Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Ineos : l'État oublie vite la relance écologique de l'automobile pour sauver les emplois

Dans l'usine d'Hambach (Lorraine), la Smart électrique devrait être remplacée par le baroudeur Ineos Grenadier, héritier du Defender.

Ineos : l'État oublie vite la relance écologique de l'automobile pour sauver les emplois

L'annonce a fait l'effet d'une bombe au début de l'été. À la surprise générale, Daimler a mis en vente son usine d'Hambach, en Lorraine. Le site assemble depuis plus de 20 ans la Smart Fortwo. L'étonnement a été renforcé par le fait que l'usine devait bientôt commencer la production d'un nouveau modèle, le SUV compact électrique EQA. Des investissements ont même été réalisés pour cela ! Secouée par le coronavirus, la maison mère de Mercedes accélère ses mesures d'économies.

Le choc a été immense pour les salariés de l'usine. Environ 1 600 personnes travaillent encore sur le site. L'incompréhension a vite laissé la place à la colère, car les salariés avaient en 2015 accepté par référendum de travailler 39 heures tout en étant payé 37 heures, afin de renforcer la compétitivité du site et d'assurer son avenir.

Une casse sociale dont le gouvernement se serait bien passé, lui qui sait que les plans sociaux vont se multiplier dans les prochains mois à cause du Covid-19, et qui n'avait pas vu venir celle-là. Au printemps, il avait déjà dû faire face à l'annonce de près de 5 000 suppressions d'emplois chez Renault en France, que le ministre de l'Économie a accepté sans vraiment broncher, conscient de la très mauvaise situation financière du Losange.

Sans surprise, sur le dossier Hambach, Bruno Le Maire est monté rapidement au front. Hors de question pour l'État de voir l'usine fermer ses portes. Heureusement pour lui, quelques jours seulement après l'annonce de Daimler, un candidat à la reprise s'est présenté. Il s'agit d'Ineos, une nouvelle marque automobile créée par le géant de la pétrochimie éponyme. Le fondateur de ce dernier, Jim Ratcliffe, s'est lancé dans un projet un peu fou de nos jours : créer un nouveau baroudeur pur et dur, un vrai descendant au Defender, alors que chez Land Rover, le nouveau Defender est revenu sous une forme moderne et chic. Cela donne l'Ineos Grenadier, présenté début juillet.

Ineos avait le projet d'assembler une usine au Pays de Galles, mais il en trouve une toute prête et qui a fait l'objet d'investissements récents. Les discussions entre Ineos et Daimler ont bien avancé. Le britannique a de son côté acté l'intérêt d'acheter l'usine. Reste donc à l'allemand à valider. Bien sûr, le gouvernement a suivi cela de près. Lundi, Agnès Pannier-Runacher, en charge de l'industrie, a eu un entretien téléphonique avec le vice-président de Daimler, Eckart von Klaeden. Elle s'était déjà rendue à Hambach fin juillet. Son objectif prioritaire : sauver tous les emplois.

Et tant pis s'il faut faire une grosse concession : accepter la fabrication d'un gros 4x4 à l'esprit d'un autre temps à la place d'une citadine électrique ! Pourtant, lors de la présentation de son plan de soutien à la filière automobile, fin mai, Emmanuel Macron avait insisté sur l'importance d'une relance écolo de ce secteur, avec la volonté de favoriser la production de véhicules "plus propres" dans l'Hexagone. Or, le Grenadier n'a pour l'instant pas l'intention de se mettre à l'hybride et encore moins à l'électrique. Il symbolise même parfaitement tout ce que détestent les écologistes ! Mais en ces temps de tempête économique, il n'est pas toujours facile, voire impossible, de trouver un équilibre entre transition écologique et maintien de l'emploi.

L'accord entre Ineos et Daimler prévoirait de maintenir dans un premier temps un peu plus de 1 300 postes. Ineos va assurer la continuité de la production de l'actuelle Fortwo pendant quelques années, de quoi maintenir l'activité le temps que le Grenadier prenne son envol.

SPONSORISE

Actualité

Toute l'actualité

Commentaires (89)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Propriétaire d'un tres tres rare 110 V8, je trouve la proposition du Grenadier au top, le nouveau Def ne me fait pas du tout rêver...

Par

Franchement qui peut hésiter entrez sauver des emplois et produire du VE. C'est n'importe quoi. Il n'y a pas de discussion possible. On sauve l'usine et ses salariés même si c'est pour produire ce Grenadier (qui à l'air très sympathique au demeurant). Maintenant il va falloir le vendre cet engin. C'est quand même un marché de niche.

Par

Ce projet n'a aucun sens : les chiffres de production annoncés pour le Grenadier n'ont rien à voir avec le volume de ce micro-marché, à supposer déjà qu'Ineos arrive directement à prendre une bonne part de marché. Ne serait-ce qu'en France, avec un malus de 20000€, il va s'en vendre 15 par an.

Bref, si Ineos reprend l'usine, rendez-vous en 2025 pour la prochaine revente ou, au mieux, le licenciement des 3/4 du personnel.

Par

Très bonne nouvelle pour cette usine et ses employés.

J'espère juste que cette marque, INEOS, rencontrera le succès avec son Grenadier ce qui permettra de pérenniser cette usine.

Par

Même si ce candidat s'avérait sérieux, et que le produit arrivait à se vendre, je doute fort que les 1600 emplois soient sauvegardés. On restera dans un produit de niche fabriqué au compte goutte. Pour le dire crûment, ça va être un massacre en terme d'emploi... Il faut en outre que le plan social soit payé par Daimler, et pas par ce repreneur. On a déjà vu des fraudes. Pour le gouvernement, c'est la comm "l'usine ne ferme pas" qui intéresse. Souvenons nous de l'énorme arnaque Wirlpool payée par le contribuable...

Par

une preuve de plus, s'il en fallait, que l'escrologie tue des emplois. Chapeau bas.

Par

Ca sent le coup de bluff voire l'arnaque.

Reprendre une usine en se gavant d'aides publiques avec un vehicule de micro niche ... et dans 1 an tout ferme definitivement, la faute a "pas de chance" sauf pour les dirigeants qui se seront gaves de subventions publiques sous pretexte de sauver des emplois...

Ca me rappelle le cas de l'usine Samsonite ...

Par

Je ne vois pas l'interêt d'Ineos de fabriquer un véhicule qui ne se vendra pas là où il est monté.

Il feraient mieux d'installer leur usine en Afrique centrale ou en Amérique du Sud ou du Nord ou en Asie du Sud-Est où sont ses marchés de prédilection et une main d'œuvre moins coûteuse .

Par

Dite-moi ça ne serait pas le premier Avril ?

Par

En réponse à BigL

Ce projet n'a aucun sens : les chiffres de production annoncés pour le Grenadier n'ont rien à voir avec le volume de ce micro-marché, à supposer déjà qu'Ineos arrive directement à prendre une bonne part de marché. Ne serait-ce qu'en France, avec un malus de 20000€, il va s'en vendre 15 par an.

Bref, si Ineos reprend l'usine, rendez-vous en 2025 pour la prochaine revente ou, au mieux, le licenciement des 3/4 du personnel.

C’est pas faux, c’est un cadeau empoisonné pour ce site industriel.

A court terme ça sauve l’emploi mais à moyen terme...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire