paraît-il moins cher à construire parce-que constituée de moins de pièces et de composants plus simples. Elles sont pourtant vendues à des tarifs plus élevés que leurs homologues à essence. Allez savoir pourquoi...

Par

Moi c'est non tout court vive le pétrole :buzz:

Par

En réponse à Essaime

Une voiture électrique coûte paraît-il moins cher à construire parce-que constituée de moins de pièces et de composants plus simples. Elles sont pourtant vendues à des tarifs plus élevés que leurs homologues à essence. Allez savoir pourquoi...

plus simple à construire c'est sur. Mais la batterie reste chere. Par contre, ce n'est que le debut, et quand les généralistes se seront mis à faire du design to cost pour du volume, ca va vite baisser.

Par

Il y a aussi de tres importants fraid de R&D à amortir pour l'instant, ca passe par de belles marges sur des marchés premium.

Par

En réponse à Essaime

Une voiture électrique coûte paraît-il moins cher à construire parce-que constituée de moins de pièces et de composants plus simples. Elles sont pourtant vendues à des tarifs plus élevés que leurs homologues à essence. Allez savoir pourquoi...

A cause du manque de volume, c'est élémentaire.

Une Clio sera produit à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires, forcément les coup de production et les pièces nécessaires deviennent moins chère.

Si un constructeur était aujourd'hui capable de sortie une zoé à 15 k€, tu penses bien qu'il l'aurai déjà fait. ça lui aurai permis de bouffer le marché très rapidement.

Par

" Et comme l'essayer c'est l'adopter "

On devrait donc avoir 22% d'immat's en électrique si j'ai bien tout pigé....

Par

En réponse à ricolapin

l'autonomie est un faut problème, le temps de charge est lui plus délicat et c'est ce point que les constructeurs devraient améliorer

Pourtant aucun des sondés s'en préoccupent ou n'en est conscient

L'autonomie de 200 à 300 km est suffisant si le temps de charge ne dépasse pas la 1/2 heure

Pas d'accord. Ce n'est pas un "faux" problème, "c'est" le problème.

Par

Il n'y a pas grand monde qui acceptera de glander 1/4 d'heure devant une borne et qui se contentera d'un pauvre 300 km d'autonomie....

On est habitué au toujours plus, alors comment revenir au toujours moins, et pour bien plus cher...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire