Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

L'Arizona interdit à Uber de poursuivre ses tests à la suite de l'accident mortel

Dans Futurs modèles / Technologie

Audric Doche

Conséquence plutôt logique et, il faut le dire, assez rapide de l'affaire de l'accident impliquant une voiture autonome Uber : l'Etat de l'Arizona vient d'annoncer l'interdiction, pour Uber, de poursuivre tout test de ce genre de technologie sur la route. 

L'Arizona interdit à Uber de poursuivre ses tests à la suite de l'accident mortel

L'Arizona était jusqu'à aujourd'hui un des Etats américains les plus souples en matière de législation sur les essais de véhicules autonomes sur les routes. Mais après l'accident mortel survenu il y a quelques jours et impliquant un prototype de la société Uber, tout est remis à plat. Le gouverneur d'Arizona s'est dit "choqué" par la vidéo, l'Etat ayant immédiatement pris la décision d'interdire à Uber d'effectuer de nouveaux tests. Le géant américain avait, de toute façon, déjà suspendu tous ses essais aux Etats-Unis et au Canada, dans l'attente des conclusions de l'enquête.

Pour le moment, l'interdiction se cantonne à Uber, mais d'autres acteurs majeurs sont également présents en Arizona pour effectuer des tests. Waymo (Google), en particulier, effectue ses essais sur routes avec ses prototypes. La filiale du géant de la Silicon Valley y avait d'ailleurs introduit des camions autonomes au début du mois de mars. Nous verrons rapidement si les restrictions s'appliquent à tout le monde.

En attendant, Toyota a décidé de suspendre temporairement ses tests en mettant en avant le "choc émotionnel" pour les conducteurs de ces prototypes. Le directeur du développement de BMW a récemment commenté l'affaire, expliquant que les véhicules Uber étaient loin d'être assez avancés pour éviter ce genre d'accidents. Les puissances de calcul des puces et la précision des capteurs et radars ne permettraient pas, aujourd'hui, de disposer d'une vraie conduite autonome de niveau 4 ou 5, les deux derniers paliers, selon Klaus Fröhlich.

Mots clés :

SPONSORISE

Toute l'actualité

Dernières vidéos

Commentaires ()

Déposer un commentaire