Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Commentaires - Mobilités de demain : la majorité du territoire français encore mal barrée

Stéphanie Fontaine

Mobilités de demain : la majorité du territoire français encore mal barrée

Déposer un commentaire

Par

" ces espaces peu denses représentent 90 % du territoire français" cela signifie que 90% du territoire est peu densément peuplé ce qui est vrai mais on s'en fout, ce qui nous intéresse c'est de savoir où les français vivent. Ce que dit l'INSEE c'est que 80% des français habitent des territoires densément, ou modéremment densément peuplée.

Pourquoi le rapporteur s'intéressent aux territoires où il y a peu d'humains, c'est quand même curieux

Par

Penser que l'on pourra faire du transport collectif pour nos zones peu denses, c'est idéaliste.

J'ai travaillé pour la construction du réseau de la SNCF et quand on voit le coût d'entretien d'une ligne de chemin de fer utilisé par 2 personnes par jour. On comprend vite que c'est une utopie.

La voiture a tout son sens dans ces zones et puis c'est la liberté : pas d'horaire, destination au choix, etc... tout le monde ne veut pas régresser et perdre en liberté. Ca ne fonctionne que pour les gens qui sont déjà habitués à ce mode de vie précaire en ville. Quand on a gouté à la liberté, difficile de revenir en arrière.

Par

En réponse à Axel015

Penser que l'on pourra faire du transport collectif pour nos zones peu denses, c'est idéaliste.

J'ai travaillé pour la construction du réseau de la SNCF et quand on voit le coût d'entretien d'une ligne de chemin de fer utilisé par 2 personnes par jour. On comprend vite que c'est une utopie.

La voiture a tout son sens dans ces zones et puis c'est la liberté : pas d'horaire, destination au choix, etc... tout le monde ne veut pas régresser et perdre en liberté. Ca ne fonctionne que pour les gens qui sont déjà habitués à ce mode de vie précaire en ville. Quand on a gouté à la liberté, difficile de revenir en arrière.

   

Mode de vie précaire en ville :buzz:

T'en rate pas une toi :buzz:

La question est de savoir quelle liberté on a quand 1h ou 2 de la journée sont bouffées par les transports... chacun son avis...

Mais effectivement, la voiture a tout son sens sur les territoires hors ville. Pas un scoop hein :buzz:

Là où elle a moins, c'est justement en ville... pour des raisons évidentes :buzz:

Par

En réponse à king crimson

Mode de vie précaire en ville :buzz:

T'en rate pas une toi :buzz:

La question est de savoir quelle liberté on a quand 1h ou 2 de la journée sont bouffées par les transports... chacun son avis...

Mais effectivement, la voiture a tout son sens sur les territoires hors ville. Pas un scoop hein :buzz:

Là où elle a moins, c'est justement en ville... pour des raisons évidentes :buzz:

   

"Mode de vie précaire en ville :buzz:

T'en rate pas une toi :buzz:"

J'ai connu les deux, donc je peux comparer. Et oui, vivre en ville c'est subir un lourd déclassement quelques soit le niveau de revenu. Toi c'est différent tu vas à l'opéra tous les soirs parait-il donc tu n'as pas le choix je comprends ta position. :biggrin:

Et depuis le confinement, bcp de citadins ont également gouté à la vie en dehors des centres urbains : étrangement, ils veulent tous ce casser après y avoir gouté !

https://www.lefigaro.fr/economie/les-cadres-parisiens-veulent-plus-que-jamais-quitter-la-capitale-20210427

De plus, les centres villes urbains qui pouvait avoir un certain charme se réduisent comme peau de chagrin au profil de centre commerciaux et du e-commerce. Sans compter la délinquance qui touché exclusivement certains quartier des grosses villes se repend maintenant à tous les niveaux.

Donc l'intérêt des villes denses ne fait que baisser effectivement.

Par

Faut arrêter avec "la fin du thermique en 20xx"... :dodo:

On sait tous que c'est que de la belle com', et qu'en l'absence d'alternatives viables il n'y aura aucun forçage : quand on voit comment quelques cents du litre ont réveillé les gilets jaunes, je n'ose pas imaginer l'obligation de payer 10.000 balles plus cher une bagnole électrique moins polyvalente que la thermique équivalente. :bah:

Et cet article montre bien le fossé entre les belles paroles politiques et la réalité du terrain : ils pourraient tout aussi bien annoncer la fin des voitures roulantes pour imposer les voitures volantes en 2035, ce serait aussi intelligent que prôner l'électrique pour tous dans moins de 20 ans.

:violon:

Par

Moi je propose le ferroutage (comme sous le tunnel), tous en VE pour les grands trajets, hop voiture sur un wagon de ville en ville en plus ça permettra à la SNCF de rouvrir des lignes et gagner du pognon et d'embaucher

plus besoin d’énormes batteries sur les VE, du coup voiture moins cher, plus légères, moins de polluant, campagne tranquille on pourrait même recharger les VE sur les wagons !!

Tout bénef :coolfuck:

Par

Les élus qui décident pour nous utilisent-ils le bus, le RER ou le vélo pour se déplacer ? En général, c'est plutôt voiture de fonction, taxi et TGV 1e classe.

Et bien sûr, vélo et métro devant les caméras pendant les campagnes électorales.

Quant aux grandes villes de province, les transports en commun et solutions de mobilité sont principalement pensés pour l'hyper-centre.

Par

En réponse à PLexus sol-air

Faut arrêter avec "la fin du thermique en 20xx"... :dodo:

On sait tous que c'est que de la belle com', et qu'en l'absence d'alternatives viables il n'y aura aucun forçage : quand on voit comment quelques cents du litre ont réveillé les gilets jaunes, je n'ose pas imaginer l'obligation de payer 10.000 balles plus cher une bagnole électrique moins polyvalente que la thermique équivalente. :bah:

Et cet article montre bien le fossé entre les belles paroles politiques et la réalité du terrain : ils pourraient tout aussi bien annoncer la fin des voitures roulantes pour imposer les voitures volantes en 2035, ce serait aussi intelligent que prôner l'électrique pour tous dans moins de 20 ans.

:violon:

   

C'est d'autant plus paradoxal qu'avec Euro 6d, l'hybridation, les recherches sur les bio-carburants du futur, le thermique est loin d'avoir dit son dernier mot.

L'électrique n'a de sens que pour les véhicules urbains.

Par

Je ne côtoie plus les transports en commun depuis que j'ai le permis.

Pouvoir décider quand je pars, sans dépendre d'un horaire, ne pas subir l’incompétence d'un service de transport en retard, pouvoir voyager assis, et surtout ne plus supporter les autres gens, bah c'est juste plus possible de revenir en arrière.

J'ai expérimenté un peu de covoiturage pendant mes études.

Autant j'ai rencontré des gens charmants, autant j'ai rencontré une majorité de connards. Dommage.

Le Rhume 19, ça m'a pas motivé d'en refaire. Hors de question de rouler masqué et de désinfecter ma voiture dès que quelqu'un rentre dedans. Du coup, je roule seul, et c'est très bien comme ça, et tant pis si je ne fais pas d'économie. Au moins j'ai le plaisir de rouler tranquille, sans emmerde.

Mais le confort et la tranquilité, askip, c'est pas écologique. Dommage, je m'en fou maintenant.

Par

En réponse à Axel015

"Mode de vie précaire en ville :buzz:

T'en rate pas une toi :buzz:"

J'ai connu les deux, donc je peux comparer. Et oui, vivre en ville c'est subir un lourd déclassement quelques soit le niveau de revenu. Toi c'est différent tu vas à l'opéra tous les soirs parait-il donc tu n'as pas le choix je comprends ta position. :biggrin:

Et depuis le confinement, bcp de citadins ont également gouté à la vie en dehors des centres urbains : étrangement, ils veulent tous ce casser après y avoir gouté !

https://www.lefigaro.fr/economie/les-cadres-parisiens-veulent-plus-que-jamais-quitter-la-capitale-20210427

De plus, les centres villes urbains qui pouvait avoir un certain charme se réduisent comme peau de chagrin au profil de centre commerciaux et du e-commerce. Sans compter la délinquance qui touché exclusivement certains quartier des grosses villes se repend maintenant à tous les niveaux.

Donc l'intérêt des villes denses ne fait que baisser effectivement.

   

Tu as une visions sacrément biaisée de la ville. Et surtout tu as l'air de ne causer que de Paris, un endroit désagréable.

Certains sont effectivement tentés d'aller voir à la campagne quand tout ce qui fait la ville est mort en raison de la crise sanitaire.

Très bien. Ils oublient juste, pour beaucoup, que quand on reviendra à la normale, pleins de choses seront bien moins accessibles pour eux... On va bien se marrer du retour de bâton...

Dans le lot, certains auront trouvé des intérêts à la campagne... mais dans quelle proportion...

Et effectivement, mes concerts et autres sorties, plusieurs par semaines, j'aime bien pouvoir y aller en marchant tranquillement, rejoindre les amis en 5 minutes, ne pas être escale d'une voiture... ^^

Tu parles d'un déclassement bordel :buzz:

Maintenant, si on n'a pas de vie culturelle, la ville a bien moins d'intérêt, c'est un fait.

Par

En réponse à TrashGroot

Je ne côtoie plus les transports en commun depuis que j'ai le permis.

Pouvoir décider quand je pars, sans dépendre d'un horaire, ne pas subir l’incompétence d'un service de transport en retard, pouvoir voyager assis, et surtout ne plus supporter les autres gens, bah c'est juste plus possible de revenir en arrière.

J'ai expérimenté un peu de covoiturage pendant mes études.

Autant j'ai rencontré des gens charmants, autant j'ai rencontré une majorité de connards. Dommage.

Le Rhume 19, ça m'a pas motivé d'en refaire. Hors de question de rouler masqué et de désinfecter ma voiture dès que quelqu'un rentre dedans. Du coup, je roule seul, et c'est très bien comme ça, et tant pis si je ne fais pas d'économie. Au moins j'ai le plaisir de rouler tranquille, sans emmerde.

Mais le confort et la tranquilité, askip, c'est pas écologique. Dommage, je m'en fou maintenant.

   

+1 !

Tu as bien raison de laisser les transports de déportation à ceux qui y prennent du plaisir. Chacun ces plaisirs après tout.

Par

En réponse à -Nicolas-

C'est d'autant plus paradoxal qu'avec Euro 6d, l'hybridation, les recherches sur les bio-carburants du futur, le thermique est loin d'avoir dit son dernier mot.

L'électrique n'a de sens que pour les véhicules urbains.

   

En deux phrases, vous avez tout dit!

Par

" L'autopartage, ainsi que le covoiturage représentent apparemment les solutions les plus réalistes "

Tout ca pour ca ?

Du coup on met 10 ZOE sur la place du village et chacun se sert ?

On a essaye avec Autolib, ca ne marche pas.

Sinon y'a des startups qui permettent de louer la voiture d'un particulier.

Par

tous ces gens qui veulent contrôler nos vies de provinciaux et campagnards , qui veulent nous imposer des bagnoles électriques, u'ils commencent par regarder là ou la pollution est la pire et ou on ne fait pas grand chose contre par intérêt électoral et autre !!!!! et qu'ils foutent la paix aux personnes qui résident à la campagne car ici point de pollution des arbres partout des petits chemins qui sentent la fraîcheur , ici aucune autorisation requise et privation de liberté , on fait ce qu'on veut et on roule même avec des poubelles avec un contrôle technique d'il y a 10 ans , ha ha ha

Par

En réponse à king crimson

Tu as une visions sacrément biaisée de la ville. Et surtout tu as l'air de ne causer que de Paris, un endroit désagréable.

Certains sont effectivement tentés d'aller voir à la campagne quand tout ce qui fait la ville est mort en raison de la crise sanitaire.

Très bien. Ils oublient juste, pour beaucoup, que quand on reviendra à la normale, pleins de choses seront bien moins accessibles pour eux... On va bien se marrer du retour de bâton...

Dans le lot, certains auront trouvé des intérêts à la campagne... mais dans quelle proportion...

Et effectivement, mes concerts et autres sorties, plusieurs par semaines, j'aime bien pouvoir y aller en marchant tranquillement, rejoindre les amis en 5 minutes, ne pas être escale d'une voiture... ^^

Tu parles d'un déclassement bordel :buzz:

Maintenant, si on n'a pas de vie culturelle, la ville a bien moins d'intérêt, c'est un fait.

   

"Très bien. Ils oublient juste, pour beaucoup, que quand on reviendra à la normale, pleins de choses seront bien moins accessibles pour eux... On va bien se marrer du retour de bâton..."

Quoi par exemple ?

A part ton cas particulier ou 5J sur 7 tu te rends à un concert, il n'y a rien que tu ne peux pas faire depuis la "province". Les commerces sont les mêmes partout : c'est même moins chère et moins industriel en dehors des villes mais des Zara, FootLooker, HM, Celio and Co tu en as partout...

Par contre la liste est infini de ce que tu ne peux pas faire en ville par rapport à la province.

Personnellement dans le 28 où j'ai grandi, j'étais à 30 minutes d'un des plus grand centre commerciale de France. Les concerts / humoristes se produisait également en province à 5 minutes de chez moi, j'étais à 10 minutes d'un cinéma, 50 minutes de Paris pour un gros évènement par exemple. Et pour 800 000 Francs (120 000 euros), j'ai grandi dans une maison de 250 mètres carrés avec un jardin de 1200 mètres carrés, 3 dépendances (un chalet et 2 garages), 3 voitures dans le foyer qui dormait à l'intérieur et 2 motos, la forêt juste à côté, la possibilité de faire un barbecue, le plaisir de se chauffer au feu de bois, l'absence de pollution, des voisins charmants et déstressés où tout le monde se dit bonjour dans la rue, l'absence totale de délinquance, un restaurant type bistrot français où tu manges pour 12 euros : entrée, plat, dessert de produits frais, bref la Dolce Vita sans aucune contrainte car avec la voiture tu es à proximité de tout. Sans compter la possibilité d'avoir des animaux plus facilement qu'en appartement (j'avais 2 tortues, un chien et un chat) ou bien celle de se faire un potager et manger ultra-frais, celle de pouvoir bricoler dans son jardin (ou faire la révision de sa voiture). L'été on profitait également de la piscine dans le jardin avec les copains...

Quand un gosse grandit en ville il fait quoi à part joué sur sa tablette enfermé dans sa chambre de 6 mètres carrés, imposer cette vie à ces gosses (pour ceux qui en ont) c'est du sadisme selon moi. Pendant que moi à la campagne, je partais en vélo (puis en moto après) en foret pour m'amuser avec mes potes dans les cratères d'obus de la seconde guerre mondiale ou bien on faisait de l'airsoft. :biggrin:

Bref, deux niveaux de vie totalement différent, j'en conviens...

Par

J'habite une ville de 20 000 habitants et je ne pourrais me passer d'une voiture.

Les transports en commun sont nettement insuffisants.

Là où vous aller passer une demi-heure en voiture vous mettrez 2 heures en TC s'il existe.

Beaucoup habitent aux alentours sans autre solution de transport que leur auto.

Par

En réponse à ape.happy

" ces espaces peu denses représentent 90 % du territoire français" cela signifie que 90% du territoire est peu densément peuplé ce qui est vrai mais on s'en fout, ce qui nous intéresse c'est de savoir où les français vivent. Ce que dit l'INSEE c'est que 80% des français habitent des territoires densément, ou modéremment densément peuplée.

Pourquoi le rapporteur s'intéressent aux territoires où il y a peu d'humains, c'est quand même curieux

   

oui, enfin, entre 2 villages, tu peux être amené à faire 20 bornes en rase campagne. ça ne veut pas dire que ces 20 bornes ne sont pas à prendre en compte... :cyp:

Par

En réponse à bruno3511502

J'habite une ville de 20 000 habitants et je ne pourrais me passer d'une voiture.

Les transports en commun sont nettement insuffisants.

Là où vous aller passer une demi-heure en voiture vous mettrez 2 heures en TC s'il existe.

Beaucoup habitent aux alentours sans autre solution de transport que leur auto.

   

Et quand bien même les TC mettraient le même temps que toi en voiture. Tu ne préfères quand même pas ton indépendance et ton autonomie au final ?

Par

En réponse à Axel015

Penser que l'on pourra faire du transport collectif pour nos zones peu denses, c'est idéaliste.

J'ai travaillé pour la construction du réseau de la SNCF et quand on voit le coût d'entretien d'une ligne de chemin de fer utilisé par 2 personnes par jour. On comprend vite que c'est une utopie.

La voiture a tout son sens dans ces zones et puis c'est la liberté : pas d'horaire, destination au choix, etc... tout le monde ne veut pas régresser et perdre en liberté. Ca ne fonctionne que pour les gens qui sont déjà habitués à ce mode de vie précaire en ville. Quand on a gouté à la liberté, difficile de revenir en arrière.

   

En fait, en 1900, le réseau ferroviaire était tellement dense qu'il y avait pratiquement des lignes passant pratiquement dans chaque commune, quitte à ce que ce soit des voies étroites et/ou tramways.

Donc, oui, c'est possible. Mais oui, ça a un coût.

Et si à l'époque, le réseau était aussi dense et que le coût n'était pas un problème, c'est que la voiture n'en était qu'à son tout début et très fortement minoritaire sur un réseau routier quasi inexistant.

Donc, si demain, des khmers verts au gouvernement en venaient à interdire carrément la présence automobile sur le territoire français, oui, un retour ou tout ferroviaire ne serait pas impossible.

Mais ça n'est clairement pas ce que veulent les gens. Et aucun candidat ayant un tel programme n'a de chance d'arriver au pouvoir.

Par

En réponse à ricolapin

Moi je propose le ferroutage (comme sous le tunnel), tous en VE pour les grands trajets, hop voiture sur un wagon de ville en ville en plus ça permettra à la SNCF de rouvrir des lignes et gagner du pognon et d'embaucher

plus besoin d’énormes batteries sur les VE, du coup voiture moins cher, plus légères, moins de polluant, campagne tranquille on pourrait même recharger les VE sur les wagons !!

Tout bénef :coolfuck:

   

Pas forcément con sur le papier. Mais même avec un système efficace, on perdrait forcément plus de temps à faire un trajet qu'aujourd'hui en thermique.

Par

En réponse à king crimson

Tu as une visions sacrément biaisée de la ville. Et surtout tu as l'air de ne causer que de Paris, un endroit désagréable.

Certains sont effectivement tentés d'aller voir à la campagne quand tout ce qui fait la ville est mort en raison de la crise sanitaire.

Très bien. Ils oublient juste, pour beaucoup, que quand on reviendra à la normale, pleins de choses seront bien moins accessibles pour eux... On va bien se marrer du retour de bâton...

Dans le lot, certains auront trouvé des intérêts à la campagne... mais dans quelle proportion...

Et effectivement, mes concerts et autres sorties, plusieurs par semaines, j'aime bien pouvoir y aller en marchant tranquillement, rejoindre les amis en 5 minutes, ne pas être escale d'une voiture... ^^

Tu parles d'un déclassement bordel :buzz:

Maintenant, si on n'a pas de vie culturelle, la ville a bien moins d'intérêt, c'est un fait.

   

t'as quel âge et combien de gosses au juste?

car si tu nous annonces être jeune et célibataire, on en reparlera alors dans 10 ans, avec 3 mômes et 1 poussette... :cyp:

Par

En réponse à fedoismyname

t'as quel âge et combien de gosses au juste?

car si tu nous annonces être jeune et célibataire, on en reparlera alors dans 10 ans, avec 3 mômes et 1 poussette... :cyp:

   

Mais bien sûr, on ne peut pas vivre en ville avec des gamins, c'est bien connu :buzz:

Sinon je suis en couple sans enfant, j'ai moins de 40 ans, et j'adore ma vie "déclassée" :buzz:

Par

En réponse à Axel015

"Très bien. Ils oublient juste, pour beaucoup, que quand on reviendra à la normale, pleins de choses seront bien moins accessibles pour eux... On va bien se marrer du retour de bâton..."

Quoi par exemple ?

A part ton cas particulier ou 5J sur 7 tu te rends à un concert, il n'y a rien que tu ne peux pas faire depuis la "province". Les commerces sont les mêmes partout : c'est même moins chère et moins industriel en dehors des villes mais des Zara, FootLooker, HM, Celio and Co tu en as partout...

Par contre la liste est infini de ce que tu ne peux pas faire en ville par rapport à la province.

Personnellement dans le 28 où j'ai grandi, j'étais à 30 minutes d'un des plus grand centre commerciale de France. Les concerts / humoristes se produisait également en province à 5 minutes de chez moi, j'étais à 10 minutes d'un cinéma, 50 minutes de Paris pour un gros évènement par exemple. Et pour 800 000 Francs (120 000 euros), j'ai grandi dans une maison de 250 mètres carrés avec un jardin de 1200 mètres carrés, 3 dépendances (un chalet et 2 garages), 3 voitures dans le foyer qui dormait à l'intérieur et 2 motos, la forêt juste à côté, la possibilité de faire un barbecue, le plaisir de se chauffer au feu de bois, l'absence de pollution, des voisins charmants et déstressés où tout le monde se dit bonjour dans la rue, l'absence totale de délinquance, un restaurant type bistrot français où tu manges pour 12 euros : entrée, plat, dessert de produits frais, bref la Dolce Vita sans aucune contrainte car avec la voiture tu es à proximité de tout. Sans compter la possibilité d'avoir des animaux plus facilement qu'en appartement (j'avais 2 tortues, un chien et un chat) ou bien celle de se faire un potager et manger ultra-frais, celle de pouvoir bricoler dans son jardin (ou faire la révision de sa voiture). L'été on profitait également de la piscine dans le jardin avec les copains...

Quand un gosse grandit en ville il fait quoi à part joué sur sa tablette enfermé dans sa chambre de 6 mètres carrés, imposer cette vie à ces gosses (pour ceux qui en ont) c'est du sadisme selon moi. Pendant que moi à la campagne, je partais en vélo (puis en moto après) en foret pour m'amuser avec mes potes dans les cratères d'obus de la seconde guerre mondiale ou bien on faisait de l'airsoft. :biggrin:

Bref, deux niveaux de vie totalement différent, j'en conviens...

   

Passionnant, réellement :buzz:

Si un gamin reste planté devant sa tablette, où qu'il habite, c'est que ce sont les parents qui ont autant d'intérêt qu'une huître :buzz:

La ville est un endroit passionnnat, mais pas adaptés aux limités de l'esprit.

Quelques scoops au passage:

- il y a des maisons de ville

- il y a des apparentement qui font plus de 40m2 (encore une fois ne pas limiter à ton pauvre paris)

- la plupart des grandes villes de province ont la nature très proche (pour moi: 45mn... de marche en sortant de chez moi :buzz: )

- les gamins, quand ils grandissent, n'ont certes pas la piscine, mais se construisent intellectuellement, rencontrent des personnes en dehors des deux maisons autour, ne sont pas dépendants en permanence, etc

Et faut avouer que je me marre quand je vois les collègues choisissants la "campagne" balancer "bon je pars, y aura de la circulation, vais mettre une heure" (et je ne parle même pas des jours de neige), pendant que je sais que 15mn plus tard je serais en afterwork :buzz:

Tu as le droit d'aimer la campagne, pas de souci (d'ailleurs j'aime aussi... juste pas pour y habiter), mais tu oublies bien des choses dans tes raisonnements...

Par

En réponse à king crimson

Mais bien sûr, on ne peut pas vivre en ville avec des gamins, c'est bien connu :buzz:

Sinon je suis en couple sans enfant, j'ai moins de 40 ans, et j'adore ma vie "déclassée" :buzz:

   

Oui, sans enfants donc, ceci explique cela... :cyp:

Car avec des enfants (majorité des foyers?), le raisonnement devient complètement différent pour le logement, les transports, les sorties, etc... tant en praticité qu'en... coût.

Bref, je comprends mieux maintenant pourquoi tu veux rester en ville, pour peu d'être un adepte des sorties tous les soirs et d'avoir les moyens de les financer.

Moi aussi, quand j'étais jeune, c'est ce que je faisais... jusqu'au moment où ça devient saoulant, contraignant, pour ne pas dire onéreux.

mais ceux ayant des gosses peuvent difficilement profiter de ces sorties et dès lors, l'intérêt de vivre en ville s'estompe très vite.

quant à vivre en banlieue, là, l'intérêt est encore plus faible...

Par

En réponse à king crimson

Tu as une visions sacrément biaisée de la ville. Et surtout tu as l'air de ne causer que de Paris, un endroit désagréable.

Certains sont effectivement tentés d'aller voir à la campagne quand tout ce qui fait la ville est mort en raison de la crise sanitaire.

Très bien. Ils oublient juste, pour beaucoup, que quand on reviendra à la normale, pleins de choses seront bien moins accessibles pour eux... On va bien se marrer du retour de bâton...

Dans le lot, certains auront trouvé des intérêts à la campagne... mais dans quelle proportion...

Et effectivement, mes concerts et autres sorties, plusieurs par semaines, j'aime bien pouvoir y aller en marchant tranquillement, rejoindre les amis en 5 minutes, ne pas être escale d'une voiture... ^^

Tu parles d'un déclassement bordel :buzz:

Maintenant, si on n'a pas de vie culturelle, la ville a bien moins d'intérêt, c'est un fait.

   

Selon klaus schwab le retour à la vie normal est : jamais.

À moins biensur que tu sois provac et passeport vaccinal bien évidement.

Par

Bon les parisiens, ne vous fatiguez pas a répondre.

Faut avouer que votre région est là pire de France. Pas pour rien que j'en retrouve venir habiter ici :buzz:

Par

En réponse à king crimson

Bon les parisiens, ne vous fatiguez pas a répondre.

Faut avouer que votre région est là pire de France. Pas pour rien que j'en retrouve venir habiter ici :buzz:

   

T'habites où au juste?

Par

En réponse à king crimson

Bon les parisiens, ne vous fatiguez pas a répondre.

Faut avouer que votre région est là pire de France. Pas pour rien que j'en retrouve venir habiter ici :buzz:

   

Condescendant comme tu es ce serais bien que tu y reste aussi.

Par

Je suis d'accord pour dire que la campagne c'est pas top. Le calme absolue avec les oiseaux qui n'arrêtent pas de parler, l'air un plus pur et frais qui donne envie de respirer à fond, n'avoir aucun vis à vis malgré l'absence de rideaux aux fenêtres, les gens qui disent tous bonjour, oh oui ça c'est vraiment pénible pour moi j'en peu plus :biggrin:

Par

" c’est la sociabilisation de la voiture, notamment pour répondre à ce que l’on appelle "les assignés territoriaux" ....

Heureusement qu'on a pas attendu après le Sénat pour s'entraider au niveau de ce que l'on appelle la "mobilité"....bien sûr, qu'en famille, entre voisins on s'est toujours entraider pour mutualiser les déplacements lorsque cela était possible....de la "grande" d'à côté qu'il fallait emmener "à la ville" pour ses leçons de conduite, celui qu'il fallait emmener à la gare quand il faisait ses études à la "grande ville"plus éloignée, et celui qui avait une camionnette et qui rendait service pour les objets plus lourds qui n'étaient pas encore livrés en 24h..... Et qu'en est-il aujourd'hui ? Celui ou celle qui a eu son permis dépanne ceux qui ne peuvent plus conduire..

Le problème, à mon sens , existe pour des personnes mises à l'écart, pour une raison ou pour une autre, et qui ont vu disparaître des lignes de bus ou voie ferrée sous fréquentées et leur non remplacement par des alternatives ...Transport individualisé sur réservation à 24H à 2€ ou 3 € dans un certain périmètre....(Aide financée par le département ou la

région)

Dans certaines zones autour de villes moyennes cela se fait déjà....:bah:

Par

En réponse à Axel015

Penser que l'on pourra faire du transport collectif pour nos zones peu denses, c'est idéaliste.

J'ai travaillé pour la construction du réseau de la SNCF et quand on voit le coût d'entretien d'une ligne de chemin de fer utilisé par 2 personnes par jour. On comprend vite que c'est une utopie.

La voiture a tout son sens dans ces zones et puis c'est la liberté : pas d'horaire, destination au choix, etc... tout le monde ne veut pas régresser et perdre en liberté. Ca ne fonctionne que pour les gens qui sont déjà habitués à ce mode de vie précaire en ville. Quand on a gouté à la liberté, difficile de revenir en arrière.

   

Faut pas confondre transports collectifs et transports de masse.

En zone peu dense, le transport collectif ça peut être le covoiturage bla-bla car , l'autopartage, le minibus etc.

Par

En réponse à -Nicolas-

C'est d'autant plus paradoxal qu'avec Euro 6d, l'hybridation, les recherches sur les bio-carburants du futur, le thermique est loin d'avoir dit son dernier mot.

L'électrique n'a de sens que pour les véhicules urbains.

   

L'électricité n'apporte rien de plus à la conduite ou à la pollution urbaines qu'un bon hybride. Ok comparé à un diesel une électrique sera très bien, mais on n'est plus il y a 20 ans quand les citadines diesel pré-dieselgate pulullaient en nous tuant à petit feu à coup de NOx et de particules. :bah:

Et en termes de coût une élec qui ne fera que des sauts de puce et moins de 10.000 bornes par an sera juste un gouffre financier. :dodo:

Par

En 2040, il paraît qu il fera chaud en hiver et que bcp d'animaux et d'insectes auront disparu, l'air sera saturé en CO2. Voilà. Voilà.

Par

En réponse à fedoismyname

oui, enfin, entre 2 villages, tu peux être amené à faire 20 bornes en rase campagne. ça ne veut pas dire que ces 20 bornes ne sont pas à prendre en compte... :cyp:

   

Ce que je veux dire c'est qu'il y a déjà bien assez à faire pour 80% de la population sans allez toute de suite essayer de changer les 20% dans les zones de faible densité (le plus difficile).

Commençons par les grandes moyennes et petites villes ansi que les villages à 10/20 km des petites villes et après on verra ce qu'on peut faire pour le 20% de population restante. Il y a déjà de quoi améliorer la situation

Par

En réponse à PLexus sol-air

L'électricité n'apporte rien de plus à la conduite ou à la pollution urbaines qu'un bon hybride. Ok comparé à un diesel une électrique sera très bien, mais on n'est plus il y a 20 ans quand les citadines diesel pré-dieselgate pulullaient en nous tuant à petit feu à coup de NOx et de particules. :bah:

Et en termes de coût une élec qui ne fera que des sauts de puce et moins de 10.000 bornes par an sera juste un gouffre financier. :dodo:

   

Non une électrique en mode urbain n'apporte rien à part :

Un agrément de conduite exceptionnel

Pas de bruit de moteur qui gueule comme une Toyota hybride

Pas besoin d'aller s'embêter tous les 10 ou 15.000 km faire une révision obligatoire

Pas besoin d'aller s'embêter à la pompe et patauger dans le jus de dinausore.

Non c'est sûr, vive l'hybride Toyota, c'est l'avenir :lol:

Par

Pourquoi la plaque de la bagnole radar est masquée ? Cela est d'utilité publique de savoir qui nous b.....

Par

En réponse à fedoismyname

En fait, en 1900, le réseau ferroviaire était tellement dense qu'il y avait pratiquement des lignes passant pratiquement dans chaque commune, quitte à ce que ce soit des voies étroites et/ou tramways.

Donc, oui, c'est possible. Mais oui, ça a un coût.

Et si à l'époque, le réseau était aussi dense et que le coût n'était pas un problème, c'est que la voiture n'en était qu'à son tout début et très fortement minoritaire sur un réseau routier quasi inexistant.

Donc, si demain, des khmers verts au gouvernement en venaient à interdire carrément la présence automobile sur le territoire français, oui, un retour ou tout ferroviaire ne serait pas impossible.

Mais ça n'est clairement pas ce que veulent les gens. Et aucun candidat ayant un tel programme n'a de chance d'arriver au pouvoir.

   

Ce réseau très avait un fameux talon d'Achille: nombre de petites liaisons (le petit train) n'ont JAMAIS été rentables. Même celle qui reliait Quimper à Pont-L'abbé, qui transportait passagers et marchandises en provenance d'une côte très dynamique économiquement a dû fermer tellement c'était un trou sans fond.

Si un jour un gvt de Khmers verts réouvre à toute force ces lignes, ils fera comme le régime soviétique: ruiner l'économie jusqu'à l'effondrement final.

Par

En réponse à VARVILO

Ce réseau très avait un fameux talon d'Achille: nombre de petites liaisons (le petit train) n'ont JAMAIS été rentables. Même celle qui reliait Quimper à Pont-L'abbé, qui transportait passagers et marchandises en provenance d'une côte très dynamique économiquement a dû fermer tellement c'était un trou sans fond.

Si un jour un gvt de Khmers verts réouvre à toute force ces lignes, ils fera comme le régime soviétique: ruiner l'économie jusqu'à l'effondrement final.

   

En fait, on peut très bien financer des lignes peu rentables grâce à des lignes rentables.

Du moins, avec une entreprise ferroviaire... nationalisée, voire avec des incitations.

Encore faut-il le faire et que ça soit bien fait.

Mais si on venait un jour à nous interdire la voiture, là où une ligne n'est aujourd'hui pas rentable, elle pourrait le devenir soudainement. Du simple fait qu'il faudrait bien que les gens puissent se déplacer, et pas uniquement en vélo.:bah:

Mais bon, c'est un scénario qu'on ne verra probablement jamais en oeuvre, à moins de tomber sur des fous furieux au pouvoir.

Et d'ailleurs, même à Cuba, la plupart des gens circulent à voiture...

Par

Le début d'un frémissement?

The book, Unsettled: What Climate Science Tells Us, What It Doesn’t, And Why It Matters, is written by Steven Koonin, a physicist and professor at New York University who served as undersecretary for science in the US Department of Energy during the Barack Obama administration.

https://asiatimes.com/2021/05/a-red-team-view-of-climate-science/

Le début de 6 articles.

Par

En réponse à ano22

Non une électrique en mode urbain n'apporte rien à part :

Un agrément de conduite exceptionnel

Pas de bruit de moteur qui gueule comme une Toyota hybride

Pas besoin d'aller s'embêter tous les 10 ou 15.000 km faire une révision obligatoire

Pas besoin d'aller s'embêter à la pompe et patauger dans le jus de dinausore.

Non c'est sûr, vive l'hybride Toyota, c'est l'avenir :lol:

   

Bah oui, quel agrément exceptionnel que les 44cv d'une Spring, à recharger tous les 150 bornes sans quoi tu dois pousser ! :biggrin:

Quant à l'entretien d'une électrique, va faire un petit tour chez ton dealer pour voir si t'as pas un amortisseur qui fuit, ça serait dommage de péter ta voiture avant qu'elle n'ait épongé son énorme dette initiale de CO2 (si elle la rembourse un jour...). :chut:

Puis je ne sais pas pour toi, mais quand moi je fais le plein de la caisse (une fois par mois en moyenne, toujours sur mon trajet et sans devoir attendre : si il y a une seule voiture en attente je reviens le lendemain), je ne prends pas une douche de SP : je colle mon pistolet dans le trou et le bloque, je check mes messages au chaud pendant les 3 minutes du remplissage, et quand ça fait cloc je repars : infiniment moins contraignant que de chercher un câble dans le coffre, le brancher, attendre 20 minutes, débrancher le câble puis le ranger, et ça plusieurs fois en une seule journée dès qu'on fait quelques bornes... :dodo:

Puis pour le prix de ta boîte à piles t'as facilement plus qu'une petite Prius : avec un V6 les 20 ou 30% du temps où le moteur tourne en ville il fait un son discret mais sympa qui incite à ouvrir les vitres pour l'écouter... :bien:

Eh oui, l'avenir de la voiture c'est bien l'hybride, peu cher à l'achat, peu coûteux à l'usage, polyvalent, propre, et sans problèmes potentiels tels que la durabilité aléatoire de la batterie, le coût du recyclage, etc... :oops:

:violon:

Par

En réponse à PLexus sol-air

Bah oui, quel agrément exceptionnel que les 44cv d'une Spring, à recharger tous les 150 bornes sans quoi tu dois pousser ! :biggrin:

Quant à l'entretien d'une électrique, va faire un petit tour chez ton dealer pour voir si t'as pas un amortisseur qui fuit, ça serait dommage de péter ta voiture avant qu'elle n'ait épongé son énorme dette initiale de CO2 (si elle la rembourse un jour...). :chut:

Puis je ne sais pas pour toi, mais quand moi je fais le plein de la caisse (une fois par mois en moyenne, toujours sur mon trajet et sans devoir attendre : si il y a une seule voiture en attente je reviens le lendemain), je ne prends pas une douche de SP : je colle mon pistolet dans le trou et le bloque, je check mes messages au chaud pendant les 3 minutes du remplissage, et quand ça fait cloc je repars : infiniment moins contraignant que de chercher un câble dans le coffre, le brancher, attendre 20 minutes, débrancher le câble puis le ranger, et ça plusieurs fois en une seule journée dès qu'on fait quelques bornes... :dodo:

Puis pour le prix de ta boîte à piles t'as facilement plus qu'une petite Prius : avec un V6 les 20 ou 30% du temps où le moteur tourne en ville il fait un son discret mais sympa qui incite à ouvrir les vitres pour l'écouter... :bien:

Eh oui, l'avenir de la voiture c'est bien l'hybride, peu cher à l'achat, peu coûteux à l'usage, polyvalent, propre, et sans problèmes potentiels tels que la durabilité aléatoire de la batterie, le coût du recyclage, etc... :oops:

:violon:

   

J'ai eu un V8 il y a peu de temps c'est pas ton V6 d'un autre temps qui va me faire rêver.

Pour le reste t'es parti en HS, on parlait d'un usage urbain.

Mais bon si ça peut enlever un peu de frustration de te déchaîner ici tant mieux, je peux comprendre cette haine quand on roule dans une épave du tiers monde.

Par

En réponse à fedoismyname

En fait, on peut très bien financer des lignes peu rentables grâce à des lignes rentables.

Du moins, avec une entreprise ferroviaire... nationalisée, voire avec des incitations.

Encore faut-il le faire et que ça soit bien fait.

Mais si on venait un jour à nous interdire la voiture, là où une ligne n'est aujourd'hui pas rentable, elle pourrait le devenir soudainement. Du simple fait qu'il faudrait bien que les gens puissent se déplacer, et pas uniquement en vélo.:bah:

Mais bon, c'est un scénario qu'on ne verra probablement jamais en oeuvre, à moins de tomber sur des fous furieux au pouvoir.

Et d'ailleurs, même à Cuba, la plupart des gens circulent à voiture...

   

Le réseau ferré n'a jamais desservi toutes les communes. Alors, qu'est-ce qu'on fait: on (re)met en place un service de chars à banc pour rentrer à la ferme au fin-fond de sa campagne natale?

Problème: la commission européenne a interdit la traction animale pour l'usage quotidien; ça avait même procuré l'occasion à la mafia de monter un trafic de viande illégal quand la Roumanie a intégré l'UE.

Plus sérieusement: il est très regrettable qu'on ait pas systématiquement converti les anciennes voies ferrées en voies piétonne et cyclables en réalisant les aménagements nécessaires pour les rendre attrayantes, c-à-d sans solution de continuité.

Par

En réponse à ano22

J'ai eu un V8 il y a peu de temps c'est pas ton V6 d'un autre temps qui va me faire rêver.

Pour le reste t'es parti en HS, on parlait d'un usage urbain.

Mais bon si ça peut enlever un peu de frustration de te déchaîner ici tant mieux, je peux comprendre cette haine quand on roule dans une épave du tiers monde.

   

Môâ, ce qui me fait rêver, c'est le L6 Jaguar, na d'abord!:areuh:

Par

Problème posé à l'envers : depuis l'exode rural, la croissance démographique dans les zones périurbaines, ou dans les campagnes éloignées des centre-villes, a précisément été rendue possible grâce au pétrole donc à l'automobile.

La qualité de la desserte en transports collectifs ne jouant qu'à a marge, à l'exception du train qui demeure un mode de transport efficace à tous points de vue.

Donc soit on "rapatrie" davantage de travail loin des villes via le télétravail notamment, soit on s'expose à de sérieuses difficultés en terme de mobilités financièrement accessibles pour la plupart...

Car jusqu'ici la plupart des ménages pouvait envisager de se déplacer dans un budget raisonnable : occasion de quelques années, moteur diesel et pour 2.000 euros par an tout inclus, vous aviez une solution de mobilité au large spectre d'utilisation même avec des revenus basiques.

Là avec l'inflation tarifaire terrible qui s'annonce entre l'explosion des prix de vente (dans les +10% en 2 ans sur certains modèles), les tensions sur le prix du pétrole et le coût astronomique des véhicules électriques en neuf, on s'expose à quelques retours de bâton dans la lignée de la fin 2018:cubitus:

Par

En réponse à Axel015

"Mode de vie précaire en ville :buzz:

T'en rate pas une toi :buzz:"

J'ai connu les deux, donc je peux comparer. Et oui, vivre en ville c'est subir un lourd déclassement quelques soit le niveau de revenu. Toi c'est différent tu vas à l'opéra tous les soirs parait-il donc tu n'as pas le choix je comprends ta position. :biggrin:

Et depuis le confinement, bcp de citadins ont également gouté à la vie en dehors des centres urbains : étrangement, ils veulent tous ce casser après y avoir gouté !

https://www.lefigaro.fr/economie/les-cadres-parisiens-veulent-plus-que-jamais-quitter-la-capitale-20210427

De plus, les centres villes urbains qui pouvait avoir un certain charme se réduisent comme peau de chagrin au profil de centre commerciaux et du e-commerce. Sans compter la délinquance qui touché exclusivement certains quartier des grosses villes se repend maintenant à tous les niveaux.

Donc l'intérêt des villes denses ne fait que baisser effectivement.

   

le sujet c'est la mobilité semble t il, et, voici que vous délirez comme à l'accoutumée sur le charme des centres villes et de la délinquance qui va de pair. Pour finir, dans dans 1 ou 2 posts vous pourrez évoquer les prochaines élections et l'incompétence des français à effectuer les "bons choix".

Par

En réponse à Axel015

"Très bien. Ils oublient juste, pour beaucoup, que quand on reviendra à la normale, pleins de choses seront bien moins accessibles pour eux... On va bien se marrer du retour de bâton..."

Quoi par exemple ?

A part ton cas particulier ou 5J sur 7 tu te rends à un concert, il n'y a rien que tu ne peux pas faire depuis la "province". Les commerces sont les mêmes partout : c'est même moins chère et moins industriel en dehors des villes mais des Zara, FootLooker, HM, Celio and Co tu en as partout...

Par contre la liste est infini de ce que tu ne peux pas faire en ville par rapport à la province.

Personnellement dans le 28 où j'ai grandi, j'étais à 30 minutes d'un des plus grand centre commerciale de France. Les concerts / humoristes se produisait également en province à 5 minutes de chez moi, j'étais à 10 minutes d'un cinéma, 50 minutes de Paris pour un gros évènement par exemple. Et pour 800 000 Francs (120 000 euros), j'ai grandi dans une maison de 250 mètres carrés avec un jardin de 1200 mètres carrés, 3 dépendances (un chalet et 2 garages), 3 voitures dans le foyer qui dormait à l'intérieur et 2 motos, la forêt juste à côté, la possibilité de faire un barbecue, le plaisir de se chauffer au feu de bois, l'absence de pollution, des voisins charmants et déstressés où tout le monde se dit bonjour dans la rue, l'absence totale de délinquance, un restaurant type bistrot français où tu manges pour 12 euros : entrée, plat, dessert de produits frais, bref la Dolce Vita sans aucune contrainte car avec la voiture tu es à proximité de tout. Sans compter la possibilité d'avoir des animaux plus facilement qu'en appartement (j'avais 2 tortues, un chien et un chat) ou bien celle de se faire un potager et manger ultra-frais, celle de pouvoir bricoler dans son jardin (ou faire la révision de sa voiture). L'été on profitait également de la piscine dans le jardin avec les copains...

Quand un gosse grandit en ville il fait quoi à part joué sur sa tablette enfermé dans sa chambre de 6 mètres carrés, imposer cette vie à ces gosses (pour ceux qui en ont) c'est du sadisme selon moi. Pendant que moi à la campagne, je partais en vélo (puis en moto après) en foret pour m'amuser avec mes potes dans les cratères d'obus de la seconde guerre mondiale ou bien on faisait de l'airsoft. :biggrin:

Bref, deux niveaux de vie totalement différent, j'en conviens...

   

le terme de niveau de vie est impropre, niveau implique une hiérarchie, en réalité, vous deviez penser à mode de vie impliquant une qualité. Soyez précis sans verbiage inutile.

Par

En réponse à ape.happy

" ces espaces peu denses représentent 90 % du territoire français" cela signifie que 90% du territoire est peu densément peuplé ce qui est vrai mais on s'en fout, ce qui nous intéresse c'est de savoir où les français vivent. Ce que dit l'INSEE c'est que 80% des français habitent des territoires densément, ou modéremment densément peuplée.

Pourquoi le rapporteur s'intéressent aux territoires où il y a peu d'humains, c'est quand même curieux

   

Il y a des territoires, notamment tous ces charmants départements de la "diagonale du vide", où les trajets domicile travail sont en moyenne nettement plus longs qu'ailleurs en distance, du fait de l'éparpillement ou du mitage de l'habitat.

C'est parfois un choix de vie : moins de travail et de salaire, plus d'espace et de liberté, sans les contraintes des métropoles qui saturent tant de gens en ce moment :bah:

Les déplacements dans ces territoires resteront donc carbonés bien plus longtemps, puisque là encore on pose le problème à l'envers et on oublie que le pétrole et l'automobile ont considérablement modifié notre rapport à l'espace et aux distances.

Pour utiliser un référentiel que tout le monde connaît, quand les départements ont été créés en 1790, l'idée était de délimiter des circonscriptions où la préfecture devait rester accessible en tout point en une journée de cheval.

Aujourd'hui, rares sont les endroits d'un département où on se trouve à plus d'une heure de la préfecture ou de la ville centre à défaut....c'est juste pour donner un ordre de grandeur : en 200 ans les contraintes liées aux distances ont été grossièrement divisées par 10.

Alors oui pour ça il faut des infrastructures, et il faut des véhicules émetteurs de CO2.

Aujourd'hui beaucoup de pseudo-écologistes nés de la dernière averse oublient juste que nos économies, services publics, lieux de vie et infrastructures sont dimensionnés depuis maintenant 70 ans minimum, sur l'automobile donc sur le pétrole, et que sortir d'un modèle comme ça ne pourra jamais se faire en 10 ans, mais plutôt en 50 :bah:

Enfin le niveau de réflexion moyen sur ces questions est encore tellement pathétique en France...allez discuter de ça avec un boomer qui 90% du temps et même avec de la bonne volonté, sera incapable d'appréhender les enjeux.

Incompréhension qui d'ailleurs génère souvent de la frustration, des replis identitaires et probablement du vote nationaliste, parce qu'il faut bien trouver des responsables à la situation, ma bonne dame !

Donc on peut prendre le problème par n'importe quel bout, dans un contexte économique dégradé toutes ces contraintes supplémentaires sur les mobilités, le logement ne peuvent qu'être perçues comme autant de défiances supplémentaires de nos dirigeants.

Pas facile d'être optimiste en France en ce moment, alors que fondamentalement il y a bien pire ailleurs :fleur:

Mais ça nos dirigeants n'y sont pas pour rien...

Par

En réponse à -Nicolas-

Les élus qui décident pour nous utilisent-ils le bus, le RER ou le vélo pour se déplacer ? En général, c'est plutôt voiture de fonction, taxi et TGV 1e classe.

Et bien sûr, vélo et métro devant les caméras pendant les campagnes électorales.

Quant aux grandes villes de province, les transports en commun et solutions de mobilité sont principalement pensés pour l'hyper-centre.

   

C'est clair le gouvernement faites ce que je dis mais pas ce que je fais:chut:

Par

En réponse à Axel015

Penser que l'on pourra faire du transport collectif pour nos zones peu denses, c'est idéaliste.

J'ai travaillé pour la construction du réseau de la SNCF et quand on voit le coût d'entretien d'une ligne de chemin de fer utilisé par 2 personnes par jour. On comprend vite que c'est une utopie.

La voiture a tout son sens dans ces zones et puis c'est la liberté : pas d'horaire, destination au choix, etc... tout le monde ne veut pas régresser et perdre en liberté. Ca ne fonctionne que pour les gens qui sont déjà habitués à ce mode de vie précaire en ville. Quand on a gouté à la liberté, difficile de revenir en arrière.

   

Voiture est une liberté tout est dit:bien:

Maintenant les gens se contentent, quand on voit que la plupart des gens disent que la Dacia Spring est une bonne voiture à 17 mikes € , on voit le niveau :tourne:

Par

Assez d'accord avec les derniers commentaires, et puis dans le pire des cas, si vraiment l'automobile devient inaccessible, beaucoup préfèreront garder leurs habitudes et passer sur un 2 roues électrique ou thermique, plutôt que renoncer à sa qualité de vie loin des foules.

Quand on voit des 2 roues 125cm3 genre Nmax ou Kymco, accessibles en neuf pour 3.000 euros et consommant moins de 3 litres aux 100 avec des max à 110 km/h...soit à peine plus cher qu'un VAE bridé à 25 km/h, la comparaison sur les seuls critères des coûts et des temps de déplacement n'est pas prête d'être favorables à d'autres modes de déplacement dans la plupart de ces zones éloignées.

Par

La voiture électrique est plus propre que les transports en commun...et c'est un site de vélos qui le dit ;

https://www.bikeradar.com/features/long-reads/cycling-environmental-impact/

Par

et si les politiques foutaient la paix aux gens plutôt que de toujours chercher à dire comment ils doivent se déplacer, penser etc.

Par

Super !!!

Je vais tenter d'expliquer aux habitants de mon village dans le Cap Corse de se convertir à la démobilité : usage du vélo et mini roue, je pense que je vais les convaincre ...

Par

En réponse à fedoismyname

Pas forcément con sur le papier. Mais même avec un système efficace, on perdrait forcément plus de temps à faire un trajet qu'aujourd'hui en thermique.

   

Ultra-con, plutôt.

Tu as réfléchi au débit d'un RER, genre 1000 passagers minute en heure de pointe? Calculé en navette eurostar (ferroutage) avec une capa de 120 caisses, remplies chacune par 1,3 passagers en moyenne, il te faut 6 navettes par minute. Une toutes les 10 secondes, pour faire l'équivalent d'une ligne RER.

Comiques! :areuh:

Par

En réponse à GY201

Le début d'un frémissement?

The book, Unsettled: What Climate Science Tells Us, What It Doesn’t, And Why It Matters, is written by Steven Koonin, a physicist and professor at New York University who served as undersecretary for science in the US Department of Energy during the Barack Obama administration.

https://asiatimes.com/2021/05/a-red-team-view-of-climate-science/

Le début de 6 articles.

   

Hou... C'est sûrement un négatiocomplotiste climatosceptique !

Je suis la publication, merci pour le lien.

Par

En réponse à Lycanthr0pe

Hou... C'est sûrement un négatiocomplotiste climatosceptique !

Je suis la publication, merci pour le lien.

   

"This is not a popular thing to say, since people like to have black-and-white certainty"

Ils suivent le forum de Cara?:biggrin:

Par

En réponse à ape.happy

" ces espaces peu denses représentent 90 % du territoire français" cela signifie que 90% du territoire est peu densément peuplé ce qui est vrai mais on s'en fout, ce qui nous intéresse c'est de savoir où les français vivent. Ce que dit l'INSEE c'est que 80% des français habitent des territoires densément, ou modéremment densément peuplée.

Pourquoi le rapporteur s'intéressent aux territoires où il y a peu d'humains, c'est quand même curieux

   

Il n'y a qu'a les supprimer et compacter un peu plus les zones denses !

Par

En réponse à Aurcads

Il y a des territoires, notamment tous ces charmants départements de la "diagonale du vide", où les trajets domicile travail sont en moyenne nettement plus longs qu'ailleurs en distance, du fait de l'éparpillement ou du mitage de l'habitat.

C'est parfois un choix de vie : moins de travail et de salaire, plus d'espace et de liberté, sans les contraintes des métropoles qui saturent tant de gens en ce moment :bah:

Les déplacements dans ces territoires resteront donc carbonés bien plus longtemps, puisque là encore on pose le problème à l'envers et on oublie que le pétrole et l'automobile ont considérablement modifié notre rapport à l'espace et aux distances.

Pour utiliser un référentiel que tout le monde connaît, quand les départements ont été créés en 1790, l'idée était de délimiter des circonscriptions où la préfecture devait rester accessible en tout point en une journée de cheval.

Aujourd'hui, rares sont les endroits d'un département où on se trouve à plus d'une heure de la préfecture ou de la ville centre à défaut....c'est juste pour donner un ordre de grandeur : en 200 ans les contraintes liées aux distances ont été grossièrement divisées par 10.

Alors oui pour ça il faut des infrastructures, et il faut des véhicules émetteurs de CO2.

Aujourd'hui beaucoup de pseudo-écologistes nés de la dernière averse oublient juste que nos économies, services publics, lieux de vie et infrastructures sont dimensionnés depuis maintenant 70 ans minimum, sur l'automobile donc sur le pétrole, et que sortir d'un modèle comme ça ne pourra jamais se faire en 10 ans, mais plutôt en 50 :bah:

Enfin le niveau de réflexion moyen sur ces questions est encore tellement pathétique en France...allez discuter de ça avec un boomer qui 90% du temps et même avec de la bonne volonté, sera incapable d'appréhender les enjeux.

Incompréhension qui d'ailleurs génère souvent de la frustration, des replis identitaires et probablement du vote nationaliste, parce qu'il faut bien trouver des responsables à la situation, ma bonne dame !

Donc on peut prendre le problème par n'importe quel bout, dans un contexte économique dégradé toutes ces contraintes supplémentaires sur les mobilités, le logement ne peuvent qu'être perçues comme autant de défiances supplémentaires de nos dirigeants.

Pas facile d'être optimiste en France en ce moment, alors que fondamentalement il y a bien pire ailleurs :fleur:

Mais ça nos dirigeants n'y sont pas pour rien...

   

C'est effectivement une bonne réflexion, mais trop intellectuelle pour certains. Notre mode de vie a pris en compte les moyens mis à disposition. Personne ne mangeait d'ananas en France, il y a 3 siècles, pas plus que du chocolat. Les infrastructures se sont mises en places pour répondre à des besoins mais les besoins ont évolués en même temps.

Puisque certains n'aiment pas les voitures, que l'on supprime les trains, les RER et que toute la France retourne à la marche à pied. Tout le monde sera à égalité.

Par

La fin du moteur thermique en 2040 !!! je n'y crois pas vraiment, un projet trop ambitieux et mal préparé, trop d'hostilité au changements, les prochains gouvernements risquent de faire marche arrière et de repousser le projet au calendes Grecques.

Par

En réponse à PLexus sol-air

Bah oui, quel agrément exceptionnel que les 44cv d'une Spring, à recharger tous les 150 bornes sans quoi tu dois pousser ! :biggrin:

Quant à l'entretien d'une électrique, va faire un petit tour chez ton dealer pour voir si t'as pas un amortisseur qui fuit, ça serait dommage de péter ta voiture avant qu'elle n'ait épongé son énorme dette initiale de CO2 (si elle la rembourse un jour...). :chut:

Puis je ne sais pas pour toi, mais quand moi je fais le plein de la caisse (une fois par mois en moyenne, toujours sur mon trajet et sans devoir attendre : si il y a une seule voiture en attente je reviens le lendemain), je ne prends pas une douche de SP : je colle mon pistolet dans le trou et le bloque, je check mes messages au chaud pendant les 3 minutes du remplissage, et quand ça fait cloc je repars : infiniment moins contraignant que de chercher un câble dans le coffre, le brancher, attendre 20 minutes, débrancher le câble puis le ranger, et ça plusieurs fois en une seule journée dès qu'on fait quelques bornes... :dodo:

Puis pour le prix de ta boîte à piles t'as facilement plus qu'une petite Prius : avec un V6 les 20 ou 30% du temps où le moteur tourne en ville il fait un son discret mais sympa qui incite à ouvrir les vitres pour l'écouter... :bien:

Eh oui, l'avenir de la voiture c'est bien l'hybride, peu cher à l'achat, peu coûteux à l'usage, polyvalent, propre, et sans problèmes potentiels tels que la durabilité aléatoire de la batterie, le coût du recyclage, etc... :oops:

:violon:

   

quand t'habites à la campagne, il n'est plus rare que la première station station-service soit à 30-50 km de chez toi.

donc, non, une hybride n'est pas forcément une solution, surtout une Yaris hybride qui ne consomme finalement pas moins qu'une citadine essence de 100cv sur le réseau secondaire. :bah:

ça a déjà été dit, mais paradoxalement, pour ces habitants à la campagne, c'est la voiture électrique qui s'avère finalement la moins contraignante, surtout pour ceux qui font des trajets sans passer devant une station service.

seul couac: le tarif. mais, bonus déduit, une Spring peut parfaitement faire l'affaire pour beaucoup de campagnards qui se déplacent peu sur des routes limitées à 80. :bah:

Par

En réponse à fedoismyname

quand t'habites à la campagne, il n'est plus rare que la première station station-service soit à 30-50 km de chez toi.

donc, non, une hybride n'est pas forcément une solution, surtout une Yaris hybride qui ne consomme finalement pas moins qu'une citadine essence de 100cv sur le réseau secondaire. :bah:

ça a déjà été dit, mais paradoxalement, pour ces habitants à la campagne, c'est la voiture électrique qui s'avère finalement la moins contraignante, surtout pour ceux qui font des trajets sans passer devant une station service.

seul couac: le tarif. mais, bonus déduit, une Spring peut parfaitement faire l'affaire pour beaucoup de campagnards qui se déplacent peu sur des routes limitées à 80. :bah:

   

Pas d'attelage, donc peu adapté dans pas mal d'usage à la campagne!

Par

:blague:

ah enfin ,ils s aperçoivent que leur projet de déplacement totalement décarboné ne tient pas la route ,du moins pas plus loin que leur babylone.

Non mais sérieux, on nous a pris pour des troubles fêtes quand le sujet est venu sur la table mais au final on s aperçoit que cela ne pourra pas s appliquer très loin en dehors des grandes villes.

Ils ont vraiment manqué de clairvoyance et surtout ces grands penseurs devraient être punis pour vouloir nous priver un peu plus ,à chaque mesure plus débile que la précédente, de notre liberté de nous déplacer.

Car ne vous y tromper pas , ils vont s attacher à vouloir réduire encore un peu plus nos possibilités de déplacement hors des grandes villes.

En tous cas , lors de la débâcle routière de ce week-end où tous ces citadins ont fui les grandes agglomérations, pour changer d air ,ou faire repartir ce satané virus dans des contrées où il avait quasiment disparu ,je n ai pas croisé beaucoup de ces élitistes avec leur véhicule électrique.

Ils ont vite compris qu avec leur enclume électrique ils allaient vite perdre beaucoup de temps sur la route de leur week-end tant attendu.

Eh oui difficile, d aller de la capitale au grand ouest sans doubler le temps de trajet car il faut recharger dans des zones où il n y a pas de bornes de recharge rapide.

Le projet du tout dècarboné avoue ses limites. En zone rurale, le déplacement en électrique est possible à condition d apporter un réseau aussi étendu que dans les grandes villes.Mais la encore on atteint les limites lorsque l on veut parcourir de longues distances à moindre coût financier en mobilité individuelle, garante de notre liberté de se déplacer, on priviligie alors le thermique et plutôt le diesel car l autonomie est suffisante pour se déplacer rapidement sur tout le territoire et le réseau de ravitaillement est assez étendu pour éviter la panne sèche.

Alors avant de vouloir imposer le tout électrique à tous il va falloir revoir sérieusement la copie .les clefs de la réussite sont simples, sur le papier je l avoue, autonomie des véhicules et réseau efficace de distribution .

ah encore une petite parenthèse qui a son importance avant que nos décideurs incompétents nous dictent leurs choix inadaptés ,ont ils pensé aux zones rurales à forte déclivité ? Parcque oui il y aussi des zones montagneuses en France et des gens qui y vivent et qui comme tous ont besoin de se déplacer. La montagne, ce n est pas une région qui n existe que pour les vacances hivernales.:biggrin:

Par

En réponse à gordini12

Pas d'attelage, donc peu adapté dans pas mal d'usage à la campagne!

   

dans la campagne très profonde alors, car celle que je connais, rares sont ceux à rouler avec des remorques. :bah:

mes 2 voisins en ont ceci dit une, mais elles sont finalement remisées au fond de leur jardin, car ils n'ont pas réinvesti dans un attelage sur leurs dernières voitures.

Par

En réponse à TrashGroot

Je ne côtoie plus les transports en commun depuis que j'ai le permis.

Pouvoir décider quand je pars, sans dépendre d'un horaire, ne pas subir l’incompétence d'un service de transport en retard, pouvoir voyager assis, et surtout ne plus supporter les autres gens, bah c'est juste plus possible de revenir en arrière.

J'ai expérimenté un peu de covoiturage pendant mes études.

Autant j'ai rencontré des gens charmants, autant j'ai rencontré une majorité de connards. Dommage.

Le Rhume 19, ça m'a pas motivé d'en refaire. Hors de question de rouler masqué et de désinfecter ma voiture dès que quelqu'un rentre dedans. Du coup, je roule seul, et c'est très bien comme ça, et tant pis si je ne fais pas d'économie. Au moins j'ai le plaisir de rouler tranquille, sans emmerde.

Mais le confort et la tranquilité, askip, c'est pas écologique. Dommage, je m'en fou maintenant.

   

Amen :roi:

 

Par

En réponse à fedoismyname

dans la campagne très profonde alors, car celle que je connais, rares sont ceux à rouler avec des remorques. :bah:

mes 2 voisins en ont ceci dit une, mais elles sont finalement remisées au fond de leur jardin, car ils n'ont pas réinvesti dans un attelage sur leurs dernières voitures.

   

Cela n'est qu'une question de moyens. Si tu as de gros revenus et que tu n'es pas très adroit de tes mains ou dans l'incapacité de le faire, tu le fais faire aux autres.

 

SPONSORISE

Toute l'actualité