Publi info
 

Formule E - Interview de Jean-Eric Vergne, l'autre champion Français du week-end

Dans Sport Auto / Formula E

, mis à jour

Le vent de folie qui souffle autour de la victoire des bleus a éclipsé l'autre fait d'armes du sport français le week-end dernier: à New York, Jean-Eric Vergne a en effet remporté le Championnat de Formule E. Il a accordé une interview à Caradisiac.

Quatre victoires au compteur pour Jean-Eric Vergne cette année, et le titre au bout! Alors qu'il roule pour la seule écurie privée du plateau, le pilote francilien a effectué toute la saison en tête depuis la quatrième course.
Quatre victoires au compteur pour Jean-Eric Vergne cette année, et le titre au bout! Alors qu'il roule pour la seule écurie privée du plateau, le pilote francilien a effectué toute la saison en tête depuis la quatrième course.

La Formule E, compétition internationale de monoplaces électriques, prend une place de plus en plus importante dans le monde des sports mécaniques. Parce qu'elle se court en ville, parce que le niveau de performances y est toujours plus relevé, et parce que le spectacle offre souvent de belles bagarres. Les constructeurs ne s'y trompent pas, qui à partir de la saison prochaine (la cinquième) seront de plus en plus nombreux à l'investir, à l'image de Porsche, Mercedes, BMW ou Nissan qui vont ainsi rejoindre Audi, Jaguar ou DS (Renault laissant sa place à Nissan).

Un succès croissant, donc, et qui est marqué cette année par la réussite du pilote français Jean-Eric Vergne, pilote de l'écurie franco-chinoise Techeetah, qui a remporté le titre de champion de Formule E à l'issue de la première des deux courses courues à New York. Une forme de consécration pour cet ancien de la Formule 1, engagé très tôt en FE, et qui poursuit l'aventure au sein de la même écurie l'an prochain. Notez au passage que celle-ci finit vice-championne du classement des équipes, malgré des moyens plus limités que ses concurrentes soutenues par tel ou tel constructeur.

Caradisiac: Que représente ce titre pour vous ?

Jean-Eric Vergne C’est le plus grand succès de ma carrière. C’est une saison que je sentais bien mais ça restait très difficile dans la mesure où nous n’avions pas la meilleure voiture cette année. Mais on a su ne pas faire d’erreur. Et a chaque fois que j’avais une opportunité de gagner ou de marquer de points je suis parvenu à la faire, sans rien laisser au hasard. C’est aussi mon expérience en sport auto qui m’a permis d’y parvenir, qu’il s’agisse de la F1, du Mans. Et en FE, qui est une discipline jeune, on apprend tout le temps.

Qu’est-ce qui fait le sel de cette discipline ?

La Formule E est une voiture peut être plus difficile à rouler qu’une LMP ou une F1. Il y a moins de grip, les freinages sont plus compliqués, et les circuits urbains sont bosselés avec des murs partout. A la moindre erreur on tape le mur, il y a donc pas mal de stress. De même, les groupes qualificatifs sont très durs. Ce samedi à New York, je suis passé  à une seconde du drapeau à damier pour pouvoir faire mon tour! Quant à la course c’est différent. C’est très stratégique parce qu’on doit en même temps économiser de l’énergie et aller le plus vite possible avec celle qu’on sauvegarde. Donc la compétition elle-même est très difficile.

Formule E - Interview de Jean-Eric Vergne, l'autre champion Français du week-end

Comment la Formule E va-t-elle évoluer l'an prochain?

L’image de la FE va changer puisqu’à partir de l’an prochain on aura de nouvelles voitures, et surtout une seule voiture par course. Celle-ci aura 25% de puissance en plus et le double d’autonomie. C’est un step énorme !

Vous restez chez Techeetah l’an prochain ?

Je serai dans la même équipe l’an prochain.

"Un laboratoire pour la voiture de Monsieur Tout-le-monde"

Qu’apporte la Formule E à la mobilité électrique ?

Une des raisons du succès de la Formule E est qu’elle se court dans certaines des plus grandes villes du monde. De plus en plus de gens sont donc amenés à s’y intéresser. C’est le championnat qui compte le plus grand nombre de constructeurs, et pas les moindres. Porsche arrive, de même que Mercedes. Citons aussi les français DS et Renault, impliqués depuis le début dans la discipline. Et il y a Nissan, BMW, Jaguar Audi…

C’est surtout un laboratoire technologique pour les voitures électriques de Monsieur Tout-le-monde, quand la Formule 1 sert surtout de laboratoire pour les voitures de l’élite, des modèles inaccessibles. Enfin, regardez ce qu’il se passe à Paris : c’est une ville où l’on déclare la guerre à l’automobile, mais où dans le même temps on organise une course de FE. C’est bien qu’il se passe quelque chose avec cette discipline, qui va dans le sens de l’histoire.

Revenons à ce dernier week-end new yorkais. Vous avez été couronné à l’issue de la première course, le samedi, mais ne sembliez pas en avoir complètement conscience...

En fait je le savais mais je n’en avais pas la confirmation. Et je n’osais pas regarder les panneaux et les écrans disposés autour du circuit. Quand j’en ai finalement eu la confirmation, ma première pensée est allée à Jules (Bianchi, NDLR). Il y avait beaucoup d’émotions, c’était dur à décrire. Après la F1, j’ai eu de longues années de travail pour revenir au plus haut niveau. Ça a été long et difficile, et aujourd’hui j’y suis !

Vous avez couru le seconde course, le dimanche, avec le titre en poche. Et vous l’avez remportée. On roule différemment dans ce cas-là, plus relâché ?

J’avais toujours autant de pression, parce qu’on veut toujours bien faire. J’avais à cœur de terminer la saison en beauté et d’apporter le titre constructeurs à l’écurie. C’est finalement Audi Abt qui l’a emportée pour deux points, mais il fallait donner le maximum.

Votre titre a été eclipsé par la victoire des bleus en coupe du monde…

Je ne leur en veux pas, rassurez-vous. C’est extraordinaire ce qu’ils ont fait. On suivait la finale de près, évidemment. Au point que j’ai failli oublié de m’aligner à la qualif’ pour la super pole car j’étais en train de regarder le pénalty de Griezmann ! Cette victoire des bleus, c’est de la folie !

Formule E - Interview de Jean-Eric Vergne, l'autre champion Français du week-end

Portfolio (2 photos)

Mots clés :

Commentaires (29)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

"C’est surtout un laboratoire technologique pour les voitures électriques de Monsieur Tout-le-monde".

Et "Madame tout-le monde", elle a pas de bagnole, trop occupée dans sa cuisine ? :lol:

Par

La Formule E est sans doute une bonne chose pour pousser en avant ces technologies... mais qu'est ce que c'est ennuyeux !

Je roule plus vite sur circuit le dimanche avec ma voiture que eux avec des "voitures de course" dans le dernier grand prix où le meilleur à fait une pointe à 180 km/h je crois. L'année prochaine ne peut-être que meilleur pour la formule E car pour le moment ça se traîne vraiment.

Par

.... on devine aussi que tu puisses rouler sur circuit avec ta caisse un peu plus que 20/25 minutes sans devoir en changer, comme c''est le cas pour ces courses d'aspirateur...

Sinon Mouldu, t'as vu, c'est Audi qui remporte le titre....

VW électrique record à Goodwood avec Dumas

Audi monoplace électrique champion

VW sponsor des bleus champions du monde

N'en versez plus, la coupe est pleine....

Par

En réponse à Axel015

La Formule E est sans doute une bonne chose pour pousser en avant ces technologies... mais qu'est ce que c'est ennuyeux !

Je roule plus vite sur circuit le dimanche avec ma voiture que eux avec des "voitures de course" dans le dernier grand prix où le meilleur à fait une pointe à 180 km/h je crois. L'année prochaine ne peut-être que meilleur pour la formule E car pour le moment ça se traîne vraiment.

c'est quoi la Formule E ?

Formule Ennui peut-être surement ... :coolfuck:

Par

de toutes façons, les années de la Formule 1 sont clairement comptées. car les constructeurs n'y participent pas juste pour le Fun.

et avec l'augmentation continue de la capacité des batteries, on pourra envisager des vites plus élevées sur des circuits à terme à l'image de ceux utilisés pour la F1.

Par

En réponse à Axel015

La Formule E est sans doute une bonne chose pour pousser en avant ces technologies... mais qu'est ce que c'est ennuyeux !

Je roule plus vite sur circuit le dimanche avec ma voiture que eux avec des "voitures de course" dans le dernier grand prix où le meilleur à fait une pointe à 180 km/h je crois. L'année prochaine ne peut-être que meilleur pour la formule E car pour le moment ça se traîne vraiment.

Pas certain que ça change. Double d'autonomie, mais 1 seule voiture, donc une gestion de l'énergie encore plus poussée. Pas le droit à l'erreur, donc des courses qui vont se trainer probablement encore plus.

Par

Attendez les batteries solides, fini les Lithium ion. On verra alors vite le changement tant en terme d'autonomie que de performances.

En tout cas, les batteries solides sont en cours de mise au point, ce n'est plus qu'une question de temps. La FE place les constructeurs généralistes, c'est bien pour tout le monde.

Adieu les V8, V10 et autres. les adeptes des moteurs essence ont déjà vu des LMP1 au diesel leur passer sous le nez, et donc, ce n'est pas terminé. Les électriques arrivent. Quand on voit des Tesla filer plus vite que des super cars, je ne donne pas cher des voitures de courses d'aujourd'hui lorsque les batteries solides arriveront dans nos caisses.

A bon entendeur...

Par

" Quand on voit des Tesla filer plus vite que des super cars, je ne donne pas cher des voitures de courses d'aujourd'hui lorsque les batteries solides arriveront dans nos caisses. "

Si tu avais l'occasion de parcourir le dernier Auto Bild que j'ai sous les yeux en ce moment, où des caisses plus ou moins sportives sont comparées sur le Sachsenring, et toutes équipées de gommes d'un même manufacturier, tu ferais le constat que la Tesla S est la caisse qui, et de très loin, termine avec le temps au tour le plus médiocre.

Et ils ont essayé la version 700 ch à 194 000 €.

1'47"35'''.....un SUV BMW X4 35 D ( mazout donc ) de seulement 333 ch lui colle presque 5 secondes au tour ( et 81 181 € ).

Mieux encore, la Toyota Yaris GRMN ( celle avec le compresseur ) de 212 ch, c'est 1'42" 88"'.... 30 900 €.

Je te fais grâce du reste, juste dans les trucs directement comparables, cette Porsche Panamera S.T Turbo SE-Hybrid, c'est 1'35"37'''... douze secondes de mieux.... et 188 592 €.

Bref, l'accélération c'est bien, pouvoir freiner et tourner, c'est autre chose....visiblement pas maîtrisé par Tesla et ses 2 271 kg ( oui oui, ils pèsent les voitures sur ce test ), la Porsche hybride est plus lourde encore, carrément 2345 kg...

Par

En réponse à JPSAN

Attendez les batteries solides, fini les Lithium ion. On verra alors vite le changement tant en terme d'autonomie que de performances.

En tout cas, les batteries solides sont en cours de mise au point, ce n'est plus qu'une question de temps. La FE place les constructeurs généralistes, c'est bien pour tout le monde.

Adieu les V8, V10 et autres. les adeptes des moteurs essence ont déjà vu des LMP1 au diesel leur passer sous le nez, et donc, ce n'est pas terminé. Les électriques arrivent. Quand on voit des Tesla filer plus vite que des super cars, je ne donne pas cher des voitures de courses d'aujourd'hui lorsque les batteries solides arriveront dans nos caisses.

A bon entendeur...

mouis enfin... les batteries solides, ce n'est que l'électrolyte qui est solide au lieu d'être liquide, du coup non, ce n'est pas fini les lithium-ion, ça n'a absolument rien à voir. Un peu comme si tu disais "La sans-plomb 98 arrive, fini l'essence".

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire