Des députés veulent obliger les stations et constructeurs à proposer l'E85

Une proposition de loi a été déposée à l'Assemblée Nationale par des députés, qui souhaitent que l'on trouve de l'E85 dans toutes les stations et des moteurs Flex Fuel chez tous les constructeurs français.

La flambée des prix des carburants a donné un coup de projecteur sur l'E85. S'il entraîne une surconsommation, ce bio-carburant a comme énorme avantage un prix au litre très attractif, moins de 70 centimes d'euro. De plus en plus d'automobilistes se laissent convaincre en faisant monter sur leur véhicule un kit homologué.

Mais il y a un gros frein au développement de l'E85 : un trop faible nombre de stations-service qui le distribuent. Sur les 11 000 stations présentes en France, à peine plus de 1 000 ont au moins une pompe E85. Un problème que des députés veulent résoudre en passant par la loi. Comme l'ont repéré nos confrères d'Autoactu, 44 d'entre eux ont déposé la semaine dernière une proposition de loi à l'Assemblée Nationale.

Parmi les articles qu'elle comporte, il y en a un qui veut obliger toutes les stations à avoir de l'E85 dès le 31 décembre 2019. Un calendrier qui semble déjà impossible à tenir, même si le député "La République en Marche" Grégory Besson-Moreau estime que "ce déploiement peut se faire aisément par le remplacement des pompes de diesel par du superéthanol, opération simple techniquement". Si un tel projet devient réalité, il y a aussi fort à parier que les plus petites stations seront épargnées.

Un autre article vise à imposer aux constructeurs français de proposer dans leur gamme un moteur compatible avec l'E85. Vu le succès de ce nouveau carburant, on a quand même bon espoir de voir les marques s'intéresser à nouveau rapidement au moteur de type Flex Fuel.

Grégory Besson-Moreau souligne la belle opportunité qu'est l'E85, capable de recréer des emplois agricoles pour la production des betteraves utilisées pour obtenir ce carburant.

Commentaires (148)