Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    
Publi info

Carburants : les Républicains partent en guerre contre la hausse des taxes

Dans Economie / Politique / Budget

Florent Ferrière

Carburants : les Républicains partent en guerre contre la hausse des taxes

Selon le parti politique de Laurent Wauquiez, Emmanuel Macron a prévu des hausses de taxes sans précédent sur les carburants. Pas vraiment.

Ce week-end sera marqué par l'abaissement de la limitation de vitesse sur le réseau secondaire. Mais du côté des Républicains, on a décidé de s'attaquer à la hausse des prix à la pompe. Ils lanceront en fin de semaine une opération de tractage, pour dénoncer un "matraquage fiscal".

Il est vrai que les prix dans les stations se sont envolés ces derniers mois. Au dernier pointage réalisé par le Ministère de la transition écologique, le litre de gazole était à 1,4575 € en moyenne, celui de sans-plomb 95 à 1,5391 €. Fin décembre, ces prix étaient de 1,2866 € et 1,4079 €. Soit 17 centimes de plus pour le gazole et 13 pour SP 95.

Sur un plein de carburant de 50 litres, cela fait 8,50 € et 6,50 € de plus, ce qui chiffre vite pour qui fait plusieurs passages par mois dans une station. La flambée des prix s'explique par une envolée des cours du pétrole et une hausse de la fiscalité le 1er janvier. Et d'autres sont déjà prévues.

Pour les Républicains, "Emmanuel Macron a programmé des hausses de taxes sans précédent sur le gasoil et l'essence." Il est vrai que les choses ne vont pas s'arranger dans les années à venir. Le problème, c'est que s'il y a bien des augmentations prévues, elles ne sont pas directement liées au chef de l'État élu en 2017.

La hausse de la fiscalité s'explique par deux raisons. Déjà, elle est causée par une revalorisation régulière de la taxe carbone, dont le montant se base sur la tonne de CO2 rejetée par l'énergie taxée. Elle a été mise en place en France en 2014 sous François Hollande, mais son fondement remonte à l'élection présidentielle de 2007 ! En clôture du Grenelle de l'environnement, Nicolas Sarkozy s'était engagé à mettre en place cette taxe carbone en 2010, mais le projet avait été abandonné.

Abonnez-vous à la newsletter de Caradisiac

Recevez toute l’actualité automobile

L’adresse email, renseignée dans ce formulaire, est traitée par GROUPE LA CENTRALE en qualité de responsable de traitement.

Cette donnée est utilisée pour vous adresser des informations sur nos offres, actualités et évènements (newsletters, alertes, invitations et autres publications).

Si vous l’avez accepté, cette donnée sera transmise à nos partenaires, en tant que responsables de traitement, pour vous permettre de recevoir leur communication par voie électronique.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement de ces données, d’un droit de limitation du traitement, d’un droit d’opposition, du droit à la portabilité de vos données et du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle (en France, la CNIL). Vous pouvez également retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données : www.caradisiac.com/general/confidentialite/

Ensuite, si le gazole voit ses prix gonfler plus vite que l'essence, c'est parce qu'il a été décidé de mettre fin à son avantage fiscal par rapport à l'essence. Sa taxation augmente donc plus vite pour un alignement des prix en 2021. Et cela a été entériné lorsque Manuel Valls était Premier Ministre.

Donc au final, même si les taxes sur les carburants vont augmenter sous la présidence Macron, ce n'est pas lui qui en est à l'origine. Certains diront maintenant qu'il peut les annuler, chaque hausse étant validée à l'automne lors du vote du budget de l'année suivante.

Mots clés :

SPONSORISE

Toute l'actualité

Essais et comparatifs

Commentaires ()

Déposer un commentaire