Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Carburant cher: comment y faire face?

Dans Economie / Politique / Social

Le prix du carburant ne cesse de grimper, et avec lui la grogne des usagers. Cela favorise certes l'essor des motorisations électrifiées, moins gourmandes en carburant, mais plombe dans le même temps le budget de la majorité des automobilistes, pas assez fortunés pour acquérir un véhicule récent et "propre". De quels leviers d'action les pouvoirs publics disposent-ils?

Carburant cher: comment y faire face?

C’est l’info du jour, qui barre toute la Une du Parisien / Aujourd’hui en France : le prix de l’essence repart à la hausse, à la faveur d’un doublement du cours du baril de Brent depuis le début de l’année, qui dépasse maintenant la barre des 70 $.

Et c’est ainsi que l’automobiliste se retrouve à payer actuellement son litre de SP95 à 1,56 € en moyenne, et son litre de gazole à 1,45 €, soit des valeurs pré-crise sanitaire, et tout laisse à penser que la courbe va continuer à grimper.

En soi, c’est plutôt une bonne nouvelle (!) puisque c’est le signe que l’économie mondiale redémarre. Rappelons pour mémoire qu’au printemps 2020, durant les premières semaines de confinement, le litre de SP95 était descendu à 1,25 € et celui du gazole à 1,19 €. Sur un plein de 50 litres de SP95, la différence s’établissait à 15 € avec ce que l’on constate aujourd’hui.

Inutile de verser dans la nostalgie. On ne retrouvera probablement jamais plus ces valeurs, et c’est plutôt la barre symbolique des 2 € qui se profile à l’horizon. Une évolution que l’ancien patron de Total Christophe de Margerie jugeait inéluctable en 2011 : « il faut espérer que cela n'arrive pas trop vite, sinon les conséquences seraient dramatiques », avertissait alors le dirigeant.

Carburant cher: comment y faire face?

 

C’est pourtant bien en train d’arriver. Mais la différence, c’est qu’à l’époque l’électrification du parc automobile n’était qu’hypothétique. A quelques exceptions près, comme Toyota et sa Prius, rares étaient les constructeurs à miser sur l’hybride, et encore moins sur l’électrique.

La différence (bis), c’est que les Français se laissent de plus en plus tenter par ces modèles à motorisation mixte essence-électricité, plus économes en carburant donc moins onéreuse à l’usage. Les voitures hybrides ont représenté 25% des immatriculations de voitures neuves sur les 8 premiers mois de l’année, tandis que la part des 100% électriques grimpait à 8%.

La différence (ter), c’est que les modèles à bicarburation (GPL / GNV) ont représenté 2,8% des ventes, contre 0,7% sur la même période un an plus tôt.

En d’autres termes, le profil du marché automobile est en train de changer, et les véhicules moins polluants et moins coûteux à l’usage y occupent une place de plus en plus importante.

Et ce qui s’observe en neuf se retranscrira mécaniquement dans un délai de 24 à 36 mois quand ces véhicules alimenteront le marché de l’occasion.

En termes de préservation de l’environnement, cette hausse du carburant aura donc pour avantage d’accélérer le verdissement du parc automobile.

Injustice sociale

Pour autant, tout le monde n’a pas les moyens d’acquérir une voiture neuve ou une occasion récente, et ne dispose pas forcément de transports en commun pour se rendre à son travail à 40 kilomètres ou plus de son domicile. Et ce sont bien ces Français-là qui vont devoir supporter le coût de l’addition salée à la pompe.

Alors que l’alimentation et les énergies connaissent de fortes augmentation, les pouvoirs publics vont donc devoir faire preuve de créativité pour contenir la grogne, dans un contexte de pré-campagne d'élection présidentielle.

Selon Les Echos, il est question du retour du Chèque énergie (6 millions de foyer) pour amortir l’augmentation du coût du gaz et de l’électricité, à quoi s’ajouteraient « des réflexions sur une geste fiscal ».

On peut aussi toujours rêver d’un allégement de la taxation du carburant (qui représente 60% du prix à la pompe), mais les pouvoirs publics pourraient-ils vraiment se le permettre, sachant la manne que cela représente pour le budget de l’Etat ?

A la place, on pourrait aussi espérer que le système de bonus-malus ne soit pas modifié l’an prochain. Et que les voitures 100% électriques continuent de profiter d’un bonus de 6 000 € (et non 5 000 € comme prévu), tandis que l’aide aux hybrides rechargeables, actuellement de 1 000 €, ne soit pas réduite à zéro au 1er janvier. Ces mesures certes coûteuses (mais amorties par les taxations sur le pétrole...), auraient au moins le mérite de la cohérence politique.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (170)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Distance moyenne du domicile au travail : 19 km en 2019 (source : https://www.affiches-parisiennes.com/76-des-actifs-francais-utilisent-une-voiture-pour-se-rendre-au-travail-11339.html).

Aucun intérêt de mettre en avant ceux qui vivent à plus de 40 km de leur lieu de travail sans transport en commun car ça concerne moins de 5 % des Français.

Par

Une petite pensée pour nos adorateurs de la voiture à jus de dino.

Par

Et sinon il y a toujours l’éthanol… 10 ans que je roule à 59cts/l… toujours pas trouvé mieux financièrement et on peut convertir une bonne part des vo essences…

Par

"On peut aussi toujours rêver d’un allégement de la taxation du carburant (qui représente 60% du prix à la pompe), mais les pouvoirs publics pourraient-ils vraiment se le permettre, sachant la manne que cela représente pour le budget de l’Etat ?"

Justement, ce serait bien que ces taxes baissent progressivement de manière à ce que l'Etat et"son train de vie" s'habitue à trouver d'autres recettes ....Si vous voyez ce que je veux dire.Tiens j'entends que certains me disent que c'est "trop tôt" et qu'il ne faut pas décourager ceux qui peuvent se permettre de "migrer vers la mobilité électrique".:bah:

OK:bah:

Par

C'est simple du passe d'un V8 à un hybride , de 15 litres à 5 litres , ça devient cadeau l'essence du coup :biggrin::biggrin: , sinon perso je m'en tape , pour mes voitures plaisirs même à 3€ ça ira , sans compter le travail à domicile moins cher que le gugus qui ce tape 30000 bornes par an en VE :ange:

Par

En réponse à al7785

Distance moyenne du domicile au travail : 19 km en 2019 (source : https://www.affiches-parisiennes.com/76-des-actifs-francais-utilisent-une-voiture-pour-se-rendre-au-travail-11339.html).

Aucun intérêt de mettre en avant ceux qui vivent à plus de 40 km de leur lieu de travail sans transport en commun car ça concerne moins de 5 % des Français.

On se demande bien pourquoi les gens veulent absolument des électriques avec 1000km d'autonomie dans ce cas...

Par

En réponse à Turbo95

C'est simple du passe d'un V8 à un hybride , de 15 litres à 5 litres , ça devient cadeau l'essence du coup :biggrin::biggrin: , sinon perso je m'en tape , pour mes voitures plaisirs même à 3€ ça ira , sans compter le travail à domicile moins cher que le gugus qui ce tape 30000 bornes par an en VE :ange:

Pas tout le monde bosse en télétravail comme toi.

Par

Il faut arrêter avec "l'injustice sociale", se déplacer en ville n'est pas moins coûteux qu'à la campagne. En ville on paye souvent un abonnement aux transports en commun pour chaque membre de la famille (plus de 65 €/mois pour un seul adulte à Lyon, TER non compris...) et on ne peut pas pour autant se passer d'une voiture pour sortir de la ville. Sans compter le prix d'un garage ou d'une simple place de parking en ville.

Enfin, pour rappel, pour ceux qui veulent rouler électrique, il y a beaucoup d'aides sous conditions de ressources. En plus des 6000 € de bonus on peut avoir de mémoire 2500 € d'aides supplémentaires en se débarrassant de son épave diesel. Ça met la Dacia Spring à moins de 10 k€ neuve et très bien équipée, batterie comprise. Et après c'est autour de 1 € les 100 km d'électricité si on roule cool et qu'on se charge en heures creuses, et un entretien ridicule par rapport à une thermique. Il y a même à présent un bonus de 1000 € pour les véhicule électriques d'occasion ! En conclusion si certains ont du mal avec l'augmentation du prix à la pompe, c'est aussi pour avoir faire de mauvais choix, et la mode des SUV ne va rien arranger.

Et pour mémoire le bonus n'est pas financé par les impôts mais par le malus payé par les Français qui tiennent absolument à acheter un véhicule plus polluant que la moyenne, c'est davantage un mécanisme de compensation qu'une taxe. Le "chèque énergie" en revanche sera bel et bien payé par les impôts, y compris par les Français qui se déplacent exclusivement à pied, en vélo ou en transports en commun, alors que l'industrie pétrolière est l'une des plus subventionnée. Alors pour financer le chèque énergie, pourquoi ne pas faire payer Total & co ? Ou Renault et PSA qui vendent ces véhicules coûteux à faire rouler ?

Par

En réponse à al7785

Distance moyenne du domicile au travail : 19 km en 2019 (source : https://www.affiches-parisiennes.com/76-des-actifs-francais-utilisent-une-voiture-pour-se-rendre-au-travail-11339.html).

Aucun intérêt de mettre en avant ceux qui vivent à plus de 40 km de leur lieu de travail sans transport en commun car ça concerne moins de 5 % des Français.

T'es au courant de ce qu'est une moyenne ? :areuh:

Sinon moi j'suis a 1km5 de mon boulot, du coup le 98 pourrait être à 3€ que ça changerais pas grand chose vu le peu que je consomme :bien:

Par

En réponse à pxidr

On se demande bien pourquoi les gens veulent absolument des électriques avec 1000km d'autonomie dans ce cas...

Parce que même si certains vivent pour travailler, d'autres travaillent pour vivre, et veulent se faire plaisir le week-end :brosse:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire