Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac 20 ans    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info
Récupération de points : les stages dans le collimateur12,5 millions de points ont été retirés en 2014, générant un juteux business pour des organismes parfois peu scrupuleux. Les pouvoirs publics ont (enfin) décidé de sévir.

Lire l'article»

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par vio02wv

la $$$$€€€€€curit €€€€€€ routière vous remercie

Par

" Dès 2008, Caradisiac avait mis en lumière les pratiques pas toujours très recommandables..."

Tu parles qu'on s'en souvient... :dodo:

Par

" délégué interministériel à la sécurité routière Emmanuel Barbe avertit : « Dans beaucoup de stages, les règles ne sont pas respectées et je souhaite que chaque centre organisateur soit contrôlé au moins une fois chaque année."

Et par qui ???

Ces mêmes gouvernements successifs qui réduisent le nombre de fonctionnaires.

Et ceux qui restent seraient sans doute bien mieux employés à effectuer des contrôles sanitaires ou aller contrôler les pratiques de hypermarchés ( différentiel prix en rayon/prix facturé pour exemple ) qui ont un impact bien plus importants sur la santé publique ou le budget des ménages que la façon dont se déroulent ces stages de récupération de points....

Et pourquoi ne pas transformer ça en service civique de 2 jours ....en allant aider les services infirmiers auprès des accidentés de la route par exemple ?

Par

Quoi les usagers de la route qui se payent ce genre de stage ne râlent pas que le stage soit trop cours!

Ils ne se plaignent pas non plus d'avoir échappé à un discours moralisateur pour enfant de 6 ans.

Hum à croire que seule la récupération de points les intéressent dans se genre de stage.

Par

Ces stages sont justes chiant par leur durée 2 jours consécutifs... pour un chômeur c'est rien :cyp:

Par mat39fc

Un business vous dîtes ? Nan c'est pas vrai !? :peur:

En France ? Vous êtes sûr ? Naaaaaaaaaaan. Alors là je tombe des nues !

Par mat39fc

C'est bon les gars, on est sauvé, le "délégué interministériel à la sécurité routière" est en charge du dossier.

Je peux vous dire que ça va envoyer du lourd, et que le dossier va avancer comme jamais.

Par

Ils vont créer un observatoire lui-même contrôlé par un conseil supérieur qui en référera au comité sous la tutelle de la commission. Une décision ne devrait pas tomber avant la péréquation statutaire.

Par Yeu45wz

En réponse à roc et gravillon

" délégué interministériel à la sécurité routière Emmanuel Barbe avertit : « Dans beaucoup de stages, les règles ne sont pas respectées et je souhaite que chaque centre organisateur soit contrôlé au moins une fois chaque année."

Et par qui ???

Ces mêmes gouvernements successifs qui réduisent le nombre de fonctionnaires.

Et ceux qui restent seraient sans doute bien mieux employés à effectuer des contrôles sanitaires ou aller contrôler les pratiques de hypermarchés ( différentiel prix en rayon/prix facturé pour exemple ) qui ont un impact bien plus importants sur la santé publique ou le budget des ménages que la façon dont se déroulent ces stages de récupération de points....

Et pourquoi ne pas transformer ça en service civique de 2 jours ....en allant aider les services infirmiers auprès des accidentés de la route par exemple ?

Pour les contrôles sanitaires mentionnés, je ne me prononcerai pas. En revanche, des "stages" sur deux jours pour aider les infirmières soignant des accidentés de la route ne sont clairement pas envisageables. Les soins et actes prodigués sont complexes, et encadrer un jeune sur deux jours est une perte de temps total: il ne reste pas assez longtemps pour en apprendre assez et pour être opérationnel. Et quid de la responsabilité si le jeune en question met en danger la vie d'un patient?

Ceci dit, envisager des rencontres avec des associations de victimes de la route peut être un excellent moyen pour les uns de prévenir et de participer à l'éducation des jeunes, pour les autres d'être confrontés à une réalité bien cruelle et de commencer à prendre la mesure des conséquences d'un mauvais comportement sur la route.

Par

"230 € par participant"

Un plus vu qu'il faut aussi payer le pot de vaseline...

Par

" Les soins et actes prodigués sont complexes, et encadrer un jeune sur deux jours est une perte de temps total: il ne reste pas assez longtemps pour en apprendre assez et pour être opérationnel. Et quid de la responsabilité si le jeune en question met en danger la vie d'un patient? "

Et faire un lit, passer l'aspirateur, nettoyer les sanitaires, tondre une pelouse.....le tout après avoir assisté en spectateur à une séance de rééducation de ces accidentés de la route et partager leur repas, ça te parait totalement inenvisageable ?

L'alternative pourrait être laissée remarque : économiser 230 € et faire un stage tel que je le conçois, ou raquer et écouter le préchi-précha assis sur une chaise pendant deux jours...

Par

En réponse à whatamidoinghere

Ils vont créer un observatoire lui-même contrôlé par un conseil supérieur qui en référera au comité sous la tutelle de la commission. Une décision ne devrait pas tomber avant la péréquation statutaire.

....et dans l'intervalle, on aura eu un nouveau gouvernement....

Tiens, petit test : au débotté, comme ça, il s'appelle comment l'actuel ministre des transports ?

Par

ce genre de chose on ne le voit que en France, incroyable

Par

En réponse à Yeu45wz

Pour les contrôles sanitaires mentionnés, je ne me prononcerai pas. En revanche, des "stages" sur deux jours pour aider les infirmières soignant des accidentés de la route ne sont clairement pas envisageables. Les soins et actes prodigués sont complexes, et encadrer un jeune sur deux jours est une perte de temps total: il ne reste pas assez longtemps pour en apprendre assez et pour être opérationnel. Et quid de la responsabilité si le jeune en question met en danger la vie d'un patient?

Ceci dit, envisager des rencontres avec des associations de victimes de la route peut être un excellent moyen pour les uns de prévenir et de participer à l'éducation des jeunes, pour les autres d'être confrontés à une réalité bien cruelle et de commencer à prendre la mesure des conséquences d'un mauvais comportement sur la route.

:ptdr: Comme si c'était les jeunes qui y passaient le plus en nombre :ptdr:

Par

"Chaque jour, plus de 34 000 points de permis disparaissent sur les routes de France" Sérieusement???

36 000 communes en France allant de 0 à 2 Millions 1/4 d'habitants en sachant qu'il y as plus de communes à 0 habitants qu'à 2 millions.

Donc, pour résumer ça fait environ 1 point par commune et par jours...

En gros, chaque année ce sont les permis d'une ville de 2 833 conducteurs expérimentés ou 6 000 jeunes conducteurs qui sont retirés fautes de points.

Plutôt légère la répression quand on pense que c'es quelques 4500 morts / ans, juste,le scandale sanitaire du diesel approcherait les 60 000 morts/ans (soit 1 pour 1 000 de la population contre 1.4 pour 10 000 sur la route) mais Total et BP ont toujours leur permis de polluer, eux.

Mais les as de la SR ont raison, ya encore pas assez de radars automatique et de répression, il faut persévérer jusqu'à tuer l'économie (vous remarquerez que les Allemand galèrent moins économiquement, alors que la répression routière chez eux est moins forte)

Par Gar97hpl

Qu'elle perte de temps n’empêche ces stages, tout ça pour entendre des discours moralisateur, enfin je pense que c'est pas partout mais il a fallu que je tombe sur un centre comme ça, je préfère encore 2 journées de 8h de code d'auto école je vous le dis...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité