Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac 20 ans    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info
Un avis du CESE milite pour une stratégie européenne industrielle pour la filière automobileIl ne se passe quasiment plus un jour sans que nous évoquions la crise que l’industrie automobile, notamment européenne, traverse actuellement. Pourtant, le plus souvent, ce sont les grands constructeurs qui font la une de l’actualité alors que c’est bien toute la filière automobile qui est concernée et affectée.

Lire l'article»

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

1/3 des constructeurs seront mort

Par Anonyme

http://www.cnpa.fr/cpages.php?id=6

http://www.cnpa.fr/services.php?serID=164

:buzz: Nouveau barème des indemnités kilométriques : les chefs d'entreprise pénalisés !

:buzz:

Dans le cadre du PLF 2013, les députés viennent, à la demande du gouvernement, de plafonner le barème des indemnités kilométriques à 6 CV au lieu de 13 CV actuellement.

:buzz: Les chefs d’entreprises utilisant leur véhicule personnel à des fins professionnelles, optant pour la déductibilité des frais réels, seront donc désormais imposables sur la partie de leurs indemnités kilométriques qui excède 6 CV.
 :buzz:

Le CNPA condamne cette mesure qui vient alourdir encore la fiscalité qui pèse sur l’automobile en général et les automobilistes en particulier.

Patrick Bailly, va te coucher ,et laisse PSA et RENAULT travailler

Par

Encore et toujours des rapports franchouilles qui ne serviront bien entendu à rien.

3 questions :

- La TVA sur les véhicules est elle uniforme à travers la CE ?

- Les systèmes de Bonus/Malus sont ils uniformes à traves ce même espace ?

- la fiscalité sur les carburants est elle uniforme ?

La réponse est bien entendu non.

Comme les Etats Unis d'Europe n'ont pas su émerger ( et bien loin de pouvoir en établir les bases, bien au contraire ), toute velléité d'uniformisation semble bel et bien condamnée à l'échec.

Et ce Patrick Bailly qui reste visiblement le regard fixé sur la ligne bleue des Vosges.

Encore un qui n'a pas pigé que notre pays de 0.9 % de la population mondiale n'est plus qu'un épiphénomène tendant hélas chaque jour un peu plus vers le zéro.

Et son appel... mais qui es tu Patrick Bailly ?

Lisez bien cette belle phrase de technocrate pur jus:

" L’ensemble des questions actuellement posées aux pays et aux citoyens européens tourne d’ailleurs autour de la mise en place de stratégies communes. De ce point de vue, l’automobile et son économie est aussi représentative de défis plus généraux."

Plus creux, plus vide de sens concret, plus inutile, tu meurs.

Enfin, il a pondu son rapport, il va en être probablement grassement rémunéré, ses gosses auront de jolis jouets sous le sapin et tout ça finira à la broyeuse dans 4 ans 1/2 lors du prochain changement de gouvernement.

Ainsi va la vie...

Par

Facile à dire qu'à faire. Justement Patrick Bailly est-il PDG de quel groupe automobile?

Par

pour relever l'auto en france de toute facon pas 36 choses à faire arreter la politique autophobe que ce soit en terme de repression et de taxation

(je ne parle pas de l'écologie puisque la droit de polluer est à vendrevia des taxes)

Par moe03gv

voila encores des incantations et des élucubrations bien socialisantes ,le jour ou ces inaptes au travail comprendront qu'il faut d'abord régulariser le fiscal et le social européen ils auront tout compris ,deuxième gros problèmes baisser le coût du travail de manière drastique ,il est fini le temps du toujours plus d'avantages pour toujours moins de travail ,et ensuite laisser respirer les possesseurs de voitures supprimer les trois quarts des radars et "délimiter" les vitesses sur de nombreux secteurs ,la vache a lait automobile est en train de crever étouffée par des gens trop instruits pour être intelligents

Par Anonyme

R&G, parfaite illustration de la phrase "Quand le sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt"...

Il a malheureusement raison, le Bailly : L'automobile à moteur thermique a autant d'avenir aujourd'hui que la locomotive à vapeur au lendemain de la 2ème guerre mondiale.

Et si on ne fait rien, l'Europe aura dans l'avenir automobile un rôle équivalent à celui qu'elle a dans l'informatique : Acheter au prix fort des produits conçus par des ricains et fabriqués dans des pays à bas coût.

Par Anonyme

Je vois pas le rapport avec les radars, et la vitesse ?... La crise touche particulièrement les véhicules de milieu de gamme en europe. Les véhicules de luxe, et/ou "sportifs" échappent (pour l'instant) à la morosité ambiante. Faut arrêter de tout ramener à cette conception bas de plafond de l'automobiliste lambda "énervé du volant" pas assez intelligent pour être instruit ...

Par

Nous devons absolument réduire au minimum les équipes humaines, coûteuses, automatiser, virer les « valeurs sûres » du design qui dessinent moche et valoriser l'initiative novatrice, chic et pas chère, revoir les schémas du transport et de la logistique.

Autre domaine important : neutraliser les conflits familiaux d'actionnaires qui plombent la compétitivité de nos grandes entreprises (Peugeot, Laser-Cofinoga, Lacoste...).

Par Anonyme

" neutraliser les conflits familiaux d'actionnaires "

Il y a toujours eu et il y aura toujours des conflits humains à tous les niveaux des entreprises. Le fait que les gens soient de la même famille n’aggrave pas et n'empire pas les choses. C'est juste humain.

Et je ne suis pas du tout persuadé que le fait de remplacer les humains par des robots, où que ce soit sauf pour aider dans des tâches pénibles, améliore les choses en quoi que ce soit.

Par

En réponse à Anonyme

R&G, parfaite illustration de la phrase "Quand le sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt"...

Il a malheureusement raison, le Bailly : L'automobile à moteur thermique a autant d'avenir aujourd'hui que la locomotive à vapeur au lendemain de la 2ème guerre mondiale.

Et si on ne fait rien, l'Europe aura dans l'avenir automobile un rôle équivalent à celui qu'elle a dans l'informatique : Acheter au prix fort des produits conçus par des ricains et fabriqués dans des pays à bas coût.

En es tu si sûr, banane anonyme de 14h43....

http://www.biopetroleo.com/france/

-----------------------------------------------

L'Europe n'est capable de s'entendre sur rien d'un brin ambitieux.

Les nationalismes progressent, la peur de l'étranger se développe et toujours cette course folle à la croissance, basée sur la dette toujours plus béante, sans qu'il ne soit plus possible de la combler sans pénaliser les revenus des individus, nécessaires à l'atteinte de cette satanée croissance.

Des solutions existent, mais elles nécessiteraient d'avoir en fasse des individus capables d'ouverture d'esprit et tout simplement de réalisme.

Et ce n'est certes pas ici qu'on va en trouver beaucoup.

Et comme ce site est tout simplement le reflet de notre société, je te laisse tirer les évidentes conclusions pour l'avenir.

Par

En réponse à Anonyme

" neutraliser les conflits familiaux d'actionnaires "

Il y a toujours eu et il y aura toujours des conflits humains à tous les niveaux des entreprises. Le fait que les gens soient de la même famille n’aggrave pas et n'empire pas les choses. C'est juste humain.

Et je ne suis pas du tout persuadé que le fait de remplacer les humains par des robots, où que ce soit sauf pour aider dans des tâches pénibles, améliore les choses en quoi que ce soit.

Au niveau de l'assemblage par exemple les usines françaises pourraient s'améliorer, augmenter la cadence et diminuer le coût en robotisant encore certaines tâches comme la fixation des blocs, etc. Dans l'architecture de la structure des coques il existe aussi des possibilités d'optimisation de la matière comme le font déjà les Japonais et les Allemands. L'organisation du travail lui aussi est un peu démodé chez Peugeot, l'informatisation des gestions des tâches et des carrières laisse à désirer, les RH n'utilisent toujours pas l'arbre des compétences, par exemple.

Tout un tas de petites choses de ce genre, avec une campagne d'optimisation pourraient augmenter la rentabilité de quelques points.

Par

En réponse à saabilen

Au niveau de l'assemblage par exemple les usines françaises pourraient s'améliorer, augmenter la cadence et diminuer le coût en robotisant encore certaines tâches comme la fixation des blocs, etc. Dans l'architecture de la structure des coques il existe aussi des possibilités d'optimisation de la matière comme le font déjà les Japonais et les Allemands. L'organisation du travail lui aussi est un peu démodé chez Peugeot, l'informatisation des gestions des tâches et des carrières laisse à désirer, les RH n'utilisent toujours pas l'arbre des compétences, par exemple.

Tout un tas de petites choses de ce genre, avec une campagne d'optimisation pourraient augmenter la rentabilité de quelques points.

Inscrivons en premier lieu les robots que tu te proposes de mettre en place à Pôle Emploi et embauchons les ensuite. Ça fera toujours autant de chômeurs en moins.

:roi:

Par

En réponse à roc et gravillon

Inscrivons en premier lieu les robots que tu te proposes de mettre en place à Pôle Emploi et embauchons les ensuite. Ça fera toujours autant de chômeurs en moins.

:roi:

J'ai subitement une meilleure idée ! Pourquoi ne pas transformer les usines Peugeot en CAT (centre d'aide par le travail) dont on rémunère les employés entre 55 et 110 % du smic horaire. Ça donnerait du travail aux handicapés qui en manquent cruellement, et une main-d'œuvre concurrentielle pour Peugeot, qui en manque cruellement. Et c'est bientôt Allô Ouine.

Par

En réponse à saabilen

J'ai subitement une meilleure idée ! Pourquoi ne pas transformer les usines Peugeot en CAT (centre d'aide par le travail) dont on rémunère les employés entre 55 et 110 % du smic horaire. Ça donnerait du travail aux handicapés qui en manquent cruellement, et une main-d'œuvre concurrentielle pour Peugeot, qui en manque cruellement. Et c'est bientôt Allô Ouine.

Très bonne idée : on commencerait par leur demander de mettre en place les boutons de commande sur un volant de RCZ. Si au bout de 6 mois ils tiennent la cadence, ils pourraient passer à l'empilage sur des pique-bons des demandes de mise en production des 4008. Enfin, le bâton de maréchal serait de brancher pour leur première recharge les Peugeot Ion sortant de chaîne.

Par Anonyme

" Au niveau de l'assemblage par exemple les usines françaises pourraient s'améliorer, augmenter la cadence et diminuer le coût en robotisant encore certaines tâches... "

On voit tout de suite l'expert des robots dans l'industrie...

Ça ne marche que dans les films de science-fiction ou les émissions de télé, ça...

Par Anonyme

" En es tu si sûr, banane anonyme de 14h43.... "

Le lien est la parfaite illustration du parallèle que j'ai fait avec les locomotives à vapeur.

Je recommence, des fois que la lumière se fasse...

Quand une technologie arrive au niveau de complexité qu'ont atteint les moteurs thermiques et tout ce qui est en amont pour fabriquer le carburant, elle devient vulnérable à une nouvelle technologie, plus simple et donc moins coûteuse à fabriquer et à maintenir.

Les motoristes, à vouloir rajouter des tas de dispositifs de plus en plus complexes et multiples, sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis.

Avec tous les travaux actuels sur les céramiques un peu partout dans le monde et les progrès rapides dans ce domaine, on risque fort de voir surgir de nouvelles technologies industrialisables qui relégueront rapidement Beau de Rochas aux rayon des antiquités.

Et autant les US ont une politique qui favorise la recherche tous azimuts dans ces domaines, autant l'Europe est complètement hémiplégique.

Comme disait la pub du Loto, pour gagner, il faut d'abord avoir joué...

Par

En réponse à Anonyme

" Au niveau de l'assemblage par exemple les usines françaises pourraient s'améliorer, augmenter la cadence et diminuer le coût en robotisant encore certaines tâches... "

On voit tout de suite l'expert des robots dans l'industrie...

Ça ne marche que dans les films de science-fiction ou les émissions de télé, ça...

Bah non, l'usine Saab Automobile de Trollhättan avait été rénovée par GM sur ce principe de flexibilité et d'opérabilité, ce qui lui donne aujourd'hui un rendement de fabrication et une plasticité parmi les plus hauts de l'industrie automobile. Le site peut assembler différents véhicules en changeant avec aisance et rapidement la configuration des lignes par ordinateur. À noter que les lignes de Rüsselsheim avaient reçu les mêmes agréments.

L'usine Volvo d'Uddevalla a souffert, elle, de son manque de souplesse, elle employait encore 600 personnes pour fabriquer 10000 véhicules par an. Les usines les plus efficaces sont actuellement au Japon, et commencent à apparaître chez GM aux USA après le choc de 2010.

Par Anonyme

" l'usine Saab Automobile de Trollhättan... "

Oh ! Le beau copier-coller d'un communiqué publicitaire !

La flexibilité, c'est mis en œuvre dans la plupart des usines et depuis des lustres. C'est essentiellement de l'humain et les robots n'y sont pas pour grand-chose.

Les robots, on les trouve toujours au ferrage parce que ce sont des opérations pénibles, dangereuses et répétitives (emboutissage, soudure aux pinces, etc.) ou à la peinture. On les trouve aussi certaines opérations qui demandent un tour de main particulier (encollages...) ou pour soulever des éléments lourds.

Mais l'assemblage sur ligne, c'est beaucoup d'imprévus et les robots se débrouillent très, très mal avec les imprévus. Et quand ils se plantent, ils bloquent la chaîne complète et ça coûte un max.

Par

En réponse à Anonyme

" l'usine Saab Automobile de Trollhättan... "

Oh ! Le beau copier-coller d'un communiqué publicitaire !

La flexibilité, c'est mis en œuvre dans la plupart des usines et depuis des lustres. C'est essentiellement de l'humain et les robots n'y sont pas pour grand-chose.

Les robots, on les trouve toujours au ferrage parce que ce sont des opérations pénibles, dangereuses et répétitives (emboutissage, soudure aux pinces, etc.) ou à la peinture. On les trouve aussi certaines opérations qui demandent un tour de main particulier (encollages...) ou pour soulever des éléments lourds.

Mais l'assemblage sur ligne, c'est beaucoup d'imprévus et les robots se débrouillent très, très mal avec les imprévus. Et quand ils se plantent, ils bloquent la chaîne complète et ça coûte un max.

La flexibilité d'une usine c'est aussi sa capacité à changer la ligne en deux jours pour assembler une autre automobile.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité