Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Contrôles de police : l'interdiction des signalements sur Waze ou Coyote n'est pas opérationnelle

Contrôles de police : l'interdiction des signalements sur Waze ou Coyote n'est pas opérationnelle

Selon le Parisien, le blocage des signalements des forces de l'ordre présentes en bord de route n'est pas encore prêt sur le plan technique !

C'était un des grands changements annoncés pour ce 1er novembre. À partir de ce jour de la Toussaint, le signalement "de certains contrôles routiers particulièrement sensibles" pouvait être interdit. Mais selon les informations du Parisien, le dispositif n'est pas prêt !

Le cadre juridique est pourtant fixé depuis longtemps, puisque le décret correspondant a été publié au Journal Officiel le 20 avril 2021. Et la Sécurité Routière avait communiqué sur le sujet dans la foulée. Mais il faut reconnaître qu'elle ne l'avait pas refait ces dernières semaines, comme elle en a l'habitude quand une grande mesure du genre s'apprête à entrer en vigueur.

Le ministère de l'Intérieur a reconnu auprès du Parisien que "la partie technique n'est pas encore prête". De son côté, Fabien Pierlot, le PDG de Coyote, explique qu'une réunion avec le ministère devait avoir lieu en septembre mais qu'elle a été annulée.

Il faut un système informatique qui gère les infos liées au blocage. Pour celui-ci, ce sont les forces de l'ordre qui doivent faire la demande auprès du préfet, en indiquant la zone concernée et le cas de figure. Une fois le blocage validé, ordre est donné aux services électroniques qui informent les conducteurs de ne pas diffuser le signalement. L'automobiliste pourra en effet toujours le faire depuis son véhicule… mais les suivants ne seront donc pas au courant.

Fabien Pierlot précise : "Pour que cela marche en temps réel, tous ces flux d’informations doivent pouvoir être gérés automatiquement et il faut, côté pouvoir public, développer les solutions informatiques adéquates et disposer d’un serveur hautement sécurisé". La Sécurité Routière indique que le système est en préparation, tout en reconnaissant que ce n'est pas un outil informatique qui a été prioritaire du côté du ministère de l'Intérieur.

La date de mise en service n'est au final pas connue !

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire